Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2022 7 03 /07 /juillet /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2170) : SAMEDI 2 JUILLET 2022

Samedi 2  Juillet 2022 – Grève dans le transport aérien : Un vol sur cinq annulé samedi matin à Roissy :

Les compagnies aériennes vont devoir annuler un vol sur cinq samedi matin à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle en raison de la poursuite d'une grève, tandis qu'un nouveau préavis a été déposé pour le week-end du 9 et 10 juillet selon la CGT.

"En l'absence de résolution du conflit, il est demandé aux compagnies aériennes de réduire leur programme de vols" entre 7h00 et 14h00 "à hauteur de 20%" au départ et à l'arrivée du premier aéroport français (CDG) au nord-est de Paris, a précisé à l'AFP la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

 

La grève va durer tout le week-end

Ces annulations préventives, décidées par l'administration en raison d'une grève des pompiers de l'aéroport pour obtenir de meilleurs salaires, qui nécessite la fermeture d'une partie des pistes et réduit donc les capacités, traduisent une détérioration par rapport aux deux premiers jours du conflit, jeudi et vendredi, quand un vol sur six avait été supprimé en matinée à CDG.

"Le mouvement se poursuit chez les pompiers", qui sont "insatisfaits des propositions de la direction", a confirmé à l'AFP Daniel Bertone, le secrétaire général de la CGT du Groupe ADP, le gestionnaire des aéroports de Paris.

Selon lui, la grève va durer tout le week-end, conformément au préavis en cours, tandis que de nouveaux préavis ont été déposés pour le week-end prochain, qui marquera le début des vacances scolaires d'été et voit traditionnellement un pic de fréquentation dans les aéroports, outre les gares et les routes.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2170) : SAMEDI 2 JUILLET 2022

Samedi 2  Juillet 2022 – Pour Agnès Pannier-Runacher, «la transition écologique est une priorité de ce gouvernement» :

La ministre de la Transition Energétique est revenue, samedi 2 juillet sur France Inter, sur le remaniement ministériel à venir dans les prochains jours, la recomposition politique à l’Assemblée Nationale mais aussi les premières mesures écologiques prises par le gouvernement.

Sur le futur remaniement ministériel, Agnès Pannier-Runacher a botté en touche, après qu’Elisabeth Borne et Emmanuel Macron se soient entretenus vendredi 1er juillet : « Je n’ai pas de précisions. C’est au président et à la Première ministre de l’annoncer quand ils seront prêts. L’usage fait que lorsque vous êtes ministre cela peut s’arrêter à tout moment. »

A la question de savoir si un écologiste pouvait faire partie du nouveau gouvernement, la ministre a expliqué que « rien n’est exclu car notre souhait est d’avoir un gouvernement qui puisse porter des projets qui soient votés par l’Assemblée Nationale et le Sénat ; compte tenu de la diversité des groupes représentés à l’Assemblée, être capable d’élargir notre majorité est parfaitement possible. » Elle a ajouté qu’elle « croi[t] surtout au talent des gens » et que la majorité veut « discuter de manière horizontale et avec des parties prenantes. Nous faisons de la politique sur le terrain, avec des élus locaux, les entreprises, les associations. »

Sur l’affaire Abad et sa place au gouvernement, elle a déclaré avoir « toujours été du côté des victimes », que « leur parole doit être entendue » tout en affirmant qu’ « il faut éviter le tribunal médiatique qui peut affaiblir cette parole des victimes et la décision revient à la Première ministre. Nous avons réussi lors du quinquennat précédent de permettre de libérer la parole. » Elle a ensuite clos le sujet : « Je fais confiance à la justice et il appartiendra à la Première ministre de trancher dans un sens ou dans l’autre. »

Agnès Pannier-Runacher a également fait part des premières mesures écologiques prises par le gouvernement : « J’ai présidé cette semaine un conseil européen au Luxembourg : vingt-six Etats à aligner sur l’urgence climatique, et je peux vous multiplier les exemples. Nous sommes au travail et je comprends qu’il y a un intérêt médiatique pour la composition du gouvernement, mais sur le terrain les Français voient que les choses avancent. » Elle a redit que « la transition écologique et énergétique est une priorité de ce gouvernement » mais aussi que « la Première ministre sera en charge de la planification énergétique et chaque ministre aura dans sa feuille de route des objectifs précis. »

 

«Ce que nous avons voté au niveau européen est historique»

Sur l’élection d’Éric Coquerel à la présidence de la Commission des Finances, la ministre n’est « pas inquiète car c’est une prérogative de l’Assemblée Nationale et il a des pouvoirs », tout en lui glissant un tacle au passage : « Il est dans le fantasme car dans sa position sur le contrôle fiscal, il sous-entend que les agents de Bercy ne font pas leur travail. »

Le RN en a aussi pris pour son grade : « Ce n’est pas parce que nous portons une cravate à l’Assemblée Nationale que nous rejoignons le pacte républicain. » Elle a toutefois mis en avant le fait que « des millions de Français ont voté pour le RN » et qu’il fallait arrêter de les vilipender : « On leur dit quoi ? Que leur vote n’est pas démocratique, qu’ils ne sont pas pris en compte ? Aujourd’hui, cela s’appelle la démocratie. »

Quant aux questions liées à son ministère, et notamment sur la sobriété énergétique , Agnès Pannier-Runacher a tablé sur « trois sources d’énergie à réduire : le gaz, l’électricité, le carburant » et a expliqué qu’il fallait du « dialogue social » : « Dans un environnement où nous n'avons que la concertation à la bouche, nous ferons du dialogue social. Il y a des accords pris sur le télétravail et ils ont un impact environnemental. Si on fait du télétravail, est-ce que cela réduit notre empreinte carbone par exemple […] Un autre exemple : en baissant d’un degrés la température sur l’ensemble des locaux tertiaires et privés, on gagne 7% de gaz naturel. »

La ministre a ajouté qu’« il faut rentrer dans le dur, dans la granularité de ces sujets » mais aussi « faire prendre conscience des enjeux climatiques à l’ensemble des parties prenantes. Ce que nous avons voté au niveau européen est historique : c’est une réduction de 55% de notre empreinte CO2. Il faut doubler notre tendancielle de diminution de gaz à effet de serre. » Elle a ensuite résumé les quatre enjeux de son ministère : « La sobriété, l’efficacité énergétique, l’accélération du développement des énergies renouvelables et la relance du programme nucléaire »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2170) : SAMEDI 2 JUILLET 2022

Samedi 2  Juillet 2022 – Pour Adrien Quatennens, «la Macronie n’a toujours pas pris acte de sa défaite du 19 juin» :

Invité sur Europe 1, samedi 2 juillet, le député de la 1ère circonscription du Nord a livré ses analyses sur l’affaire Coquerel, les élections aux différentes fonctions à l’Assemblée Nationale, fustigeant l’attitude de la Macronie, laquelle, selon lui, se sert de l’extrême-droite pour feindre une majorité absolue.

Adrien Quatennens a débuté l’entretien sur Europe 1 en revenant sur les propos de Rokhaya Diallo au sujet d’Éric Coquerel, lequel rédigera une tribune face aux accusations portées contre lui ce week-end : « Cela lui appartient de répondre s’il le souhaite. On ne peut pas mégoter ou prendre à la légère les violences sexistes et sexuelles, c’est pour cela que nous avons mis en place, à la France Insoumise, une cellule qui organise ce travail d’accueil, d’écoute, d’accompagnement et de sanction politique. Le comité n’a jamais été saisi de témoignages ou de faits sur Éric Coquerel. » Le député a ajouté que « cela ne peut pas être non plus seulement sur le registre de la rumeur en jetant quelqu’un en pâture. Nous n’avons pas de témoignages, donc il n’y a pas lieu d’aller plus loin. »

Il est également revenu sur la semaine riche en émotion à l’Assemblée Nationale, entre votes pour des postes et alliances de circonstance s : « Les choses ne se sont pas mal déroulées, c’est de la politique qui s’est passée à travers les différentes fonctions de l’Assemblée Nationale. » Il a étrillé le gouvernement : « On voit que la Macronie n’a toujours pas pris acte de sa défaite du 19 juin. Pour permettre de continuer à donner l’illusion de majorité absolue dans la fonction de l’Assemblée Nationale, elle s’est appuyée sur la complicité bienveillante de l’extrême-droite et de la droite républicaine. »

Sur les votes à certains postes clés, il n’était pas en restes : « Il faut être précis. Mercredi matin, une discussion s’est faite entre les présidents de groupe et la répartition ne correspondait pas à celle des groupes. C’est pour cela que nous sommes allés au vote ; mais ce qui est inédit, c’est que les deux vice-présidences d’extrême-droite ont été élus par le concours des députés de la Macronie qui ont voté pour elles. »

 

« Le principal souci est que le gouvernement n’a pas l’intention de s’attaquer à la hausse des prix à la source, il s’en accommode »

Adrien Quatennens a critiqué l’action de la majorité - relative – pour la questure notamment : « La question de la questure, poste essentiel à l’Assemblée, car c’est une fonction qui permet d’avoir main sur l’organisation entre autres ; la Macronie en revendique les deux tiers alors elle s’est accordée avec les droites. Il n’était pas question pour elle que la Nupes puisse occuper ces fonctions. » Le RN en a également pris pour son grade : « Que toutes les sensibilités soient représentées est un fait, quoi qu’en pense des 89 députés d’extrême-droite présents : ils ont été élus, ils sont légitimes, cela ne se discute pas. Mais c’est une autre chose, en revanche, de combiner avec eux des postes. »

Le député a rapidement parlé de Louis Boyard, député du Val-de-Marne qui a refusé de serrer la pince à des députés RN : « Je ne vois pas en quoi cela fait un sujet d’actualité. Louis Boyard est un jeune camarade de 21 ans et il a le droit de considérer qu’il n’a pas envie de se donner à voir avec un député d’extrême-droite. Des gens sont marqués par ce qu’est l’extrême-droite. Nous n’oublions pas qui ils sont politiquement. »

 

Quid de l’inflation, sujet brûlant du moment  ?

« Le principal souci est que le gouvernement n’a pas l’intention de s’attaquer à la hausse des prix à la source, il s’en accommode. Cette inflation est d’abord le fait d’une spéculation et ce qui enfle le plus, ce sont les profits. Total vient de réaliser au premier trimestre 2022, cinq milliards de bénéfices. C’est à l’inflation des profits qu’il faut mettre fin. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2170) : SAMEDI 2 JUILLET 2022

Samedi 2  Juillet 2022 – Les colos et centres de loisirs souffrent de la pénurie d'animateurs :

Pour l'organisation de séjours cet été, « il y a une tension au niveau des animateurs, des directeurs mais aussi des équipes de cuisine. Certains organisateurs sont dans la dernière ligne droite et se demandent s'ils pourront maintenir les séjours ou pas », témoigne Anne Carayon, directrice de Jeunesse au Plein Air. A la Ligue de l'enseignement (Vacances pour tous), « le résultat des annulations liés spécifiquement au manque d'encadrants concerne un peu plus de 200 enfants », sur quelque 17.000 accueillis. Un chiffre qui pourrait encore augmenter car « on n'a pas forcément de quoi absorber d'éventuels désistements » d'encadrants , souligne Benoît Fontaine, directeur du service vacances de la Ligue. Pour faire face, les organisateurs de colos ont recours à des expédients: « On travaille sur des demandes de dérogation auprès des services de l’Etat par rapport à des animateurs chevronnés mais non diplômés », explique Vincent Clivio, de la Fédération nationale Familles rurales.

Du côté des centres des loisirs, « il y a urgence absolue », s'alarme Laurent Bruni, directeur général de l'Ufcv (Union française des centres de vacances). « On a des fermetures préventives, des limites dans la capacité d'accueil », lui fait écho M. Clivio. La pandémie de Covid, et les confinements qui l'ont accompagné, explique une bonne part de ces difficultés. « Sur les deux dernières années, 17.000 jeunes n'ont pas pu suivre de formations Bafa (le brevet requis pour être animateur en colonie de vacances, NDLR) en raison de la pandémie », explique Laurent Bruni. Mais les causes sont plus profondes. Les colonies de vacances fonctionnent avec des jeunes recrutés en Contrat d'engagement éducatif, pour une indemnité journalière faible (23,87 euros brut minimum par jour) au regard de la disponibilité attendue, 24 heures sur 24.

 

 

Un plan avec 25 mesures, et la création d'un « comité de filière » devant appliquer cette feuille de route.

Il faut, de l'avis des responsables interrogés par l'AFP, revaloriser cette indemnité, rendre plus lisibles les aides pour passer le Bafa, mais aussi remettre en avant le sens et la valeur de cet engagement. « On demande un volontariat de l'animation, comme on a un volontariat pour les sapeurs-pompiers, de manière à être clair vis-à-vis du jeune », affirme Anne Carayon. Les centres de loisirs et les accueils périscolaires tout au long de l'année fonctionnent, eux, avec des professionnels. La Direction de la jeunesse, de l'éducation populaire et de la vie associative (Djepva) estime la pénurie dans ce secteur à 10% des effectifs nécessaires. En cause, une grande précarité, des rémunérations faibles avec des contrats quasiment toujours à temps partiels, un manque de reconnaissance et un déficit de formations...

Conscient de ces difficultés, le gouvernement avait organisé de novembre 2021 à janvier 2022 des « Assises de l'animation ». En est ressorti un plan avec 25 mesures, et la création d'un « comité de filière » devant appliquer cette feuille de route. L'ancien député Yves Blein a pris la présidence de ce comité, et un secrétaire général vient d'être nommé, Benoît Coquille, ancien conseiller au Secrétariat d'Etat à la jeunesse et à l'engagement. « L'objectif, c'est de voir comment on peut avoir plus de porosité entre tous les métiers de l'enfance (...), pour faire en sorte que les qualifications soient homogénéisées, qu’il y ait des passerelles qui permettent à ces personnes de bénéficier d’un vrai temps de travail », explique Yves Blein. Les Aesh et Atsem, qui assistent les enseignants sur le temps scolaire, dépendent de l'Education nationale, et les animateurs des communes.

M. Blein se félicite que le dispositif des « colos apprenantes » ait remis la filière sous le feu des projecteurs, avec des « aides significatives ». « Après, il ne faut pas que ce soit un « one shot » (...). Il faut reconnaître que ce n'est malheureusement pas le sujet au-dessus de la pile, alors qu'on se pose beaucoup de questions sur la mixité sociale, le « vivre ensemble ». On sait combien les colos peuvent contribuer à cela », dit-il.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2170) : SAMEDI 2 JUILLET 2022

Samedi 2  Juillet 2022 – Le pape exprime son «grand regret» de ne pouvoir partir en Afrique :

Le pape François a exprimé son « grand regret » de ne pouvoir entreprendre ce samedi son voyage initialement prévu en République Démocratique du Congo et au Soudan du Sud, reporté en juin sine die en raison de douleurs au genou.

« Le Seigneur sait combien mon regret est grand d'avoir été contraint de reporter cette visite tant désirée et attendue », affirme le pape dans un message vidéo diffusé samedi par le Vatican. « Mais ne perdons pas confiance et espérons nous retrouver au plus vite, dès que possible ». Il enchaîne avec des mots pour chacun des deux pays où il devait se rendre: « Je pense àla République Démocratique du Congo, à l’exploitation, à la violence et à l’insécurité qu’elle endure , particulièrement dans l’Est du pays, où les affrontements armés se poursuivent, causant des souffrances innombrables et dramatiques, exacerbées par l’indifférence et la complaisance de beaucoup ».

« Et je pense au Soudan du Sud, au cri de paix de son peuple qui, épuisé par la violence et la pauvreté, attend des faits concrets du processus de réconciliation nationale auquel je souhaite contribuer ». « Chers amis congolais et sud-soudanais, les mots en ce moment ne suffisent pas à vous transmettre la proximité que je voudrais vous exprimer et l’affection que je ressens pour vous », dit-il encore. Le 10 juin, le Vatican avait annoncé le report de ce voyage, ravivant les inquiétudes sur l'état de santé du pape.

 

Le pape a cependant confirmé en juin qu'il se rendrait bien au Canada du 24 au 30 juillet

Début avril, lors d'un voyage de deux jours à Malte, il était apparu diminué par ses problèmes d'articulations et avait dû utiliser une plate-forme élévatrice pour monter et descendre de son avion. Et en mai, le Liban avait déjà annoncé le report de la visite du pape prévue en juin, en invoquant « des raisons de santé ». Mais c'est la première fois que le Vatican annonce le report d'un voyage à l'étranger pour de telles raisons. Le pape a cependant confirmé en juin qu'il se rendrait bien au Canada du 24 au 30 juillet.

Souffrant de fortes douleurs au genou droit, le pape argentin, qui apparaît depuis début mai en fauteuil roulant, a annoncé subir des infiltrations, des injections d'anti-inflammatoires à base de corticoïdes. Le souverain pontife souffre aussi de douleurs à la hanche qui le font boiter et a subi en juillet 2021 une délicate opération au colon.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2170) : SAMEDI 2 JUILLET 2022

Samedi 2  Juillet 2022 – Grèce : le navire russe avec du pétrole iranien saisi mi-avril en route vers le port du Pirée :

Le tanker qui se trouvait à Karystos, un port dans le sud de l'île grecque d'Eubée, est parti aux alentours de 07H00 (04H00 GMT) en direction du Pirée, selon Marine Traffic un site spécialisé dans le trafic maritime. Les autorités grecques avaient saisi le 19 avril au large de l'île d'Eubée le pétrolier russe Pegas, rebaptisé quelques jours plus tard Lana, en vertu des sanctions européennes liées à la guerre en Ukraine. Selon des informations à l'époque, le tanker transportait 115.000 tonnes de pétrole iranien. Les autorités grecques avaient par la suite annoncé que le navire et son équipage seraient libérés.

 

Un tribunal régional grec avait ordonné le 9 juin la restitution à l'Iran du pétrole confisqué

Mais le pétrole avait en revanche été retenu à la demande du ministère américain de la Justice, et un processus de transfert de la cargaison vers un navire affrété par les États-Unis avait été engagé. Les États-Unis imposent en effet des sanctions économiques à l'Iran qui touchent notamment ses exportations de pétrole. Le ministère iranien des Affaires étrangères avait demandé via l'Organisation maritime internationale (OMI) au gouvernement grec de relâcher le tanker tout en accusant les États-Unis d' « avoir déchargé la cargaison du navire ». En représailles, deux pétroliers grecs avaient été saisis par l'Iran.

Un tribunal régional grec avait ordonné le 9 juin la restitution à l'Iran du pétrole confisqué. Selon l'agence grecque Athens News, quelque 60.000 tonnes de brut sont concernées, sur la cargaison totale initialement transportée par le Lana. L'incertitude demeure toutefois concernant la question de savoir qui prendra en charge les coûts liés au transfert vers le Lana du pétrole actuellement stocké sur un autre pétrolier actuellement stationné au large du Pirée.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2170) : SAMEDI 2 JUILLET 2022

Samedi 2  Juillet 2022 – «Terreur russe», systèmes antiaériens américains... le point sur la guerre en Ukraine :

Au moins 21 personnes ont été tuées dans des frappes de bombardiers stratégiques en pleine nuit sur des immeubles de la région d'Odessa, dans le sud de l'Ukraine, a affirmé Kiev vendredi, un nouvel acte de "terreur" russe selon le président Volodymyr Zelensky.

D'après le commandement ukrainien du front sud, ce sont des Tupolev Tu-22, des avions datant de la Guerre froide et conçus pour emporter des charges nucléaires, qui ont lâché de la mer Noire des missiles Kh-22 contre des bâtiments civils d'une petite ville côtière au sud d'Odessa.

"L'ennemi a frappé de trois missiles le village de Serguiïvka, dans le district Belgorod Dnistrovsky. Un grand immeuble a été détruit ainsi qu'un complexe touristique", a expliqué sur Telegram le gouverneur régional, Maksym Martchenko.

"Vingt-et-une personnes ont été tuées, dont un garçon de 12 ans. Trente-huit sont à l'hôpital, dont cinq enfants. Deux enfants sont dans un état grave", a-t-il précisé. "Il n'y avait pas la moindre cible militaire" à cet endroit, a-t-il souligné. "J'insiste : il s'agit d'une terreur russe délibérée et non de quelques erreurs ou d'une frappe de missile accidentelle", a dénoncé dans la soirée le président Volodymyr Zelensky.

"J'appelle nos partenaires à fournir à l'Ukraine des systèmes de défense antimissiles aussitôt que possible. Aidez-nous à sauver des vies", a de son côté écrit sur Twitter le ministre des Affaires étrangères Dmytro Kouleba, qualifiant la Russie d'"Etat terroriste".

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, interrogé sur le sujet, a assuré que les forces russes n’opéraient "pas sur des cibles civiles" en Ukraine.

"La partie russe, qui parle une nouvelle fois de dommages collatéraux, est inhumaine et cynique", a commenté le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Hebestreit. "Cela nous montre encore une fois de manière cruelle que l'agresseur russe accepte délibérément la mort de civils", a-t-il ajouté.

Les missiles Kh-22 qui ont été employés vendredi dans la région d'Odessa selon les militaires ukrainiens sont des missiles de croisière soviétiques datant de la Guerre froide, conçus pour frapper un groupe aéronaval. Ce sont, selon l'armée ukrainienne, des missiles du même type qui ont atteint un centre commercial en pleine journée lundi à Krementchouk, dans le centre de l'Ukraine à 200 km du front, y faisant au moins 19 morts selon les derniers bilans.

Vendredi également, le gouverneur de la région de Mykolaïv, Vitaliy Kim, a fait état du tir de 12 missiles par les forces russes contre cette zone du sud de l'Ukraine. Il n'a pas donné de bilan.

 

Le Pentagone a fait la liste vendredi d'une nouvelle contribution de 820 millions de dollars

Ces nouvelles frappes meurtrières sont survenues au lendemain de la clôture à Madrid d'un sommet de l'Otan au cours duquel ses membres, Etats-Unis en tête, ont assuré l'Ukraine de leur soutien indéfectible face à la Russie et ont annoncé de nouvelles aides militaires.

Le Pentagone a fait la liste vendredi d'une nouvelle contribution de 820 millions de dollars, comprenant des missiles, des obus et des équipements de défense antiaérienne sophistiqués NASAMS, qui permettront de lutter contre l'aviation russe, y compris les drones, ainsi que contre les missiles de croisière.

 

La Norvège a annoncé à son tour une aide de 10 milliards de couronnes (près d'un milliard d'euros).

Mais c'est aussi jeudi que les Ukrainiens ont infligé un camouflet aux forces russes en mer Noire, en les contraignant sous le feu de leur artillerie à abandonner l'Ile aux Serpents, un îlot rocheux ukrainien au sud-ouest d'Odessa et face à l'embouchure du Danube.

La localité côtière de Serguiïvka frappée vendredi par les Russes, à environ 80 km au sud-ouest d'Odessa, est située dans la partie du littoral ukrainien la plus proche de cet îlot essentiel pour contrôler le trafic maritime, notamment pour exporter les millions de tonnes de céréales qui restent bloquées dans les silos ukrainiens.

Dernier épisode en date de cette guerre des grains : l'Ukraine a demandé à la Turquie d'intercepter un cargo russe de 140 mètres de long parti du port de Berdiansk, en zone occupée, et qu'elle soupçonne de transporter des milliers de tonnes de céréales volées par les Russes.

Comme pour illustrer cet enjeu, l'armée ukrainienne a affirmé, vidéo à l'appui dans la soirée, que l'armée russe avait bombardé vers 18h00 à deux reprises l'Ile aux Serpents avec des bombes au phosphore, alors même qu'elle avait assuré jeudi s'en retirer en "signe de bonne volonté" et non chassée par les frappes ukrainiennes.

En revanche, Volodymyr Zelensky a admis que la situation demeurait "extrêmement difficile" à Lyssytchansk, une ville du bassin industriel du Donbass, dans l'est, où se concentre la majeure partie des combats. "Les forces (russes) sont arrivées aux portes de Lyssytchansk. L'armée ukrainienne subit de lourdes pertes", a écrit le ministère russe de la Défense dans un communiqué vendredi. Les Russes "tentent d'encercler notre armée par le sud et l'ouest" près de cette cité, a confirmé Serguiï Gaïdaï, le gouverneur de la région de Lougansk.

 

"De jour comme de nuit"

"Ça bombarde de jour comme de nuit", a témoigné, à Siversk, à une vingtaine de kilomètres de Lyssytchank, une femme qui refusait d'être nommée, au pied de son immeuble. Lyssytchansk est la dernière grande ville à ne pas être encore aux mains des Russes dans la région de Lougansk, l'une des deux provinces du Donbass, que Moscou entend entièrement contrôler.

Dans la région de Kharkiv (nord-est), le gouverneur Oleg Sinegoubov a signalé vendredi quatre morts et trois blessés ces dernières 24 heures. A Kherson, dans le sud, des hélicoptères ukrainiens ont frappé "une concentration de troupes et d'équipements militaires de l'ennemi" près de Bilozerka, a déclaré le même jour l'armée ukrainienne, faisant état de "35 morts" parmi les soldats russes et de blindés ennemis détruits.

Sur le front diplomatique, la présidente de la Commission européenne Ursula van der Leyen, s'adressant vendredi par vidéo au Parlement ukrainien, l'a appelé à accélérer ses réformes contre la corruption, dans le cadre de sa candidature à l'UE acceptée la semaine dernière par les dirigeants des 27 Etats membres de l'Union.

Elle a aussi salué le vote d'une loi visant à combattre "l'influence excessive des oligarques sur l'économie" et demandé l'adoption d'une "loi sur les médias, qui rende la législation ukrainienne conforme aux normes de l'Union européenne". "Maintenant, nous sommes ensemble" et c'est "un grand honneur et une grande responsabilité", a déclaré le président Zelensky devant le parlement, soulignant que "l'Ukraine se bat pour choisir ses valeurs, pour être dans la famille européenne".

Enfin, Kiev a remporté vendredi une bataille symbolique sur la Russie, l'Unesco reconnaissant que l'invasion russe mettait en péril la culture ukrainienne du borchtch, une soupe à la betterave et à la viande préparée des deux côtés de la frontière.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2170) : SAMEDI 2 JUILLET 2022

Samedi 2  Juillet 2022 – Femmes afghanes : entre la détresse et l'horreur :

De la brève existence de Fatima M. ne reste qu’une stèle de fortune, plantée dans la terre du cimetière chiite de Kaboul. La veille de sa mort, le 1er juin, la jeune femme de 21 ans a été arrêtée dans la rue par une patrouille de talibans. Inquiet de sa disparition, son oncle s’est rendu au commissariat où on lui a signifié que Fatima n’avait rien à faire dehors. Son crime : avoir ignoré la recommandation faite aux femmes de rester à la maison.

La consigne a été annoncée un mois plus tôt, dans la foulée du port obligatoire de la burqa. À nouveau convoquée le lendemain, en présence de ses parents, Fatima, terrorisée, n’a pas dormi. Elle n’a pas soufflé mot aux siens des souffrances endurées lors de ce premier interrogatoire. Dans la nuit, sa mère l’a entendue prier. Elle l’a retrouvée au petit matin, dans la cuisine, pendue à l’aide de son voile.

Dans les taxis collectifs, la banquette est réservée aux hommes et les passagères ne sont acceptées qu’accompagnées. Pas de femmes seules dans les rues de cette ville du Sud, berceau des talibans. Des affiches menacent celles qui refuseraient de porter la burqa. Restrictions d’accès à l’emploi, interdiction d’aller à l’école secondaire: partout dans le pays, les décrets font disparaître les Afghanes de la vie sociale. À Kandahar, elles sont totalement réduites au silence. Les radios ne peuvent plus émettre de voix féminines, encore tolérées à Kaboul. Le 26 juin, dans le fief ultra-conservateur des hommes au pouvoir.

Le cœur en lambeaux, la mère de Fatima hurle de désespoir en s’agrippant à la pierre où est inscrit le nom de sa fille, touche le monticule de terre comme pour se persuader que c’est bien là qu’elle repose désormais. Son aînée adorée, «profondément joyeuse et courageuse», qui voulait travailler pour aider son père malade et qui a préféré la mort à une vie cloîtrée. «Les talibans nous ont accusés d’avoir tué notre enfant, sanglote-t-elle. Mais ce sont bien eux qui l’ont poussée à en finir.» Arrêté quelques jours après le décès de Fatima, son mari, condamné à payer 60000 afghanis pour le prix du sang versé, a été relâché contre la promesse écrite de ne jamais parler de l’événement.

Ces derniers mois, une hécatombe silencieuse frappe les Afghanes. Alia Azizi, ancienne directrice de la prison pour femmes de Harat, est portée disparue depuis octobre après s’être rendue à une convocation au commissariat. Fariha, enseignante, a été décapitée le 17 juin dans la province de Kondoz. Frozan, 11 ans, a été découverte morte dans une rue de Kaboul. Nafisa, sage-femme, a été assassinée dans la province de Balkh. Banu Negar, policière, a été abattue à Ghor. Chaque fois, les autorités ont accusé de mystérieuses bandes criminelles ou les familles des victimes.

Contrairement à leur règne précédent, où exécutions et châtiments publics participaient de leur stratégie de la terreur, les talibans 2022 veulent éviter toute mauvaise publicité. Dans l’attente d’une reconnaissance officielle de leur gouvernement, les témoins de leurs exactions sont réduits au silence, les médias muselés. C’est un homme apeuré que nous rencontrons dans un café discret de Kaboul. Originaire de la province du Badakchan, il conte d’une voix tremblante ce jour de mars, gravé dans sa mémoire. Tôt le matin, des pick-up de la police ont ordonné aux habitants de son village de Nusay de se rassembler au bord de la rivière. Les hommes se sont massés autour d’un trou préalablement creusé dans la neige. Les femmes ont été reléguées sur une colline en surplomb. De là, elles ont entendu un juge religieux annoncer que, la veille, un couple avait été reconnu coupable d’adultère. L’homme a été exécuté. Puis Karima, mère de quatre enfants, a été présentée à la foule, une cagoule nouée par une corde autour de sa burqa. Le juge a jeté la première pierre, aussitôt imité par le chef de la police. Encouragés par les talibans, les spectateurs se sont joints à la curée pendant de longues minutes. Jusqu’à ce que les cris de Karima, qui hurlait son innocence et se disait enceinte, cessent à jamais. Pour cette fois, le régime de Kaboul a rejeté la faute sur des responsables locaux, qui auraient agi hors ordres.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2170) : SAMEDI 2 JUILLET 2022

Samedi 2  Juillet 2022 – Ukraine: les séparatistes prorusses disent avoir encerclé Lyssytchansk, Kiev dément :

Les séparatistes soutenus par l'armée russe ont affirmé samedi avoir « totalement » encerclé Lyssytchansk, une ville de l'est de l'Ukraine au coeur d'intenses combats ces derniers jours, affirmations démenties à Kiev qui affirme toujours la « contrôler ».

« Les combats font rage autour de Lyssytchansk. Heureusement, la ville n'est pas encerclée et elle est sous contrôle de l'armée ukrainienne », a déclaré à la télévision ukrainienne Rouslan Mouzytchouk, un porte-parole de la Garde nationale de l'Ukraine. Plus tôt, un représentant de l'armée séparatiste de Lougansk, Andreï Marotchko, cité par l'agence de presse russe TASS, avait affirmé que « la milice populaire de Lougansk (l'armée séparatiste, ndlr) et les forces armées russes ont occupé les dernières hauteurs stratégiques, ce qui nous permet d'affirmer que la localité de Lyssytchansk est totalement encerclée ».

 

La prise de Lyssytchansk permettrait à l'armée russe d'avancer ensuite vers Sloviansk et Kramatorsk, deux autres grandes villes de la région industrielle du Donbass

Un autre représentant des autorités séparatistes, Vitali Kisselev, a précisé ces affirmations en indiquant à TASS que les combattants « se trouvent maintenant dans la zone du stade Chakhtar », proche du centre de cette ville qui comptait avant le conflit près de 100.000 habitants. Lyssytchansk est la dernière grande ville de la région de Lougansk contrôlée par l'armée ukrainienne.

Elle est jumelle de celle de Severodonetsk, conquise la semaine dernière par Moscou après le retrait des forces ukrainiennes à l'issue d'une bataille de plusieurs semaines. Les deux villes sont séparées par la rivière Donets. La prise de Lyssytchansk permettrait à l'armée russe d'avancer ensuite vers Sloviansk et Kramatorsk, deux autres grandes villes de la région industrielle du Donbass, que Moscou cherche à conquérir.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2170) : SAMEDI 2 JUILLET 2022

Samedi 2  Juillet 2022 – Mali: l'ambassadeur d'Espagne convoqué après des propos sur une éventuelle intervention de l'OTAN :

L'ambassadeur d'Espagne (photo) a été convoqué vendredi par le gouvernement malien après des propos du ministre espagnol des Affaires étrangères qui a dit « ne pas exclure » une intervention militaire de l'OTAN dans le pays, selon le chef de la diplomatie malienne.

Une intervention de l’Otan au Mali, « nous ne l’excluons pas ». « Si cela représentait une menace pour notre sécurité, nous le ferions », avait déclaré jeudi José Manuel Albares, chef de la diplomatie espagnole, en marge du sommet de l'Alliance qui se tenait à Madrid. « Ces propos sont inacceptables, inamicaux, graves » parce qu' « ils tendent à encourager une agression contre un pays indépendant et souverain », a estimé le ministre des Affaires étrangères malien. « Nous avons demandé des explications, une clarification de cette position au gouvernement espagnol. Nous espérons que cela va venir assez rapidement », a ajouté M. Diop.

 

Madrid craint en particulier l'instabilité au Sahel, où plusieurs groupes jihadistes sont très actifs

« Le ministre doit se rappeler que la situation actuelle d’insécurité et d’expansion du terrorisme au Sahel est surtout lié à l’intervention de l’Otan en Libye dont nous payons encore les conséquences », a-t-il aussi souligné. La nouvelle feuille de route de l'Otan évoque pour la première fois, l' « intérêt stratégique » que revêtent pour elle le Moyen-Orient, l'Afrique du Nord et le Sahel, ainsi que, notamment, les menaces que sont le terrorisme et l'immigration illégale. L'Espagne avait fait de la prise en compte des menaces sur le flanc sud sa grande priorité pour ce sommet.

Madrid craint en particulier que l'instabilité au Sahel, où plusieurs groupes jihadistes sont très actifs , n'entraîne une augmentation de l'immigration clandestine. Située à quelques kilomètres des côtes africaines, l'Espagne est devenue l'une des principales portes d'entrée de l'immigration illégale en Europe. Le Mali est plongé dans une profonde crise sécuritaire, politique et humanitaire depuis le déclenchement d'insurrections indépendantiste et jihadiste en 2012 dans le nord. La propagation jihadiste a gagné le centre et les pays voisins, Burkina Faso et Niger.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2170) : SAMEDI 2 JUILLET 2022

Samedi 2  Juillet 2022 – Rugby : l'équipe de France écrase le Japon :

Poussif en première période, le XV de France a fait la différence en seconde période pour décrocher sa neuvième victoire de rang, en surclassant le Japon (42-23) samedi à Toyota lors du premier match de la tournée estivale des Bleus.

Les hommes de Fabien Galthié, battus pour la dernière fois en juillet 2021 par l'Australie (33-30), se sont imposés grâce à cinq essais de Damian Penaud (3e, 58e), Matthis Lebel (45e), Yoram Moefana (61e) et Pierre Bourgarit (68e). Ils établissent ainsi un nouveau record de succès consécutifs d'un XV de France dans l'ère moderne, effaçant des tablettes la génération emmenée par Serge Blanco, Philippe Sella, Denis Charvet, Didier Camberabero, Pierre Berbizier... qui avait enchaîné dix matches sans défaite (dont 1 nul) entre novembre 1986 et juin 1987.

Les Bleus de 2022 se rapprochent également d'une série de dix victoires d'affilée, dont huit contre l'Allemagne, établi en 1931 et 1937.

Ils restent cependant à distance des cadors néo-zélandais (18 victoires entre août 2015 et octobre 2016), anglais (18 victoires entre octobre 2015 et mars 2017), sud-africains (17 victoires entre août 1997 et novembre 1998) ou gallois (14 victoires entre mars 2018 et mars 2019).

Après l'Argentine (29-20), la Géorgie (41-15), la Nouvelle-Zélande (40-25), l'Italie (37-10), l'Irlande (30-24), l'Ecosse (36-17), le pays de Galles (13-9) et l'Angleterre (25-13), les Français allongent donc leur série.Mais que ce fut compliqué ! Les conditions climatiques (35° et 50% d'humidité) n'expliquent pas tout.

 

Un "laboratoire"

Galthié promettait de faire de cette tournée "un laboratoire", il aura sans doute surtout retenu que son expérience n'a pas été particulièrement concluante, notamment en première période (13-13). Heureusement, ses protégés, qui auront été beaucoup plus réalistes ensuite, auront l'occasion de se rattraper dans une semaine à Tokyo.

En attendant, le staff français sait désormais qu'il peut compter sur la puissance à l'impact de Thomas Jolmès, sur les essais de Damian Penaud (son septième en neuf matches), le jeu au pied de Melvyn Jaminet (auteur de 17 points), les percées de Yoram Moefana... Bref, pas forcément de quoi verser dans la flagornerie.

Les retours du capitaine Charles Ollivon ou de l'ouvreur Matthieu Jalibert n'ont pas été particulièrement probants. Pas plus que la première du troisième ligne Yoan Tanga, souvent pénalisé. Même le talonneur Peato Mauvaka (2 pénalités concédées), pourtant prépondérant dans cette série positive avec notamment deux essais contre les All Blacks, a semblé un peu dépassé.

Heureusement pour eux, les Bleus sont aussi tombés sur une équipe du Japon entreprenante à défaut d'être efficace. Dominés en touche, les Brave Blossoms ont beaucoup tenté mais peu réussi, concédant quinze turnovers et dix pénalités. Au final, les Français ont battu le Japon pour la quatrième fois en cinq oppositions, leur première depuis le nul piteux de 2017 (23-23), qui avait coûté sa place à Guy Novès.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2170) : SAMEDI 2 JUILLET 2022

Samedi 2  Juillet 2022 – «Mon corps, mon choix»: mobilisation en France pour défendre le droit à l'IVG :

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi à Paris « pour la défense du droit à l'avortement » partout dans le monde, en réaction à la remise en cause de l'IVG par la Cour suprême conservatrice des Etats-Unis.

Evoquant une « onde de choc », Suzy Rojtman, membre du collectif « Avortement en Europe - Les femmes décident », craint qu'au vue « de l'importance des Etats-Unis dans le monde », le droit à l'avortement régresse « partout » et que « des pays s'inspirent des Etats-Unis pour renier ce droit fondamental ». Dans la foule, une jeune fille de 16 ans, Thaïs, brandissait une pancarte « 130 centres IVG ont fermé en 15 ans » (en France: ndlr). Elle s’inquiète d'un « effet boule de neige ». La Cour suprême des Etats-Unis a mis fin, le 24 juin, à la garantie juridique fédérale de l'IVG dans tous les pays. Il appartient maintenant aux 50 Etats de se prononcer sur l'avortement. Brandissant des cintres peints en rouge, les manifestants --dont des hommes et beaucoup de très jeunes femmes-- ont défilé en chantant « De New York jusqu'à Paris, avortement libre et gratuit » ou encore « L'IVG, on s'est battu pour la gagner, on se battra pour la garder ».

 

« En France, on n’est pas en-dehors du monde. Il faut faire attention »

« L'IVG sauve des vies », « Keep your laws off my body » (Ote tes lois de mon corps), « Laissez les femmes tranquilles pour une fois », « Un droit sans moyen n'est pas un droit », pouvait-on lire sur les pancartes des participants. Beaucoup étaient écrites en anglais. Organisées à l'appel du collectif « Avortement en Europe - Les femmes décident », rejoints par de nombreuses associations féministes, des syndicats et des partis politiques, plusieurs manifestations étaient prévues à travers la France. A Bordeaux, le rassemblement comptait là aussi quelques centaines de personnes (400 selon la police, un millier selon les organisatrices).

« Ce n’est pas que le droit à l’avortement mais le droit à disposer librement de nos corps. C’est un droit fondamental, qui ne concerne pas que la France mais les femmes du monde entier », déclare Johanna Tilché-Jean, « artiste et mère de famille ». Pour Nicole Blet, infirmière à la retraite et membre du Planning familial en Gironde, « la loi (en France: NDLR) sur l’IVG a toujours été fragile », tout comme « son application ». A Toulouse, quelques dizaines de personnes, surtout des femmes, se sont rassemblées sous le slogan de « Nous sommes fières, femmes, radicales et en colère ! ». « En France, on n’est pas en-dehors du monde. Il faut faire attention » , explique Sandra Cassagnaud, 49 ans. Les Françaises « ont de plus en plus de mal » à être prises en charge en vue d’une IVG.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2170) : SAMEDI 2 JUILLET 2022

Samedi 2  Juillet 2022 – Italie: face à la sécheresse, Vérone rationne l'eau potable :

 Vérone, ville d'un quart de million d'habitants du nord-est de l'Italie, a décidé samedi de rationner l'usage de l'eau potable face à la sécheresse frappant la péninsule.

« En raison de la situation météorologique et de ses conséquences sur l'approvisionnement en eau , le maire a signé une ordonnance qui limite l'usage de l'eau potable à des fins domestiques », a indiqué la patrie de Roméo et Juliette dans un communiqué publié sur son site internet. Jusqu'au 31 août, il sera donc interdit d'utiliser l'eau potable « pour l'arrosage des potagers, jardins et terrains de sport, ainsi que pour le lavage des voitures et pour le remplissage des piscines », précise le communiqué, soulignant que le non-respect de ces restrictations pourra être sanctionné par des amendes allant jusqu'à 500 euros.

 

Les lacs Majeur et de Garde affichent des niveaux d'eau inférieurs à la normale pour cette période de l'année

D'autres communes italiennes ont déjà adopté des mesures similaires, mais Vérone est à ce stade l'une des plus grandes villes à recourir à une mesure aussi drastique. Comme ses voisins européens, l'Italie a été confrontée à une vague inhabituellement précoce de chaleur assortie d'une absence de précipitations, notamment dans la plaine agricole du Pô (nord), frappée par sa pire sécheresse depuis 70 ans. Selon le plus grand syndicat agricole du pays, Coldiretti, la sécheresse menace plus de 30% de la production agricole nationale , et la moitié des élevages dans la plaine du Pô, où l'on produit notamment le jambon de Parme.

Les lacs Majeur et de Garde affichent des niveaux d'eau inférieurs à la normale pour cette période de l'année, tandis que plus au sud, le niveau du Tibre qui traverse Rome a également baissé. Autre conséquence de la sécheresse: la production d'énergie hydroélectrique a fortement chuté, alors que les installations hydroélectriques, situées pour la plupart dans les massifs montagneux du nord du pays, fournissent près de 20% de la production énergétique nationale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens