Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2022 5 11 /02 /février /2022 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2040) : JEUDI 10 FEVRIER 2029

Jeudi 10 Février 2022 - Le point du corona virus le 9 Février 2022 au soir :

La France se rapproche-t-elle, après d'autres pays, de la levée du pass vaccinal? Le gouvernement l'envisage pour fin mars ou début avril, alors qu'une nouvelle salve de restrictions anti-Covid doit déjà disparaître dans une semaine. Après Israël, l'Angleterre, le Danemark, qui ont supprimé leur pass vaccinal ou sanitaire, la France pourrait à son tour renoncer à ce dispositif contesté.

Le "Monsieur vaccin" du gouvernement, Alain Fischer, a donné le ton mercredi en fin de matinée, devant une commission d'enquête du Sénat. Une levée du pass vaccinal est envisageable "d'ici la fin mars" ou début "avril", a estimé M. Fischer. Si, et seulement si, plusieurs conditions sont au rendez-vous: un taux d'incidence "10 ou 20 fois moindre" qu'actuellement, la fin de la surcharge hospitalière et une très forte proportion de vaccinés. L'exécutif a embrayé dans la foulée.

"Il y a des raisons d'espérer qu'à cet horizon de temps la situation se sera suffisamment améliorée pour que nous soyons en mesure de lever ces ultimes mesure", a abondé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, interrogé à l'issue du conseil des ministres suivant un conseil de défense sanitaire.

Déjà, il y a juste une semaine, le ministre de la Santé Olivier Véran affirmait que "le pire est derrière nous" pour cette cinquième vague de l'épidémie de Covid-19 et jugeait probable une levée du pass vaccinal avant juillet. Aux yeux des autorités, la menace due au variant Omicron, moins dangereux que ses prédécesseurs bien que nettement plus contagieux, s'éloigne. La déferlante de contaminations liée à Omicron décroît nettement depuis fin janvier. "La baisse franche, nous y sommes", a souligné Gabriel Attal, "mais gardons-nous bien de fanfaronner".

Pour les hospitalisations (320 mardi) et les décès (363 à l'hôpital mardi), les vagues restent toutefois très élevées. Le pass vaccinal sera levé "dès lors (...) qu'il n'y aura plus un hôpital sous très forte tension du fait du Covid", a déclaré Gabriel Attal. Mais d'ici là, les règles pour conserver son pass vaccinal vont changer, mardi prochain.

Entre 4 et 5 millions de Français majeurs pourraient perdre leur sésame s'ils n'ont pas reçu de dose de rappel d'ici là, ou s'ils n'ont pas été infectés après deux doses, selon les estimations des autorités sanitaires.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2040) : JEUDI 10 FEVRIER 2029

Jeudi 10 Février 2022 - Pour Dominique de Villepin, « la Russie n’a pas forcément intérêt aujourd’hui à la guerre » :

Au micro de France Inter, l’ancien ministre des Affaires étrangères est longuement revenu sur la rencontre Macron-Poutine à Moscou, les intentions de la Russie, mais aussi le rôle de la diplomatie française dans le monde, passant en revue les neuf années de conflit au Mali et revenant sur le génocide des Ouïghours.

« L’esprit de guerre domine dans tous les domaines de notre vie collective. C’est vrai dans le domaine juridique, économique, mais aussi technologique et ce parce que la tension est partout. » Cette phrase n’est pas du général Patton ni de Sun Tzu, mais de Dominique de Villepin , ex-ministre multifonctions (Affaires étrangères, Intérieur, Premier ministre). Car s’il existe un homme politique qui connait sur le bout des doigts les dossiers géopolitiques, c’est bien lui ; et rien que pour avoir évité à la France telle honte que la guerre en Irak, il est devenu un des diplomates les plus audibles sur la scène internationale.

D’abord, sur le conflit Russie et le rôle de la France dans la fameuse « désescalade » . L’ex-ministre estime que « la Russie n’a pas forcément intérêt aujourd’hui à la guerre », lui qui a toujours privilégié la diplomatie à de potentiels affrontements entre nations et pris en compte les gains et les pertes associées à chaque décision pour ensuite adopter son discours ou son action. Comme il le dit, « un dialogue et un rapport de force a été noué ; il ne faut pas mépriser cet aspect. Une unité se dessine entre Européens, ce qui change des divisions que nous avons connues dans le passé. »

Si pendant que certains commentateurs se sont empressés de critiquer le président français – souvent avec le mépris qu’ils lui reprochent d’ordinaire -, alors que d’autres ont salué son action la larme au coin de l’œil, Dominique de Villepin, lui, est resté mesuré, rappelant que « tant que tout n’est pas réglé, rien n’est réglé : c’est un principe de base d’une négociation diplomatique. » Il a également fait part de ses inquiétudes quant à la viabilité d’une paix entre Russes et Ukrainiens, posant comme point de tension l’OTAN et plus particulièrement l’article 10 qui interdit aux pays membres de fermer la porte à un pays qui souhaite y entrer (comme c’est le cas de l’Ukraine).

L’ex-Premier ministre a expliqué d’ailleurs à ce sujet : « Il y a la question de structure, c’est-à-dire l’élargissement de l’OTAN aux frontières de la Russie. La négociation sera difficile car il s’agit de la souveraineté ukrainienne. Mais étant donné qu’on ne peut fermer les portes, il faut faire prévaloir une décision politique », ajoutant que « Poutine veut placer au-dessus de la pile le dossier de la sécurité en Europe. Il a réussi à ce qu’on prenne au sérieux sa demande. Mais Poutine est très prévisible, comme l’est tout autant la Chine et comme le sont tout autant les pays autoritaires. » Dominique de Villepin a, par la suite, clos le volet Russie-Ukraine de cette phrase : « Poutine vieillit, il a un problème de succession et veut apporter dans son héritage des progrès substantiels dans l’intégration de la Russie. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2040) : JEUDI 10 FEVRIER 2029

Jeudi 10 Février 2022 - Les Français plus heureux dans des grandes villes... sauf à Paris :

L'Insee a demandé à des Français de noter de 0 à 10 leur vie en général et sous différents aspects (logement, loisirs, relations familiales et amicales, travail).

Les Français les plus satisfaits de leur vie habitent dans des grandes villes, à l'exception notable de la région parisienne, selon une étude de l'Insee réalisée avant la pandémie et publiée mercredi. Peu étonnamment, pour être heureux, mieux vaut être bien portant, jeune, en couple, cadre, riche, en emploi et français, révèle cette étude sur des chiffres de 2019.

L'institut national de la statistique a demandé à des Français de noter de 0 à 10 leur vie en général et sous différents aspects (logement, loisirs, relations familiales et amicales, travail). La note moyenne pour la vie en général s'établit à 7,3, un chiffre presque identique à 2010 et qui a très peu évolué depuis 2015.

Toutes choses égales par ailleurs, la satisfaction diminue avec l'âge, à l'exception d'un rebond autour de 60 ans. Les cadres sont la catégorie socio-professionnelle la plus heureuse, suivie des professions intermédiaires (0,13 point de moins), employés (-0,22), ouvriers (-0,23), artisans (-0,30) et agriculteurs (-0,48).

Par situation familiale, les couples, avec et sans enfants, sont les plus heureux, loin devant les personnes seules (-0,46 par rapport à un couple avec enfants) et les familles monoparentales (-0,57).

En données corrigées des caractéristiques de la population, les habitants les moins heureux sont ceux de Paris, du "pôle" (communes alentour) et de la "couronne" (communes plus éloignées) de la capitale. Ceux des pôles de petites aires urbaines (entre 50.000 et 200.000 habitants) suivent.

Les habitants les plus satisfaits, au contraire, sont ceux des pôles des grandes aires urbaines (plus de 700.000 habitants) et de celles entre 200.000 et 700.000 habitants, et ceux des couronnes d'aires de 200 à 700.000 habitants.

Hommes et femmes sont également satisfaits de leur vie et de leur logement, mais les hommes sont en moyenne plus satisfaits de leurs loisirs (+0,38 points) et de leur travail (+0,10) et les femmes plus satisfaites de leur famille et amis (+0,12).

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2040) : JEUDI 10 FEVRIER 2029

Jeudi 10 Février 2022 - Soirées au 10 Downing Street : une nouvelle photo embarrasse Boris Johnson :

Alors que Boris Johnson tient toujours tête aux appels à la démission, une nouvelle photo le montrant durant une des soirées organisées pendant le confinement a été publiée.

Il accroche un Pin's au revers de sa veste, à côté d'un collaborateur portant une guirlande autour du cou, devant un paquet de chips éventré et une bouteille de champagne entamée. L'image publiée par le «Daily Mirror » prête à sourire mais elle n'a pas dû plaire à Boris Johnson : elle a été prise durant une des fameuses soirées organisées pendant le confinement, le «Partygate» qui est à l'origine des appels à la démission du Premier ministre britannique. Il s'agissait d'un des quiz organisés en visio pour les équipes du 10 Downing Street, mais dont la convivialité passe mal puisque le 15 décembre 2020, le Royaume-Uni avait été placé en confinement face à la progression du coronavirus, promettant un Noël en petit comité voire isolé.

Depuis la révélation de ces rassemblements festifs des équipes du Premier ministre, une enquête a été ouverte et 12 événements distincts sont dans le viseur de la police. Un rapport a été rendu la semaine dernière par la haute fonctionnaire Sue Gray , dans lequel elle a dénoncé «des erreurs de leadership et de jugement», estimant qu'«un certain nombre de ces rassemblements n'auraient pas dû être autorisés». La police métropolitaine de Londres a expliqué avoir reçu plus de 300 images et 500 pages d'informations sur ces événements, parmi lesquels un anniversaire surprise pour Boris Johnson et des pots de départ.

Pour l'instant, Boris Johnson tient tête face aux appels de la démission, émanant des travaillistes mais aussi de certains conservateurs, dont l'important donateur John Armitage, cofondateur du fonds spéculatifs Egerton Capital, qui a fustigé à l'antenne de la BBC «le manque d'honneur inhérent aux politiciens modernes». L'homme à la tête d'une fortune estimée à plus de 2,6 milliards de dollars selon «Forbes », et qui a donné au parti conservateur plus de 500 000 livres depuis l'arrivée de l'ancien maire de Londres à la tête du gouvernement, a menacé de couper ses dons en absence de conséquences, se disant «personnellement» à «un point de non retour». «Les politiciens devraient se lancer en politique pour le bien de leur pays. C'est la raison principale d'être en politique. Je ne pense pas que ce soit à propos de votre volonté personnelle d'être au sommet d'un jeu de l'oie», a-t-il fustigé.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2040) : JEUDI 10 FEVRIER 2029

Jeudi 10 Février 2022 - Sondage de la présidentielle : Yannick Jadot reverdit, Christiane Taubira plonge :

Ce jeudi 10 février, les choses bougent... à gauche. Si Jean-Luc Mélenchon mène toujours la danse - loin du quatuor de tête -, Yannick Jadot retrouve un peu d'air dans notre sondage Ifop-Fiducial de la présidentielle en temps réel pour Paris Match, LCI et Sud Radio.

Et si tout n'était pas joué à gauche ? Alors qu'une rencontre entre les entourages de Yannick Jadot et de Christiane Taubira s'est déroulée dimanche, afin d'évoquer un rapprochement possible des deux campagnes, le candidat écologiste reverdit enfin, grignotant 0,5 point pour revenir à 5% dans notre sondage de la présidentielle en temps réel Ifop-Fiducial. Bien sûr, son score reste faible, très en deçà du score obtenu par la liste verte aux Européennes qu'il menait (13,5%), mais il est en dynamique avant, quand ses adversaires de gauche sont soit stables, comme Jean-Luc Mélenchon (10,5%), soit en recul comme Christiane Taubira (3%, -0,5), Fabien Roussel (3%, -0,5) et Anne Hidalgo (2%, -0,5). Malgré le soutien de l'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve , la maire de Paris apparait même en perdition et c'est l'avenir du Parti socialiste qui est en jeu. La sûreté du choix en faveur de Yannick Jadot est également en progression (53%) et l'actualité sur le prix de l'énergie ou le programme nucléaire présenté par Emmanuel Macron pourrait lui permettre d'imposer enfin ses thématiques fortes dans la campagne.

A droite, en revanche c'est le statu-quo ce jeudi. Stable à 17,5%, Marine Le Pen précède toujours Valérie Pécresse de 2,5 points et Eric Zemmour de 3 points. La sûreté du choix est très forte pour les deux candidats d'extrême droite (78%). Enfin, le président de la République Emmanuel Macron est toujours largement en tête des intentions de vote du premier tour avec 25,5% (=). La parenthèse internationale n'a pas érodé sa cote auprès des sondés, bien au contraire. Lui aussi bénéficie d'une forte sûreté du choix (76%) et séduit aussi bien les jeunes (30% chez les 18-24) que les anciens (31% chez plus de 65 ans).

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2040) : JEUDI 10 FEVRIER 2029

Jeudi 10 Février 2022 - Les "convois de la liberté" interdits à Paris :

Le préfet de police a annoncé jeudi interdire à Paris les "convois de la liberté", inspirés d'un mouvement lancé au Canada pour protester contre les restrictions sanitaires, qui prévoyaient de "bloquer la capitale" à partir de vendredi. "Un dispositif spécifique sera mis en place (...) pour empêcher les blocages d’axes routiers, verbaliser et interpeller les contrevenants à cette interdiction", a ajouté la préfecture de police dans un communiqué.

Des milliers d'opposants au pass vaccinal ont annoncé sur les réseaux sociaux vouloir "rouler sur Paris" dans le cadre de "convois de la liberté", inspirés par les routiers canadiens qui bloquent le centre de la capitale de leur pays, Ottawa . Plusieurs convois sont déjà partis mercredi de Nice, Bayonne et Perpignan. Ils prévoient de rallier Paris vendredi soir et certains appellent ensuite à rejoindre Bruxelles pour une "convergence européenne" prévue le lundi 14 février.

Le préfet de police, qui a donné "des consignes de fermeté" aux policiers, rappelle qu'entraver la circulation est passible d'une peine de deux ans d'emprisonnement, d'une amende de 4.500 euros, de l'immobilisation et de la mise en fourrière du véhicule, de la réduction de moitié du nombre maximal de points du permis de conduire et de sa suspension pour une durée maximale de trois ans. "L'organisateur d’une manifestation interdite peut être puni de six mois d'emprisonnement et de 7.500 euros d'amende et les participants seront verbalisés avec une contravention de quatrième classe", soit 135 euros, ajoute la préfecture.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2040) : JEUDI 10 FEVRIER 2029

Jeudi 10 Février 2022 - Une baleine à bosse de presque 10 mètres s'échoue sur une plage du Pas-de-Calais :

Une baleine à bosse de presque dix mètres de long s'est échouée et a été retrouvée morte jeudi matin sur une plage du Pas-de-Calais, entre Calais et Marck, a constaté l'AFP, un phénomène "exceptionnel" selon un spécialiste. "Cette baleine de 9,53 mètres s'est échouée sur la plage du Fort Vert. Il s'agit d'une femelle. C'est un phénomène exceptionnel pour la région", a affirmé à l'AFP Jacky Karpouzopoulos, président de la Coordination mammalogique du nord de la France (CMNF) et "responsable des échouages" dans le Nord-Pas-de-Calais, confirmant une information de France 3 Hauts-de-France.

Cette baleine, qui pèse "entre 20 et 25 tonnes", doit être sortie de la "zone de balancement" des marées jeudi après-midi "pour ne pas qu'elle reparte à la mer". Il s'agit d'un corps mort et "ça peut être dangereux pour la navigation", a ajouté M. Karpouzopoulos. Avec l'aide "d'engins lourds", nous allons "la tirer sur la plage le plus haut possible" et vendredi "on fera son autopsie". "On va ouvrir l’animal sur la plage, le découper et la baleine partira à l’équarrissage", a-t-il précisé. "Ce type d'échouage est assez rare sur notre littoral, le passage des migrations des cétacés se faisant plus au nord de l'Angleterre", a expliqué à l'AFP Yoan Demassieux, l'un des soigneurs de la Ligue Protectrice des Animaux (LPA) à Calais.

Cette baleine "est morte il y a quelques heures seulement, il est possible qu'elle ait été surprise par les bancs de sable nombreux ici sur les plages de l'est de Calais" et "qu'elle soit morte étouffée par son propre poids", avance-t-il, sans écarter la possibilité d'une éventuelle maladie. En novembre, un rorqual commun de 19 mètres et d'une quinzaine de tonnes, s'était échoué dans le port de Calais après s'être blessé.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2040) : JEUDI 10 FEVRIER 2029

Jeudi 10 Février 2022 - A Belfort, Macron annonce une relance du nucléaire sans oublier les énergies renouvelables :

Emmanuel Macron a annoncé jeudi la commande de six réacteurs nucléaires EPR, tout en affichant des objectifs ambitieux pour l'éolien marin et le solaire, à l'exception notable des éoliennes terrestres, qui subissent un coup de frein.

Le président de la République a demandé la construction de six réacteurs de nouvelle génération EPR2, avec une première mise en service à l'horizon 2035. A cela s'ajoute l'étude pour huit de plus pour "la fin de la décennie 2040". "Concrètement, nous allons engager dès les semaines à venir les chantiers préparatoires", a dit Emmanuel Macron. Le début des travaux est visé à l'horizon 2028, pour une mise en service du premier réacteur d'ici 2035.

La France ne construit actuellement qu'un seul EPR sur son territoire, celui de Flamanville (Manche), qui a connu de nombreux retards et surcoûts.

Emmanuel Macron a promis "des financements publics massifs de plusieurs dizaines de milliards d'euros" pour ce programme et "prendra ses responsabilités pour sécuriser la situation financière d'EDF", aujourd'hui lourdement endettée. Une "direction de programme interministérielle" sera dédiée aux nouveaux projets.

La France, qui compte aujourd'hui 56 réacteurs, prolongera tous ceux qui peuvent l'être si la sûreté le permet. "Je souhaite qu'aucun réacteur nucléaire en état de produire ne soit fermé à l'avenir, compte tenu de la hausse très importante de nos besoins électriques, sauf évidemment raison de sûreté", a dit Emmanuel Macron. EDF doit étudier les conditions de leur prolongation au-delà de 50 ans, avec l'Autorité de sûreté nucléaire, a-t-il ajouté.

Jusqu'à présent, la France avait prévu de fermer 12 réacteurs supplémentaires, après les deux de Fessenheim déjà arrêtés, un objectif gravé dans sa programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE).

Plus d’énergie solaire : "D'ici 2050, nous multiplierons par près de dix la puissance installée pour dépasser 100 gigawatts, en veillant à un équilibre entre les installations en toiture et celles aux sols", a annoncé Emmanuel Macron.

Avec les emprises commerciales, les emprises d'État notamment militaires ou encore l'agrivoltaïsme (panneaux sur cultures), "nous aurons la capacité de déployer ces projets de manière harmonieuse", avec des filières françaises de production, a-t-il assuré.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2040) : JEUDI 10 FEVRIER 2029

Jeudi 10 Février 2022 - La Libye avec deux Premiers ministres après un vote controversé du Parlement :

La Libye s'est retrouvée jeudi avec deux Premiers ministres après un vote controversé du Parlement susceptible d'exacerber les luttes de pouvoir dans ce pays miné par les crises.

Dans ce qui s'apparente à un coup de force institutionnel du camp de l'Est libyen contre celui de Tripoli, le Parlement siégeant à Tobrouk a désigné l'influent ex-ministre de l'Intérieur Fathi Bachagha pour remplacer Abdelhamid Dbeibah à la tête du gouvernement intérimaire.

Or M. Dbeibah, anticipant ce vote, a fait savoir à plusieurs reprises qu'il ne céderait le pouvoir qu'à un gouvernement sorti des urnes.

Et dans la nuit de mercredi à jeudi, le véhicule de M. Dbeibah a essuyé des tirs à Tripoli, ont rapporté des médias locaux sans préciser si le Premier ministre se trouvait à bord. Aucune confirmation n'a pu être obtenue de source officielle au sujet de ces tirs.

La Libye s'est enlisée dans une crise politique majeure après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011 avec des rivalités entre les principales régions, les luttes de pouvoir et les ingérences étrangères.

En pleine guerre civile, le pays avait été dirigé entre 2014 et 2016 par deux Premiers ministres rivaux à l'Ouest et à l'Est.

Après des années de conflits armés et de divisions, le gouvernement Dbeibah a été mis sur pied il y a un an, sous l'égide de l'ONU, pour mener la transition jusqu'aux élections présidentielle et législatives, qui étaient prévues en décembre avant d'être reportées sine die.

Ce report avait été décidé sur fond de désaccords persistants entre un pouvoir à l'Est incarné par le Parlement et le maréchal Haftar, et un autre à l'Ouest autour du gouvernement de Tripoli et le Haut Conseil d'Etat.

Alors que ce report se profilait, M. Bachagha -l'un des candidats le plus en vue de l'ouest libyen à la présidentielle- s'était rapproché du camp rival en se rendant à Benghazi. Il y avait rencontré le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'Est libyen et chef de l'autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL).

L'ANL a d'ailleurs salué jeudi la désignation de M. Bachagha comme Premier ministre et affirmé "soutenir la décision du Parlement". Le Parlement, qui estime que le mandat de M. Dbeibah a expiré avec le report des élections, avait retenu deux prétendants sur un total de sept pour le remplacer: M. Bachagha, 59 ans, et l'outsider Khaled Al-Bibass, un ancien haut fonctionnaire au même ministère.

Avant de faire procéder au vote, le président du Parlement Aguila Saleh, l'un des principaux rivaux du gouvernement Dbeibah, a affirmé que M. Bibass avait retiré sa candidature, laissant M. Bachagha seul en lice.

La séance était retransmise en directe avant d'être interrompue au moment du vote. Cité par des médias libyens, M. Bibass a démenti avoir retiré sa candidature.

MM. Bachagha et Dbeibah, tous deux originaires de l'ouest du pays, disposent chacun du soutien de groupes armés en Tripolitaine.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2040) : JEUDI 10 FEVRIER 2029

Jeudi 10 Février 2022 - Christine Lagarde à Matignon, un missile anti-Pécresse :

L’hypothèse d’une nomination de la patronne de la BCE, Christine Lagarde, à Matignon est évoquée dans le camp d’Emmanuel Macron. Info ou intox pour déstabiliser la candidate LR, à quelques jours de son grand meeting parisien.

C’est l’un des sujets préférés des piliers de la majorité d’Emmanuel Macron : qui succédera à Jean Castex à Matignon en cas de réélection d’Emmanuel Macron ? Si peu misent sur le maintien de l’élu de Prades à son poste, chacun y va de sa petite idée. A ce jeu-là, l’hypothèse d’une nomination de Christine Lagarde , l’actuelle patronne de la BCE, a le vent en poupe. C’est la même rumeur préférée du moment. Ce serait Nicolas Sarkozy, selon «Les Echos», qui aurait soufflé l’idée à Emmanuel Macron lors de leur dernier déjeuner. Une vraie peau de banane glissée sous les pieds de Valérie Pécresse, la candidate LR, qui traverse un faux-plat. A la relance, elle vient de perdre en outre le soutien d’Eric Woerth , président de la commission des finances à l’Assemblée nationale rallié à Emmanuel Macron.

Dans ces conditions, la rumeur Christine Lagarde à Matignon infuse une musique négative à droite. L’ancienne patronne du FMI fut en effet ministre en même temps de Valérie Pécresse. «C’est une femme de droite, expérimentée et malléable, confie un ministre de premier plan. Une bonne arme pour déstabiliser Pécresse. Elle parle à la bourgeoisie de droite et ne froisse pas les électeurs sociaux-démocrates.»

Personne ne sait si Emmanuel Macron nommerait, en cas de réélection, Christine Lagarde à Matignon mais à deux mois du premier tour de la présidentielle, cette rumeur prend des allures de missile anti-Pécresse.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2040) : JEUDI 10 FEVRIER 2029

Jeudi 10 Février 2022 - Luc Montagnier, prix Nobel de médecine pour la découverte du virus du sida, est décédé :

Luc Montagnier, prix Nobel de médecine pour la découverte du virus du sida, est mort mardi à l'hôpital américain à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), a appris jeudi l'AFP auprès du maire de la ville. Rejeté sur le tard pour des théories douteuses, le chercheur Luc Montagnier, qui était âgé de 89 ans, reste à jamais associé à la découverte du virus du sida qui lui a valu le prestigieux prix Nobel de médecine.

Ses propos controversés contre les vaccins anti-Covid l'avaient remis sur le devant de la scène, lui attirant la sympathie des antivax et le discréditant un peu plus auprès de la communauté scientifique.

"J'ai toujours cherché l'insolite. J'ai du mal à travailler sur un courant déjà établi", confiait ce biologiste spécialiste des virus dans un documentaire consacré à des travaux qu'il qualifiait lui-même de "sulfureux" sur la "mémoire de l'eau", diffusé sur France 5 en juillet 2014.

Fines lunettes métalliques, œil vif et visage toujours poupon à 80 ans passés, le virologue se décrivait comme un "marginal" en blouse blanche malgré ses lauriers internationaux, avec le prix Nobel attribué en 2008 pour une découverte réalisée un quart de siècle plus tôt.

Il faut se replonger dans l'ambiance des années 1980 pour comprendre la fièvre qui s'était emparée d'une poignée de laboratoires dans le monde: découvrir au plus vite l'origine d'un mal étrange qu'on nommait, faute de mieux, "maladie des 4H" (car semblant s'attaquer essentiellement aux homosexuels, héroïnomanes, Haïtiens et hémophiles). "Nous avions le bon virus (...) mais personne ne nous croyait et nos publications étaient refusées"

Né le 8 août 1932 à Chabris dans l'Indre (centre de la France), le virologue Luc Montagnier dirigeait depuis 1972 à l'Institut Pasteur un laboratoire spécialisé dans les rétrovirus et oncovirus (responsables de cancers).

Début 1983, il isole avec ses "associés" Françoise Barré-Sinoussi et Jean-Claude Chermann un nouveau rétrovirus qu'il baptise provisoirement LAV (Lymphadenopathy Associated Virus) à partir d'un prélèvement effectué par le Dr Willy Rozenbaum sur un jeune malade, un homosexuel ayant séjourné à New York.

C'est pour lui l'agent "causal" de la nouvelle maladie. Mais la découverte est accueillie avec "scepticisme", en particulier par l'Américain Robert Gallo, grand spécialiste des rétrovirus.

"Pendant une année, nous savions que nous avions le bon virus (...) mais personne ne nous croyait et nos publications étaient refusées", racontait Montagnier 30 ans après.

En avril 1984, Margaret Heckler, secrétaire d'Etat américaine à la Santé annonce que Robert Gallo a trouvé la cause "probable" du sida, un rétrovirus baptisé HTLV-III. Mais ce dernier s'avère être rigoureusement identique au LAV trouvé plus tôt par l'équipe de Montagnier...La polémique enfle: qui est le véritable découvreur du virus de l'immunodéficience humaine (VIH), Montagnier ou Gallo? La question est importante car elle permet de régler la question des royalties liées aux tests de dépistage.

Le différend aboutit à une conclusion provisoire et diplomatique en 1987: Etats-Unis et France signent un compromis où Gallo et Montagnier sont officiellement qualifiés de "codécouvreurs".

Le véritable épilogue intervient 20 ans après, avec l'attribution du Nobel pour la découverte du VIH, non pas à Gallo mais à Montagnier et à son associée Barré-Sinoussi.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2040) : JEUDI 10 FEVRIER 2029

Jeudi 10 Février 2022 - Pour Yannick Jadot, Emmanuel Macron «condamne la France à un siècle de nucléaire» :

Emmanuel Macron «est en train de condamner la France à un siècle de nucléaire», a fustigé jeudi à Montpellier le candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot , alors que le chef de l'Etat a annoncé une relance du programme nucléaire français . Le président de la République, qui n'est pas encore officiellement candidat, a annoncé jeudi après-midi à Belfort la construction d'une série de nouveaux réacteurs nucléaires EPR de deuxième génération.

Cette décision, «sans débat démocratique», condamnerait la France à «un siècle de nucléaire» car «les EPR qu'il nous promet, c'est au mieux 2040-2045», a dénoncé Yannick Jadot, en déplacement à Montpellier au côté de l'ancien leader syndical paysan et ex-député européen José Bové: «C'est des EPR qui dureront jusqu'à la fin du siècle». «On a un président de la République qui surinvestit sur le nucléaire, qui est un fiasco», a accusé le candidat écologiste, en pointant le surcoût de l'EPR de Flamanville: «Quand vous avez 17 milliards de surcoût, la leçon, ce n'est pas d'arrêter, c'est d'en faire six ou dix», a ironisé le candidat écologiste, estimant que «c'est proprement irresponsable». «Qui soutient le nucléaire dans cette campagne électorale ? Toute l'extrême droite. Qui soutient le développement du nucléaire dans le monde ? Les dictateurs de la Chine et de la Russie», a poursuivi M. Jadot: «Emmanuel Macron est parfaitement aligné avec Zemmour, avec Le Pen, avec Poutine, avec Xi Jinping... Chacun son camp, nous on préfère le camp des démocraties», a-t-il conclu.

Le candidat EELV a également battu en brèche l'argument selon lequel le nucléaire serait synonyme «d'indépendance énergétique»: «Il ne m'a pas semblé qu'on avait encore des mines d'uranium dans notre pays, l'uranium, on va l'extraire au Niger, au Kazakhstan, en Ouzbékistan», a-t-il affirmé. Au passage, l'écologiste a rappelé que s'il est élu il mettra «le paquet sur les énergies renouvelables» et, «progressivement, (...) sortira du nucléaire et de ses risques».

«Emmanuel Macron se fait le porte-parole d’une industrie nucléaire déjà sur le déclin au lieu d’envisager les véritables solutions que sont les énergies renouvelables et les économies d’énergie», a déclaré dans un communiqué Zélie Victor, responsable Transition énergétique de l’association Réseau Action Climat. Le collectif explique que relancer une filière nucléaire est une option coûteuse et qui ne répond pas à l’urgence d’avoir, dès la prochaine décennie, un parc électrique bas carbone et sans défaillance. «Cette année encore, parce qu’une partie du parc nucléaire est à l’arrêt en raison de la découverte de défauts, la France a dû augmenter l’utilisation de ses centrales au charbon», a-t-il dit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens