Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 06:00




Netanyahou-Etat-hebreu.jpg




A quelques heures de son départ pour Washington - et de sa rencontre avec Barack Obama mardi 22 mars -, Benjamin Netanyahou a confirmé dimanche la poursuite du programme de colonisation à Jérusalem-Est. Le Premier ministre israélien affirme avoir fait part de son intention à la secrétaire d'Etat, Hillary Clinton.

 


" Construire à Jérusalem, c'est comme construire à Tel Aviv." Pour Benjamin Netanyahou, la construction de nouveaux logements à Jérusalem-Est ne pose donc aucun problème. Et tant pis si cela ne ravit pas l'allié américain. A quelques heures de son départ pour Washington - où il doit participer lundi au Congrès de l'Aipac (un lobby pro-israélien) et rencontrer Barack Obama mardi - le Premier israélien a confirmé dimanche la poursuite de la colonisation juive dans la partie arabe de la ville. "Notre politique à propos de Jérusalem est la même que celle qui a été suivie par tous les gouvernements israéliens depuis 42 ans, elle ne change pas", a-t-il déclaré, estimant qu'il était "d'une grande importance que ces choses-là sortent du domaine du simple commentaire et de la spéculation". Pour ce faire, le dirigeant israélien a écrit une lettre à la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, "afin que les choses soient claires comme du cristal".

 

La crise diplomatique entre Israël et les Etats-Unis, provoquée par l'annonce de la construction de 1.600 nouveaux logements à Jérusalem-Est en pleine visite du vice-président américain, Joe Biden, dans la région, ne l'a donc pas fait changer d'avis. Du moins, en apparence. Car s'il se prononce sur la poursuite de la colonisation, le dirigeant israélien n'évoque aucun délai. Selon les médias israéliens, les mises en chantier pourraient être repoussées de deux à trois ans, histoire de laisser place aux pourparlers indirects, souhaités par Washington.

 

"Des souffrances inacceptables" à Gaza


Autre élément venant étayer cette hypothèse: à l'issue d'une nouvelle conversation téléphonique avec le dirigeant israélien jeudi, Hillary Clinton a déclaré qu'il avait répondu de façon "utile et fructueuse" à ses préoccupations. Si ce cas de figure se confirme, les propos de Benjamin Netanyahou sont à interpréter comme autant de gages donnés à la frange la plus extrême de sa coalition gouvernementale, à savoir les ultra-nationalistes d'Israël Beiteinou, représentés aux Affaires étrangères par Avigdor Lieberman, et les ultra-orthodoxes du Shas.

 

Reste que la pression s'accroît sur l'Etat hébreu. En visite dans la bande de Gaza dimanche, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a exhorté l'Etat hébreu à mettre fin au blocus du territoire palestinien. "Le peuple palestinien vit dans des conditions très difficiles", a-t-il déploré, avant d'ajouter: "J'ai répété cent fois aux dirigeants israéliens que leur politique de fermeture était mauvaise et insupportable, qu'elle causait des souffrances inacceptables." Sur le terrain, la tension est toujours vive. Après les heurts à Jérusalem ces derniers jours, quatre Palestiniens ont été tués ce week-end. Deux d'entre eux ont été tués par l'armée israélienne alors qu'ils tentaient, selon elle, de poignarder un soldat en Cisjordanie. Les deux autres sont morts lors d'affrontements avec les forces de l'ordre, près de Naplouse.



Source : lejdd.fr  21-03-2010  



Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens