Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 05:49











Amnesty International a décerné lundi 27 juillet sa plus haute distinction à l'opposante birmane, Aung San Suu Kyi, dont le procès s'achève vendredi 31 juillet. L'ancien président de l'organisation, Francis Perrin, explique les raisons de cette récompense.

 

Le procès de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi, ouvert depuis le 18 mai dernier, est entré dans sa phase finale avec la présentation des conclusions de l'accusation. Le verdict devrait être prononcé vendredi. Suu Kyi, qui a passé près de 14 des 20 dernières années en résidence surveillée, risque cinq ans de prison, si elle est reconnue coupable d'avoir violé les termes de son assignation à résidence.

Lundi, Amnesty International a profité donc de décider de faire de l'opposante de 64 ans son «ambassadrice de conscience». Francis Perrin, membre du Bureau exécutif et ancien président de l'organisation en France, explique pour quelles raisons l'organisation a remis sa plus haute distinction à Aung San Suu Kyi.

 

Pourquoi avoir décerné à Aung San Suu Kyi le titre d'«ambassadrice de conscience» ?

 

Cette distinction, qui a été créée en 2003 sert à reconnaître les efforts de personnalités en faveur des droits humains. Elle a notamment été décernée aux anciens présidents sud-africain Nelson Mandela et tchèque Vaclav Havel.

Elle vise à célébrer le rôle exceptionnel qu'une personne a pu jouer dans le combat et la défense des droits humains. La personnalité hors du commun d'Aung San Suu Kyi a inspiré de nombreuses personnes à travers le monde et les a encouragées à la défense des droits humains. En tant que symbole d'espoir, de courage et de sérénité, elle est tout à fait digne de cette distinction.

 

Quels sont aujourd'hui les leviers d'action d'Amnesty International ?

 

Depuis 20 ans, notre réseau de militants s'active aux quatre coins du monde par des actions de sensibilisation, d'information, de médiatisation en réclamant sa libération immédiate et inconditionnelle. Aung San Suu Kyi est une «prisonnière d'opinion» aux mains du régime birman. Nous ne cessons d'envoyer des lettres aux autorités pour réclamer sa libération. Amnesty International fait aussi pression par des activités de lobbying sur les États et les organisations intergouvernementales, comme le Conseil de Sécurité de l'ONU et les pays de l'ASEAN. Ces derniers ont sur le régime birman une capacité d'influence importante, tant politique qu'économique sur le régime birman.

 

Au bout de 20 ans, Aung San Suu Kyi n'est toujours pas libre. Le découragement ne vous gagne-t-il pas ?

 

Il ne faut pas se leurrer : des moments de découragement, il y en a et il y en aura. Nous suivons avec attention le procès, nous sommes inquiets. Cependant, depuis la création d'Amnesty International en 1961, nous avons appris à être patients et constants dans notre combat. Aucun gouvernement n'a réussi à nous décourager. Si nous estimons que le combat est juste, aucun gouvernement ne peut arrêter notre action, même si cela dure 10, 20, 30 ou 40 ans. Seule la libération ou la mort nous font cesser nos actions .



Source : lefigaro.fr  27-07-2009

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens