Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2023 2 07 /02 /février /2023 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....
LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....
LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....
LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....
LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....
LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....

Lundi 6 Février 2023 – La Turquie et la Syrie touchées par un violent séisme, des milliers de morts

 Deux séismes ont frappé lundi le sud-est de la Turquie et la Syrie voisine, ravageant des régions entières et faisant des milliers de victimes.

La première secousse, d'une magnitude de 7,8, s'est produite à 04H17 locales (01H17 GMT). Elle est survenue dans le district de Pazarcik, dans la province de Kahramanmaras (sud-est), à 60 kilomètres environ à vol d'oiseau de la frontière syrienne, et à une profondeur d'environ 17,9 kilomètres.

Des dizaines de répliques ont suivi, avant un nouveau séisme de magnitude 7,5, à 10H24 GMT, toujours dans le sud-est de la Turquie, à 4 kilomètres au sud-est de la ville d'Ekinozu.

 

Bilan humain provisoire

Plus de 1.900 personnes ont été tuées et des milliers ont été blessées en Turquie et en Syrie, selon des bilans provisoires, de nombreuses personnes restant piégées dans les décombres de milliers de bâtiments.

En Turquie, il a fait au moins 1.121 morts et 7.634 blessés, selon un dernier bilan l'agence gouvernementale de gestion des catastrophes (Afad).

En Syrie, le tremblement de terre a fait 783 morts et 2.280 blessés, selon le ministère syrien de la Santé et des secouristes en zones rebelles.

 

Bilan matériel

Plusieurs sites archéologiques ont été touchés en Syrie et notamment la citadelle d'Alep, un joyau architectural de l'époque médiévale et sa vieille ville, classée en 2018 au patrimoine mondial en péril de l'Unesco, après des années de guerre civile.

En Turquie, le président turc Recep Tayyip Erdogan a fait état de près de 3.000 immeubles effondrés dans sept différentes provinces - 2834 selon l'AFAD, l'organisme public turc de gestion de catastrophes.

Ont notamment été touchées des villes comme Adana, Gaziantep, Sanliurfa, Diyarbakir, mais aussi Iskenderun et Adiyaman, où les hôpitaux publics se sont écroulés.

 

Aide

La communauté internationale a vite répondu à un appel à l'aide internationale de la Turquie, avec par exemple des équipes de l'Union européenne immédiatement mobilisées et des annonces similaires du Royaume-Uni, d'Inde, d'Azerbaïdjan... tandis que l'ONU et de nombreux pays se sont dits prêts à fournir des secours d'urgence.

En dépit de tensions bilatérales, la Grèce comme la Suède ont promis un soutien à la Turquie.

De son côté Israël a annoncé avoir "approuvé" l'envoi d'aide à la Syrie, après une demande de Damas reçue via des canaux "diplomatiques", les deux pays n'ayant pas de relations officielles.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....

Lundi 6 Février 2023 – La France envoie 139 secouristes en Turquie après le séisme meurtrier

La France va envoyer lundi soir 139 secouristes de la Sécurité civile en Turquie après le violent séisme qui a tué plus de 1.500 personnes dans le pays et en Syrie, selon un bilan provisoire, a annoncé Gérald Darmanin. "A la demande du président de la République, 139 secouristes de la Sécurité civile s'envoleront ce (lundi) soir pour la #Turquie dans le cadre du mécanisme de solidarité européen. La France est pleinement solidaire de la Turquie dans ces terribles circonstances", a tweeté le ministre de l'Intérieur.

Les secouristes n'ont pas vocation pour l'heure à intervenir en Syrie, "c'est un dispositif pour la Turquie", a précisé l'entourage du ministre à l'AFP. La France est "prête à apporter une aide d'urgence aux populations", avait tweeté dans la matinée Emmanuel Macron.

"Des images terribles nous viennent de Turquie et de Syrie après un tremblement de terre d'une force inédite", avait ajouté le président français. "Nos pensées vont aux familles endeuillées."

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....
LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....
LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....
LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....

Lundi 6 Février 2023 – Séisme : la ville martyre d'Alep en Syrie fortement touchée, la citadelle endommagée

La citadelle d'Alep et plusieurs autres sites archéologiques ont été endommagés dans le séisme qui a fait plusieurs centaines de morts lundi en Syrie, a indiqué la Direction générale des antiquités et des musées.

"Des parties du moulin ottoman à l'intérieur de la citadelle d'Alep sont tombées, et des parties des murs défensifs du nord-est se sont fissurées et fendues", a précisé la même source dans un communiqué.

"De grandes parties du dôme du phare de la mosquée ayyoubide", situées à l'intérieur de la citadelle, se sont également effondrées, "dont l'entrée de la tour défensive mamelouke", a ajouté le communiqué.

Dans la vieille ville d'Alep située dans le nord-ouest de la Syrie, plusieurs immeubles résidentiels adjacents aux murs historiques se sont effondrés et fissurés.

La Direction générale des antiquités et des musées a publié  des photos sur Facebook montrant le minaret de la mosquée ayyoubide, la façade de l'hospice ottoman et des parties de la citadelle d'Alep endommagés.

Alep est réputée notamment pour sa citadelle, un joyau architectural de l'époque médiévale ainsi que sa vieille ville, classée en 2018 au patrimoine mondial en péril de l'Unesco, après des années de guerre civile.

Dans la province de Hama, dans le centre-ouest de la Syrie, des équipes archéologiques ont fait état de "certains bâtiments endommagés à l'intérieur de l'ancien château d'Al-Marqab" dans la ville de Banyas, ainsi que de la chute partielle de murs et d'une tour.

 

Des façades historiques se sont également effondrées dans la ville de Hama.

A Qadmous, une falaise rocheuse est tombée à proximité du château de la ville, dans la province de Tartous et des bâtiments résidentiels se sont effondrés dans l'enceinte du château.

Les équipes de la Direction générale des antiquités poursuivent l'évaluation des dégâts, et ne disposent pas encore d'informations précises sur la ville antique de Palmyre.

Le séisme de magnitude 7,8 a frappé lundi à l'aube le sud de la Turquie, où le bilan s'élève à 912 morts, et la Syrie voisine qui compte 783 morts, selon des bilans encore provisoires.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....

Lundi 6 Février 2023 – Retraites : la réforme à l'Assemblée nationale, Le Pen tonne

Un hémicycle archicomble et deux motions des oppositions: le débat sur la réforme des retraites est lancé lundi à l'Assemblée nationale pour deux semaines à haut risque, sous la pression des syndicats qui organisent deux nouvelles journées de mobilisation.

Le coup d'envoi des débats a été donné à 16H00 pour cette bataille autour du report de 62 à 64 ans de l'âge légal de départ, réforme phare du second quinquennat d'Emmanuel Macron, qui ne dispose que d'une majorité relative à l'Assemblée.

Sur les bancs du gouvernement, le ministre du Travail Olivier Dussopt, fragilisé par des soupçons de "favoritisme" dans l'attribution d'un marché public lorsqu'il était maire d'Annonay, sera entouré de collègues de Bercy pour ce texte budgétaire.

"Ce texte est nécessaire, juste, et je suis plus que jamais déterminé à le défendre", déclare le ministre dans Libération lundi, promettant d'être "en pleine forme" pour les débats.

A l'approche de deux journées d'action, mardi et samedi à l'appel de l'intersyndicale, la cheffe du gouvernement Élisabeth Borne a rencontré lundi matin le président de la République, pour leur réunion hebdomadaire. Dimanche, elle a encore rappelé que le recul de l'âge légal représentait "un effort collectif", se disant soucieuse "d'assurer l'avenir de notre système de retraite par répartition".

 

"Mobilisation massive constatée"

Dans une concession de dernière minute, elle a annoncé que les personnes ayant commencé à travailler entre 20 et 21 ans pourront partir à la retraite à 63 ans, une extension du dispositif carrières longues.

Ce geste sera-t-il suffisant pour obtenir les voix, cruciales, de la droite? Non pour Aurélien Pradié notamment, qui pointe une "tromperie" et demande d'aller plus loin pour ceux ayant commencé à cotiser tôt.

Mais le président du groupe Olivier Marleix lui rétorque lundi dans le Figaro que Les Républicains n'avaient pas "demandé de modifier les règles d'accès aux carrières longues". "Les enchères commencent à montrer les contradictions des LR", observe une source gouvernementale.

Pour sa part, la patronne des députés RN Marine Le Pen raille une "négociation de marchands de tapis" entre le gouvernement et la droite.

Côté syndicats, l'effort de Mme Borne n'a pas convaincu: une "rustine" qui "n'est pas la réponse" attendue "à la mobilisation massive constatée", dénonce Laurent Berger, patron de la CFDT.

Les journées de mobilisation des 19 et 31 janvier ont déjà réuni chaque fois plus d'un million de manifestants selon la police, plus de deux millions selon les organisateurs.

"On compte sur le fait qu'il y ait des mobilisations pour que les élus de la République prennent en compte l'avis des citoyens", a déclaré sur France 2 le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

 

"Projet contre projet"

Alors que les vacances scolaires ont commencé pour la zone A, le trafic sera fortement perturbé mardi à la SNCF et la RATP.

Pour la quatrième journée de mobilisation samedi, début des congés de la zone B, les syndicats de la SNCF ont décidé de ne pas appeler à la grève pour ne pas pénaliser les voyageurs.

En milieu d'après-midi lundi, les députés LFI défendront d'emblée une demande de rejet de l'ensemble de la réforme, "brutale" et "injuste". Le vote sur leur motion pourrait donner quelques sueurs froides au camp présidentiel.

Puis le groupe RN, également contre les 64 ans, portera sa demande de référendum, qui a peu de chances d'être validée.

In extremis, les députés du groupe indépendant Liot ont déposé leur propre demande de référendum, avec des élus de gauche et un LR, Ian Boucard, ont-ils indiqué à l'AFP. Mais elle ne sera soumise à l'Assemblée que si celle du RN ne l'est finalement pas, selon la présidence de l'institution.

Les députés s'attelleront ensuite aux quelque 20.000 amendements déposés sur le projet de loi, dont 13.000 par LFI. Mme Borne avait dit espérer "un vrai débat, projet contre projet" plutôt que des "caricatures".

Mais ce flux d'amendements "permet de gérer un peu le tempo, accélérer, ralentir", au lieu de se laisser dicter le rythme, oppose l'Insoumis François Ruffin, qui veut avec la Nupes pouvoir relayer dans l'hémicycle "la vie des gens", "la France du réel".

Si l'Assemblée ne vient pas à bout des amendements d'ici le 17 février minuit, le texte passera au Sénat, du fait du choix de l'exécutif de recourir à un budget rectificatif de la Sécurité sociale.

Ce temps contraint est vivement critiqué par les oppositions, qui comptent néanmoins parvenir à discuter de l'article 7 consacré au report de l'âge de la retraite.

Les autres points chauds du texte se concentrent autour de la situation des femmes, qui pourraient être perdantes avec le recul de l'âge de départ, la pénibilité ou encore l'emploi des seniors.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....

Lundi 6 Février 2023 – Hôpital : le gouvernement propose une rallonge budgétaire de 600 millions d'euros en 2023

Gabriel Attal (photo), ministre délégué aux Comptes publics, a annoncé lundi que le gouvernement proposera un amendement pour accroître le budget de l'hôpital de 600 millions d'euros en 2023.

Le gouvernement déposera un amendement au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour rallonger de 600 millions d'euros le budget des hôpitaux en 2023, a annoncé lundi le ministre délégué aux Comptes publics Gabriel Attal.

"Je proposerai un amendement au nom du gouvernement pour accroître le budget de l'hôpital de 600 millions d'euros en 2023", a déclaré le ministre sur RTL, à quelques heures de l'ouverture des débats à l'Assemblée sur ce texte qui abrite la réforme des retraites.

"Le président de la République a annoncé des mesures fortes pour l'hôpital (...) Vous savez que, notamment pour le travail de nuit, il y avait des majorations pour les personnels de santé (...) Le président de la République a annoncé qu'on allait les prolonger", a-t-il ajouté.

 

D'autres mesures à venir

Face à un système "à bout de souffle" de l'aveu même du gouvernement, avec des urgences débordées et un manque criant de personnels, sur fond de triple épidémie hivernale de Covid-19, grippe et bronchiolite, Emmanuel Macron avait annoncé début janvier une réorganisation de l'hôpital et des mesures pour faciliter l'accès aux soins. Il avait aussi annoncé la "sortie de la tarification à l'acte" à l'hôpital dès le prochain budget de la Sécurité sociale. Des mesures plutôt bien reçues dans le milieu hospitalier.

"Il y a d'autres mesures qui vont venir soutenir les soignants notamment qui travaillent la nuit", a précisé lundi Gabriel Attal.

Le coup d'envoi des débats sur le projet de loi de financement rectificative de la Sécurité sociale sera donné à 16H00 lundi, dans un hémicycle qui s'annonce archicomble pour ce texte qui abrite la réforme phare du second quinquennat d'Emmanuel Macron: le report de 62 à 64 ans de l'âge légal de départ à la retraite.

"C'est un texte financier sur le budget de la Sécurité Sociale, donc il y a d'autres sujets qui seront abordés", a indiqué Gabriel Attal pour expliquer l'amendement sur le budget de l'hôpital.

Interrogé sur le financement de cette mesure, il a précisé que l'objectif de déficit public pour l'année 2023 restait à 5% du PIB et que le gouvernement s'était gardé la "possibilité, notamment sur le budget de l'hôpital d'accroître son engagement" après les annonces du président. "On en avait tenu compte dans les prévisions qu'on a faites", a dit le ministre.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....
LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....
LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....
LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....
LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....
LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....
LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....

Lundi 6 Février 2023 – Des incendies catastrophiques au Chili font au moins 23 morts

Au moins 23 personnes sont décédées dans les dizaines de feux de forêt survenus dans le centre du Chili, où sévit une intense vague de chaleur, selon un nouveau bilan à la hausse publié samedi soir par les autorités.

"Nous déplorons la mort de 23 personnes", a déclaré le sous-secrétaire à l'Intérieur, Manuel Monsalve, qui a également précisé que 979 personnes ont été blessées.

M. Monsalve a expliqué que sur les 232 incendies actifs samedi, 83 demeurent hors de contrôle. Sur ce nombre, 76 ont commencé le vendredi, 16 le samedi.

Un précédent bilan samedi faisait état de 16 morts, contre 13 vendredi. Parmi eux, un pilote de nationalité bolivienne et un mécanicien de nationalité chilienne qui se sont écrasés vendredi dans un hélicoptère qui luttait contre les feux, selon le le Service national de prévention et de réponse aux catastrophes (Senapred).

Face à cette situation, le président chilien Gabriel Boric a proclamé l'état de catastrophe dans la région de La Araucania, après avoir adopté une mesure similaire pour celles de Nuble et Biobio.

Une telle mesure permet notamment aux autorités de restreindre la libre circulation des personnes et de faire appel à l'armée lorsqu'elles l'estiment nécessaire.

Le président Boric a interrompu vendredi ses vacances pour se rendre dans la ville de Concepcion, à 510 km au sud de la capitale Santiago.

"Nous ne vous laisserons pas seuls", a promis le président sur Twitter aux Chiliens sinistrés.

Ces incendies se produisent pendant une vague de chaleur extrême avec des températures proches de 40ºC, ce qui fait craindre aux autorités une catastrophe comme celle de 2017.

Cette année là, un gigantesque incendie de forêt avait fait 11 morts, quelque 6.000 sinistrés, détruit plus de 1.500 habitations et ravagé 467.000 hectares de terres.

Comme le signale le spécialiste du climat, Serge Zaka, sur Twitter le pilote chilien Nico Vega publie sur TikTok des images terribles des incendies qui ravagent le pays.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....

Lundi 6 Février 2023 – Sites pornos interdits aux mineurs : le dispositif de la Louisiane pourrait-il être retenu en France ?

Depuis le 1er janvier, l'État du sud des États-Unis impose aux personnes souhaitant visionner un film X de présenter une pièce d'identité prouvant leur majorité.

Le gouvernement souhaite interdire l'accès des sites pornographiques aux mineurs. Pourquoi ? Car les jeunes de l'Hexagone ont en moyenne 11 ans, malgré la législation en vigueur qui interdit aux plateformes l'accès aux mois de 18 ans. Pour endiguer ce phénomène inquiétant, le gouvernement a annoncé ce lundi vouloir interdire, dès septembre, l'accès de ces sites aux mineurs. «Ce scandale, je compte bien y mettre fin», a annoncé le ministre en charge du Numérique, Jean-Noël Barrot, au Parisien .

Vérifier les pièces d'identité

Parmi les solutions envisagées par la France figure celle adoptée il y a un mois par la Louisiane. Le 1er janvier 2023, l'état du sud des États-Unis a voté une loi qui impose aux personnes souhaitant accéder à un site pornographique de présenter une preuve de leur majorité : un permis de conduire ou toute autre pièce d'identité émise par le gouvernement. La loi n°440 vise les sites dont le contenu est composé d'au moins 33,3% de matériel pornographique.

La mesure, soutenue par l'élue républicaine Laurie Schlegel, également thérapeute spécialisée dans l'addiction au sexe, vise à protéger les enfants des «dangers de la pornographie en ligne». Cette dernière «est extrême et graphique et à seulement un clic de nos enfants», avait-elle alerté sur Twitter. Plusieurs sénats d'États américains, comme celui de l'Arkansas, du Mississippi et de l'Utah, sont déjà en discussion pour adopter la même stratégie.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....

Lundi 6 Février 2023 – Opposé à la réforme des retraites, François Hollande estime la sienne : «11.000 à 12.000 euros» par mois

L'ancien président, qui a aussi été conseiller à la Cour des comptes et élu de Corrèze, perçoit un revenu mensuel dix fois supérieur à la pension minimale que le projet de loi entend instaurer s'il est voté.

En plein débat sur la réforme des retraites, François Hollande n'a pas échappé à l'exercice de «transparence» sur sa propre situation. Invité de RMC/BFMTV ce lundi matin, l'ancien président de la République a été interrogé sur le montant qu'il perçoit mensuellement depuis qu'il n'a plus de mandat électif et qu'il n'exerce plus de métier dans la haute fonction publique. Ainsi, ayant refusé de siéger au Conseil constitutionnel, ses revenus d'ancien chef de l'État lui rapporteraient «à peu près 4000 euros», comme le veut la loi. Un chiffre qui vient s'ajouter à ses deux retraites d'ex-élu de Corrèze, département qu'il a présidé et dont il a été député, ainsi qu'à son revenu d'ancien conseiller de la Cour des comptes. Soit, selon des chiffres révélés par Le Figaro en 2017 puis confirmés par l'intéressé sur RMC en 2018, un montant total avoisinant les «15.000 euros» bruts, équivalents à «11.000 à 12 000 euros» nets.

Cela représente trois fois plus que les 4000 euros auxquels le socialiste - qui «n'aime pas les riches» - avait cru bon de fixer le seuil de richesse il y a quelques années. Et dix fois plus que la pension minimale prévue par le projet de loi de l'exécutif, qui entend porter le plancher à 1200 euros par mois. Or, en dépit de cette mesure plutôt marquée à gauche, François Hollande continue de s'opposer fermement au texte de l'exécutif, en raison d'un prétendu manque de «justice sociale». «Il ne peut pas y avoir d'acceptation de quelque réforme que ce soit s'il n'y a pas une contribution des plus hauts revenus et des plus hauts patrimoines», fustige-t-il ainsi, en dénonçant le refus d'Emmanuel Macron de créer de nouveaux impôts ou d'augmenter les taxes existantes.

«Il n'y a pas de bon moment pour la réforme des retraites, oui, mais il y en a de mauvais», avait déjà mis en garde l'ex-président, mi-janvier, sur France Inter. Après deux premières journées de manifestations massives partout en France, le socialiste continue désormais à alerter sur l'ampleur du mouvement en cours. Une contestation qui, «bien sûr, part des retraites, mais englobe d'autres colères, d'autres frustrations». «Tout ça fait un terreau qui est assez dangereux», a-t-il estimé, en appelant à «regarder» cela «avec beaucoup de netteté». Sans pour autant aller jusqu'à réclamer de revenir sur le mode de calcul de la retraite des anciens présidents : François Hollande estime que la situation actuelle représente déjà «bien moins que ce qu'il se passe à l'étranger».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....

Lundi 6 Février 2023 – Réforme des retraites : Olivier Dussopt se dit en faveur d'un «point d'étape» annuel au Parlement

Le ministre du Travail veut aller «plus loin» que la clause de revoyure en 2027, proposée par la première ministre Élisabeth Borne.

Régulièrement accusé de «passage en force», le gouvernement s'attelle à envoyer des messages d'ouverture. À quelques heures du lancement des débats sur la réforme des retraites à l'Assemblée nationale, le ministre du Travail, Olivier Dussopt, a souhaité se montrer plus que jamais prêt à dialoguer. Invité sur Europe 1 ce lundi matin, celui qui est en première ligne sur ce texte s'est dit en faveur d'un «point d'étape», «chaque année», mis à la disposition des parlementaires.

La première ministre a d'abord fait un premier pas. La semaine dernière, Élisabeth Borne a évoqué une clause de revoyure fixée à 2027, de manière à faire le bilan à la fin du quinquennat. Cela permettrait au Parlement «d'être parfaitement informé et, si c'est nécessaire, de prendre les décisions qu'il faut», a complété Olivier Dussopt, évoquant là une «demande» émanant des députés et des sénateurs. Mais le ministre veut aller «plus loin», en fixant un rendez-vous annuel.

«Parce qu'une réforme importante comme celle-ci, ça se suit», a-t-il ainsi défendu. Avant de rappeler l'attribut du Parlement, d'être «en charge de l'évaluation du gouvernement». «La responsabilité du gouvernement, c'est de donner au Parlement tous les éléments pour qu'il puisse juger, évaluer, et, s'il le souhaite à un moment ou un autre, prendre des décisions différentes», a-t-il insisté. Et de conclure : «Ça s'appelle la souveraineté du Parlement.»

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....

Lundi 6 Février 2023 – Le patron de Wagner s'affiche dans un bombardier au-dessus de l'Ukraine

Le patron du groupe paramilitaire russe Wagner, Evguéni Prigojine, s'est affiché lundi à bord de ce qu'il a présenté comme un bombardier Su-24 revenant d'un bombardement sur Bakhmout, l'épicentre des combats dans l'est de l'Ukraine.

Dans une vidéo, le sulfureux homme d'affaires devenu chef de guerre est équipé d'un casque et d'un masque de pilote, tandis qu'un paysage de nuit peut être aperçu par le hublot au moment où l'appareil atterrit. «On a atterri, on a bombardé Bakhmout», a lancé Evguéni Prigojine dans cette courte vidéo diffusée sur Telegram par son service de presse.

Evguéni Prigojine a également lancé un défi au président ukrainien Volodymyr Zelensky, assurant qu'il embarquerait mardi sur un chasseur MiG-29. «Si vous voulez, nous nous rencontrerons dans le ciel. Si votre appareil prend le dessus, vous récupérez (Bakhmout), sinon on ira jusqu'au (fleuve) Dniepr», assure-t-il.

 

Wagner classé organisation terroriste par l'Ukraine

Cette vidéo est diffusée le jour où le Parlement ukrainien a voté une résolution qualifiant d'organisation terroriste le groupe Wagner, dont les mercenaires combattent en première ligne aux côtés de l'armée russe. «Nous nous préparons à détruire Wagner en tant que composante du terrorisme international», a déclaré sur Telegram le chef de l'administration présidentielle ukrainienne Andriï Iermak.

Les députés ukrainiens «ont également adopté une demande aux organisations internationales et aux Parlements concernant la reconnaissance des sociétés militaires privées russes comme organisations terroristes», a précisé David Arakhamia, chef de la faction présidentielle au Parlement.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2378) - LUNDI 6 FEVRIER 2023 : séisme Turquie et Syrie, Assemblée, Réforme retraites, Incendies Chili,.....

Lundi 6 Février 2023 – Guerre en Ukraine : la défiance vis-à-vis de l'aide à Kiev progresse aux États-Unis, selon un sondage

Une courte majorité d'Américains soutient encore l'aide apportée par Washington. Les opposants sont désormais 26%, et même 40% chez les Républicains, révèle la dernière étude du PEW.

Le moral de l'arrière du front est l'un des principaux déterminants d'une guerre, la chose n'est pas nouvelle. Dans celle d'Ukraine, cet arrière s'étend loin, hors des frontières du pays envahi par la Russie il y a près d'un an, car Kiev ne pourrait tenir sans l'aide financière et militaire massive des pays occidentaux. À commencer par le plus puissant d'entre eux, les États-Unis. Les sondages, à cet égard, sont loin d'être anecdotiques, dans la mesure où le Kremlin pourrait faire le pari d'une guerre longue qui engendrerait la lassitude des opinions publiques.

Alors que l'aide militaire a franchi ces dernières semaines un nouveau cap avec l'annonce de l'envoi de chars lourds occidentaux, force est de constater que le soutien de l'opinion publique outre-Atlantique faiblit, même s'il reste, à ce stade, encore majoritaire. Les Américains sont désormais 26% à trouver que cette aide est «trop importante», selon la dernière étude du PEW Research Center - l'un des principaux instituts de sondage dans le monde - parue le 31 janvier. C'est 6 points de plus qu'en septembre (20%), 14 de plus qu'en mai (12%) et 19 de plus qu'en mars dernier (7%).

 

Les résultats de l'enquête du PEW. PEW

Logiquement, la courbe du soutien à l'aide américaine fléchit nettement. Les Américains sont désormais seulement 51% à la regarder positivement, soit une très courte majorité seulement. Et la dynamique tire tendanciellement ce chiffre vers le bas, avec 4 points de moins qu'en septembre (56%), 15 de moins qu'en mai (66%) et 23 de moins qu'en mars dernier (74%).

 

Une polarisation accrue

Dans le détail des profils favorables à l'aide, l'on distinguera les personnes qui trouvent l'aide suffisante (31% en janvier 2023) et ceux qui voudraient qu'elle augmente encore (20%). De façon intéressante, la première catégorie est en forte baisse (37% en septembre 2022, soit 6 points de moins), quand la seconde, au contraire, progresse (18%, soit 2 points de plus), ce qui pourrait traduire une polarisation accrue de la société américaine à l'endroit de l'Ukraine.

À cet égard, la division politique entre républicains et démocrates, qui existait déjà, s'accroît. Désormais, 40% des républicains estiment que l'aide à l'Ukraine est trop importante (plus 8 points par rapport à septembre), quasiment à égalité avec ceux qui la jugent positivement (41%, moins 15 points). Les démocrates, quant à eux, ne sont que 15% à s'opposer à l'aide américaine (chiffre néanmoins en hausse de deux points par rapport à septembre) tandis que ceux qui la soutiennent sont très largement majoritaires à 63% (en baisse de seulement 2 points).

Sans conteste, le soutien à l'aide massive vers l'Ukraine est donc encore majoritaire aux États-Unis, mais de peu. Surtout, la dynamique voit la défiance à son égard grandir, particulièrement chez les républicains, mais pas seulement. Reste à savoir si cette tendance, en réalité observable depuis le début de l'invasion russe le 24 février 2022, se poursuivra dans les prochains mois alors que la Russie, après ses échecs militaires de l'automne et du début de l'hiver, regagne derechef un peu de terrain dans le Donbass et que Kiev dit craindre incessamment une nouvelle offensive russe dans l'Est.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens