Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 08:00

 

Barack-Obama-defaite-des-democrates.jpg

 

La défaite annoncée des démocrates aux élections de mi-mandat est moins lourde que prévu. La formation de Barack Obama conserve en effet, selon les dernières projections, la majorité au Sénat. Mais une véritable vague républicaine s’est abattue sur la Chambre des représentants. Le camp républicain a d'ores et déjà annoncé son intention de bloquer les programmes défendus par le président américain. La vie politique ne va pas être facile pour le Président Barack Obama. Quelle sera désormais sa marge de manœuvre? Eléments de réponse.

 

"Travailler ensemble [et] trouver un terrain d'entente", voilà ce qu'a proposé Barack Obama aux leaders républicains John Boehner et Mitch McConnell, quelques heures après l'annonce des premiers résultats. Il n’a en vérité pas d’autre choix. Reste à savoir comment, tant la campagne électorale a été marquée par de violentes attaques contre le président américain et par les promesses de blocage en cas de victoire du Grand Old Party.

 

Le scénario annoncé depuis plusieurs semaines dans les médias s'est bel et bien produit mardi 2 novembre aux Etats-Unis: le parti républicain s'est en effet largement imposé à la Chambre des représentants. Selon les dernières projections, il remporte près de 60 sièges supplémentaires, soit bien plus que les 39 qui lui étaient nécessaires pour faire basculer la Chambre, contre 167 pour les démocrates. Cette vague républicaine dépasse celle de 1994, au milieu du premier mandat de Bill Clinton, quand le Grand Old Party avait conquis 54 sièges. Selon CNN, il s'agit d'ailleurs de la plus large alternance depuis 1948, année où les démocrates avaient perdu 75 sièges à la Chambre des représentants. Les républicains gagnent également de nombreux sièges de gouverneurs, que les électeurs américains étaient appelés à renouveler dans 37 Etats.

 

Certes, les démocrates conservent la majorité au Sénat, avec, selon les dernières projections - et alors que certains résultats ne sont pas encore connus -, 51 sièges contre 46 pour les républicains et peuvent se targuer de quelques victoires symboliques. Ainsi en va-t-il de celle du chef de file du groupe démocrate au Sénat, Harry Reid. Donné largement perdant il y a encore quelques semaines, l'élu a sauvé son siège dans le Nevada, où il était opposé à Sharron Angle, figure du Tea Party. Les républicains avaient pourtant fait de leur victoire dans cet Etat l'un de leurs objectifs symboliques majeurs. Ils peuvent toutefois se réjouir de s'être imposés dans le fief de Barack Obama: c'est en effet le républicain Mark Kirk qui l'emporte lors de la sénatoriale de l'Illinois.

 

L'immigration, le climat et l'éducation

 

Après s'être constamment opposés à Barack Obama pendant deux ans, les républicains entendent désormais empêcher ses réformes les plus symboliques, annoncées en début de mandat. Il s'agit notamment de la loi sur l'énergie et le changement climatique, l'immigration ou encore l'éducation. "La capacité qu'avait l'administration Obama à faire passer de nouveaux programmes majeurs était déjà limitée. Avec ce scrutin, l'affaire est entendue", juge Jaret Seiberg, analyste politique au Washington Research Group.

 

Reste à savoir quelle attitude le président américain adoptera face à cette nouvelle donne. Barack Obama se retrouve en effet dans la position de George W. Bush et Bill Clinton*, qui avaient tous deux subi un large revers lors des élections de mi-mandat: le premier avait dû faire face à une fronde démocrate sur tous les sujets, de la guerre en Irak à l'immigration, quand le second, lui, avait choisi de jouer au centre et de faire des compromis.

 

Cette à cette deuxième option qu'a semble-t-il invité le républicain John Boehner. "Nous espérons que le président Obama va désormais respecter la volonté du peuple, changer de cap et s'engager à faire les changement que [les Américains] demandent", a déclaré celui qui devrait être élu en janvier à la tête de la majorité à la Chambre des représentants. "Notre nouvelle majorité préparera les choses différemment, adoptera une approche nouvelle qui n'a jamais été tentée auparavant à Washington par un parti, quel qu'il soit", a-t-il par ailleurs promis. Les républicains ont d'ores et déjà présenté un calendrier prévoyant la réduction des dépenses publiques, la baisse du déficit et la remise en cause de certains volets de la réforme du système de santé, pilier de la première moitié de mandat de Barack Obama. S'il ne peut pas faire grand chose face au blocage législatif annoncé, le président américain disposera tout de même de son droit de veto pour empêcher certaines manoeuvres républicaines.

 

*En 1994 pour Bill Clinton, lors de son premier mandat. En 2006 pour George W. Bush, lors de son second mandat.

 

Source : lejdd.fr  03-11-2010            

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

Repost 0
Published by jp echavidre - dans Le MONDE en marche..
commenter cet article

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens