Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 19:00




Dans ces temps difficiles ou chacun se pose des questions sur son avenir ou sur l'avenir de ses enfants, d'autres n'ont même plus ce choix là; ils vivent au jour le jour, se débattent ,avec les difficultés et "improvisent" leur vie en fonction des circonstances. D'autres encore, aidés par la chance ou par leur travail ou bien parce qu'ils se trouvent encore dans le bon créneau, parviennent à maintenir leur pouvoir d'achat, souvent avec beaucoup de mal.
En choisissant des exemples représentatifs de notre société, le site "Eco89" a eu l'idée de passer "aux rayons X" les porte-monnaies de Français, que nous cotoyons tous les jours, sans bien savoir leurs problèmes






solange-tecnicienne-pole-emploi.jpg





50 ans, Solange est sur le point d'être mise à la porte. Son employeur, Téléperformance, délocalise les centres d'appel en Tunisie, au Brésil et aux Philippines, et va supprimer 600 emplois en France. C'est pour attirer l'attention sur cette situation qu'elle a accepté de livrer  son porte-monnaie au rayon X.


Depuis 1998, Solange dépanne par téléphone les clients d'Orange, et avant eux, ceux de Wanadoo. Elle a connu la révolution du haut-débit dans les foyers, depuis les premiers modems jusqu'à la fibre optique.

Arrivée en France à 18 ans grâce à une bourse d'études de son pays, le Congo-Brazzaville, elle a suivi une formation d'ingénieur… qu'elle n'a pas pu finir, car l'école s'est un jour aperçue que la bourse n'avait jamais été payée. Solange n'est donc pas diplômée et regrette de ne pas avoir le titre d'ingénieur. Née juste avant l'indépendance du Congo, elle a obtenu des papiers pour rester en France.

Solange s'est longtemps épanouie dans son job. Mais elle souffre aujourd'hui d'avoir à « lire des scripts qui ne correspondent pas forcément aux besoins du client » : « On n'arrive pas à dépanner nous-mêmes, on renvoie vers un service commercial, c'est décourageant. »

Depuis juin dernier, avec ses collègues du site de Pantin, elle entretient une grève larvée : « Le téléphone sonne, on ne prend que quelques appels par jour, car la grosse majorité des appels sont décrochés en Tunisie. »


Revenus : 2 115 euros


** Salaire : 1 567 euros
Chez Téléperformance, Solange n'a jamais bougé de son échelon de technicienne. Elle stagne depuis cinq ans au même salaire et a vu plusieurs de ses avantages disparaître.Le salaire net de Solange est de 1 447 euros ; si l'on mensualise le treizième mois, cela fait 1 567 euros : « On a obtenu le treizième mois payé en prime et puis les salaires ont été gelés. J'aurais préféré que mon salaire mensuel augmente, pour cotiser plus en vue de ma retraite. »

Dans le salaire de Solange :

o          est inclus le remboursement de la carte orange : 54,95 euros pour la moitié de son abonnement cinq zones (elle habite à Marne-la-Vallée, en Seine-et-Marne) ;

o          sont déduits les 56 euros qui correspondent à la moitié des tickets-restaurant ;

o          est incluse sa cotisation à la mutuelle familiale : 46 euros. Elle trouve que « c'est peu pour couvrir sept personnes ».

**  Prestations sociales et fiscales : 548 euros

Le foyer touche actuellement 510 euros par mois de prestations familiales, pour ses quatre enfants encore à charge. Normalement, la CAF lui verse 567 euros, mais parce qu'elle a des arriérés de loyers à rembourser, on lui retient 57 euros par mois.

Elle a touché l'an dernier la prime pour l'emploi : 926 euros pour le foyer fiscal, soit 458 euros pour la part de Solange, donc 38 euros par mois.

Avec un mari au Smic et cinq enfants à charge, il faut avoir de l'imagination pour boucler son budget.


Dépenses : 546 euros par mois


Le mari de Solange, docteur en économie dans son pays et vendeur de pneus ici, lui tire souvent son chapeau : « Seul, il ne pourrait pas s'en sortir ».

Ils n'ont pas de compte commun, c'est surtout à elle qu'incombent les charges du foyer. Lui règle le loyer, les factures EDF-GDF et l'abonnement à France Telecom. Nous ne les avons donc pas inclus dans les charges de Solange.

Le loyer, justement, est de 456 euros pour un HLM de quatre pièces. Solange, son mari, leurs quatre enfants et une petite fille adoptée (la nièce de Solange, dont la mère est très malade), vivent dans un F4 de 80 m2. Un logement social obtenu après trois ans d'attente et qui est devenu bien trop petit depuis la naissance de son dernier enfant, en 1998 : « Je demande un F5 depuis plus de quatre ans à la mairie et au 1% patronal, mais visiblement, il n'y en a pas. »

Le logement est situé dans un quartier sensible, mais les enfants le fréquentent peu : à partir du lycée, Solange les envoie à Paris, dans une école internationale privée.

Aujourd'hui, Solange met une heure pour se rendre au bureau le matin, mais ça n'a pas toujours été le cas : son employeur a déménagé sept fois depuis 2002 et à un moment, elle faisait le trajet jusqu'à Guyancourt (Yvelines), soit cinq heures aller-retour par jour. Elle a fini en mi-temps thérapeutique pendant plusieurs mois : « J'étais en train de sacrifier mes enfants, je partais à 6h30, je ne suivais plus leurs devoirs… J'ai craqué nerveusement. »

**  Les charges de gaz et d'électricité s'élèvent à 142 euros par mois, mais comme le loyer, c'est le mari de Solange qui les règle.

**  Charges courantes : 379 euros

La famille n'a pas de voiture. Restent donc comme charges courantes :

**  Assurance habitation : 9 euros par mois (110 euros par an)

**  Abonnement Internet : 30 euros

**  Forfait pour téléphone portable : 35 euros

Pour les enfants, Solange profite de beaucoup d'aides du conseil régional et trouve cela « formidable ». Voici ce qui reste à sa charge :

**  Assurance scolaire : 15 euros par mois

**  Portables des enfants : 45 euros (15 euros par mois par enfant)

**  Le lycée pour un enfant : 1 200 euros par an, soit 100 euros par mois. « Heureusement, il n'y en a qu'un au lycée à la fois », souligne-t-elle.

**  Cantine : 50 euros

**  Pour le lycéen, la cantine coûte 42 euros, mais ne restent à la charge de Solange que 25 euros. Pour le collégien : 25 euros.

**  Transports : 65 euros
Le pass Navigo du collégien et du lycéen coûte seulement 15 euros pour chacun des deux, grâce aux aides. Pour celui qui est en prépa, il coûte 35 euros par mois.

Son fils, qui est en classe prépa, touche une bourse de 280 euros par mois :  « Il la gère tout seul, mange et s'habille avec, mais je lui offre son permis de conduire en cadeau. »

**  Le conservatoire des enfants : 30 euros par mois, grâce aux aides.

**  La nourriture : 167 euros par mois (500 euros tous les trois mois)

Solange sait ce que coûte de nourrir sept personnes ; elle a pris des mesures : « C'est encore le système D : avec des amis, on part à Rungis [le marché d'intérêt national de la région parisienne, ndlr] une fois tous les trimestres. Il y en a un qui a une carte. On est sur place à 2 heures du matin et on ramène de tout : poisson, viande, lait, féculents, pain, légumes… et on congèle tout. »

Solange complète au supermarché pour les produits ménagers, le pain, les fruits… « mais souvent je n'y mets les pieds qu'une fois toutes les deux semaines. »

Malgré son emploi à temps plein, le temps de transport, les enfants, Solange admet qu'elle cuisine beaucoup.


Le reste : des loisirs et beaucoup d'épargne


**  Epargne pour les études des enfants : 500 euros
Solange vient de terminer de payer les études de son aîné, qui étudiait le commerce en Angleterre :  « Je vais vous expliquer la tontine : on se met à plusieurs avec des amis africains. On a tous des projets et on a confiance les uns dans les autres. On se prête de l'argent entre nous et cela permet, à un instant T, d'avoir toujours de l'argent disponible. Je cotise 500 euros tous les mois et je peux payer les études des enfants sans inquiétude. »

Elle économise tout ce qu'elle peut dans le but de payer des études à chacun de ses enfants. L'aîné a fini les siennes et, alors qu'il est encore en stage, il propose déjà d'aider ses frères et sœurs. « Il va finir trader », prophétise sa mère.

Les 1 000 euros restants servent à couvrir les vêtements pour la famille, les petites courses du quotidien, les sorties, les vacances… et un complément d'épargne.

Pour voyager, elle trouve des bons plans : « Sur Internet, j'ai trouvé un deux pièces à louer à Antibes, 350 euros par mois, j'ai tout payé avec mes trois carnets de chèques vacances. Et j'avais économisé pleins de tickets-restaurant en m'apportant ma nourriture au bureau, comme ça j'ai pu payer tout le séjour. »

Avant que Téléperformance ne commence à délocaliser, l'entreprise proposait des sorties à Disneyland ou au parc Astérix, à prix cadeau. Les enfants en profitaient. Maintenant, ils fréquentent surtout le conservatoire : « Ça les sort de leur milieu, ils vont aller loin. »

Aujourd'hui, elle demande 60 000 euros d'indemnités de licenciement à son employeur, et compte enchaîner avec une formation pour entretr au Pôle Emploi. Mais sait que « pour nous, les séniors, c'est dur ».



Source Eco89  mars 2010




Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens