Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 19:30
MONTESQUIEU-VOLVESTRE : OUI M. LEMASLE, L'ARGENT PUBLIC EST RARE !..

 

Monsieur le Maire

Mesdames et Messieurs les Maires Adjoints et Conseillers Municipaux,

 

Vous nous avez fait parvenir, le 10 décembre dernier, le texte de la convention passée entre la Commune de Montesquieu-Volvestre et le Collège Stella Blandy à propos de la reconduction d’un « Centre de Loisirs Associé au Collège » (CLAC). Cet envoi fait suite à la demande exprimée par Monsieur Alban Gautier lors de la séance publique du Conseil Municipal du 23 novembre dernier

Nous vous remercions de cet envoi même si nous regrettons, une nouvelle fois, de n’avoir pas tous les documents nécessaires lors du vote de bon nombre de délibérations.

 

Vous reconnaitrez que ce « CLAC » a fait débat à plusieurs reprises en Conseil Municipal. Certains d’entre vous, certaines pour être plus précis, nous ont même accusés d’être opposés aux mesures prises par votre majorité en faveur des jeunes. Ce qui évidemment est malveillant et totalement inexact

 

L’année dernière, à la même époque, vous nous avez proposé une délibération portant sur la mise en place de ce CLAC (Conseil Municipal du 1er décembre 2014). N’ayant aucune information sur son fonctionnement nous avons évidemment posé les questions d’usage : quel est l’objectif, pourquoi la commune intervient-elle dans le collège alors que cela ne fait pas partie de son domaine de compétence, quelles sont les activités, combien d’enfants sont concernés, etc..

Votre réponse d’alors, Monsieur le Maire : « C’est exact que la Municipalité souhaite garder une œil sur les enfants Montesquiviens qui fréquentent le collège. Les activités dont il est question s’incluent dans un programme de lutte contre la délinquance et l’oisiveté et comprennent des activités ludiques sportives ou culturelles entre 12 heures et 14 heures et une aide aux devoirs le soir entre 17H00 et 19 heures. Le nombre d’enfants concernés : environ 70. Trois animateurs sont détachés par la Mairie ».

Nous avons voté cette délibération et ceci malgré le fait que nous n’ayons pas eu la réponse à toutes nos questions. C’est, vous en conviendrez, une preuve de notre bonne volonté.

Lors de la séance suivante du Conseil Municipal je suis à nouveau intervenu sur le sujet du CLAC notamment sur la question de « l’aide aux devoirs » pour laquelle j’ai mis en doute la compétence des personnels détachés par la Mairie. Cette fois-ci c’est Madame Faucheux (absente la séance précédente) qui a fait la réponse (voir le PV du 2 mars 32015) .Je cite :

« Mme Dominique FAUCHEUX demande à M. ECHAVIDRE s’il sait vraiment ce qu’est l’aide aux devoirs. Il ne s’agit pas de se substituer aux enseignants. Les animateurs proposent simplement un encadrement, une méthodologie pour gérer les devoirs. »

Elle précise en outre que le nombre d’enfants qui sont concernés est environ 70 entre midi et deux heures et une douzaine le soir.

Donc pour Madame Faucheux il ne s’agit aucunement « d’aide aux devoirs. Ce qui montre clairement d’abord que le Maire et son adjointe ne sont pas tout à fait en phase sur ce sujet mais qu’en plus l’affaire n’est pas très claire. Il se trouve, Madame Faucheux que je sais tout à fait ce qu’est l’aide aux devoirs pour l’avoir pratiquée surement avant vous. Il se trouve aussi que dans la convention que nous avons votée sans avoir le texte lors du Conseil Municipal du 23 novembre dernier il est écrit en bas de la page 2 :

 

« Lundi, mardi, jeudi et vendredi par la mise en place de 17H à 19H d’un atelier aide aux devoirs dans les locaux du CAJ (dispositif CLAS) »

 

Le jargon utilisé ne dissimule pas le fait que vous n’êtes pas très cohérents ni dans vos objectifs, ni dans les explications que vous donnez. Et ce n’est pas en nous accusant, à tous propos, de faire de la polémique que vous parviendrez à nous convaincre que votre politique en faveur des jeunes est réellement adaptée aux besoins. Ce nouvel épisode démontre que vous nous racontez à peu près n’importe quoi sur ce sujet là, comme sur d’autres d’ailleurs.

 

Il est évident que si nous avions eu connaissance de ces éléments au moment du vote et si, comme nous vous l’avons demandé à plusieurs reprises, on ne reconduisait pas une disposition existante pour une année supplémentaire sans avoir présenté au Conseil municipal le bilan de l’année précédente, notre vote sur cette délibération aurait été différent. Il s’agit en l’occurrence de « mensonge par omission ». Une pratique qui vous est familière, Monsieur le Maire, comme elle l’était pour votre prédécesseur.

 

Je renouvelle donc, à titre personnel, la proposition que j’avais formulée l’an dernier dans le cadre des économies réalisables au budget 2015 à propos du CLAC : il faut supprimer cette disposition. Je rappelle qu’elle coute, selon vos dires, 12 heures de salaire d’animateur par jour soit environ 250 Euros soit 1 000 euros par semaine ou 40 000 Euros par an environ pour une efficacité que vous ne nous avez toujours pas démontrée. L’argent public est rare et qu’il vienne de la commune, de la Caisse d’Allocations Familiales ou du Département, il sort toujours des mêmes poches !..

 

Quant aux dispositions en faveur des jeunes nous ne demandons qu’à en débattre avec vous à conditions que vous sachiez établir clairement un bilan des actions déjà engagées pour lesquelles, deux ans après les élections municipales, nous ne savons toujours pas grand-chose.

 

Je vous prie d’agréer, monsieur le Maire, mesdames et messieurs les Maires adjoints et Conseillers Municipaux mes sincères salutations.

.

 

 

Jean Pierre ECHAVIDRE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by jp echavidre - dans conseil municipal
commenter cet article

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens