Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 05:00

 

 

bernadette-chirac.jpg

 

Ce devait être le progrès le plus manifeste des assemblées générales de 2010. Cette année, enfin, les femmes feraient leur entrée, en masse, au sein de conseils d'administration de grandes entreprises françaises.

 

Mais si le mouvement est réel - le cabinet Proxinvest a recensé à ce jour 17 résolutions proposant l'élection de femmes membres du conseil au sein de sociétés du CAC 40 -, il prend souvent des allures singulières. "Il y a quelques maladresses", note Loïc Dessaint, directeur associé de Proxinvest.

Quelques exemples ? Bernadette Chirac, l'épouse de l'ex-président de la République, nommée au conseil du géant du luxe LVMH ; Florence Woerth, la femme du ministre du travail Eric Woerth, à celui du groupe Hermès ; Nicole Dassault, épouse de Serge Dassault, chez Dassault Aviation ; ou encore Amélie Oudéa-Castéra, épouse du patron de la Société générale Frédéric Oudéa, au conseil de Lagardère...

 

Chaque groupe justifie ces nominations. Mme Oudéa-Castéra, diplômée de l'ENA et ancienne championne de tennis, "a ses compétences et son indépendance", a expliqué Arnaud Lagardère, lors de l'Assemblée générale de sa société. "Elle a une connaissance du marché sportif importante pour nous." Chez LVMH, on souligne que "Bernadette Chirac fut pendant douze ans la première dame de France et, qu'à ce titre, elle a voyagé avec le président. Elle dispose d'un réseau international et LVMH est un groupe international. En outre, elle a toujours soutenu la haute couture".

 

Pour autant, "sans douter de la compétence de ces personnalités, être "femme de" n'est pas une "situation", estime Colette Neuville, présidente de l'Association de défense des actionnaires minoritaires.

 

D'autres cas "atypiques" ont aussi été remarqués. Il en est ainsi de l'arrivée au conseil de PPR de Caroline Puel, journaliste à l'hebdomadaire Le Point qui appartient au holding Artemis (propriétaire de 40,8 % de PPR), aux côtés de Laurence Boone, chef économiste chez Barclays, et d'Yseulys Costes, la PDG de 1000mercis, un site de marketing en ligne. "Un journaliste comme un chef d'entreprise ou un cadre de banque doit faire la part des choses. Chacun conserve sa déontologie", indique-t-on dans l'entourage du groupe de François-Henri Pinault. En précisant que cette administratrice n'est pas qualifiée comme étant "indépendante".

 

REPRODUCTION DES ÉLITES

 

Nommer des femmes au sein des conseils est une initiative semi-volontaire de la part des patrons. Elle fait suite à la proposition de loi du 4 décembre 2009, déposée par la députée UMP Marie-Jo Zimmermann, avec le soutien du président du groupe Jean-François Copé, visant à imposer au moins 40 % de femmes au sein des conseils d'ici à 2015. Le gouvernement prend ainsi exemple sur l'Espagne ou la Norvège. Pour l'heure, en France, le texte n'a pas encore été promulgué. Mais le patronat semble se l'être déjà approprié.

 

"La France était le pays le plus en retard pour la féminisation des conseils. La menace d'une loi a suffi à provoquer un mouvement", observe Dominique Sénéquier, patronne de la société d'investissement Axa Private Equity, parmi les femmes les plus influentes du monde selon le magazine Fortune. Mais, "on croise souvent les mêmes dans les conseils. La féminisation des administrateurs, pour l'heure, n'échappe pas à cette habitude", constate-t-elle. Dit autrement, que l'on fasse venir des femmes ou des hommes, la "consanguinité" et la reproduction des élites dans les conseils perdurent.

 

Pour Pierre-Yves Gomez, directeur de l'Institut français de gouvernement des entreprises, ce travers était prévisible : "Pour répondre à une question légitime, on a pollué la démocratie d'entreprise." Selon lui, le sujet a été mal posé. Il ne s'agissait pas seulement de faire entrer dans les conseils des femmes susceptibles de servir d'alibi, mais des femmes compétentes, à même de tenir tête aux dirigeants. Or, ajoute M. Gomez, ces compétences existent : "Il ne serait pas raisonnable d'imaginer le contraire. Les femmes représentent 51 % de la population française."

 

 

Source : lemonde.fr  01-05-2010  Claire Gatinois

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens