Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 16:00




obama-sante-echec.jpg




Les démocrates tenteront de faire passer la réforme "en force" sans le soutien des républicains, a annoncé le président américain après une journée de discussions en direct à la télévision.

 

 

 

Après une journée de discussions en direct à la télévision, Barack Obama a conclu jeudi 25 février son sommet exceptionnel sur le système de santé en constatant que républicains et démocrates ne réussiraient peut-être pas à trouver un accord. Le président américain a ainsi fortement laissé entendre que les démocrates tenteraient donc de faire passer la réforme, l'une des priorités de son programme, sans le soutien des républicains.


Ce sont les Américains qui rendront ensuite leur verdict lors des élections de mi-mandat, a-t-il expliqué. "Nous ne pouvons pas avoir un autre débat d'un an sur cette question", a tranché Barack Obama au terme d'un marathon télévisé de sept heures et demie.

Le président des Etats-Unis a rejeté les appels des républicains qui proposent de repartir de zéro sur le sujet, prolonger les discussions ou adopter une approche progressive. Il a annoncé que les démocrates se décideraient rapidement sur la façon d'avancer sur cette réforme prioritaire qu'aucun dirigeant américain n'a réussi à mener en 50 ans.


"Cela demandera du courage", a prévenu la présidente démocrate de la Chambre des Représentants Nancy Pelosi dans son discours finale. "Mais nous la ferons".

Plusieurs dizaines de parlementaires des deux camps étaient réunis à la Maison Blanche pour ce sommet retransmis à la télévision, une première aux Etats-Unis. Mais entre discussions ultra-techniques et passes d'armes, les deux parties ont largement campé sur leurs positions au long de ce débat, s'en tenant la plupart du temps à leurs arguments familiers.

 

"Nous savons tous que c'est urgent"


En ouverture, Barack Obama avait appelé démocrates et républicains à mettre de côté leurs divergences "pour lever l'un des plus importants poids sur l'économie" américaine. "Je ne sais pas si ces fossés peuvent être comblés", avait-il admis mais "si ce n'est pas possible, au moins nous aurons clarifié le débat pour les Américains".

"Tout le monde comprend que le problème ne s'améliore pas, mais empire", avait souligné le chef de la Maison Blanche, notant que la hausse des dépenses de santé aux Etats-Unis aggravait le déficit fédéral déjà abyssal.


Le président américain a rappelé la nécessité d'une vaste réforme du système de santé aux Etats-Unis : "nous savons tous que c'est urgent". Il a déploré les divisions politiques entre démocrates et républicains qui ont conduit à l'impasse sur la réforme destinée à fournir une couverture médicale à plus de 30 millions d'Américains non assurés. "La politique a fini par l'emporter sur le bon sens pratique", a-t-il déploré.

Prenant la parole pour les républicains, le sénateur Lamar Alexander a estimé que Barack Obama devait abandonner son projet tel qu'il est. "C'est une voiture qui ne peut pas être rappelée et réparée, nous devons repartir à zéro", a-t-il déclaré en faisant référence aux récents rappels de véhicules Toyota aux Etats-Unis.

Il a ajouté que les républicains étaient d'accord avec plusieurs des idées de Barack Obama sur le contrôle des dépenses de santé et que les deux partis devaient travailler ensemble "étape par étape pour atteindre cet objectif".

 

Passe d'armes avec John McCain


Comme un rappel de la campagne de 2008, ce sommet a aussi donné lieu à un accrochage entre Barack Obama et son rival malheureux de la présidentielle le sénateur républicain John McCain. A ce dernier qui se plaignait que Barack Obama n'avait pas tenu sa promesse de campagne d'apporter du "changement à Washington", le président a sèchement répondu: "nous ne sommes plus en campagne. L'élection est finie". A quoi son ancien adversaire a rétorqué qu'il s'en "rappelait chaque jour".


La Chambre des représentants et le Sénat ont adopté séparément une version de la réforme de santé, mais doivent maintenant s'entendre sur un texte commun. Une étape rendue difficile par la récente victoire républicaine à l'élection sénatoriale du Massachusetts, qui a fait perdre aux démocrates leur "super majorité" au Sénat.

Faute d'accord avec les républicains, des responsables de la Maison Blanche ont déclaré lundi qu'ils étaient prêts à tenter de faire passer le projet de loi au Sénat en recourant à des règles controversées permettant l'adoption d'un texte à la majorité simple, au lieu de la supermajorité des 60 voix.


Les Etats-Unis sont le seul pays développé qui ne propose pas de couverture de santé nationale à tous ses citoyens. Environ 50 des 300 millions d'Américains sont dépourvus d'assurance-maladie, et la réforme envisagée fournirait une couverture à plus de 31 millions d'entre eux. Son coût, qui serait compensé par des économies sur des programmes existants, est évalué à environ 1.000 milliards de dollars (735 milliards d'euros) sur dix ans.

 



Source : Nouvelobs.com avec AP  27-02-2010



Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens