Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 10:39

Thailande-vers-coup-d-etat.jpg

 

 

La Thaïlande est au bord d'un nouveau coup d'état, énième rebondissement d'un long conflit entre opposants et soutiens au pouvoir en place. Après le décret de loi martiale effectif depuis mardi 20 mai dernier, quelle est la situation du pays ?....

L'armée veut le retour au calme

L'armée thaïlandaise a décrété mardi 20 mai la loi martiale, sans toutefois déposer le gouvernement intérimaire en place à Bangkok. Le but affiché : rétablir le calme dans le royaume secoué depuis six mois par des troubles politiques entre partisans et opposants au pouvoir en place. Le chef d'état-major de l'armée, le général Prayuth Chan-ocha, a affirmé que la sécurité du pays relevait désormais de ses hommes, chargés de mettre fin aux affrontements qui ont fait 28 morts et 700 blessés depuis le mois de novembre. Autre but : rassurer les investisseurs alors que l'instabilité politique chronique du pays est le seul frein à une croissance importante.

"Nous demandons à toutes les parties de venir discuter pour trouver une issue au conflit", a déclaré le général lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion avec des représentants de l'administration. Pour l'organisation Human Rights Watch, les événements de la nuit sont "un coup d'Etat de facto" tandis qu'un analyste a évoqué un "coup d'Etat fantôme". L'armée est traditionnellement proche des Chemises jaunes, opposants aux Chemises rouges qui a vu les politiques qu'ils soutiennent emporter les dernières élections.

Les opposants veulent toujours le pouvoir

L'éviction de l'ex-Première ministre Yingluck Shinawatra le 7 mai dernier, réclamée de longue date par les opposants, n'a pas donc suffi à éteindre la contestation.  Ce mouvement, composé de classes aisées, des cadres de la société, des fonctionnaires et des monarchistes radicaux, est très proche de la famille royale. Ces élites de Bangkok considèrent l'ancien Premier ministre Thaksin Shinawatra, parti en exil, frère de Yingluck, comme une menace pour la monarchie, du fait de sa popularité. Certains disent qu'il vise carrément le trône occupé par le roi aujourd'hui âgé de 86 ans. Un affront dans un pays qui adule son monarque et possède encore un délit de lèse-majesté. Ils accusent leurs adversaires de séduire les foules avec de la corruption ou des mesures qui leurs sont favorables pour remporter les élections.

Les Chemises jaunes assurent être dans leur dernière ligne droite contre le gouvernement intérimaire, avec la récente destitution de la Première ministre, Yingluck Shinawatra. "Nous sommes convaincus que l'invocation de la loi martiale va bénéficier à notre mouvement et servir notre cause", a réagi Sathit Wongnongtoey, l'un des meneurs des manifestants d'opposition. L'armée leur a donné pour instruction de ne pas se déplacer pour éviter de nouveaux accrochages.

Le gouvernement intérimaire est tranquille

En dépit de la surprise, l'équipe au pouvoir a accueilli favorablement l'annonce de l'instauration de la loi martiale. "Les interventions de l'armée doivent se faire dans le cadre de la Constitution", a déclaré le Premier ministre par intérim Niwatthamrong Boonsongphaisan, ancien ministre du Commerce de Yingluck nommé à la tête du gouvernement intérimaire après-l'éviction de cette dernière. Le ministre de la Justice par intérim, Chaikasem Nitisiri, avait auparavant confié à l'agence de presse Reuters que le gouvernement n'avait "aucun problème avec ce qui se passe et nous pouvons gouverner normalement".

Les Chemises rouges prêtes à contre-attaquer

Les Chemises rouges bénéficient du soutien des masses rurales du Nord et du Nord-Est du pays qui ont largement profité de la politique populiste du gouvernement Shinawatra. Ils veulent que leur camp conserve le pouvoir malgré les accusations de clientélisme et de corruption. "La proclamation de la loi martiale était attendue par tous ceux qui suivent la situation politique", a commenté Thaksin, qui vit en exil depuis 2008 mais reste le phare des Chemises rouges. "J'espère qu'aucun camp ne portera atteinte aux droits de l'Homme et ne nuira au processus démocratique plus que ce n'est déjà le cas", ajoute-t-il sur le site Twitter.

Ses partisans, rassemblés dans l'ouest de la capitale, ont appelé au calme mais prévenu que la situation pourrait dégénérer si le gouvernement était limogé. "Notre position est inchangée. Nous n'accepterons pas de 'Premier ministre neutre'. Si les soldats désignent un (nouveau) Premier ministre, nous intensifierons la mobilisation", a dit le chef de file des Chemises rouges, Jatuporn Prompan, lors d'une conférence de presse. "Restez calmes, ce n'est pas encore un coup d'Etat", a-t-il ajouté. Et les Thaïlandais s'y connaissent en coup d'Etat. L'histoire du pays en est émaillée (18 réussis ou tentés depuis 1932, date de l'instauration de la monarchie constitutionnelle), le dernier étant celui de 2006 contre… Thaksin.

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


 

Repost 0
Published by jp echavidre - dans Le MONDE en marche..
commenter cet article

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens