Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 08:00

Arnaud-Montebourg-et-le-grisou.jpg

 

 

Lundi 4 février dernier, en présidant le Comité stratégique de la filière chimie-matériaux, Arnaud Montebourg s'est dit favorable à l'exploitation du gaz de houille, également appelé grisou. "C'est un gaz made in France, un gaz en marinière en quelque sorte", a plaidé le ministre du Redressement productif. Une "provocation" pour plusieurs associations de défense de l'environnement qui s'interrogent sur le positionnement du gouvernement.

Sur France 2, fin janvier, Arnaud Montebourg avait évoqué le potentiel "sans atteinte pour l'environnement" du gaz de houille, également connu sous le nom de grisou. Lundi 4 février dernier, le ministre du Redressement productif a une nouvelle fois vanté cette piste, alors que le débat concernant le gaz de schiste continue d'alimenter les divergences au sein de la majorité, et en particulier entre socialistes et écologistes. "C'est un gaz made in France, un gaz en marinière en quelque sorte qui pourrait assurer à la France entre 5 et 10 ans de consommation", a affirmé Arnaud Montebourg lors d'un Comité stratégique de la filière chimie-matériaux à Lyon. Ce gaz peut s'extraire sans recourir à la fracturation hydraulique.

Son exploitation permettrait d'approvisionner à prix compétitifs des industries chimiques, grandes consommatrices d'énergie, et ainsi d'éviter "le risque de délocalisation vers des pays où le prix du gaz est très bas", a expliqué le ministre. Cette piste figure parmi les pistes énoncées lors de  l'examen du "contrat de filière" destiné à consolider un secteur industriel, qui emploie aujourd'hui quelque 400.000 salariés.

Batho demande un "état précis des connaissances"

La possible extraction du gaz de houille a été relancée en France depuis que la société European Gas Limited (EGL) - qui dispose de plusieurs permis d'exploration en France - a estimé les réserves en Lorraine à environ 371 milliards de m3, soit l'équivalent de neuf années de consommation de gaz en France. De son côté, selon un article du Monde du 28 janvier, la ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, aurait demandé "un état précis des connaissances sur le gaz de houille et les conséquences environnementales de son exploitation". "Tout emballement sur de potentiels eldorados est souvent risqué et prématuré", ajoutait alors son ministère.

Gaz de schiste contre gaz de houille? "Il ne faut pas mélanger les deux débats", avait affirmé en octobre dernier la ministre écologiste du Logement Cécile Duflot, moins catégorique sur cette deuxième piste, d'après Le Républicain Lorrain. Mais elle préférait évoquer les "ressources renouvelables" telles que la géothermie. "La vision énergétique, y compris du gouvernement, est extrêmement datée (…) C’est vers les énergies renouvelables qu’il faut se diriger", a déclaré le sénateur Jean-Vincent Placé lundi soir sur BFM TV.

Lundi, Arnaud Montebourg n'a toutefois pas fermé la porte à l'exploitation du gaz de schiste. A condition de trouver une alternative à la fracturation hydraulique. "La profession nous a demandé aussi d'avancer sur le gaz de schiste", a-t-il ajouté, rappelant que le gouvernement entendait poursuivre les études sur des techniques d'extraction alternatives, plus respectueuses de l'environnement. Le Parlement s'est d'ailleurs récemment saisi de la question. L'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) a initié la rédaction d'un rapport qui vise à évaluer les alternatives à la fracturation hydraulique.

Clarifier la position du gouvernement

Mais cette référence au gaz de houille n'a pas plu aux associations de défense de l'environnement engagées dans le débat sur la transition énergétique, qui y ont vu une "provocation". "Si la transition énergétique à la française, c'est de consommer toujours plus d'énergies fossiles, cela ne nous intéresse pas...", a déclaré à l'AFP Matthieu Orphelin, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot pour la transition énergétique. "Ce n'est pas ça qui va aider les entreprises. Ce qui va les aider, c'est d'investir dans l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables", a-t-il complété. Un avis partagé par Benoît Hartmann, porte-parole de France Nature Environnement. "Ils auront beau être en marinière, ces gaz resteront toujours aussi réchauffants pour le climat et n'en resteront pas moins du grisou", a dénoncé ce dernier. Et de conclure : "Cela ressemble fort à un cheval de Troie pour nous faire croire qu'il pourrait exister une exploitation écologique des hydrocarbures, or c'est faux."

La semaine dernière, treize organisations ont écrit au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, pour lui demander "un entretien pour clarifier la position du gouvernement" sur divers sujets, donc le gaz de houille et le nucléaire.

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

 

Repost 0
Published by jp echavidre - dans FRANCE Economie
commenter cet article

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens