Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2022 6 19 /03 /mars /2022 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2074) : VENDREDI 18 MARS 2022

Vendredi 18 Mars 2022 – Débat Zemmour-Jadot : désaccords et des insultes :

Le candidat d’extrême-droite Eric Zemmour et l’écologiste Yannick Jadot ont débattu, jeudi 17 mars sur France 2. Au programme : la crise ukrainienne, des moments de tension sur Pétain et l’antisémitisme, puis deux visions radicalement opposées sur l’Union européenne et l’immigration.

Les deux hommes se détestent et n’ont presque rien en commun. Alors qu’Éric Zemmour était l’invité principal, c’est Yannick Jadot, interrogé sur Vladimir Poutine et la crise ukrainienne qui a commencé : « Vladimir Poutine, en vingt ans, n’a pas changé. Il a rasé Grozny, massacré les Tchétchènes, rasé Alep, et bombarde aujourd’hui des hôpitaux. C’est un criminel de guerre et j’espère que lui et ses complices devront rendre des comptes devant la cour pénale internationale. » D’humeur rieuse – comme d’habitude -, l’ancien polémiste a tout de suite répondu que « tout cela, c’est monter aux extrêmes » et ajoutant : « Qui va juger un président avec l’arme nucléaire ? Personne. Ce n’est pas cela les rapports de force. Une fois président de la République, on discute avec tout le monde, Macron le fait, Biden a dit que les Etats-Unis et l’OTAN n’interviendront pas. »

Les deux candidats se sont ensuite violemment invectivés. D’abord Éric Zemmour : « Vous passez pour le grand moraliste et le donneur de leçon mais c’est une habitude avec les verts. Vous allez faire la guerre à la Russie ? Donc rangez vos leçons de morale qui ne valent rien. » Réponse de Yannick Jadot ? « Vous avez capitulé pour les Ukrainiennes et les Ukrainiens. A chaque fois, vous avez servi la soupe à Vladimir Poutine, validé Trump et Bolsonaro : c’est l’internationale des nationalistes. Quand vous refusez l’Union européenne, qu’est-ce que vous racontez de notre pays ? Vous êtes dans une sorte de vassalisation vis-à-vis de la Russie. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2074) : VENDREDI 18 MARS 2022

Vendredi 18 Mars 2022 – Pour Marine Le Pen, «Il y a eu une négociation avec les autonomistes corses pour les élections » :

Sur France Inter, Marine Le Pen , revigorée par sa bonne prestation dans « Face à Baba » mercredi dernier et sa stabilité dans les sondages, a fait part de ses analyses sur la conférence de presse du président sortant Emmanuel Macron, notamment sur son programme : « C’est bien qu’il découvre la nécessité de la souveraineté énergétique, alimentaire, industrielle, militaire au bout de cinq ans de mandat. J’ai trouvé l’exercice assez poussif, comme s’il se débarrassait d’une corvée et que tout cela a été fait à la va-vite. » La patronne du RN a continué, ajoutant que « tout ce qui est un recul social est précis et tout ce qui est présenté comme un progrès est extrêmement vague et flou. Notamment sur l’éducation et la santé. »

Mais dans cet exercice de quatre heures pour Emmanuel Macron , Marine Le Pen a souligné que ce qui l’a interpellé, « c’est le terme « souveraineté populaire » car s’il y a un terme qui colle mal à Emmanuel Macron, ces dernières années, c’est bien celui de « souveraineté populaire ». Il a promis la proportionnelle, il ne l’a pas tenue, pas un seul référendum, il a méprisé la représentation nationale pendant cinq ans, et a confié la gestion du pays à des techniciens comme McKinsey. » Pas avare en critiques, la candidate a déclaré qu’il « y a eu une hausse sans précédent des titres de séjour qui ont été octroyés – 255,000 en moyenne chaque année., c’est-à-dire largement plus que sous Hollande et Sarkozy […] Il a parlé deux fois de transition démographique, et je n’ai pas compris sauf en la rattachant à sa proposition qui consiste à mieux répartir les migrants sur le territoire. En matière d’immigration et de réduction d’immigration, il n’y a rien. »

Quid de la Corse ? Le gouvernement est-il honnête dans ces négociations ? « C’est une technique traditionnelle du gouvernement. Quand il y a un problème sur le territoire, il parle d’autonomie. Macron en 2018 s’était prononcé contre l’autonomie. » Et l’autonomie ? Favorable ou non ?« Je suis opposée à l’autonomie de la Corse, qui plus est dans le contexte où l’on est (émeutes, dégradations). » Marine Le Pen a ensuite enfoncé le clou : « J’ai bien compris [lu dans le Canard Enchaîné] qu’il y avait eu une négociation avec les autonomistes pour réussir à obtenir leur vote aux élections. Ce genre de manœuvre est hautement condamnable. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2074) : VENDREDI 18 MARS 2022

Vendredi 18 Mars 2022 – À Simferopol, on célèbre l’anniversaire de l’annexion de la Crimée :

À Simferopol, la capitale de la Crimée, l’anniversaire de l’annexion par la Russie a été célébré, comme à Moscou.

Le blanc, bleu et rouge du drapeau russe à travers les rues de Simferopol. Vendredi, une cérémonie a eu lieu à Simferopol pour célébrer le huitième anniversaire du referendum sur l’annexion de la Crimée par la Russie . Une telle célébration revêt une image particulière alors que la Russie a lancé, fin février, ses troupes en Ukraine. Certains participants avaient posé sur leurs affiches ou véhicules la lettre «Z», inscrite sur les tanks russes lancés en Ukraine et reprise pour afficher un soutien à ce que le Kremlin refuse d’appeler guerre.

Pendant ce temps, un concert géant était organisé au stade Loujniki à Moscou, en présence de Vladimir Poutine . Face à une foule semblant acquise à sa cause -et dont une partie a quitté le stade peu après le début de l'événement-, brandissant des drapeaux tricolores, le président russe a prononcé un discours diffusé en différé à la télévision, et dont la retransmission a étrangement été coupée en pleine phrase. Derrière lui se trouvaient les slogans «Pour un monde sans nazisme», en référence à la soi-disant mission de «dénazification» de l'Ukraine, et «Pour la Russie». «C’était vraiment un génocide. Arrêter cela était le but de cette opération spéciale», a-t-il clamé. «Nous n’avons pas vu une unité comme ça depuis longtemps», a-t-il ajouté, assurant que les soldats russes avaient été accueillis à bras ouverts par les Ukrainiens.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2074) : VENDREDI 18 MARS 2022

Vendredi 18 Mars 2022 – Besoins humanitaires toujours plus urgents dans l'est de l'Ukraine :

L'ONU a averti vendredi que les besoins humanitaires dans l'est de l'Ukraine devenaientt de plus en plus urgents, avec notamment plus de 200.000 personnes qui n'ont pas accès à de l'eau rien que dans la région de Donetsk.

L'ONU a averti vendredi que les besoins humanitaires dans l'est de l'Ukraine devenaientt de plus en plus urgents , avec notamment plus de 200.000 personnes qui n'ont pas accès à de l'eau rien que dans la région de Donetsk. "La situation humanitaire dans des villes telles que Marioupol et Soumy est extrêmement grave, les habitants étant confrontés à de graves pénuries - aux conséquences qui peuvent être fatales - de nourriture, d'eau et de médicaments", a déclaré un porte-parole de l'agence de l'ONU pour les réfugiés (HCR), Matthew Saltmarsh. S'exprimant depuis la frontière polonaise, il a indiqué aux journalistes à Genève que les besoins humanitaires dans l'est de l'Ukraine étaient "en train de devenir encore plus urgents".

"Plus de 200.000 personnes n'ont pas accès à de l'eau dans plusieurs localités de l'oblast (région, ndlr) de Donetsk, tandis que les bombardements incessants dans la région de Lougansk ont détruit 80% de certaines localités, laissant 97.800 familles sans électricité", a indiqué Matthew Saltmarsh. En outre, a-t-il dit, les attaques ciblées contre les civils et les infrastructures civiles et l'absence de passage sécurisé mettent en danger la vie de milliers de civils. Les personnes vulnérables sont de plus en plus confrontés à des difficultés pour avoir accès aux services essentiels tels que la nourriture, l'eau, les médicaments et les soins de santé d'urgence dans les zones touchées.

Le HCR indique suivre de près les négociations menées par l'ONU avec les belligérants pour pouvoir envoyer de l'aide humanitaire dans certaines villes de l'est. "Nous sommes prêts à envoyer des fournitures essentielles à Soumy dès que les conditions le permettront", a indiqué M. Saltmarsh. Les Nations unies travaillent avec les deux camps pour s'assurer que les mouvements d'aide humanitaire peuvent se faire en sécurité, comme il en existe en Syrie, au Yémen ou en Afghanistan. Ces procédures visent à éviter des dérapages, établir des liaisons téléphoniques privilégiés, trouver des moyens de s'entendre, etc... C'est la raison pour laquelle OCHA (le Bureau des Affaires humanitaires de l'Onu) a déployé il y a plusieurs jours maintenant "une équipe d'experts en coordination civilo-militaire à Moscou", a expliqué un porte-parole à Genève, Jens Laerke, lors du point de presse.

Cette équipe - qui reste postée à Moscou - est chargée "d'assurer la liaison avec les autorités russes, y compris le ministère de la Défense, dans le but d'aider à faciliter et à établir un système de notification humanitaire visant à garantir que les infrastructures, les biens et les mouvements humanitaires puissent se déplacer en toute sécurité" en Ukraine, a-t-il détaillé. "C'est dans le même but que des experts de l'ONU en coordination civilo-militaire sont en contact avec des responsables en Ukraine", a-t-il dit. Le HCR estime qu'environ 13 millions de personnes ont besoin d'assistance humanitaire et de protection en Ukraine.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2074) : VENDREDI 18 MARS 2022

Vendredi 18 Mars 2022 – Lviv bombardée, Poutine, un «dictateur sanguinaire» selon Biden... le point sur la guerre en Ukraine

Les trois pays baltes expulsent dix diplomates russes

La Lituanie, la Lettonie et l'Estonie ont annoncé vendredi l'expulsion de dix diplomates russes au total, dans le contexte de l'agression russe en Ukraine.

"La Lettonie expulse trois employés de l'ambassade russe en raison d'activités contraires à leur statut diplomatique et compte tenu de l'agression russe en cours en Ukraine", a annoncé sur Twitter le ministre letton des Affaires étrangères Edgars Rinkevics, précisant que la décision a été coordonnée avec la Lituanie et l'Estonie. Les ministères des Affaires étrangères de ces pays ont annoncé l'expulsion de quatre et de trois diplomates russes, respectivement.

Bombardement près de l'aéroport de Lviv

Les environs de l'aéroport de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, ont été touchés vendredi matin par des "missiles" russes, selon le maire de la ville, tandis que le président américain Joe Biden s'apprêtait à adresser une mise en garde à son homologue chinois Xi Jinping contre toute tentation de soutenir Moscou. "Des missiles ont frappé le quartier de l'aéroport de Lviv", a écrit sur son compte Facebook Andriy Sadovy, le maire de cette grande ville située près de la frontière polonaise, assurant que la frappe n'avait pas touché directement les installations aéroportuaires. Un journaliste de l'AFP a vu un panache de fumée se dégager dans les airs au-dessus de la zone, ainsi des véhicules de police et des ambulances fonçant dans cette direction.

La ville de Lviv avait été épargnée par les combats jusqu'à présent. Mais l'armée russe a bombardé dimanche une base militaire ukrainienne dans cette région, faisant au moins une trentaine de morts.

Joe Biden et Xi Jinping ont prévu de discuter

Alors que les combats continuent à faire rage, Joe Biden et Xi Jinping ont prévu de discuter vendredi à 13H00 GMT --leur quatrième entretien depuis l'entrée du président américain à la Maison Blanche-- de la guerre menée par Moscou en Ukraine. Et le ton a été donné dès jeudi par le secrétaire d'Etat Antony Blinken. "Le président Biden (...) lui dira clairement que la Chine portera une responsabilité pour tout acte visant à soutenir l'agression russe et que nous n'hésiterons pas à lui imposer des coûts", a fait savoir M. Blinken. "Nous voyons avec préoccupation que la Chine réfléchit à apporter à la Russie une assistance militaire directe", a-t-il ajouté.

Depuis le début de l'invasion russe le 24 février, le régime communiste chinois, privilégiant sa relation avec Moscou et partageant avec la Russie une profonde hostilité envers les Etats-Unis, s'est abstenu d'exhorter le président russe Vladimir Poutine à retirer ses troupes d'Ukraine. Mais la Chine a peut-être déjà commencé à prendre ses distances avec Moscou car, d'après des diplomates à l'ONU, la Russie a renoncé jeudi soir à tenir le lendemain un vote au Conseil de sécurité sur une résolution liée à la guerre en Ukraine, faute de soutien de ses plus proches alliés. "Ils ont fait appel au co-parrainage" pour leur texte portant selon eux sur l'humanitaire "et il n'y a pas eu de retour", a indiqué un ambassadeur sous couvert d'anonymat, laissant entendre que ni la Chine ni l'Inde ne soutenaient l'initiative controversée russe et n'auraient voté en sa faveur.

"Dictateur sanguinaire"

Et M. Biden n'a pas mâché ses mots à l'égard de M. Poutine, le traitant de "voyou" et de "dictateur sanguinaire" après l'avoir qualifié la veille de "criminel de guerre". Les auteurs de crimes de guerre en Ukraine devront "rendre des comptes" devant la justice internationale, ont de leur côté averti les ministres des Affaires étrangères du G7 dans une déclaration commune. "Cibler intentionnellement des civils est un crime de guerre. Après tant de destructions ces trois dernières semaines, je trouve difficile de conclure que les Russes font autre chose que cela", a relevé M. Blinken.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a imploré jeudi les Occidentaux

d'aider à "arrêter cette guerre", au moment où une frappe russe faisait au moins 27 morts dans l'est du pays. Pour lui, "un peuple est en train d'être détruit en Europe". "Aidez-nous à arrêter cette guerre!", a-t-il ajouté, ovationné par les députés du Bundestag allemand auxquels il s'est adressé jeudi par visioconférence. Les regards étaient toujours tournés vers Marioupol, ville portuaire stratégique du sud-est assiégée et où Volodymyr Zelensky a accusé mercredi l'aviation russe d'avoir "sciemment" bombardé un théâtre où étaient réfugiés des centaines d'habitants. "Le monde doit finalement admettre que la Russie est devenue un Etat terroriste", a-t-il ajouté.

Selon la mairie de Marioupol, "plus d'un millier" de personnes se trouvaient dans un abri antiaérien sous le théâtre lorsqu'il a été bombardé. Aucun bilan n'a été communiqué à ce stade. L'émissaire ukrainienne aux droits humains Lioudmyla Denissova a indiqué que l'abri avait résisté au bombardement: "Nous pensons que tout le monde a survécu", a-t-elle déclaré à la télévision, précisant sur la messagerie Telegram, que des survivants avaient commencé à être extirpés des décombres.

Rescapés du théâtre

Le parlementaire Serguei Taruta a aussi affirmé que l'abri avait résisté. "Il est constitué de trois parties et on ne sait pas encore si elles ont été endommagées", a-t-il écrit sur Facebook. Plusieurs personnes "en sont sorties dans la matinée après que les habitants ont dégagé eux-mêmes les débris", a-t-il expliqué. La Russie a affirmé ne pas avoir bombardé la ville, et avancé que l'immeuble avait été détruit par le bataillon nationaliste ukrainien Azov. Selon le ministre italien de la Culture, Rome est "disposée à reconstruire le théâtre". "Le gouvernement a approuvé ma proposition d'offrir à l'Ukraine les ressources et les moyens pour le reconstruire dès que possible", a-t-il tweeté. "Les théâtres de tous les pays appartiennent à l'humanité tout entière".

La mairie de Marioupol a signalé que la situation était "critique" avec des bombardements russes "ininterrompus" et des destructions "colossales". Selon les premières estimations, environ 80% du parc de logements de la ville a été détruit. "Ils tirent tellement de roquettes, il y a beaucoup de corps de civils morts dans les rues", a raconté à l'AFP Tamara Kavounenko, 58 ans. Les bombardements se poursuivent aussi à Kiev et à Kharkiv, deuxième ville du pays, où au moins 500 personnes ont été tuées depuis le début de la guerre. "J'ai entendu un sifflement et mon mari m'a appelée en criant. On habite au rez-de-chaussée, les fenêtres se brisaient. Le principal, c'est qu'on soit vivants", a dit à l'AFP Iryna Voïnovska, 55 ans, en sanglots. "Malheureusement, une femme est morte au 16e étage, écrasée par une gazinière". La capitale a repris lentement vie jeudi après la levée d'un couvre-feu imposé depuis mardi soir. Elle s'est vidée d'au moins la moitié de ses 3,5 millions habitants.

Pas de répit

Aucun bilan global n'a été fourni même si le président Zelensky a mentionné le 12 mars la mort d'"environ 1.300" militaires ukrainiens, tandis que Moscou a seulement rapporté près de 500 morts dans ses rangs le 2 mars. Cent-huit enfants ont été tués et 120 blessés dans le pays depuis l'invasion russe, a indiqué jeudi le Parquet général ukrainien. Trois semaines après le début de l'invasion, Moscou ne donne aucun signe de répit dans son offensive malgré la poursuite de pourparlers entre les belligérants. Mais M. Blinken a estimé que la Russie n'avait pas démontré jusqu'ici "d'effort significatif" dans ses tractations avec Kiev pour tenter de trouver une sortie de crise. "D'un côté, nous saluons l'Ukraine qui reste à la table des négociations alors qu'elle est sous les bombes, et de l'autre côté, je n'ai pas vu d'effort significatif de la part de la Russie pour mettre fin par la diplomatie à la guerre qu'elle mène", a-t-il dit.

Et plus de trois millions d'Ukrainiens ont pris les routes de l'exil, en grande majorité vers la Pologne, parfois seulement une étape avant de continuer leur exode. Vladimir Poutine a martelé mercredi dans un discours que l'offensive était "un succès". Son porte-parole Dmitri Peskov a affirmé que la "majorité écrasante" des Russes soutenait la ligne décidée par le président russe. Les autres sont des "traîtres" et le conflit les révèle, permettant une "purification" de la société, a-t-il ajouté, alors que nombre de Russes opposés au Kremlin ont quitté le pays depuis le début de l'offensive. Frappée par de lourdes sanctions, la Russie a cependant apparemment échappé pour l'instant au défaut de paiement sur sa dette: selon une source proche du dossier, la banque JPMorgan a bien reçu le paiement d'une tranche d'intérêts de 117,2 millions de dollars qui arrivait à échéance.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2074) : VENDREDI 18 MARS 2022

Vendredi 18 Mars 2022 – Corse: Darmanin engage la «parole de l'Etat», la peine de Colonna suspendue :

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a assuré jeudi en Corse engager "la parole de l'Etat" dans ses discussions avec les responsables nationalistes sur une possible autonomie de l'île, alors qu'à Paris la justice a suspendu la peine d'Yvan Colonna pour "motif médical". Cette suspension prévue par la loi en cas de pronostic vital engagé est "un soulagement pour la famille", a réagi auprès de l'AFP Sylvain Cormier, l'un des avocats du militant indépendantiste, toujours dans le coma dans un hôpital de Marseille suite à son agression à la prison d'Arles (Bouches-du-Rhône) le 2 mars, par un détenu radicalisé. Cette annonce est intervenue au milieu de la visite de Gérald Darmanin en Corse pour discuter de l'autonomie de l'île.

Après deux jours d'échanges avec les élus corses, lors desquels il a répété être prêt à mener des discussions pouvant "aller jusqu'à l'autonomie" de l'île, le ministre de l'Intérieur a confirmé devant la presse qu'il accepterait de s'engager noir sur blanc: "Ce que je dis, (...) je suis capable de l'écrire", a-t-il assuré. "Je n'ai pas deux types de paroles, je n'en ai qu'une, je suis comme les Corses, un homme d'honneur. Et donc j'écrirai et j'engagerai évidemment la parole de la République", a-t-il insisté jeudi, interrogé sur le risque que faisait peser l'élection présidentielle sur le processus engagé.

La veille, le président autonomiste du Conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, s'était réjoui des "engagements très forts" de M. Darmanin. Néanmoins, l'ancien avocat d'Yvan Colonna, condamné à perpétuité pour sa participation à l'assassinat du préfet Erignac en 1998, avait demandé que ces échanges soient "consignés dans un document, avec un calendrier", avant de pouvoir considérer avoir "posé la première pierre d'un processus historique". Une demande acceptée donc par le ministre, favorable à ce que "tout ce que nous avons dit (soit) inscrit dans le temps, comme un engagement de l'Etat et de la Collectivité" de Corse.

L'objectif annoncé par chacune des parties est d'aboutir à un éventuel projet d'autonomie, qui pourrait exiger une réforme constitutionnelle, "d'ici à la fin de l'année": "Est-ce qu'on se mettra d'accord à l'issue de ces nombreuses et difficiles discussions, je n'en suis pas certain, mais commençons par ce dialogue", a tempéré M. Darmanin.

Cette main tendue du gouvernement a suscité jeudi la mise en garde de Jean-Pierre Chevènement, en poste à l'Intérieur quand le préfet Erignac a été assassiné: En Corse, "nous assistons à un chantage permanent à la violence. Depuis 1975, les gouvernements, quelle que soit leur couleur politique (...) sont allés de reculade en reculade", a-t-il déploré dans un entretien à L'Opinion. Gérald Darmanin était attendu à Porto-Vecchio en fin d'après-midi jeudi, pour se rendre à la gendarmerie visée vendredi dernier par une tentative d'intrusion de manifestants, tentative notamment marquée par le jet d'une hache dans le logement d'un des gendarmes. "J'ai été engagé sur les gilets jaunes, c'était en-dessous de ce qui s'est passé", a insisté auprès du ministre un gendarme engagé sur la manifestation de dimanche à Bastia, qui avait fait 102 blessés, dont 77 membres des forces de l'ordre. Le ministre doit ensuite revenir à Ajaccio vendredi, avant de se rendre à Bastia dans l'après-midi.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2074) : VENDREDI 18 MARS 2022

Vendredi 18 Mars 2022 – La France va débloquer 300 millions d'euros pour l'Ukraine :

La France va débloquer une aide de 300 millions d'euros pour l'Ukraine qui fait face depuis le 24 février à une attaque de la Russie, a annoncé jeudi le ministère des Affaires étrangères. Le chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian a confirmé, lors d'un entretien avec son homologue Dmytro Kouleba, "le déblocage dans les prochains jours d'une enveloppe d'assistance financière de 300 millions d'euros, conformément à l'engagement pris" par le président Emmanuel Macron auprès de son homologue Volodymyr Zelensky.

La France livre également des équipements de défense et un soutien en carburant aux forces ukrainiennes. L'Ukraine bénéficie d'un soutien massif des Etats-Unis et des autres pays membres de l'Otan. Washington a ainsi annoncé une enveloppe militaire d'un milliard de dollars en une semaine. Jean-Yves Le Drian s'est engagé par ailleurs à "poursuivre les efforts (de la France) au niveau européen pour renforcer le coût pour la Russie de la poursuite de ses opérations militaires", a ajouté le ministère.

Il a aussi évoqué "l'importance des discussions engagées sous l'égide de l'Agence internationale de l'Energie Atomique (AIEA) concernant la sécurité et la sûreté des installations nucléaires civiles en Ukraine". L'Ukraine a accusé l'armée russe d'avoir coupé à deux reprises l'alimentation électrique du site nucléaire de Tchernobyl et d'avoir fait exploser des munitions près d'un réacteur de Zaporojie, deux centrales étant sous contrôle de Moscou.

L'ancienne centrale de Tchernobyl , théâtre de la plus grave catastrophe nucléaire civile en 1986, a toujours besoin d'énergie pour assurer la sécurité des assemblages combustibles stockés sur place.

Lors d'un échange avec son homologue moldave Nicu Popescu, Jean-Yves Le Drian a également évoqué l'accueil en France "dans les prochains jours" d'Ukrainiens actuellement réfugiés en Moldavie. Il a aussi annoncé l’envoi "dans les prochains jours de 17 groupes électrogènes de grande capacité destinés à renforcer la résilience électrique du système de santé moldave". La France va fournir également 37 tonnes de matériel d'urgence et près de 10.000 kits d'hygiène à la Moldavie, confrontée à une vague de réfugiés ukrainiens.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2074) : VENDREDI 18 MARS 2022

Vendredi 18 Mars 2022 – Les grandes lignes du programme d'Emmanuel Macron :

 Emmanuel Macron, candidat à sa propre succession, a présenté son programme lors d'une conférence de presse organisée jeudi à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Dès 15 heures, le chef de l'Etat a exposé son projet, puis répondu ensuite aux questions de la presse.

Un programme à 50 milliards par an

Emmanuel Macron a évalué le coût de son programme pour la présidentielle à 50 milliards d'euros par an, auxquels s'ajouteront 15 milliards par an de baisses d'impôts, pour moitié bénéficiant aux ménages, pour moitié aux entreprises. Ces dépenses, en particulier pour l'éducation, la santé et l'autonomie, seront financées notamment par des économies par la réforme des retraites, avec le report de l'âge de départ, et sur les allocations-chômage, a-t-il estimé.

"Une large concertation" autour de l'école

Le candidat Macron fait de l'école et la santé "deux chantiers majeurs" de son second quinquennat. "Sur l'école et la santé, force est de constater" que la politique mise en oeuvre depuis 2017 "a suffi", a-t-il reconnu. Il faut donc "qu'on arrive à mobiliser différemment les énergies" pour "redonner à celles et ceux qui font au quotidien la possibilité d'adapter les solutions aux réalités de terrain et sortir en quelque sorte de la guerre de position dans laquelle on est", a-t-il ajouté. Il s'agit donc de "changer de méthode collectivement" et, pour l'école, "débuter par une large concertation pour discuter de la meilleure manière d'atteinte des objectifs (...) en mettant toutes les parties prenantes autour de la table".

Dans le cadre d'"un pacte nouveau pour les enseignants", "il faudra poursuivre de manière significative l'augmentation des rémunérations", qui sera liée à "la définition de nouvelles missions", selon Emmanuel Macron. Des mesures seront prises pour garantir le "remplacement des professeurs absents parce que nous devons à nos élèves et leurs parents l'intégralité des heures d'enseignement". Le candidat entend aussi donner "plus de liberté pour les établissements" afin de "valoriser l'expertise de terrain", comme il l'a annoncé dans le cadre du plan de relance de Marseille.

"Simplification de l'hôpital et de sa gouvernance" et amélioration de "l'accès aux soins en urgence"

Dans le chantier de la santé, "nous devons réussir à aller beaucoup plus loin, plus vite et plus fort", a insisté le candidat, notamment en renforçant "la politique de prévention", "la simplification de l'hôpital et de sa gouvernance" et l'amélioration de "l'accès aux soins en urgence". Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé jeudi l'organisation d'"une grande conférence" sur le système de santé si Emmanuel Macron était réélu en avril.

Le "plein emploi" dans les cinq ans et Pole empli rebaptisé

Le président sortant a annoncé qu'il viserait, s'il est réélu, le "plein emploi" dans les cinq ans, grâce à des réformes "favorisant le retour à l'emploi" des chômeurs, objectif selon lui "atteignable" au vu de la baisse du chômage depuis 2017. Détaillant son programme pour l'élection présidentielle, il a proposé une nouvelle réforme de l'assurance-chômage, une transformation de Pôle Emploi rebaptisé "France Travail".

Une réforme du RSA avec "15 à 20 heures d'activité" hebdomadaire

Le candidat à sa propre succession a proposé une réforme du RSA "en assurant un meilleur accompagnement et un meilleur équilibre des droits et devoirs" et "l'obligation de consacrer 15 à 20 heures par semaine pour une activité permettant d'aller vers l'insertion professionnelle". "Oui, il faut un soutien monétaire, mais il faut plus que ça", a poursuivi Emmanuel Macron : "reconnaître la dignité de chacun" et "demander une part d'efforts pour toutes celles et ceux qui le peuvent".

Versement automatique des aides sociales "à la source"

Emmanuel Macron s'est engagé à faire verser les aides sociales "à la source", de manière automatique, ce qui selon lui bénéficierait aux "20 millions de Français" qui touchent le RSA, la prime d'activité, des aides au logement ou des allocations familiales. Reprenant cette promesse de 2017, il a dit vouloir "simplifier" ces aides afin que tous les Français qui y ont droit puissent les percevoir, mais aussi pour lutter contre la fraude.

"Convention citoyenne" sur la fin de vie

Emmanuel Macron estime qu'une "convention citoyenne" serait adaptée pour trancher le débat sur la fin de vie dans le cadre d'un éventuel second mandat. "Sur ce sujet, je souhaite que nous puissions avancer de manière apaisée, c'est pourquoi je pense que c'est un bon sujet pour une Convention citoyenne", a fait valoir le président sortant, en ajoutant que "sur la base des conclusions" d'une telle Convention, il soumettrait "à la représentation nationale ou au peuple le choix d'aller au bout du chemin qui sera préconisé", c'est-à-dire par référendum.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2074) : VENDREDI 18 MARS 2022

Vendredi 18 Mars 2022 – La Grande barrière de corail encore victime d'un blanchissement «généralisé» :

La Grande Barrière de Corail est à nouveau touchée par un blanchissement "généralisé", ont annoncé vendredi les autorités, des températures océaniques supérieures à la moyenne au large du nord-est de l'Australie menaçant ce site du patrimoine mondial déjà en difficulté. "Le blanchissement a été détecté dans l'ensemble du parc marin", a déclaré l'autorité du site de la Grande Barrière de Corail dans sa mise à jour hebdomadaire.

Ce phénomène de dépérissement, qui se traduit par une décoloration, est provoqué par la hausse de la température de l'eau - conséquence du réchauffement climatique - qui entraîne l'expulsion des algues symbiotiques donnant au corail sa couleur vive. Les vols de surveillance au-dessus du récif, qui s'étend sur une surface de 2.300 km, ont révélé des dommages dus au stress thermique, selon l'autorité. Au cours de la semaine, les températures de la mer dans l'ensemble du parc marin se situaient entre 0,5 et deux degrés Celsius au-dessus de la moyenne, tandis que l'extrême nord et les zones côtières ont enregistré des températures entre deux et quatre degrés au-dessus de la moyenne. L'autorité a indiqué qu'une "mortalité précoce" avait été signalée "là où le stress thermique a été le plus important".

Ce constat intervient au moment où l'Unesco va procéder à une inspection du site, pour vérifier son état de santé. Si les résultats de la mission, qui doivent être présentés en juin 2022 au Comité du patrimoine mondial, s'avèrent négatifs, la Grande barrière pourrait rejoindre la liste des sites en péril, a avancé l'Unesco.

En 2015, lorsque l'ONU avait menacé de rétrograder le statut de la Grande barrière, inscrite au patrimoine mondial depuis 1981, l'Australie avait lancé un plan d'investissement de plusieurs milliards de dollars pour lutter contre la détérioration du récif. Mais depuis, l'ensemble a durement souffert après trois épisodes très graves de blanchissement des coraux, en 2016, 2017 et 2020.

Selon une étude récente, le blanchissement a touché 98% de la Grande barrière de corail australienne depuis 1998, épargnant seulement une infirme partie du récif.

"Cela montre la pression constante que subit aujourd'hui notre récif en raison du réchauffement climatique", s'est alarmée Lissa Schindler de la Conservation marine australienne. "Un récif sain peut se remettre du blanchiment des coraux, mais il lui faut du temps. L'augmentation de la fréquence des vagues de chaleur marine, principalement due à la combustion du charbon et du gaz, signifie qu'il n'aura pas ce temps", explique-t-elle.

L'économie australienne repose encore grandement sur les énergies fossiles et les partis politiques reçoivent des financements significatifs de donateurs liés aux industries du charbon et du gaz.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2074) : VENDREDI 18 MARS 2022

Vendredi 18 Mars 2022 – La Corée du Nord garde le silence après un tir de missile raté :

Les médias nord-coréens ont passé jeudi sous silence le tir la veille par Pyongyang d'un missile qui, selon Séoul, a explosé au-dessus de la capitale peu après son lancement.

Selon l'armée sud-coréenne, la Corée du Nord a tiré mercredi matin un missile balistique depuis les environs de Pyongyang, mais l'essai s'est soldé par un échec total.

Le site NK News, basé à Séoul et spécialisé sur la la Corée du Nord, a fait état de débris tombés dans ou près de Pyongyang, tandis qu'une boule de fumée rouge zigzaguait dans le ciel.

Habituellement, les médias d'État nord-coréens - le quotidien Rodong Sinmun et l'agence de presse KCNA - publient des articles sur les essais d'armes réussis dans les 24 heures suivant le lancement, souvent accompagnés de photographies.

Jeudi, ils n'ont fait aucune mention du test de la veille, qui était le dixième lancement depuis le début de l'année.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2074) : VENDREDI 18 MARS 2022

Vendredi 18 Mars 2022 – Covid-19 : forte augmentation du taux d'incidence dans les classes d'âge scolaire :

Le Covid-19 circule de plus en plus activement dans les écoles depuis la rentrée du printemps. Dans son dernier rapport hebdomadaire, Santé publique France (SpF) explique en effet que le taux d’incidence est hausse dans l’ensemble des classes d’âge scolaire, supérieur à 800 chez les 6-10 ans (+39%), les 11-14 ans (+41%) et les 30-39 ans (+22%). Il était le plus élevé chez les 6-10 ans (+39%) et les 11-14 ans (+41%), ces derniers montrant la plus forte augmentation. Ce rebond du taux d’incidence avait déjà débuté la semaine précédente chez les 3-5 ans et les 6-10 ans, alors que ce taux était toujours en légère baisse dans les autres classes d’âge. Rappelons que le port du masque n'est plus obligatoire à l'école. Le taux de dépistage était également en hausse dans toutes les tranches d’âge. Il était le plus haut chez les 6-10 ans (3 194,+39%). Le taux de positivité a évolué de façon contrastée selon les classes d’âge. Il a fortement augmenté chez les 11-14 ans (30,2%, +6,8 points) et les 15-17 ans (28,1%, +3,0 points), et plus faiblement chez les 0-2 ans (20,9%, +0,8 point). Il était en revanche stable chez les 6-10 ans (29,3%) et en baisse chez les 3-5 ans (-2,4 points).

Au niveau national et pour toutes les classes d'âge, le taux d’incidence a augmenté la semaine dernière après six semaines consécutives de baisse, s’élevant à 686 cas pour 100 000 habitants (+25%), soit plus de 65 000 nouveaux cas en moyenne par jour. Le taux de dépistage a également progressé (+11%) après plusieurs semaines de baisse, précise SpF. Décalage entre le nombre de cas et les hospitalisations oblige, le nombre de nouvelles admissions à l’hôpital s’est stabilisé (-5%), excepté dans les Hauts-de-France (+17%), alors que la baisse des nouvelles admissions en soins critiques s’est poursuivie (-17%), mais il est à craindre que les prochaines semaines voient ces courbes remonter.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2074) : VENDREDI 18 MARS 2022

Vendredi 18 Mars 2022 – Contaminations en hausse en France, l'Italie allège les mesures… le point sur le coronavirus

La situation en France

Le nombre moyen de cas positifs au Covid-19, calculé sur une semaine, augmente sans entraîner pour l'heure une hausse des hospitalisations, selon des données de Santé publique France publiées jeudi. Les laboratoires ont enregistré 101.747 cas de contaminations en 24 heures. La moyenne quotidienne sur sept jours, qui lisse les à-coups journaliers, est en augmentation: elle s'établit jeudi à 78.759 contre 74.912 la veille. L'essentiel des restrictions anti-Covid ont été levées lundi, comme prévu par le gouvernement.

Malgré cette remontée des contaminations, la pression hospitalière continue de légèrement reculer, avec 20.609 personnes hospitalisées en raison du Covid jeudi, contre 20.757 mercredi et 21.287 une semaine plus tôt. Les hôpitaux ont accueilli 1.164 nouveaux malades du Covid jeudi, un peu moins que la veille. Sur sept jours, toutefois, le nombre d'admissions progresse (à J-4), à 5.985, contre 5.858 mercredi La pression s'allège également un peu dans les services de réanimation, qui comptent 1.695 malades jeudi, contre 1.728 mercredi et 1.928 jeudi dernier. La maladie a emporté 110 personnes en 24 heures dans les hôpitaux (145 mercredi), pour un bilan total de 140.729 décès en France depuis le début de la pandémie il y a plus de deux ans. La vaccination peine à progresser, 54,27 millions de personnes au total ont reçu au moins une injection (80,5% de la population totale), 53,34 ont un schéma vaccinal complet (79,1%) et 39,36 millions ont reçu une dose de rappel.

L'Italie allège les mesures mais garde le masque

Le gouvernement italien a décidé jeudi d'alléger certaines mesures de restrictions prises dans le cadre de la lutte contre le Covid, mais maintient le port du masque obligatoire dans les lieux clos jusqu'au 30 avril. "Nous maintenons l'obligation du port du masque dans les lieux clos jusqu'au 30 avril. Puis le gouvernement décidera en fonction de la situation épidémiologique", a déclaré le ministre de la Santé Roberto Speranza au cours d'une conférence de presse.

Côté allègement des restrictions, l'utilisation des tests et des pass sanitaires sera progressivement réduite dans différents secteurs d'activité pour être abandonnée le 1er mai, selon le ministre. La quarantaine obligatoire pour les cas contact est également éliminée et désormais seules les personnes testées positives devront se mettre à l'isolement. "Ce sont des mesures qui éliminent certaines restrictions, presque toutes les restrictions. Elles prévoient d'abandonner progressivement des instruments comme le pass vaccinal", a commenté le chef du gouvernement Mario Draghi au cours de la même conférence de presse. Il s'est félicité du fait que la campagne de vaccination dans la péninsule avait permis d'avoir "près de 80.000 morts en moins pour la seule année 2021". Près de 90% de la population de plus de 12 ans a complété le cycle de vaccination, et 33% environ pour les 5-12 ans. L'Italie a payé un tribut très lourd avec plus de 157.000 morts depuis le début de la pandémie.

Xi ordonne la poursuite du zéro Covid et de stopper la contagion

Le président chinois Xi Jinping a ordonné jeudi de poursuivre la politique du zéro Covid et de juguler "au plus vite" l'épidémie de coronavirus, a rapporté la télévision nationale. La Chine est confrontée depuis quelques jours à son pire regain épidémique depuis la première vague de 2020, avec des dizaines de millions de personnes confinées à travers le pays. Plusieurs confinements ont déjà été décrétés, notamment dans la province du Jilin (nord-est), où ont été recensés une grande partie des cas, et dans la métropole technologique de Shenzhen (sud), peuplée de 17,5 millions d'habitants.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2074) : VENDREDI 18 MARS 2022

Vendredi 18 Mars 2022 – En Méditerranée, dauphins et oiseaux à l'ombre des futures éoliennes géantes :

Un parc expérimental d'éoliennes doit être installé l'année prochaine, à une quinzaine de kilomètres au large de Leucate.

Dauphins, pingouins, grues survolant l'eau bleue par centaines... Le voilier Thera i Luna part chaque semaine de Port-Leucate, dans l'Aude, à la rencontre d'animaux susceptibles de cohabiter avec des dizaines d'éoliennes géantes en Méditerranée. Sous le soleil matinal, dans le sillage d'un chalutier survolé par une myriade d'oiseaux, une douzaine de grands dauphins bondissent au loin parmi les vagues.

Les cétacés hésitent à s'approcher du Thera i Luna, voilier de 13 mètres de l'ONG Les peuples de la mer, à bord duquel trois experts sont venus répertorier la faune du secteur. "Il faut être patient. Ils vont s'habituer à nous et venir" vers le bateau, prédit Serge Briez, fondateur de l'association, qui tient la barre, les yeux rivés vers le large. Ses coéquipiers, l'ornithologue Alexandre Hamon et Sonia Gara, de l'association de protection des cétacés Breach, se pressent alors vers la proue, jumelles et appareil photo en main.

Ces passionnés de la mer entendent compléter des études, selon eux très insuffisantes, quant au possible impact des éoliennes sur la faune, et ils espèrent que leurs recherches seront prises en compte par les constructeurs.

Les grands dauphins, pouvant peser quelques centaines de kilos et mesurer jusqu'à quatre mètres, se montrent rarement. Mais cette fois, la chance sourit aux marins du Thera i Luna: les cétacés sont là. Mieux encore, ils finissent par s'approcher du voilier et caracolent le long de la coque. Au large de Leucate, "la présence du grand dauphin était méconnue jusqu'à ce que Breach démarre des études sur la zone à partir de 2007", indique Sonia Gara. "C'est rare de pouvoir les observer comme ça pendant deux heures", se réjouit Serge Briez, soulignant "l'intelligence" de cette espèce protégée.

En toile de fond, les sommets enneigés du massif pyrénéen du Canigou complètent un décor de carte postale. Sonia Gara regarde attentivement les mammifères marins, au gré de leurs plongeons: "On identifie les individus par leur aileron dorsal. Chaque aileron est unique. C'est l'équivalent de l'empreinte digitale chez les humains", ce qui permet de les recenser et de suivre leurs déplacements en Méditerranée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens