Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2022 3 16 /02 /février /2022 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2045) : MARDI 15 FEVRIER 2022

Mardi 15 Février 2022 - Le point du corona virus le 14 Février 2022 au soir :

Le nombre de personnes à l'hôpital et dans les services de réanimation en raison du Covid-19 a continué de refluer lundi, de même que le nombre de cas détectés, selon les derniers chiffres officiels. Les hôpitaux français comptent actuellement 31.532 patients atteints du Covid contre 31.621 dimanche (et 33.447 il y a une semaine). Le nombre de nouvelles admissions (2.215) était toutefois en hausse par rapport à la veille (697) ou à sept jours auparavant (328).

Le nombre de personnes hospitalisées dans les services de soins critiques, qui soignent les cas les plus graves, notamment en réanimation, est également en recul, avec 3.296 malades (dont 311 admissions quotidiennes) contre 3.305 la veille, et 3.622 il y a une semaine. Ce chiffre est en baisse depuis plusieurs jours.Désormais largement dominant, le variant Omicron provoque des formes moins graves de Covid, ce qui se traduit par des séjours moins longs à l'hôpital et un moindre risque de passage en réanimation.

Du côté des contaminations, la décrue se poursuit, confirmant que la cinquième vague de l'épidémie a amorcé son reflux. En 24 heures, 26.475 cas positifs ont été enregistrés, contre 86.562 dimanche. Les décès, en forte hausse depuis novembre, restent à un niveau élevé, essentiellement chez des non vaccinés et des immunodéprimés: 385 personnes ont été tuées par la maladie en 24 heures, et 107 la veille.

Quelque 54,1 millions de personnes ont désormais reçu au moins une injection (80,3% de la population totale) et 53 millions sont complètement vaccinées (78,7% de la population). 37,86 millions de personnes ont reçu une dose de rappel.

... et dans le reste du monde, Canada: Trudeau a recours à une loi d'exception :

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé lundi le recours exceptionnel à la loi sur les mesures d'urgence pour mettre fin aux blocages "illégaux" des manifestants anti-mesures sanitaires en cours dans le pays depuis plus de deux semaines.

C'est seulement la deuxième fois que cette disposition est activée en temps de paix, la dernière fois remontant à la crise de 1970 quand Pierre Elliott Trudeau, le père de l'actuel Premier ministre, était au pouvoir.

Le mouvement de contestation canadien qui a débuté fin janvier est parti de camionneurs protestant contre l'obligation d'être vacciné pour passer la frontière entre le Canada et les Etats-Unis. Mais les revendications se sont étendues à un refus de l'ensemble des mesures sanitaires et, pour de nombreux manifestants, à un rejet du gouvernement de Justin Trudeau.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2045) : MARDI 15 FEVRIER 2022

Mardi 15 Février 2022 - Jean Lassalle : des voix plus importantes qu'elles n'y paraissent ?

Candidat à l’élection présidentielle pour la deuxième fois, maire d’une commune pendant quarante ans, député et président de parti, celui qui est souvent moqué est crédité de 0,5% des intentions de vote dans notre sondage de la présidentielle en temps réel. Si ce score est faible, Jean Lassalle pourrait toutefois créer une bascule pour les « gros candidats », lesquels se tiennent dans un mouchoir de poche.

Novembre 2018. Assis à l’avant dernier rang de l’Assemblée Nationale, Jean Lassalle , gilet jaune sur le dos, tire la tronche ; il est même, pour ainsi dire, carrément en colère. Le président Richard Ferrand fait suspendre la séance, y voyant une coquetterie de plus de la part de ce drôle d’oiseau, alors que le député vient de livrer un message politique fort. Ce dernier dira par ailleurs sur France Info à propos de la crise des gilets jaunes : « Nous arrivons à un moment qui est dangereux pour notre pays. Les Français ont peur et n’ont plus confiance en rien. Et on ne va quand même pas, alors qu’il y a déjà deux morts, laisser l’affaire aller jusque je ne sais où. »

Si certains se moquent de son accent, de son débit, de ses chants régionaux à l’Assemblée Nationale, de ses mauvaises imitations du général de Gaulle souvent, de ses idées parfois, il n’en reste pas moins qu’il fait partie, et ce depuis 1977, du paysage politique français. Oui c'est un original, non ce n’est pas un imbécile. Maire de Lourdios-Ichère de 1977 à 2017 (136 habitants en 2016), député des Pyrénées-Atlantiques depuis 2002, celui qui a fait 1,21% à la présidentielle de 2017 et qui est en passe de recueillir ses 500 parrainages, peut jouer un rôle dans la captation de votes pour le second tour. Alors qui de Le Pen, Pécresse ou Zemmour se verra lésé – ou gonflé - d’un peu plus de 400 000 voix ?

Connu comme un ardent défenseur de la ruralité, des provinces, de ce qu’il est vulgairement appelé les « petites gens », Jean Lassalle n’est ni de droite, ni de gauche, ni d’ici, ni de là-bas, mais partout où on ne l’attend jamais. Membre du groupe Libertés et territoires à l’Assemblée Nationale avec des transfuges de tous bords (Charles de Courson, Olivier Falorni, des élus corses, des anciens LREM, des centristes et autres), le député, lequel n’a eu aucun mal à trouver des parrainages, représente une réserve de voix qui ne sera jamais conséquente, mais qui peut jouer dans les finitions, à savoir grappiller un point ou deux de pourcentages pour arriver au second tour de l’élection.

Mais que pense Jean Lassalle ? A qui peut-il donner ses voix ? Plutôt conservateur sur les sujets sociétaux (il vote en 2013 contre le mariage pour tous, il est opposé à la PMA et la GPA), il a aussi soutenu le mouvement Nuit Debout qui luttait contre la loi travail, critiqué l’usage du 49.3 et soutenu les gilets jaunes. Sur le plan de l’économie, il a souvent lutté contre les délocalisations des grands groupes -n’hésitant pas à faire une grève de la faim – mais aussi contre le licenciement de bon nombre de fonctionnaires. A l’étranger, il est connu pour avoir nié les bombardements du gouvernement Al Assad contre sa propre population et d’avoir participé, avec Thierry Mariani entre autres, à une entrevue, en Syrie, en compagnie du dictateur. Plutôt un homme de droite, si l’on s’en tient à ses idées de fond. Or, l’ancien maire est tout de même proche de certains cercles macronistes, ce qui rend sa lecture politique difficile, pour ne pas dire floue.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2045) : MARDI 15 FEVRIER 2022

Mardi 15 Février 2022 - Djokovic prêt à rater Roland-Garros et Wimbledon pour éviter le vaccin :

Le numéro 1 mondial Novak Djokovic est prêt à manquer Roland-Garros et Wimbledon pour prix de son refus de se faire vacciner contre le coronavirus , mais il n'est pas «anti-vax», a-t-il affirmé dans une interview à la BBC diffusée mardi.

Faute de s'être vacciné, Djokovic avait été expulsé d'Australie en janvier, sans pouvoir défendre son titre à l'Open d'Australie, à Melbourne, avant que son grand rival Rafael Nadal n'emporte son 21e tournoi du Grand Chelem, un record chez les hommes, car un de plus que «Djoko» et Roger Federer. «Oui, c'est le prix que je suis prêt à payer», a dit le Serbe sur l'éventualité d'une absence aux tournois parisien et londonien. Il ne souhaite pas être associé au mouvement anti-vax mais défend le droit de chaque individu à choisir ce qui est injecté dans son corps.

«Je n'ai jamais été contre la vaccination», a-t-il ajouté, en indiquant qu'il avait déjà été vacciné, dans sa jeunesse. «Mais j'ai toujours soutenu la liberté de choisir ce que l'on met dans son propre corps. Ce principe est plus important pour moi que n'importe quel titre.»

«J'essaie d'être en phase avec mon corps, autant que possible», a aussi déclaré Djokovic dans cette interview, la première depuis qu'il a quitté Melbourne, visa annulé par les autorités australiennes. «J'étais triste et déçu», a-t-il résumé au sujet de cette saga du début d'année.

Le numéro 1 mondial espère aussi que les exigences en matière de vaccination vont changer et qu'il pourra «jouer encore pendant de nombreuses années». Il reste ouvert et n'écarte pas l'hypothèse d'une vaccination pour lui, dans l'avenir, «parce que nous cherchons tous, collectivement, la meilleure solution possible pour mettre fin au Covid».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2045) : MARDI 15 FEVRIER 2022

Mardi 15 Février 2022 - Crise en Ukraine : Berlin exhorte la Russie à «retirer ses troupes» :

La ministre allemande des affaires étrangères, Annalena Baerbock, a demandé mardi à Moscou de "retirer ses troupes" de la frontière avec l'Ukraine, estimant que "la situation peut dégénérer à tout moment" alors que le chancelier Olaf Scholz est attendu à Moscou.

"La situation est particulièrement dangereuse et peut dégénérer à tout moment", a estimé Mme Baerbock dans un communiqué, ajoutant: "la responsabilité d'une désescalade est clairement du côté de la Russie, et il revient à Moscou de retirer ses troupes.

"L'UE et l'Otan sont unies derrière l'Ukraine" et "nous devons utiliser toutes les opportunités de dialogue pour atteindre une solution pacifique", a-t-elle déclaré avant de se rendre à Madrid pour une réunion avec son homologue espagnol José Manuel Albares.

A Moscou, le chef du gouvernement allemand doit rencontrer dans la journée Vladimir Poutine pour tenter de trouver une issue diplomatique et éviter une guerre, alors que plus de 100.000 soldats russes sont massés aux frontières de l'Ukraine. En cas d'attaque, "nous prendrons des mesures de grande envergure qui auront des répercussions importantes sur les possibilités d'évolution économique de la Russie", avait averti M. Scholz lundi à Kiev.

Alors que les Etats-Unis jugent qu'une "action militaire pourrait intervenir n'importe quand", le Premier ministre britannique Boris Johnson et le président américain Joe Biden ont estimé lundi qu'il restait "une opportunité cruciale pour la diplomatie". Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a également proposé à M. Pourtine de "prolonger et d'élargir" le dialogue.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2045) : MARDI 15 FEVRIER 2022

Mardi 15 Février 2022 - Accusations d'agression sexuelles contre Jean-Jacques Bourdin :

Fanny Agostini témoigne : Une enquête a été confiée par le parquet de Paris au commissariat du 16e arrondissement et une enquête interne a été ouverte par Altice, maison mère de BFMTV et RMC dont Jean-Jacques Bourdin était l'un des journalistes vedettes.

La journaliste Fanny Agostini révèle lundi être à l'origine de la plainte pour "tentative d'agression sexuelle" déposée contre Jean-Jacques Bourdin , dans Mediapart qui recueille d'autres témoignages, certains identifiés, d'autres anonymes, visant le célèbre animateur

Jean-Jacques Bourdin, écarté temporairement de l'antenne sur BFMTV et RMC, nie les faits dont l'accuse Fanny Agostini. Une enquête a été confiée par le parquet de Paris au commissariat du 16e arrondissement et une enquête interne a été ouverte par Altice, maison mère de BFMTV et RMC.      

Ancienne présentatrice météo de RMC-BFMTV, passée ensuite par Thalassa, Fanny Agostini donne dans Mediapart sa version des faits remontant à 2013, lorsqu'elle participe à l'Open de pétanque de Calvi, en Corse, où Jean-Jacques Bourdin est lui aussi convié. Un matin, elle nage dans la piscine de l'hôtel. Jean-Jacques Bourdin se serait rapproché "très rapidement", l'aurait "attrapée par le cou, sur le côté", et l'aurait "attirée vers lui brusquement" en essayant de l'embrasser "à plusieurs reprises". "Prise de cours", elle dit n'avoir "pas crié", mais s'être "débattue" et être parvenue à sortir de l'eau

Jean-Jacques Bourdin, peut-on lire dans Mediapart, lui aurait alors lancé: "J'obtiens toujours ce que je veux". Une phrase qui "a ponctué (ses) cauchemars pendant des années". Et que Fanny Agostini dit avoir a vécu "comme une menace de la part de quelqu'un qui avait un ascendant hiérarchique".

Elle assure ensuite qu'entre septembre 2014 et le printemps 2015, l'animateur lui a adressé, au milieu d'échanges professionnels, de nombreux messages à connotation sexuelle. Comme celui du 27 novembre 2014, que Mediapart dit s'être procuré, reçu sur son mail professionnel: "Tu me tentes tous les matins... J'aime ton regard". Jean-Jacques Bourdin n'a pas répondu à Mediapart, qui dit l'avoir sollicité sur tous les témoignages.

La journaliste Sidonie Bonnec, animatrice sur France 2 et France Bleu, témoigne aussi dans Mediapart. Jeune journaliste désirant faire de la radio, elle est conviée à un festival à Calvi par Jean-Jacques Bourdin en 2010. L'animateur, selon les dires de la jeune femme, lui assure qu'elle sera logée à l'hôtel. Mais avant le départ, il l'aurait appelé pour lui dire que l'hôtel est plein et que par "chance", il "a une villa avec un ami". Il aurait ajouté: "Il y a une piscine, n'oublie pas ton maillot de bain". "Cette phrase m'a coupé les jambes", dit-elle à Mediapart, "ce n'était plus professionnel du tout".

Arrivée à l'aéroport avec son compagnon, elle raconte avoir aperçu Jean-Jacques Bourdin qui se serait contenté de leur adresser un salut "de loin". "Après cela, je n'ai plus jamais eu de nouvelles. Evidemment je n'ai jamais eu le job", souligne-t-elle.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2045) : MARDI 15 FEVRIER 2022

Mardi 15 Février 2022 - Zemmour a échangé par téléphone avec Trump, qui lui a conseillé de «tenir bon» :

Éric Zemmour (Reconquête!), a échangé par téléphone pendant 40 minutes avec l'ancien président américain Donald Trump qui lui a conseillé de "tenir bon", a assuré mardi le porte-parole du candidat d'extrême droite à la présidentielle, Guillaume Peltier.

Ils ont échangé "hier à 18h00 à l'occasion d'un entretien d'une quarantaine de minutes où Donald Trump a pu dire à Éric Zemmour: ne cédez rien, tenez bon, restez courageux, c'est la ténacité et l'endurance qui finissent à la fin d'une campagne par payer", a raconté sur France 2 l'ancien LR.

"Quand le cabinet de Donald Trump a répondu favorablement à nos différentes sollicitations, on a pris cet appel avec beaucoup de plaisir", a-t-il expliqué. "Il y aura dans les prochaines semaines des échanges avec un certain nombre de personnalités (...), tout le monde a bien compris que le duel qui est en train de se préparer en France est entre Emmanuel Macron et Éric Zemmour", a ajouté Guillaume Peltier.

Dans un communiqué, l'équipe du candidat parle d'"un long et chaleureux entretien téléphonique" où "ils ont notamment évoqué les sujets migratoires, sécuritaires et économiques de leurs deux pays". "Le sens de leur engagement est le même: Donald Trump souhaite que les États-Unis restent les États-Unis. Éric Zemmour souhaite que la France reste la France", conclut ce communiqué.

Éric Zemmour a réclamé récemment la construction d'un "mur" à "toutes les frontières" extérieures de l'Union européenne pour lutter contre l'immigration, rappelant la politique de Donald Trump avec le Mexique. Il s'était aussi inspiré d'une affiche de l'ancien président américain pour sa manière de poser en couverture de son dernier livre. Sa rivale à l'extrême droite Marine Le Pen avait effectué en janvier 2017 une visite surprise à la Trump Tower , où se trouvait le QG de Donald Trump à New York, mais elle n'avait rencontré ni le futur président américain, ni aucun membre de son équipe. Éric Zemmour avait connu dans sa pré-campagne des déplacements internationaux chahutés à Londres et Genève, après avoir devancé sa concurrente à l'automne chez Viktor Orban à Budapest.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2045) : MARDI 15 FEVRIER 2022

Mardi 15 Février 2022 - Biden - Poutine : la haine froide :

Entre le président américain Joe Biden et son homologue russe, Vladimir Poutine, l’hostilité dépasse ce qui est dû à la fonction.

Moscou, 10 mars 2011. Joe Biden , alors vice-président des États-Unis, rend visite à Vladimir Poutine , Premier ministre de Russie. C’est la première fois qu’il l’a face à lui, en tête à tête. L’occasion de jauger le personnage et de lui dire ce qu’il pense. Pendant l’entretien, il lui déconseille de briguer un troisième mandat de président de Russie, ce qu’il a été de 2000 à 2008. « Ce ne serait pas bon pour vous ni pour la Russie », argumente-t-il. Mais Poutine n’est pas disposé à recevoir une leçon de démocratie… Il se renfrogne. Entre les deux hommes, un dialogue de sourds s’instaure ; les piques fusent. « Vous vous imaginez peut-être que vous et moi avons la même façon de penser parce que nous avons la même couleur de peau. Mais ce n’est pas le cas », lâche le leader russe. « Monsieur le Premier ministre, je vous regarde droit dans les yeux et je ne pense pas que vous ayez une âme », lui lance Biden. « Vous et moi, nous nous comprenons », plaisante Poutine dans un sourire. Quand il raconte la scène aujourd’hui, Biden est encore sidéré.

Aux yeux du Russe, tout locataire du bureau Ovale n’est qu’un interlocuteur de passage. Depuis qu’il est au pouvoir, il en a connu cinq. Et comme il a fait modifier la Constitution russe pour rester président jusqu’en 2036, il a de bonnes chances d’en connaître encore quelques autres… Mais entre les deux hommes l’hostilité dépasse ce qui est dû à la fonction.

Pourquoi tant de haine ? En 2014, après l’entrée des tanks russes sur le sol ukrainien, le vice-président Biden avait plaidé en vain pour une riposte musclée. Barack Obama avait dit non, arbitrant en faveur de sa conseillère pour la sécurité nationale, Susan Rice, qui poussait à l’apaisement. Mais Biden avait eu un lot de consolation : il s’était retrouvé émissaire officiel à Kiev, un job pour lequel il allait se prendre de passion. Aujourd’hui, il se considère comme un ami de l’Ukraine, où il s’est rendu six fois dans sa vie, soit davantage que tous ses prédécesseurs. Dans ses Mémoires, « Promets-moi, papa », en 2017, il consacre de nombreuses pages à ce pays qui a « conquis son indépendance de haute lutte, comme l’Amérique il y a plus de deux cents ans ». Adolescent, explique-t-il, il voulait « faire le bien dans le monde et changer le cours de l’Histoire », et l’Ukraine lui en aurait donné l’occasion.

Joe Biden n’a pas non plus oublié que la Russie avait joué contre lui pendant la campagne présidentielle de 2020. Et qu’elle avait utilisé pour cela la situation de Hunter Biden en Ukraine. Donald Trump, informé par des sources prorusses, accusait « Monsieur fils » d’avoir été payé à ne rien faire par Burisma, une entreprise énergétique locale dont il était administrateur, et faisait pression sur les autorités locales pour qu’elles lancent une enquête judiciaire. Si le président ukrainien avait cédé, le scandale aurait été immédiat. Biden aurait pu perdre l’élection…

Le soutien à l’Ukraine serait-il désormais un devoir sacré ? « On aurait tort de donner trop d’importance à ces considérations personnelles », tempère Mark Medish, ancien de l’administration Clinton et expert de la région. « Comme tous les présidents, il veut laisser une marque derrière lui. Pour certains chefs d’État ou de gouvernement, c’est l’éducation, l’environnement, la réforme de santé. Joe Biden, lui, se vit comme le président des affaires étrangères : c’est dans son ADN. Je sais qu’il voit l’Ukraine comme n’importe quel autre pays : c’est une question de conflit géopolitique. Et la seule chose qui compte dans son esprit, c’est l’intérêt des États-Unis. » Et le sien, aussi : dans cette Amérique bloquée et partisane où rien ne semble envisageable, il démontre qu’il est encore possible de provoquer l’union sacrée en ralliant les républicains à son panache face à l’ogre Poutine. Les élections législatives de novembre prochain (midterms) s’annoncent difficiles… Il est urgent de chercher aussi de quoi, peut-être, limiter la casse.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2045) : MARDI 15 FEVRIER 2022

Mardi 15 Février 2022 - Donald Trump lâché par ses comptables :

En une phrase, le directeur juridique de Mazars complique les affaires de Donald Trump : «Nous estimons que notre conseil de ne plus vous appuyer sur ces documents financiers est approprié». William J. Kelly a envoyé la semaine dernière un courrier à Alan Garten, l'avocat de la Trump Organization, se désolidarisant des documents que le cabinet d'experts-comptables a été contraint de transmettre à la justice, parmi lesquels figurent les déclarations de revenus de l'ancien président. Elles font l'objet d'une enquête ouverte par la procureure générale de New York Letitia James, qui soupçonne le milliardaire d'avoir surestimé la valeur de ses biens pour obtenir d'amples prêts auprès de banques tout en sous-évaluant ces mêmes biens pour déclarer moins de revenus et payer moins d'impôts. «Les preuves continuent à s'accumuler pour prouver que Donald Trump et la Trump Organization ont eu recours à des documents financiers frauduleux et erronés pour des bénéfices économiques», a déclaré lundi Letitia James, révélant la lettre de Mazars dans une nouvelle demande d'entendre Donald Trump et ses enfants Donald Trump Jr et Ivanka Trump

William J. Kelly précise avoir ouvert une enquête interne, après le signalement de la procureure générale, et rompre tout contrat liant Mazars à l'entreprise de Donald Trump, bien que n'ayant pas trouvé «globalement» de preuve de fraude chez son ancien client, seulement «un ensemble de circonstances». Ce que la Trump Organization brandit comme la preuve qui «rend les enquêtes du procureur et de la procureure générale sans intérêts». Mise en examen pour fraude et évasion fiscale, la Trump Organization a plaidé non-coupable en juillet dernier, tout comme le comptable Allen Weisselberg.

Depuis 2019, Donald Trump a tenté d'empêcher la transmission de ses déclarations de revenus à la justice , qu'il avait déjà refusé de rendre publiques durant la campagne présidentielle de 2016, rompant avec la tradition s'appliquant à tous les candidats à la Maison-Blanche . Mais même la Cour suprême s'était prononcée , à l'été 2020, en faveur de la demande des procureurs new-yorkais : «La Cour suprême n’aurait jamais dû laisser cette "expédition" se poursuivre, mais elle l’a fait. C’est quelque chose qui n’est jamais arrivé à un président avant, c’est insufflé par les démocrates dans un lieu totalement démocrate, la ville et l’Etat de New York, complètement contrôlé et dominé par un de mes ennemis connus, le gouverneur Andrew Cuomo», avait-il fustigé, dénonçant comme depuis des années «la plus grande Chasse aux Sorcières de l’histoire de notre Pays». Le milliardaire n'avait particulièrement pas apprécié que les trois juges qu'il avait nommés à la Cour suprême ne le défendent pas, le pari qu'il avait également fait en contestant devant l'instance les résultats de l'élection perdue en 2020, à nouveau sans succès.

En septembre 2020, le «New York Times» avait révélé que Donald Trump n'avait payé que 750 dollars d'impôts sur le revenu en 2016 et 2017 , et n'avait rien versé du tout sur 10 des 15 années précédentes, jouant de diverses tactiques fiscales liées aux nombreuses pertes déclarées dans les clubs de golf de la Trump Organization. Une technique légale de déclaration de pertes pour minimiser ses revenus qu'il avait déjà utilisée dans le passé : en 1995, il avait assuré avoir perdu plus de 915 millions de dollars. Suffisant pour ne pas payer d'impôts pendant près de 20 ans, selon les calculs du «Times».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2045) : MARDI 15 FEVRIER 2022

Mardi 15 Février 2022 - Sondage de la présidentielle : Eric Zemmour passe devant Valérie Pécresse :

Un demi-point. L’écart est à la fois symbolique et insignifiant. Il réclame surtout confirmation mais c’est une première dans cette enquête quotidienne Ifop-Fiducial pour Paris Match/LCI/Sud-Radio qui mesure depuis le 10 janvier les intentions de vote pour l’élection présidentielle. Sans progresser, Eric Zemmour (15%) accède donc d’un cheveu à la troisième place juste devant Valérie Pécresse (14,5%) qui recule à la quatrième. Le duo est devancé par Marine Le Pen qui grimpe d’un demi-point à 17,5%.

Au lendemain du meeting en demi-teinte de la candidate des Républicains, la deuxième place échappe à la droite. Elle paie vraisemblablement sa prestation moyenne au Zénith. Lundi, les dirigeants des LR ont fait corps autour de leur championne lors de la réunion du comité stratégique. Xavier Bertrand et Jean-François Copé ont fait entendre leurs griefs et demandé des éclaircissements sur l’utilisation de l’expression « grand déclassement » que la candidate a donné l’impression de reprendre à son discours. « Faux procès », réplique-t-on dans son entourage. L’équipe de Pécresse a décidé de maintenir les meetings. Elle sera vendredi au Cannet dans les Alpes-Maritimes. Sur RTL, elle a également admis que les discours en meeting n’était pas son exercice favori. Elle a ironisé sur les « beaux-parleurs » et mis en avant ses qualités de « faiseuse ». Sur BFMTV, elle a poursuivi sa riposte en fustigeant une forme « misogynie » dans les critiques entendues depuis deux jours chez les politiques comme chez les commentateurs.

Sur la défensive, Valérie Pécresse va devoir trouver les voies et les moyens de relancer sa campagne pour rester dans le match. Certes, l’écart entre les trois candidats de droite et d’extrême droite reste dans la marge d’erreur. La course continue. Mais la candidate LR a désormais un peu plus le vent de face alors qu’Eric Zemmour poursuit sa remontée. Le fondateur de « Reconquête ! » continue d’engranger des ralliements venus du RN. Dernier en date : le sénateur des Bouches-du-Rhône Stéphane Ravier. Il pourrait être imité dès le week-end prochain par le député européen Nicolas Bay et le conseiller municipal de Nice Philippe Vardon.  Eric Zemmour savoure enfin les quarante minutes d’entretien téléphonique qu’il a eu avec Donald Trump. L’ancien président américain l’aurait conforté dans sa stratégie : « Ne cédez rien, tenez bon, restez courageux, c’est la ténacité et l’endurance qui finissent à la fin d’une campagne par payer. » Une courte conversation qui permet à l’ex-journaliste du «Figaro» d’asseoir une stature internationale et de réussir là où avait échoué il y a cinq ans Marine Le Pen qui n’avait pas pu, à l’époque, rencontrer Trump.

Le trio Le Pen/Zemmour/Pécresse reste pour le moment à bonne distance d’Emmanuel Macron. Toujours pas candidat, il peut compter sur un noyau stable d’électeurs convaincus (25,5%). A l’arrière du peloton, la gauche écope. L’Insoumis Jean-Luc Mélenchon tire son épingle du jeu et remonte petit à petit (11,5%). Il devance largement l’écologiste Jadot (4,5% =), Christiane Taubira et le communiste Fabien Roussel à égalité à 3% et la socialiste Anne Hidalgo encalminée avec 2%.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2045) : MARDI 15 FEVRIER 2022

Mardi 15 Février 2022 - État de choc après l'incendie de Saint-Laurent-de-la-Salanque, un 8e corps sorti des décombres :

Le petit bourg de Saint-Laurent-de-la-Salanque, dans les Pyrénées-Orientales, est sous le choc de l'incendie meurtrier qui a ravagé plusieurs immeubles, et les habitants restent suspendus au travail des pompiers qui ont extrait mardi un huitième corps du bâtiment le plus endommagé.

A la mi-journée, les pompiers ont hissé un brancard sur une nacelle. Quelques minutes plus tard, il a été déposé au sol, couvert d'un linceul blanc, a constaté une journaliste de l’AFP. Jusque-là, les pompiers étaient à la recherche d'une femme de 66 ans, la dernière personne portée disparue dans les décombres de cet incendie. Lundi, ils avaient extrait sept corps, dont un bébé de quelques mois et un enfant de deux ans.

«Il y a un important risque d'effondrement, c'est une progression minutieuse», avait auparavant déclaré Fabien Vergez, commandant des pompiers. Il montrait un petit immeuble encore non exploré de deux étages, entièrement noirci par les flammes, précisant que «les planchers sont très instables».

Le drame, survenu dans la nuit de dimanche à lundi, a également fait quatre blessés, dont un grave: un homme qui a sauté d'un 2e étage en voulant échapper aux flammes. Il est hospitalisé à Montpellier. Vingt-huit autres habitants ont été évacués.

Les victimes ont été surprises dans leur sommeil lorsqu'un incendie et une explosion ont ravagé plusieurs commerces et appartements vers 01h30 dans la nuit de dimanche à lundi. Selon divers témoignages, le sinistre s'est déclaré au rez-de-chaussée, où se trouvaient une épicerie et un local de restauration rapide.

Une enquête pour «incendie volontaire ayant entraîné la mort» a été ouverte par le procureur de Perpignan, Jean-David Cavaillé. L'explosion a-t-elle déclenché l'incendie ou l'inverse? «L'enquête le déterminera», a déclaré le magistrat à l'AFP mardi, soulignant que les enquêteurs explorent aussi bien la thèse accidentelle que criminelle. «On ne privilégie aucune piste», a-t-il indiqué.

Des enquêteurs de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN, police scientifique) ont pris des photos et procédé à des marquages au sol. D'autres gendarmes interrogeaient les riverains sur ce qu'ils ont vu et entendu. «Nous travaillons en lien étroit avec les enquêteurs. Dès que nous avons la moindre suspicion de retrouver quelque chose, nous arrêtons notre progression et le (leur) signalons pour pouvoir figer les scènes», a expliqué le commandant des pompiers.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2045) : MARDI 15 FEVRIER 2022

Mardi 15 Février 2022 - Fabien Roussel, le candidat de gauche qui se démarque :

 Invité de la matinale sur France Inter mardi, le candidat communiste à l’élection présidentielle Fabien Roussel a indiqué sa volonté pour retrouver les «jours heureux» en arrêtant les «réformes punitives». Il a déclaré vouloir réindustrialiser la France et qu’il n’était pas contre une taxe à l’échelle européenne envers les produits chinois. Un de ses grands objectifs est aussi de passer aux 32 heures. «Je suis pour accompagner les entreprises pour qu'elles puissent faire les 32 heures. Il y a ces grandes entreprises qui réalisent beaucoup de bénéfices aujourd'hui et qui pourront le faire non sans mal. Et pour les petites boîtes, nous les accompagnerons. Je suis pour que l'argent public de l'Etat soit là. Je suis pour baisser les charges, pas les cotisations», a expliqué le prétendant à l'Elysée qui est à égalité avec Christiane Taubira (3% des intentions de vote) dans notre sondage quotidien La Présidentielle en temps réel .

Plus généralement, le candidat veut contrer la fameuse théorie du «ruissellement» en annonçant le «roussellement», référence à son propre nom. «Le "roussellement", c’est irriguer l'économie en permettant à chacun, à la base, d'avoir un pouvoir d'achat, un salaire, une retraite qui permette de vivre dignement. C'est investir tous les jours dans l'économie réelle», a décrit Fabien Roussel. Cela se traduit par des mesures comme l’augmentation des pensions de retraite à 1200 euros.

Concernant les questions de sécurité, ses différences ont été remarquées par rapport aux autres candidats de gauche comme Jean-Luc Mélenchon. Fabien Roussel veut créer 30.000 postes de policiers englobant une police de proximité pour lutter contre les incivilités du quotidien. Le candidat a également exprimé ses différences pour les énergies nucléaires, assurant qu’il les défendait contrairement au candidat insoumis. Mais il a affiché certains points d’accord avec les autres candidatures de gauche : retraite à 60 ans, allocation universelle pour les étudiants, dépénalisation du cannabis.

Fabien Roussel a exprimé son choix de sortir du commandement intégré de l’OTAN. Une position similaire, une nouvelle fois, avec celle de Jean-Luc Mélenchon qui s’est décrit comme un «non-aligné». Face à la crise en Ukraine, il veut que la France «verbalise» le fait que l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN ne soit pas «d’actualité». Le candidat communiste a rappelé qu’il souhaite que la France soit à l’initiative d’un traité d’interdiction des armes nucléaires, «un désarmement multilatéral».

Enfin, il a défendu le fait que l’immigration n’entraine pas le chômage. «L'immigration correspond à environ 250 000 entrées en France chaque année. Nous avons une politique de droit d'asile, que nous souhaitons élargir, notamment l'immigration liée au défi climatique, comme au Bangladesh», a-t-il déclaré.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2045) : MARDI 15 FEVRIER 2022

Mardi 15 Février 2022 - Macron va appeler l'Europe à devenir un «acteur majeur» dans l'espace :

Le président français Emmanuel Macron va appeler mercredi l'Europe à "se lancer fortement dans la compétition internationale" pour devenir un "acteur majeur" dans l'espace, lors d'une réunion des ministres de l'UE à Toulouse (sud-ouest), a annoncé mardi l'Elysée. L'espace est "au coeur des questions de souveraineté européenne", a expliqué la présidence pour justifier la présence du chef de l'Etat, quasi-candidat à la présidentielle d'avril, à cette réunion organisée dans le cadre de la présidence française du Conseil de l'UE.

Emmanuel Macron va souligner que "l'espace redevient un enjeu de conquête", notamment avec "l'émergence d'acteurs privés" au premier rang desquels l'Américain SpaceX, du milliardaire Elon Musk, selon elle.

Les ministres européens doivent échanger lors de cette réunion sur les dossiers de constellations de connectivité et des gestions du trafic spatial, notamment de la surveillance des débris et des satellites en orbite.Ils se retrouveront également dans le cadre de l'Agence spatiale européenne (ESA), qui comprend aussi le Royaume-Uni, la Norvège, la Suisse ou le Canada, pour discuter de l'exploration de l'espace et du climat, avec le projet Copernicus.

L'objectif est de "fixer des ambitions" qui donneront lieu à des décisions à la conférence ministérielle de l'ESA, en novembre à Paris, qui devra statuer sur son budget pour les prochaines années. La Commission européenne devait présenter mardi à Strasbourg (est), en marge de la session du Parlement européen, plusieurs communications et un règlement sur la connectivité sécurisée et la gestion du trafic spatial.

Le lancement d'une constellation de satellites est la plus ambitieuse de ces propositions. C'est un "sujet qui va devenir extrêmement stratégique dans les prochaines années" car "pour des raisons d’encombrement de l’espace, il y a aura peu d’espace, d’où l’urgence pour l’Europe de se positionner", souligne l'Elysée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens