Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2022 1 26 /09 /septembre /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2249) : DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022

Dimanche 25 Septembre 2022 –  «On ne gouverne pas contre le peuple» : Bayrou renouvelle son avertissement sur les retraites

François Bayrou maintient la pression sur Emmanuel Macron. À la veille d'une semaine décisive pour l'exécutif, le président du Mouvement démocrate (MoDem) a réitéré dimanche son avertissement sur les retraites, dans son traditionnel discours de rentrée à Guidel (Morbihan). Il insiste, une semaine après son alerte contre le risque d'un «passage en force» : il est opposé au scénario d'une réforme menée d'ici la fin de l'année, au nom de la «concertation».

«On n'est pas aux pièces», a-t-il insisté devant ses troupes. «Prendre trois ou quatre mois pour réfléchir ensemble, mettre sur la table des options et des faits : ce serait bon. Pas seulement pour la paix civile, mais pour la réforme elle-même.»

Le haut-commissaire au Plan persiste dans son hostilité à une réforme des retraites par voie d'amendement au budget de la Sécurité sociale, une méthode envisagée par l'exécutif. Après quinze jours de débats dans les oppositions et dans son camp, Emmanuel Macron doit réunir cette semaine à l'Élysée les ministres concernés et les chefs de la majorité. Il doit aussi rendre visite à François Bayrou vendredi dans sa ville de Pau (Pyrénées-Atlantiques), une manière d'afficher l'unité de la majorité malgré les tensions.

 

«Paix civile»

Aux yeux du centriste, prendre le temps du dialogue est une question de «paix civile». «On ne gouverne pas contre le peuple», a-t-il déclaré. Une formule qu'il avait lancée au début du mouvement des «gilets jaunes», en 2018. «Si (les gouvernants) n'ont pas le soutien du peuple qui les a élus, ces réformes sont bloquées», a-t-il souligné, en pointant une société «éruptive» et capable de «violences». Il souhaite que l'exécutif cherche à «convaincre» l'opinion publique «avant de l'entraîner». Telle est la traduction, selon lui, de l'esprit du Conseil national de la refondation dont il a pris la tête le 8 septembre.

François Bayrou veut aussi donner de l'ampleur au chantier promis par Emmanuel Macron. «Ce n'est pas seulement une réforme budgétaire. C'est une réforme de société», a-t-il dit. Les centristes tiennent à ce que des mesures sur l'emploi des seniors, les carrières longues et la pénibilité figurent dans le texte. «Tant que l'arbitrage ne sera pas rendu, on tiendra», affirme en aparté la porte-parole du MoDem Isabelle Florennes.

La question des retraites a agité les soutiens d'Emmanuel Macron tout le week-end. «Décidons vite» de la méthode à adopter sur les retraites, a lancé Édouard Philippe samedi à la tribune du MoDem, où il était invité à s'exprimer. «Ne laissons pas dériver ce sujet, cette hésitation», a-t-il déclaré. Peu avant lui, au micro, le patron de Renaissance, Stéphane Séjourné, a tenté de minimiser les frictions en interne sur la méthode. «Nous connaissons tous le point d'atterrissage», a-t-il insisté, en se félicitant de «débats sains» dans le camp Macron.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2249) : DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022

Dimanche 25 Septembre 2022 –  Val-de-Marne : un entrepôt du marché de Rungis touché par un impressionnant incendie

Vers 12h30 ce dimanche 25 septembre, d'épaisses fumées noires sont apparues au-dessus de la ville de Rungis dans le Val-de-Marne (94).

Le feu est parti de l'entrepôt des Halles Mandar, au cœur du célèbre marché international où sont implantées 1200 entreprises, selon les informations recueillies par Le Figaro. Les flammes se seraient emparées des palettes en bois sur place, se propageant ensuite à l'ensemble du bâtiment. Les investigations des pompiers sont encore en cours afin de mieux définir le parcours du feu.

Les immenses panaches de fumées étaient visibles à plusieurs kilomètres alentour, comme à Villejuif, Orly ou même Paris.

À quelques kilomètres de l'aéroport d'Orly, le trafic aérien «n'est pour l'heure pas perturbé», ont informé les Aéroports de Paris.

Dix camions de pompiers ont été envoyés sur place, toujours selon SGP Police Val-de-Marne. De leur côté, les soldats du feu appellent à «éviter les déplacements dans ce secteur» afin de «faciliter le passage des secours».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2249) : DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022

Dimanche 25 Septembre 2022 –  Iran : le président Raïssi appelle à agir «fermement» contre les manifestants :

Un vent de colère souffle dans la République islamique depuis le 16 septembre, jour du décès de Mahsa Amini, trois jours après son arrestation à Téhéran pour «port de vêtements inapproprié». Plus de 40 personnes sont mortes.

Le président Ebrahim Raïssi a appelé les forces de l'ordre à agir «fermement» contre les manifestants en Iran après neuf jours de protestations contre la mort d'une jeune femme détenue par la police des mœurs, dans lesquelles plus de 40 personnes ont péri.

À l'étranger, des manifestations soutenant le mouvement en Iran ont eu lieu dans plusieurs pays samedi 24 septembre - au Canada, aux États-Unis, au Chili, en France, en Belgique, aux Pays-Bas et en Irak, pays voisin de l'Iran.

Les protestations ont été déclenchées le 16 septembre, le jour du décès de Mahsa Amini, trois jours après son arrestation à Téhéran pour «port de vêtements inapproprié» et non respect du strict code vestimentaire pour les femmes en République islamique d'Iran. Selon le bilan officiel non détaillé incluant manifestants et forces de l'ordre, 41 personnes ont été tuées. Mais le bilan pourrait être plus lourd, l'ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, faisant état d'au moins 54 manifestants tués dans la répression.

Qualifiant les protestations «d'émeutes», Ebrahim Raïssi, un ultraconservateur, a appelé samedi «les autorités concernées à agir fermement contre ceux qui portent atteinte à la sécurité et la paix du pays et du peuple». Dans un communiqué, il a souligné «la nécessité de faire la distinction entre manifestation et perturbation de l'ordre et de la sécurité publique».

 

Les ambassadeurs du Royaume-Uni et de Norvège convoqués

Le ministère iranien des Affaires étrangères a mis en cause les États-Unis, ennemi juré de l'Iran, dans les troubles et prévenu que «les efforts pour violer la souveraineté de l'Iran ne resteront pas sans réponse». Le ministre de l'Intérieur Ahmad Vahidi, cité par l'agence officielle IRNA, a lui dit attendre du «pouvoir judiciaire qu'il poursuive rapidement les principaux auteurs et meneurs de ces émeutes», après l'annonce par la police de l'arrestation de plus de 700 personnes.

Les autorités iraniennes ont convoqué dimanche les ambassadeurs du Royaume-Uni et de Norvège pour dénoncer des «ingérences». Le ministère des Affaires étrangères a protesté auprès de l'ambassadeur britannique contre les actes «d'incitation à des émeutes et à la propagation de troubles» par des chaînes de télévision basées à Londres, selon un communiqué. «Il s'agit d'une ingérence dans les affaires intérieures de la République islamique d'Iran et d'un acte contre la souveraineté nationale de notre pays», ajoute le communiqué, sans identifier ces chaînes. La BBC farsi basée au Royaume-Uni est régulièrement critiquée par les autorités iraniennes.

L'ambassadeur de Norvège a lui été convoqué à la suite de propos tenus par le président du Parlement de ce pays, dénoncés par le ministère iranien comme «une ingérence dans les affaires intérieures de l'Iran».

 

Les foulards en feu

Samedi soir, les manifestations ont encore touché plusieurs villes d'Iran, y compris la capitale Téhéran où une vidéo virale a montré une femme marchant la tête découverte et agitant son voile en pleine rue, faisant fi des strictes règles vestimentaires. En Iran, les femmes doivent se couvrir les cheveux et le corps jusqu'en dessous des genoux et ne doivent pas porter des pantalons serrés ou des jeans troués, entre autres. Des images virales des manifestations ont montré des Iraniennes brûlant leur foulard.

Le parti réformateur de l'«Union du peuple de l'Iran islamique» a exhorté samedi l'État à annuler l'obligation du port du voile et à libérer les personnes arrêtées. Dans un nouveau message sur Instagram, le réalisateur iranien Asghar Farhadi, deux fois oscarisé, a exhorté les peuples du monde à «être solidaires» des protestataires en Iran et salué les «femmes courageuses qui mènent les manifestations pour réclamer leurs droits».

 

Violente répression

Les manifestations sont marquées par des affrontements avec les forces de sécurité et des véhicules de police sont incendiés par les protestataires qui scandent des slogans hostiles au pouvoir, selon médias et militants. Depuis plusieurs jours, des vidéos en ligne montrent des scènes de violence à Téhéran et dans d'autres grandes villes comme Tabriz (nord-ouest). Sur certaines, on voit les forces de sécurité tirer sur des manifestants.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2249) : DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022

Dimanche 25 Septembre 2022 –  Fraude sociale : le gouvernement veut s'attaquer aux arrêts de travail délivrés en téléconsultation

Le gouvernement veut dérembourser les arrêts de travail délivrés en téléconsultation lorsque ceux-ci ne sont pas délivrés par le médecin traitant, a annoncé le ministre de l'Action et des Comptes publics Gabriel Attal dans un entretien au Journal du Dimanche .

«Ces arrêts délivrés en visio par un médecin qui n'est pas le médecin traitant ne seront plus remboursés par la Sécurité sociale», a déclaré le ministre en levant le voile sur une des mesures du projet de budget de la sécurité sociale qui sera rendu public ce lundi. Attal motive ce déremboursement «afin d'éviter que certains enchaînent les consultations en ligne jusqu'à trouver celui qui voudra bien leur délivrer un arrêt maladie».

«On a constaté une explosion des arrêts maladie donnés, en téléconsultation, par un professionnel qui n'est pas le médecin traitant. Ce sont près de 100 millions d'euros l'an dernier», expose le locataire de Bercy.

Plus globalement dans son entretien au JDD, Gabriel Attal insiste sur la lutte contre la fraude sociale, clin d'œil assumé aux députés LR dont le vote pourrait être précieux lors de l'examen des budgets de l'État et de la Sécurité sociale au parlement. Ainsi le ministre promet de «renforcer les pouvoirs des cyber-enquêteurs des caisses de la Sécurité sociale» qui pourront «repérer un professionnel qui ne déclare qu'une activité salariée mais propose ses services en indépendant sur Leboncoin sans les déclarer...» «Les fraudeurs n'écoperont plus seulement d'une amende mais devront aussi régler leurs frais de dossier car les Français en ont marre de payer pour eux», complète le ministre.

Gabriel Attal souligne par ailleurs «la fraude à la TVA» qui coûte «23 milliards d'euros par an» au gouvernement. Pour stopper ce phénomène, il précise que les services de l'État auront «la capacité de retirer le numéro de TVA d'une entreprise en cas de forts soupçons de fraude». Parmi les pistes de réflexion figure également «la facturation électronique entre entreprises», qui a permis à l'Italie, selon le ministre, «de récupérer 2 milliards d'euros dès les premières années».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2249) : DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022

Dimanche 25 Septembre 2022 –  À l'ONU, le Mali s'en prend violemment à la France

Le colonel Abdoulaye Maïga, Premier ministre par intérim du Mali, s'en est violemment pris samedi 24 septembre à la tribune de l'ONU au gouvernement français, qu'il a qualifié de «junte», ainsi qu'à plusieurs responsables africains et au secrétaire général de l'ONU.

Évoquant le retrait des militaires français de la force Barkhane du Mali, il a estimé lors de son discours à l'Assemblée générale des Nations unies que le Mali avait été «poignardé dans le dos par les autorités françaises».

«Les autorités françaises, profondément anti-françaises pour avoir renié les valeurs morales universelles et trahi le lourd héritage humaniste des philosophes des lumières, se sont transformées en une junte au service de l'obscurantisme», a déclaré, trois fois, le colonel Maïga désigné Premier ministre par intérim en août par le chef de la junte malienne, le colonel Assimi Goïta.

 

«Pratique néocoloniale, condescendante, paternaliste et revancharde»

Accusant la France de «pratique néocoloniale, condescendante, paternaliste et revancharde», il a en revanche salué «les relations de coopération exemplaire et fructueuse entre le Mali et la Russie».

Le Premier ministre par intérim a rejeté les déclarations du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres qui a affirmé, il y a quelques jours lors d'une interview à RFI et France 24, que les 46 soldats ivoiriens détenus au Mali depuis début juillet n'étaient pas des «mercenaires», contredisant les accusations de Bamako. «Souffrez que je vous exprime mon profond désaccord suite à votre récente sortie médiatique», a lancé le colonel, qualifiant l'affaire de «bilatérale et judiciaire». Alors que cette affaire a tourné à la crise diplomatique entre les deux pays voisins, il a estimé que cela «ne (relevait) pas des attributions du secrétaire général des Nations unies».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2249) : DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022

Dimanche 25 Septembre 2022 –  Hôpital de l'Essonne cyberattaqué: les hackers ont diffusé des données

Les hackers de l'hôpital de Corbeil-Essonnes ont publié un échantillon de données dérobées lors de la cyberattaque. Ils menacent désormais de les publier en intégralité si une rançon de 10 millions de dollars n'est pas versée.

Le groupe de hackers qui a orchestré une cyberattaque contre le centre hospitalier sud francilien de Corbeil-Essonnes, a commencé vendredi 23 septembre à diffuser des données, l'hôpital ayant refusé de payer la rançon demandée.

Les hackers avaient fixé un ultimatum à l'hôpital pour payer la rançon au 23 septembre. Le délai expiré, ils ont diffusé une série de données, qui «semblent concerner» des usagers, du personnel et des partenaires, selon l'hôpital. Les hackers Lockbit 3.0 ont diffusé ainsi plus de 11 GO de contenus sensibles. Parmi les données divulguées sur le site des cyberattaquants figurent potentiellement «certaines données administratives», dont le numéro de sécurité sociale, et «certaines données santé telles que des comptes-rendus d'examen et en particulier des dossiers externes d'anatomocytopathologie, de radiologie, laboratoires d'analyse, médecins», précise l'établissement.

«Les bases de données métiers du CHSF, parmi lesquelles figurent les dossiers personnalisés des patients (DPI) et les dossiers relatifs à la gestion des ressources humaines, n'ont pas été compromises», ajoute l'hôpital essonnien dans son communiqué. «L'attaque semble avoir été circonscrite aux serveurs virtuels et à une partie seulement de l'espace de stockage du CHSF (environ 10%)», détaille-t-il également.

«Il s'agit d'une double extorsion, consistant à exfiltrer une partie des données volées pour mettre la pression sur les victimes. C'est un classique», a expliqué à l'AFP un spécialiste du cyberespace. Selon le site spécialisé Zataz, les pirates réclameraient désormais à l'hôpital «2 millions de dollars (1 million pour détruire les donnes volées et un million pour rendre l'accès aux informations via leur logiciel dédié)».

 

L'hôpital déjà victime l'été dernier

L'hôpital situé au sud de Paris, qui assure la couverture sanitaire de près de 700.000 habitants de la grande couronne, avait été victime le 21 août d'une cyberattaque avec demande de rançon de 10 millions de dollars. La rançon aurait été ramenée ensuite à un million de dollars, selon plusieurs sources concordantes.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2249) : DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022

Dimanche 25 Septembre 2022 –  Référendums d'annexion en Ukraine : les votes se sont ouverts, entre soldats en armes et absence de communication

La Russie a commencé vendredi 23 septembre à faire voter les habitants de l'est de l'Ukraine, dans le cadre de ses «référendums» d'annexion de régions qu'elle contrôle entièrement ou en partie. Des scrutins aussitôt condamnés à Kiev et Washington, qui a promis une réponse «rapide et sévère». Les votes, qui ont débuté à 8h, heure locale, s'achèveront le 27 septembre dans les régions séparatistes de Donetsk et Louhansk (est), et dans des zones sous occupation russe dans les régions de Kherson et Zaporijjia (sud). Des centaines de bureaux de vote devaient être ouverts dans les quatre territoires, et d'autres en Russie pour faire voter les déplacés.

Et tandis qu'à Moscou, Saint-Pétersbourg et d'autres villes, les autorités ont organisé des manifestations de soutiens aux votes à grand renfort de drapeaux et de slogans, les réactions occidentales ont unanimement fustigé ce référendum considéré comme une mise en scène et ne respectant aucune règle démocratique. Dans un communiqué conjoint, les pays du G7 (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) ont appelé «tous les pays à rejeter sans équivoque ces référendums fictifs».

Pour le G7, «ces simulacres de référendums (...) n'ont ni effet juridique ni légitimité, comme en témoignent les méthodes d'organisation hâtives de la Russie, qui ne respectent en rien les normes démocratiques, et son intimidation flagrante des populations locales». «Ces référendums dans des zones placées de force sous le contrôle temporaire de la Russie ne représentent en aucun cas une expression légitime de la volonté du peuple ukrainien, qui a constamment résisté aux efforts russes visant à modifier les frontières par la force», ont encore dénoncé les leaders du G7.

 

«Un soldat est entré, tenant une feuille à la main»

Et pour cause. Depuis vendredi, dans les endroits où les autorités affiliées à la Russie ont ouvert la porte aux journalistes, l'encadrement militaire du scrutin est rapporté par de nombreux médias internationaux. La BBC a ainsi constaté que dans certaines des régions occupées, les soldats russes font du porte-à-porte pour recueillir le vote des habitants. «Un soldat est entré, tenant une feuille à la main : il nous a demandé de répondre oui ou non, à voix haute, à la question posée par référendum, puis il a consigné notre vote et s'en est allé» a raconté à la BBC une femme de la ville de Enerhodar (ville située sur les bords du Dniepr, près de la centrale nucléaire de Zaporijia). Celle-ci ajoute : «J'étais tétanisée, la vue des soldats en armes m'a inspiré une peur animale».

À Kherson, dans le sud de la ville occupée également par les Russes, les soldats ont tenu un bureau de vote et escorté les habitants jusqu'à l'urne pour recueillir leurs suffrages. Les médias d'État russe expliquent qu'il n'est cependant pas possible partout dans ces territoires de convoquer les populations au bureau de vote, et que le passage de l'armée à leur domicile est nécessaire pour des raisons de sécurité.

À Meliotopol, un autre témoignage recueilli par la BBC rapporte que lors du vote à domicile, les soldats ne comptabilisaient pas un vote par personne, mais un vote par foyer.

D'autres sources font état de l'absence totale de communication autour du vote, qui n'est encouragé dans les rues de Kherson par aucune affiche ou aucune campagne de presse d'envergure.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2249) : DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022

Dimanche 25 Septembre 2022 –  Jean-Luc Mélenchon «accepte les critiques» sur l'affaire Adrien Quatennens

"Tout le monde peut faire mieux, moi aussi": Jean-Luc Mélenchon a dit samedi sur France 2 "accepter les critiques" sur sa réaction décriée à l'affaire Quatennens, expliquant ne pas "avoir voulu se mêler" du divorce de ses amis.

Interrogé dans l'émission "Quelle époque!" sur son tweet du 18 septembre, qui a outré des féministes et contribué à mettre La France insoumise en difficulté, M. Mélenchon a répondu: "Tout le monde peut faire mieux, moi aussi".

Dans ce tweet, le chef insoumis dénonçait "la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux" et saluait la "dignité" et le "courage" d'Adrien Quatennens, qui venait d'avouer des violences conjugales et d'annoncer son retrait de la coordination de LFI.

 

Il se compte parmi les féministes

"J'accepte votre jugement, j'accepte les critiques", a déclaré Jean-Luc Mélenchon samedi. Mais il a justifié sa réaction: "Je m'interdis de commenter" le divorce d'amis et une main courante que l'épouse d'Adrien Quatennens souhaitait confidentielle. Car "si j'avais dit un mot de trop, c'est elle qui aurait pu me dire +De quoi tu te mêles?+", a-t-il ajouté.

"Je comprends qu'on dise « Non, tu dois intervenir pour le montrer du doigt », mais je pense que c'est une erreur: il n'y avait même pas d'enquête, elle dit « Je ne veux pas qu'on parle de moi », tout le monde s'en fout de ce qu'elle dit, pas moi", a développé l'ancien candidat à la présidentielle (22% en avril).

"Tous ceux qui sont féministes - et je me compte dedans - on a le droit de ne pas être d'accord, je ne suis pas d'accord pour que les mains courantes passent dans le public", a déclaré Jean-Luc Mélenchon.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2249) : DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2249) : DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2249) : DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2249) : DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2249) : DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022

Dimanche 25 Septembre 2022 –  L’ouragan Fiona a frappé l'est du Canada :

L'ouragan Fiona a durement frappé samedi la côte atlantique du Canada, avec un demi-million de foyers privés d'électricité, des dégâts matériels et une femme portée disparue, emportée par les eaux.

Arbres arrachés, maisons emportées, lignes électriques endommagées... "Fiona est venu et a laissé sa marque sur la Nouvelle-Ecosse et les provinces voisines", a dit le Premier ministre de cette région, Tim Houston, lors d'une conférence de presse samedi après-midi.

De violentes bourrasques devraient persister dans la soirée, a ainsi noté le météorologiste Bob Robichaud, notant toutefois que "les conditions devraient progressivement s'améliorer dans les trois à six prochaines heures".

Des précipitations allant jusqu'à 192 millimètres ont été enregistrées en Nouvelle-Ecosse.

A 21H00 locales (dimanche 00H00 GMT), des vents violents soufflaient toujours sur le nord de l'île du Cap-Breton, l'ouest de Terre-Neuve et les Îles-de-la-Madeleine. Fiona, accompagné désormais de vents de 110 km/h, devrait se diriger vers le Québec et le sud-est du Labrador d'ici la fin de la nuit.

"De grosses vagues ont atteint le littoral est de la Nouvelle-Ecosse et le sud-ouest de Terre-Neuve, et elles pourraient dépasser 12 mètres", avaient prévenu les autorités.

"J'ai été réveillé vers 05H00 parce que mon lit tremblait!", a par ailleurs confié à l'AFP Shaun Bond, qui vit à Sydney, en Nouvelle-Ecosse. "Je vis au deuxième étage d'une maison centenaire et elle bougeait et faisait des bruits comme je n'en ai jamais entendu."

 

«Avec vous»

"Je pense à tous ceux touchés par l'ouragan Fiona. Sachez qu'on est avec vous", a tweeté le Premier ministre canadien Justin Trudeau, annonçant que les autorités fédérales se tenaient prêtes "à fournir aux provinces des ressources additionnelles".

Le chef du gouvernement, qui a annulé sa participation au Japon aux funérailles de l'ex-Premier ministre japonais Shinzo Abe, a assuré samedi après-midi lors d'une conférence de presse "suivre la situation de très près".

"Les Canadiens pensent à tous ceux qui sont touchés par l'ouragan Fiona, qui a des effets dévastateurs (...). Il y a des gens qui voient leur maison détruite, des gens qui sont très inquiets – on va être là pour vous", a-t-il dit.

"C'est incroyable, il n'y a pas d'électricité, pas de wifi, plus de réseau", s'est exclamé le maire de la ville de Charlottetown (province de l'Île-du-Prince-Edouard), Philip Brown, sur la chaîne publique Radio-Canada. "Beaucoup d'arbres sont tombés, il y a beaucoup d'inondations sur les routes".

 

Saint-Pierre-et-Miquelon sous vigilance jaune pour vents violents

Un arbre s'est abattu sur un camion de pompiers et à cause d'une ligne électrique arrachée, les soldats du feu qui s'y trouvaient ont dû attendre l'intervention de techniciens de Nova Scotia Power pour pouvoir s'en extraire. Nova Scotia Power, qui fournit la Nouvelle-Ecosse en électricité, a fait état de 339.000 foyers sans courant en début de soirée. Dans les deux autres provinces les plus affectées, l'opérateur de l'Île-du-Prince-Edouard comptait pour sa part un peu plus tôt 82.000 foyers coupés du réseau, et celui du Nouveau-Brunswick 40.000.

Certains foyers seront privés de courant "pendant plusieurs jours", a mis en garde Peter Gregg, directeur de Nova Scotia Power, dans un communiqué. A Sydney, en Nouvelle-Ecosse, où la puissance des vents est descendue à 80 km/h, les équipes de Nova Scotia Power sont à l'oeuvre pour réparer le réseau électrique.

L'archipel français de Saint-Pierre-et-Miquelon, au sud de la province de Terre-Neuve-et-Labrador, a été placé par l'institut Météo-France sous vigilance jaune pour vents violents, et vigilance orange pour mer dangereuse.

 

La destruction dans les Caraïbes

Fiona était passé vendredi au large des Bermudes, après avoir semé la destruction dans les Caraïbes. L'ouragan a infligé des rafales à 160 km/h et des pluies violentes à ce territoire britannique de quelque 64.000 habitants situé au milieu de l'océan Atlantique mais sans qu'aucune victime ou dégât majeur ne soit signalé.

"On a eu quelques petits dégâts sur nos locaux, mais rien de grave", a déclaré à l'AFP Jason Rainer, propriétaire d'un magasin de souvenirs dans la capitale Hamilton.

Le territoire, situé à un millier de kilomètres des Etats-Unis et habitué aux ouragans, est l'un des lieux les plus isolés du monde, ce qui rend toute évacuation quasi impossible en cas d'urgence.

L'île principale avait donc pris les préparatifs au sérieux. Immeubles et maisons doivent en outre respecter des règles de construction strictes pour résister aux tempêtes.

Fiona a provoqué la mort de quatre personnes à Porto Rico, territoire américain, selon un responsable cité par les médias. Un décès a été rapporté en Guadeloupe (France) et deux en République dominicaine.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2249) : DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022

Dimanche 25 Septembre 2022 –  L'Italie vote, l'extrême droite espère son heure arrivée avec Giorgia Meloni

Plus de 50 millions d'Italiens sont appelés aux urnes dimanche pour élire leur parlement, où sauf surprise l'extrême droite devrait entrer en force et, fait sans précédent, proposer le Premier ministre qui succédera à Mario Draghi.

A seulement 45 ans, Giorgia Meloni, la cheffe du parti post-fasciste Fratelli d'Italia, crédité de près d'un quart des voix dans les derniers sondages, est favorite pour prendre la tête d'un gouvernement de coalition au sein duquel l'extrême droite dominerait largement la droite classique.

Un séisme à l'échelle de l'Italie, pays fondateur de l'Europe et troisième économie de la zone euro, mais aussi de l'UE, qui devrait composer avec cette idéologue proche du Premier ministre hongrois Viktor Orban.

"En Europe, ils sont tous inquiets de voir Meloni au gouvernement (...) La fête est finie, l'Italie va commencer à défendre ses intérêts nationaux", a-t-elle mis en garde durant sa campagne.

 

Une dédiabolisation de l'extrême-droite

Cette ex-fan de Mussolini, dont la devise est "Dieu, patrie, famille", a réussi à dédiaboliser son parti et catalyser sur son nom les mécontentements et frustrations de ses compatriotes en campant dans l'opposition alors que tous les autres partis soutenaient le gouvernement d'unité nationale de Mario Draghi.

Mais la messe n'est pas dite: "imprévisibles, les élections se jouent sur l'émotion et au dernier moment", rappelle à l'AFP Emiliana De Blasio, professeure de sociologie à l'université Luiss de Rome, tout en soulignant le rôle-clé des indécis, estimés à 20% environ, et l'importance du taux final de participation.

Les scores du Mouvement 5 Etoiles (M5S, ex-antisystème), crédité d'avoir institué un revenu minimum pour les plus pauvres, et du Parti démocrate (PD, gauche), bien implanté localement, pourraient réserver des surprises, notamment dans le sud du pays.

 

L'Italie croule sous une dette représentant 150% du PIB

Quel que soit le gouvernement issu des élections, qui ne prendra ses fonctions que fin octobre, son chemin apparaît d'ores déjà semé d'embûches.

Il devra gérer la crise causée par la flambée des prix alors que l'Italie croule sous une dette représentant 150% du PIB, le ratio le plus élevé de la zone euro derrière la Grèce. Dans ce contexte, la manne du plan européen de relance post-pandémie, dont l'Italie est de loin le premier bénéficiaire, sera indispensable pour maintenir à flot la péninsule.

"L'Italie ne peut pas se permettre de se priver de ces sommes d'argent", observe pour l'AFP l'historien Marc Lazar, jugeant donc "très limitée la marge de manœuvre de Meloni" sur l'économie. Elle pourrait en revanche ferrailler contre Bruxelles aux côtés de Varsovie et Budapest "sur les questions de défense de l'intérêt national par rapport aux intérêts européens".

Comme la Française Marine Le Pen, Giorgia Meloni a finalement renoncé à sortir de l'euro, mais elle réclame une "révision des règles du Pacte de stabilité", suspendues en raison de la crise sanitaire, qui fixent un plafond de 3% du PIB pour le déficit et de 60% pour la dette.

Sur les questions de société, cette Romaine pur jus s'affiche ultra-conservatrice: "Oui à la famille naturelle, non au lobby LGBT! Oui à l'identité sexuelle, non à l'idéologie du genre! Oui à la culture de la vie, non à l'abîme de la mort!", a clamé en juin celle qui promet aussi de se battre "contre l'islamisation de l'Europe".

Son arrivée au pouvoir se traduirait également par un cadenassage du pays, où débarquent chaque année des dizaines de milliers de migrants, une perspective qui inquiète les ONG secourant les embarcations fuyant la misère en Afrique.

Alors que l'instabilité gouvernementale de l'Italie est légendaire, les experts s'accordent déjà sur la courte espérance de vie de cette coalition où Mme Meloni aura fort à faire pour gérer ses encombrants alliés, que ce soit l'inusable Silvio Berlusconi ou le tribun antimigrants Matteo Salvini.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2249) : DIMANCHE 25 SEPTEMBRE 2022

Dimanche 25 Septembre 2022 –  Mission Artemis : le décollage de la méga-fusée pour la Lune annulé à cause d'une tempête

Le décollage de la nouvelle méga-fusée de la Nasa vers la Lune, pour la très attendue mission test Artémis 1, ne pourra pas avoir lieu mardi 27 septembre. La raison ? La formation d'une tempête, a annoncé l'agence spatiale américaine ce samedi. Sous la menace de la tempête tropicale Ian, actuellement au sud de la Jamaïque, la Nasa doit préparer la fusée pour la mettre à l'abri dans son bâtiment d'assemblage. La tempête devrait se renforcer en ouragan au cours des jours qui viennent et remonter via le Golfe du Mexique vers la Floride, où se trouve le centre spatial Kennedy, lieu de décollage de la fusée.

«Samedi matin, les équipes ont décidé de renoncer à se préparer pour la date de décollage mardi, afin de leur permettre de configurer les systèmes pour transporter la fusée (...) dans le bâtiment d'assemblage, a écrit la Nasa sur un article de blog. Toutefois, la Nasa a déclaré que la décision finale de rentrer la fusée sera prise dimanche, «afin de permettre de rassembler davantage de données et d'analyses» à mesure que les prévisions météo se précisent. Si elle a lieu, l'opération commencerait alors «tard dimanche ou tôt lundi matin». La période de tir actuelle, qui s'étend jusqu'au 4 octobre, serait alors ratée.

S'il est finalement décidé que la fusée peut rester sur son pas de tir, la Nasa n'a pas précisé si la date de repli précédemment annoncée, le 2 octobre, pourrait toujours être envisagée pour un décollage. La fusée orange et blanche SLS, haute de 98 mètres, peut résister sur son pas de tir à des bourrasques de vent de maximum 137 km/h. Pour la complexe manoeuvre d'acheminement de la fusée vers son bâtiment d'assemblage, la vitesse des vents soutenus ne doit elle pas dépasser 75 km/h.

Après déjà deux tentatives de lancement ratées il y a quelques semaines à cause de problèmes techniques, ce nouveau contre-temps est malvenu pour la Nasa. La mission Artémis, sans équipage à bord, doit permettre le grand retour sur la Lune. Cinquante ans après la dernière mission du programme Apollo, Artémis 1 doit servir à vérifier que la capsule Orion, au sommet de la fusée, est sûre pour transporter à l'avenir un équipage jusqu'à la Lune.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens