Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 00:27

 







L’idée pouvait paraitre ingénieuse : face aux multiples problèmes posés par l’utilisation des énergies fossiles (chocs pétroliers, risques de pénurie, conséquence des gaz à effet de serre,..), il semblait raisonnable de s’orienter vers des solutions alternatives. Les agrocarburants appartiennent à celles-ci.


Les agrocarburants sont en effet des combustibles produits à partir de matières végétales agricoles. Pendant leur combustion, ils émettent de l’énergie et peuvent, en conséquence, remplacer complètement, ou en partie, les carburants fossiles pour alimenter, entre autres, les véhicules à moteur.

Dès lors, deux grandes filières se sont développées : l’éthanol obtenu à partir de la fermentation de matières riches en sucre ou en amidon, comme le blé, le maïs, la betterave ou la cane à sucre ; le « biodiesel » obtenu à partir des huiles issues de plantes comme le colza, le tournesol, le soja, la palme, le ricin ou l’arachide.


D
es
filières en plein essor

Certes, l’idée n’était pas neuve. Pendant la dernière guerre, en France, on a utilisé de l’éthanol pour remplacer l’essence devenue rare. Par la suite, des agriculteurs ont réclamé le droit de produire des agrocarburants, pour leur propre consommation. Mais ces pratiques restaient peu répandues.

C’est dans le cours de l’année 2003 qu’intervient un tournant décisif : les Etats-Unis et l’Europe se fixent des objectifs chiffrés concernant l’incorporation d’agrocarburants dans la consommation énergétique des transports.

Trois raisons peuvent expliquer cette décision :

  • Offrir de nouveaux débouchés à des secteurs agricoles traditionnellement soutenus (maïs, betterave)
  • Diversifier les sources d’approvisionnement énergétiques face à la menace d’une pénurie pétrolière (la hantise des etats-Unis)
  • Lutter contre les changements climatiques en limitant le rejet de gaz à effet de serre.

Quelques temps après on va découvrir que la décision prise n’a pas que des avantages. Les aspects négatifs du développement des agrocarburants vont très vite apparaitre en pleine lumière.


Une menace pour l’agriculture familiale


L
es cultures d’agrocarburants mobilisent aujourd’hui, dans de nombreux pays, d’énormes surfaces agricoles au détriment des cultures vivrières. Les pays déjà fortement exportateurs de produits alimentaires (soja, sucre de cane, huile de palme) visent désormais le marché alléchant des agrocarburants. C’est le cas, en particulier du Brésil qui, à la suite d’un accord passé avec les Etats-Unis pour la production d’éthanol, consacre plus de 6 millions d’hectares à la culture de la cane à sucre. Mais d’autres pays voient aussi dans cette manne une occasion de développer leur économie : Le Mozambique a identifié 40 % de ses terres arables comme susceptibles de produire des agrocarburants ; la Tanzanie 50 %. Mais ces choix stratégiques ont des conséquences dramatiques. Ils encouragent l’industrie agricole fortement exportatrice. Or, on le sait, ce type d’activité se caractérise par une forte concentration des terres, des monocultures intensives et de faibles gisements d’emplois. Ce modèle vient en concurrence directe avec les agricultures de type familial et influe, de façon très néfaste, sur les possibilités d’accès à la terre et les capacités pour chaque pays à acquérir une autonomie alimentaire..


Un facteur de hausse des prix alimentaires


D
epuis fin 2006, la hausse spectaculaire des prix des céréales est due, en partie, aux mauvaises récoltes et à une demande plus élevée des pays émergents (Chine, Inde). Mais elle trouve aussi sa source dans la spéculation. La demande concernant les agrocarburants connait une énorme croissance. L’offre ne peut pas suivre ce qui entraine de façon quasi automatique, une augmentation des prix sur les produits agricoles.

Ainsi, la « crise de la tortilla », au Mexique, a pour origine l’augmentation spectaculaire du prix du maïs, due à la consommation croissante qu’en font les USA pour produire de l’éthanol.

Bien sur, l’augmentation des prix affecte, en priorité, les populations les plus vulnérables ; celles dont l’alimentation constitue le poste principal du budget familial.


U
ne dégradation des ressources naturelles….


L
a
production, à grande échelle, des agrocarburants présente, par ailleurs, de très graves dangers d’un point de vue environnemental et sanitaire. Les monocultures intensives sont en effet très gourmandes en engrais, en produits chimiques et souvent en eau. Elles entrainent une pollution massive des rivières, du sol, de l’air et un épuisement des ressources naturelles.


Et un bilan énergétique remis en question


C
om
pte tenu de ces différents aspects, beaucoup de scientifiques, mais aussi d’institutions telles que l’OCDE ou la FAO, remettent en cause le caractère positif de ce bilan.

Par ailleurs bon nombre de scientifiques, dont le prix Nobel de chimie 1995, Paul Crutzen, affirment qu’un litre de carburant issu de l’agriculture peut contribuer jusqu’à deux fois plus à l’effet de serre que la combustion de la même quantité de combustible fossile, à cause notamment des émissions de protoxyde d’azote liées à l’agriculture intensive.

Pour toutes ces raisons, de nombreuses associations, en France et dans d’autres pays d’Europe réclament aux gouvernements de s’opposer à l’objectif obligatoire proposé par la commission européenne d’une incorporation de 10 % d’agrocarburants dans les carburants d’ici 2020

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens