Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2022 3 12 /01 /janvier /2022 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2010) : MARDI 11 JANVIER 2022

Mardi 11 Janvier 2022 - Le point du corona virus le 10 janvier 2022 au soir :

Les malades du Covid-19 continuent d'affluer dans les hôpitaux , qui comptent plus de 22.000 patients, dont près de 4.000 en soins critiques, selon les chiffres publiés lundi par Santé publique France. Les hôpitaux français accueillent actuellement 22.749 patients atteints du Covid (contre 21.982 dimanche), dont 2.543 ont été admis en 24 heures. Il y a une semaine, environ 19.600 malades du Covid étaient hospitalisés. Le nombre de patients continue également d'augmenter en soins critiques, qui traitent les cas les plus graves notamment en réanimation, avec 3.904 malades (3.847 la veille), dont 380 nouvelles admissions. Cet indicateur très surveillé n'a cessé de progresser depuis le début de la cinquième vague de l'épidémie de Covid en France, en novembre 2021. En 24 heures, 281 personnes ont été emportées par la maladie, portant le nombre total de décès à 125.718 depuis le début de l'épidémie.

Le nombre de contaminations s'élève à 93.896, chiffre peu significatif au sortir des week-end car moins de personnes se font tester. Mais en calculant la moyenne de cas quotidiens sur les sept derniers jours, qui permet de lisser les écarts, ce chiffre atteint 268.185, contre 167.338 il y a une semaine. Les infections ont connu une progression fulgurante sous la poussée du variant Omicron, extrêmement contagieux . Le taux de positivité, qui rapporte le nombre de cas à celui des tests, frôle les 20%, un plus haut depuis l'automne 2020.

Côté vaccination, 53,3 millions de personnes ont reçu au moins une injection (79,1% de la population totale) et plus de 52 millions sont complètement vaccinés (77,2% de la population). Parallèlement, près de 29 millions de personnes ont reçu une dose de rappel.

Les sénateurs, majoritairement de droite, ont donné lundi en commission un premier feu vert au projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, en prévoyant un mécanisme "d'extinction automatique" et en maintenant le pass sanitaire pour les mineurs. L'examen du texte en première lecture débutera mardi à 14H30 dans l'hémicycle du Sénat et pourra se poursuivre mercredi. "Il y aura encore des débats difficiles", a indiqué le rapporteur LR Philippe Bas à l'AFP, même si la discussion en commission a été "très pacifiée".

Tel qu'adopté par les députés, le texte prévoit que les plus de 12 ans devront pouvoir justifier d'un statut vaccinal pour accéder aux activités de loisirs, restaurants et bars, foires ou transports publics interrégionaux. Un test négatif ne suffira plus, sauf pour accéder aux établissements et services de santé. Les députés avaient toutefois repoussé de 12 à 16 ans la nécessité d'un pass vaccinal pour les sorties scolaires et activités péri et extrascolaires. Les sénateurs ont simplifié les choses en prévoyant de limiter la possibilité d'imposer la présentation d'un pass vaccinal aux personnes de plus de 18 ans. Les mineurs âgés de 12 à 17 ans resteraient soumis à l'obligation de présenter un pass sanitaire.

Autre modification majeure, M. Bas a prévu un mécanisme d'"extinction automatique" du pass vaccinal. Ainsi, il ne pourrait être imposé que lorsque le nombre d'hospitalisations liées au Covid-19 serait supérieur à 10.000 patients au niveau national et disparaîtrait automatiquement en-deça de ce seuil. Les hôpitaux comptent aujourd'hui près de 23.000 patients malades du Covid, selon les chiffres des autorités sanitaires. En-deça du seuil de 10.000 patients, le pass vaccinal ne pourrait être maintenu que dans les départements où le taux de vaccination complète est inférieur à 80% de la population totale et avec un taux d’incidence élevé.

Les sénateurs ont réécrit la mesure relative à la vérification d'identité que pourront effectuer les cafetiers et restaurateurs pour s'assurer que le pass vaccinal se rattache bien à la personne qui le présente. Celle-ci pourrait justifier de son identité en présentant un document officiel comportant une photographie, formule qui inclurait permis de conduire ou carte vitale. Les sénateurs ont en outre supprimé purement et simplement les dispositions relatives au contrôle du télétravail par les inspecteurs du travail. Le sénateur centriste Philippe Bonnecarrère a par ailleurs dénoncé "l'imprévoyance du gouvernement sur les conditions de vote pour l'élection présidentielle", a indiqué le président du groupe Hervé Marseille.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2010) : MARDI 11 JANVIER 2022

Mardi 11 Janvier 2022 - Selon l'OMS, plus de 50% des Européens seront touchés par Omicron d'ici 2 mois :

 Inquiète du "raz de marée" d'Omicron , la branche européenne de l'Organisation mondiale de la santé a estimé mardi que plus de 50% des Européens pourraient être touchés par Omicron d'ici deux mois, à cause du rythme actuel de contamination. "À ce rythme, l'Institute for Health Metrics and Evaluation (IHME) prévoit que plus de 50% de la population de la région sera infectée par Omicron dans les six à huit prochaines semaines", a dit le directeur de l'OMS Europe, Hans Kluge, lors d'une conférence de presse en ligne.

Les mutations présentées par ce variant "lui permettant d'adhérer plus facilement aux cellules humaines, et pouvant infecter même les personnes qui ont été préalablement infectées ou vaccinées", a-t-il ajouté. La région, qui compte 53 pays et s'étend jusqu'en Asie centrale, a enregistré plus de 7 millions nouveaux cas de Covid-19 au cours de la première semaine de 2022.

En outre, selon les données de l'OMS, depuis le 10 janvier, 26 pays ont signalé que plus de 1% de leur population était positive au Covid-19 chaque semaine. Pour M. Kluge, l'ampleur "sans précédent" de la transmission a débouché sur une augmentation des hospitalisations, le taux de mortalité restant lui stable. La vague "met au défi les systèmes de santé et la prestation de services dans de nombreux pays où Omicron s'est propagé à grande vitesse, et menace de déborder dans de nombreux autres", a-t-il déploré.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2010) : MARDI 11 JANVIER 2022

Mardi 11 Janvier 2022 - Parrainages pour la présidentielle : une réforme du système n'est pas à l'ordre du jour :

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a déclaré mardi qu'une réforme du système des 500 parrainages d'élus nécessaires pour se présenter à l'élection présidentielle n'était pas à l'ordre du jour, estimant qu'on "ne change pas les règles du jeu à quelques jours du match".

"Il y a des règles du jeu, on ne change pas les règles du jeu, me semble-t-il, à quelques jours du match", a affirmé sur RTL le ministre de l'Intérieur, en charge des élections.

Lundi, Jean-Luc Mélenchon, le candidat Insoumis, qui a réuni pour l'heure 400 signatures, a demandé une reforme rapide des parrainages , déclarant vouloir leur anonymat. Il a cité la candidate LR Valérie Pécresse qui, lundi matin, a développé la même idée pour défendre le droit d'Eric Zemmour, aussi en difficulté affichée pour réunir les précieux sésames , à se présenter.

Jean-Luc Mélenchon a mis en cause une réforme de 2016 poussée par Manuel Valls, alors Premier ministre, prévoyant que le Conseil constitutionnel publie le nom des parrains au fur et à mesure. "C'est une loi de 2016 qui a prévu la publicité des parrainages, cette loi a été votée à la quasi unanimité, à droite comme à gauche", a souligné Gérald Darmanin.

"Les règles peuvent toujours changer puisque la Constitution puis la loi de la République prévoient ces dispositions" mais "depuis que j'ai l'âge de regarder la vie politique c'est toujours le marronnier de l'hiver", a-t-il poursuivi, estimant que c'est à la "portée de n'importe quel candidat" de récolter 500 signatures, soit moins de 2% des 40.000 élus qui peuvent donner un parrainage. "Tous les maires de France, les conseillers départementaux, les conseillers régionaux sont capables de pouvoir répondre et donner leur parrainage à un candidat, ça fait partie des règles de la République", a-t-il ajouté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2010) : MARDI 11 JANVIER 2022

Mardi 11 Janvier 2022 - Kärcher ne veut pas être un outil politique :

Dans un communiqué, l'entreprise Kärcher demande aux personnalités politiques de cesser immédiatement tout usage de sa marque dans la sphère politique.

Le 6 janvier dernier, dans une interview accordée à «La Provence», la candidate LR pour la prochaine élection présidentielle avait affirmé vouloir «ressortir le Kärcher de la cave» pour «nettoyer les quartiers» et «remettre de l'ordre dans la rue». Une référence directe à une phrase de Nicolas Sarkozy, en date du 19 juin 2005. Alors qu'il était ministre de l'Intérieur, le futur président de la République avait déclaré vouloir «nettoyer au Kärcher» la cité des 4.000 de La Courneuve, en Seine-Saint-Denis. Dans un communiqué, l'entreprise Kärcher a vertement réagi. Elle «demande aux personnalités politiques et aux médias de cesser immédiatement tout usage de sa marque dans la sphère politique, qui porte atteinte à sa marque et aux valeurs de l’entreprise».

«Le Groupe Kärcher se bat, depuis des années, pour que sa marque ne soit pas exploitée sur la scène politique française, où elle n’a pas sa place, et s’oppose à ce qu’elle soit associée à tout parti ou courant politique», rappelle encore le texte. «La marque Kärcher n’est « l’étendard » d’aucun parti politique, mais la propriété exclusive des sociétés Kärcher», continue le communiqué. Valérie Pécresse va-t-elle continuer à utiliser l'expression ? Le groupe Kärcher ne menace pas encore la candidate de poursuites judiciaires mais l'entreprise déplore «la méconnaissance par certaines personnalités politiques du respect de ses droits» et prévient que «de tels usages inappropriés de sa marque effectués dans un sens générique, portent atteinte à sa distinctivité et à son image».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2010) : MARDI 11 JANVIER 2022

Mardi 11 Janvier 2022 - Un ralliement de Montebourg à Taubira? Des «discussions» sont en cours :

Des "discussions" sont en cours en vue d'un possible ralliement du candidat de la "Remontada de la France" Arnaud Montebourg à la probable future candidate Christiane Taubira, a appris l'AFP auprès des équipes des deux intéressés.

Arnaud Montebourg, ancien ministre de l'Economie et du Redressement productif de François Hollande, lancé dans la campagne présidentielle début septembre, tourne autour de 1% à 2% des intentions de vote, à 89 jours de l'élection.

"Il y a des contacts réguliers mais pas seulement avec Taubira", a expliqué mardi à l'AFP Willy Bourgeois, un proche d'Arnaud Montebourg. "Il est vrai que c'est plus facile avec elle qu'avec d'autres, ils sont dans la même logique de candidature d'union et de projet commun. Ils se sont rencontrés", a-t-il poursuivi. "Mais ce n'est pas une question de temps, il y a un combat à mener auprès des autres aussi", a-t-il ajouté. Du côté de Christiane Taubira, on confirme qu'il y a "de vraies discussions avec Arnaud Montebourg" concernant un potentiel ralliement.

Début décembre, Arnaud Montebourg avait appelé à "l'unification des forces autour d'un candidat commun" à gauche à la présidentielle, se disant "prêt à offrir sa candidature à un projet et à un candidat communs".

L'ex-ministre de la Justice de François Hollande Christiane Taubira, qui a annoncé mi-décembre "envisager" sa candidature à l'élection présidentielle d'avril 2022, a précisé dimanche qu'elle se soumettrait au résultat de la Primaire populaire , une initiative citoyenne d'investiture, qui se tiendra du 27 au 30 janvier, et a déjà enregistré 110.000 inscriptions pour voter. Elle devrait officialiser sa candidature à la présidentielle ce week-end, peut-être lors d'un déplacement. Si elle se présente, elle sera en concurrence directe avec la candidate PS Anne Hidalgo qui n'a pas fermé la porte à la reconnaissance de "l'investiture populaire", mais à la condition que le candidat écologiste Yannick Jadot fasse de même.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2010) : MARDI 11 JANVIER 2022

Mardi 11 Janvier 2022 - Covid-19: «10000 classes fermées», annonce Blanquer :

 Invité sur BFMTV, le ministre de l’Éducation nationale a chiffré à 2% le pourcentage de classes fermées cette semaine à cause du Covid. «Sur 12 millions d’élèves, nous avons 50000 cas. 2% des classes sont fermées cette semaine», a annoncé Jean-Michel Blanquer . Des contaminations qui touchent toutes les régions, particulièrement l’Ile-de-France et les milieux urbains. Les choix du gouvernement sont de laisser les classes ouvertes le plus possible et d’élargir l’utilisation des autotests. «On veut que les écoles soient ouvertes, nous avons eu raison de tenir cette position ferme depuis 2 ans. (…) Pour que ce soit possible, il faut une politique de test que nous faisons évoluer pour que ce soit plus fluide pour les familles» a expliqué le ministre.

Jean Castex a détaillé lundi soir un énième protocole au journal de 20h de France 2 : un enfant cas contact devra faire 3 auto-tests, à J0, J2 et J4. Le ministre de l’Education s'est voulu optimiste : « On peut espérer être au bout du tunnel, on est en train de franchir le pic, toutes ces contraintes vont s’atténuer dans très peu de temps. On est dans une logique d’adaptation et de pragmatisme en permanence ».

Concernant la question des capteurs CO2 et des purificateurs, bien plus présents dans les écoles d’autres pays européens, Jean-Michel Blanquer a rappelé que l’État « a distribué 160 millions de masques depuis le début de la crise sanitaire ». Face à la grève des enseignants prévue ce jeudi, soutenue par la FCPE, il s'est défendu : « Je comprends mais on est dans une crise grave où nous devons arriver à ce que les enfants puissent exercer leur premier droit qui est le droit à l’éducation ». Le ministre n’a pas non plus répondu favorablement à la demande des masques FFP2. Selon la haute autorité de santé publique France, la généralisation de ces masques « n’est pas souhaitable ».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2010) : MARDI 11 JANVIER 2022

Mardi 11 Janvier 2022 - Présidentielle en temps réel: la gauche au plus bas depuis 1965 :

Ce serait historique. Jamais depuis 1965, la gauche n'avait été en si mauvaise posture à moins de trois mois du premier tour d'une élection présidentielle. Dans notre dernier sondage de la présidentielle en temps réel réalisé par Ifop-Fiducial pour Paris Match, LCI et Sud Radio, aucun des candidats proposés ne passe la barre des 10%. Le leader de La France Insoumise est le mieux placé avec 9% des intentions de vote (-0,5). Il devance le candidat écologiste Yannick Jadot (6,5%, +0,5), la socialiste Anne Hidalgo (4%, =) et le communiste Fabien Roussel (2%, -0,5). En cumulé, en ajoutant Philippe Poutou (1%), Nathalie Artaud et Arnaud Montebourg (0,5%), l'ensemble des candidats de gauche n'obtient que 23,5% des intentions de vote... et reste même derrière le président de la République sortant Emmanuel Macron, stable à 27%.

Dans l'hypothèse où Christiane Taubira se présenterait, elle obtiendrait 3,5% des intentions de vote et porterait l'ensemble des votes de la gauche à 25%, grignotant 1 point à l'actuel chef de l'Etat. L'électeur de gauche semble donc perdu. La sûreté du choix pour un des candidats possibles est en deça de celle des candidats du centre et de la droite classique ou extrême. Et l'électeur qui a voté Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon en 2017 est moins sûr de participer au scrutin (respectivement 61% et 63%) que l'ensemble des personnes interrogées (65%).

Sur le plan général, Emmanuel Macron reste en tête au premier tour avec 27% des intentions de vote, loin devant Marine Le Pen. La leader du Rassemblement national perd 0,5 point à 17% et voit la candidate LR Valérie Pécresse rattraper une partie de son retard constaté (16,5%, +1). Eric Zemmour reste stable à 12,5%. Pour le second tour, Emmanuel Macron remporte ses deux face à face: 57-43 contre Marine Le Pen et 53-47 face à Valérie Pécresse.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2010) : MARDI 11 JANVIER 2022

Mardi 11 Janvier 2022 - Le Turkménistan veut fermer sa «porte de l'Enfer»

Le cratère gazier de Darvaza, situé dans le désert de Karakoum, est en combustion continue depuis 1971 et est devenu la principale attraction touristique du Turkménistan. Mais le président du pays a déclaré qu'il avait «un effet négatif sur l'environnement et la santé des populations voisines».

Le président autoritaire du Turkménistan, pays reclus d'Asie centrale, a donné l'ordre d'éteindre les flammes qui brûlent depuis un demi-siècle dans un cratère gazier géant surnommé la «porte de l'Enfer» , a rapporté samedi la télévision étatique. Le cratère gazier de Darvaza, situé dans le désert de Karakoum, est en combustion continue depuis 1971 et est devenu la principale attraction touristique du Turkménistan, ex-République soviétique faisant partie des pays les plus fermés au monde.

Son président, Gourbangouly Berdymoukhamedov, a estimé que les flammes brûlant dans ce puits large de 70 mètres avaient «un effet négatif sur l'environnement et la santé des populations voisines». «Nous gâchons des ressources naturelles de grande valeur pour lesquelles nous pourrions recevoir des gains qui seraient utilisés pour accroître le bien-être de notre peuple», a-t-il ajouté, selon des propos diffusés par la télévision d'État. Il a par conséquent donné l'ordre aux autorités de «trouver une solution pour éteindre le feu» qui brûle dans le Darvaza.

L'origine de cette «porte de l'Enfer» remonte à 1971, lorsque des scientifiques soviétiques ont accidentellement percé une poche souterraine de gaz, alors qu'ils réalisaient des forages pour trouver des gisements. Le sol s'est affaissé, créant le cratère. Craignant qu'il n'émette des gaz empoisonnés, les autorités ont décidé d'y mettre le feu, pensant que cela assécherait le gisement. Mais un demi-siècle plus tard, il brûle encore.

Les autorités ont essayé à plusieurs reprises de l'éteindre, sans succès. En parallèle, le Turkménistan s'est efforcé de faire du site, situé à 270 kilomètres de la capitale, Achkhabad, un lieu touristique. Le brasier qui brûle depuis plus de 50 ans illustre en tout cas l'immensité des réserves gazières sur lesquelles est assis le Turkménistan, dont l'économie est très dépendante des exportations énergétiques.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2010) : MARDI 11 JANVIER 2022

Mardi 11 Janvier 2022 - A Rome, un drapeau nazi sur le cercueil d'une militante néofasciste :

Un drapeau nazi a été posé sur le cercueil d'une militante néofasciste devant une église de Rome, provoquant l'indignation du diocèse de la ville.

Le diocèse de Rome a exprimé son indignation mardi après la publication d'une photo montrant un drapeau nazi sur le cercueil d'une militante néofasciste devant une église de la capitale italienne où s'étaient déroulées ses funérailles.

Une photo publiée par le quotidien La Repubblica montre des personnes en deuil devant l'église Santa Lucia, dans le quartier chic de Prati, entourant le cercueil recouvert d'un drapeau rouge frappé d'une croix gammée.

Le journal précise que les funérailles de lundi avaient été organisées pour Alessia Augello, membre de Forza Nuova. Ce groupe néofasciste est accusé d'être à l'origine de violentes manifestations dans le centre de Rome en octobre dernier, visant des institutions publiques et le siège d'un syndicat.

Selon La Repubblica, Alessia Augello, 44 ans, est morte d'une thrombose veineuse profonde. Des membres de Forza Nuova ont fait le salut fasciste pendant ses funérailles, selon la même source.

Le diocèse de Rome a confirmé que le cercueil avait été couvert par un drapeau nazi, qu'il a qualifié de "symbole horrible incompatible avec le christianisme", ajoutant que certaines des personnes présentes ont crié et fait des gestes en rapport avec "cette idéologie extrémiste".

Forza Nuova a été créé en 1997 dans la tradition des organisations violentes d'extrême droite actives pendant les années de plomb en Italie

Son chef actuel, Roberto Fiore, 62 ans et père de 11 enfants, a été reconnu coupable dans les années 1980 de crime subversif et de fondation d'un mouvement politique armé d'extrême droite.

Selon La Repubblica, la police a assisté aux funérailles et mène une enquête.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2010) : MARDI 11 JANVIER 2022

Mardi 11 Janvier 2022 - Aux Emirats, se moquer des mesures anti-Covid peut conduire à la prison :

Les autorités des Emirats arabes unis ont prévenu que les personnes se moquant des mesures anti-Covid risquaient la prison, à la suite de l'apparition sur les réseaux sociaux de photos et vidéos incitant notamment au non respect des règles de précaution.

Les utilisateurs des réseaux sociaux pourraient être punis en vertu de nouvelles lois prévoyant deux ans de prison au moins et une amende de 200 000 AED (47 000 euros) pour la publication d'informations trompeuses sur la pandémie, selon le parquet fédéral.

Les Emirats ont introduit des mesures pour faire face à la vague du très contagieux variant Omicron qui a fait monter à des niveaux inédits depuis mars dernier le nombre des cas quotidiens de contamination.

La mise en garde des autorités émiraties fait suite à "la circulation récemment sur les réseaux sociaux de photos et vidéos (...) accompagnées de commentaires et de chansons se moquant des mesures de précaution et appelant à les ignorer", a indiqué dans un communiqué le procureur fédéral chargé des situations d'urgence, de crise et de catastrophe.

Les tests anti-Covid sont de plus en plus requis ces dernières semaines dans le pays, où de nombreux employeurs exigent régulièrement des résultats négatifs de PCR, augmentant la pression sur les centres de dépistage.

Les habitants de la capitale, Abou Dhabi, doivent être munis d'un test PCR négatif toutes les deux semaines, et des tests sont également exigés pour entrer dans les administrations publiques. Les Emirats ont en outre interdit les voyages à l'étranger pour leurs citoyens n'ayant pas eu de dose de rappel du vaccin anti-Covid.

Le pays accueille actuellement l'Exposition universelle de Dubaï, qui a attiré plus de 9 millions de visiteurs depuis son lancement en octobre.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2010) : MARDI 11 JANVIER 2022

Mardi 11 Janvier 2022 - Première mondiale: un coeur de porc génétiquement modifié bat dans un corps humain :

Des chirurgiens américains ont réussi à greffer sur un patient un coeur issu d'un porc génétiquement modifié, une première mondiale, a annoncé lundi l'école de médecine de l'université du Maryland. David Bennett, 57 ans, qui a reçu le coeur porcin, avait été déclaré inéligible à recevoir une greffe humaine. Il est désormais étroitement suivi par les médecins pour s'assurer que le nouvel organe fonctionne correctement. "C'était soit la mort, soit cette greffe. Je veux vivre. Je sais que c'est assez hasardeux, mais c'était ma dernière option", a déclaré ce résident du Maryland un jour avant son opération, selon l'école de médecine.

"J'ai hâte de pouvoir sortir de mon lit une fois que je serai rétabli", a poursuivi M. Bennett, qui a passé les derniers mois alité et branché à une machine qui le maintenait en vie. L'Agence américaine des médicaments (FDA) a donné son feu vert à l'opération le soir du réveillon du Nouvel An.

"C'est une avancée chirurgicale majeure et qui nous rapproche encore un peu plus d'une solution à la pénurie d'organes", a commenté Bartley Griffith, qui a réalisé la transplantation. "Nous procédons avec précaution mais nous sommes aussi optimistes sur le fait que cette première mondiale permettra de fournir une nouvelle option essentielle aux patients dans le futur", a ajouté le chirurgien.

Le porc dont provient le coeur greffé a été génétiquement modifié pour ne plus produire un type de sucre présent normalement sur toutes les cellules des porcs et qui provoque un rejet immédiat de l'organe. Cette modification génétique a été effectuée par l'entreprise Revivicor, qui avait aussi fourni un rein de porc que des chirurgiens avaient connecté avec succès aux vaisseaux sanguins d'un patient en état de mort cérébrale à New York en octobre.

Le coeur porcin transplanté avait été conservé dans une machine en amont de l'opération et l'équipe a aussi utilisé un nouveau médicament expérimental de l'entreprise Kiniksa Pharmaceuticals, en plus des médicaments anti-rejet habituels, pour inhiber le système immunitaire et empêcher que le corps rejette l'organe.00

Près de 110.000 Américains sont actuellement sur liste d'attente pour une greffe d'organe et plus de 6.000 personnes qui auraient besoin d'une greffe meurent chaque année dans le pays.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens