Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 11:00

ferrari_500_trc_1957_101.jpg

 

En 1949, alors que Ferrari domine la compétition automobile en Formule 2 avec son moteur V12 de deux litres de cylindrée, Enzo Ferrari a déjà décidé de changer de stratégie. Il pense à la mise au point d’un moteur 4 cylindres beaucoup moins gourmand en carburant que le V12. Le nouvel ingénieur en chef de la firme, Aurelio Lampredi, est chargé de concevoir ce moteur 4 cylindres pour remplacer, à terme le V12 de Gioachino Colombo.

Enzo Ferrari a, sans aucun doute, eu beaucoup de flair car, peu de temps après cette décision, les autorités mondiales de la compétition automobile décident que le Championnat de Monde se déroulera dorénavant avec la réglementation de la Formule 2. Ferrari a donc un temps d’avance sur ses concurrents et le développement du 4 cylindres devient la priorité du Bureau d’Etudes.

Lampredi mène en parallèle deux projets qui, bien sur, ont de nombreux points communs : un moteur de 2 litres de cylindrée et un second de 2,5 litres. Tous les deux seront réalisés en alliage léger. Le moteur de 2 litres fait ses débuts lors de la saison 1952. Le grand pilote Alberto Ascari donne la victoire en Championnat du monde à Ferrari en remportant six des sept courses inscrites au programme. Il conduit à nouveau Ferrari à la victoire dans le championnat du Monde de 1953.

Dans le courant de l’année 1953 un nouveau prototype équipé du moteur deux litres est engagé en course dans les mains des pilotes Alberto Ascari et Luigi Villoresi. Il remporte la victoire dans sa catégorie. Fidèle à sa tradition, Ferrari développe des voitures de production sur la base de la voiture de course victorieuse. Pour célébrer son retour en Championnat du Monde la voiture équipée du 2 litres sera dénommée 500 Mondial. Le "500" représentant, dans les appellations Ferrari, la cylindrée unitaire.

Le moteur Tipo 110 fait précisément 1985 cc de cylindrée et, alimenté par deux carburateurs Wéber, il fournit une puissance maxi de 170 cv à 7000 t/mn. Il est accouplé à la toute nouvelle boite de vitesses manuelle à 5 rapports et monté sur un châssis tubulaire classique. Les premières voitures, il n’y an aura que deux de ce type, sont carrossées par Pinin Farina en berlinetta. Au début de 1954 c’est Scaglietti qui deviendra le carrossier attitré des modèles 500 Mondial.

 

ferrari_500_trc_1957_102.jpg

 

En 1956, la seule voiture propulsée par le quatre cylindres disponible pour les clients de Ferrari est la 500TR. Motorisée par la version 2 litres du moteur, elle remplace la dernière évolution de la 500 Mondial. Développée sous le pilotage du nouvel ingénieur en chef de Ferrari, Vittorio Jano, le dernier modèle présente quelques innovations : train avant double triangle, train arrière à essieu rigide remplaçant le système De Dion compliqué qui équipait les voitures précédentes. L’appellation « TR » a évidemment une histoire : ce sont les abréviations de « Testa Rossa » (tête rouge). En effet, dans le compartiment moteur, la dernière version du moteur 4 cylindres de Lampredi arbore des culasses au rouge de Ferrari…

Le moteur Tipo 131C, implanté longitudinalement à l’avant dispose d’un bloc et de culasse en alliage léger. Il a une cylindrée de 1985 cc et, alimenté par deux carburateurs Wéber 40 DCO/3 il développe une puissance maxi de 190 cv à 7 400 t/mn et un couple maxi de 200 Nm à 5 500 t/mn. Le moteur est couplé à une boite de vitesses à 5 rapports.

La superbe carrosserie réalisée entièrement en aluminium permet d’obtenir un poids record pour la 500 TR : 680 kg. Ce qui confère à la voiture des performances étonnantes : vitesse maxi : 260 km/heure..

La première Ferrari « Testa Rossa » débute en Afrique dans les mains du grand pilote belge Jacques Swaters qui, immédiatement remporte la victoire dans sa catégorie, en dépassant le rival de toujours : Maserati. Pendant que l’usine produit la voiture pour les clients privés, le service compétition de Ferrari développe une version 2,5 litres du moteur, spécialement pour les « 24 Heures du Mans ». Dénommées 625 LM, trois voitures sont engagées dans la course d’endurance française. La plus rapide terminera troisième derrière la voiture gagnante une Jaguar 3,4 litres et la seconde une Aston Martin 3 litres.

Durant l’année 1956, 17 exemplaires de la Ferrari 500 TR sont livrés aux clients. Pour la saison 1957, l’organisation mondiale du sport automobile ajoute un « Appendice C » à son règlement qui spécifie que les voitures doivent avoir un pare-brise complet et deux portes. La réponse de Ferrari est le développement de la 500 TRC qui, cette fois-ci, va être carrossée par Pinin Farina. Cette version de la 500 TRC sera produite à 19 exemplaires dont deux seront motorisées avec des moteurs 625.

Les succès de la voiture sont importants durant les deux saisons 1956 et 57 mais la concurrence de Lotus, Porsche, Maserati et autres est très sévère et le quatre cylindres de Ferrari devra bientôt être remplacé par diverses variantes de V6. La 500 TRC restera tout de même l’une des plus belles Ferrari de sa génération et le nom de « Testa Rossa » passera lui, dans la légende du constructeur italien.

 

ferrari_500_trc_1957_103.jpg 

ferrari_500_trc_1957_104.jpg

 

ferrari_500_trc_1957_105.jpg

 

ferrari_500_trc_1957_106.jpg

 

 

ferrari_500_trc_1957_107.jpg

 

 

ferrari_500_trc_1957_108.jpg

 

 

ferrari_500_trc_1957_109.jpg

 

 

ferrari_500_trc_1957_110.jpg

 

 

ferrari_500_trc_1957_115.jpg

 

 

ferrari_500_trc_1957_117.jpg

 

 

ferrari_500_trc_1957_120.jpg

 

 

ferrari_500_trc_1957_114.jpg

 

 

 

 

 

Je recommande à tous les passionnés de l'automobile et de son histoire les remarquables sites (en anglais) cités ci-dessous. Ils présentent, outre des commentaires et données techniques très complètes, de magnifiques photos sur la production automobile mondiale

ultimatecarpage.com

supercar.net

swisscarsighting.com

mais il y a aussi un site en Hongrois sur lequel il faut se contenter de regarder les photos :

autogaleria.hu

 

Vous pouvez retrouver d'autres véhicules,  tout aussi exceptionnels,  dans la rubrique "VOITURES DE   LEGENDE" de ce blog  ou en vous inscrivant à la Newsletter (voir ci-contre)

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens