Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 15:00

 

sarkozy-sommet-social.jpg

 

A l'occasion d'un sommet social, organisé lundi 10 mai à l'Elysée avec syndicats et patronat, Nicolas Sarkozy a annoncé un grand tri dans les différentes aides mises en place en 2009 pour lutter contre la crise. Les aides directes au pouvoir d'achat sont dans la ligne de mire, tandis que les dispositifs de soutien à l'emploi seront globalement maintenus.

 

Fin des exonérations de charges pour les très petites entreprises.

 

L'exonération des charges sociales pour les embauches dans les entreprises de moins de dix salariés ne serait pas reconduite après le 30 juin. Selon l'Elysée, le nombre de demandes d'embauche au titre de cette mesure introduite début 2009 a atteint le million début avril, pour un coût total qui approche les 800 millions d'euros pour le budget de l'Etat.

"Je crois qu'elle a bien rempli son office au plus fort de la crise et qu'avec l'amorce de la reprise depuis le 4e trimestre 2009, elle est moins nécessaire", a déclaré Nicolas Sarkozy. Le chef de l'Etat a indiqué, en revanche, que des dispositifs de soutien à l'embauche pourraient être mis en œuvre pour des "publics spécifiques", à commencer par les seniors.

 

La présidente du Medef, Laurence Parisot, et le président de la CGPME, Jean-François Roubaud, ont déploré cette annonce. "Ce sont ces petites entreprises qui sont aujourd'hui le plus en capacité de créer des emplois, il y aurait donc un intérêt à maintenir ce dispositif spécifique", a poursuivi la patronne du Medef. "Nous essayons d'obtenir mieux que l'arrêt à fin juin", a déclaré pour sa part Jean-François Roubaud.

 

Aides à l'emploi des jeunes, au chômage partiel et aux licenciés économiques prolongées.

 

Nicolas Sarkozy s'est prononcé pour le prolongement jusqu'à la fin de l'année des aides en faveur de la formation des jeunes en alternance. Evoquant les mesures de soutien au chômage partiel et à la reconversion des licenciés économiques, le chef de l'Etat a estimé que "nous devons les maintenir". A propos de l'emploi des seniors, il a demandé au ministre du travail, Eric Woerth, de se concerter avec ses collègues de l'économie, Christine Lagarde, et de l'emploi, Laurent Wauquiez, pour lui soumettre des propositions.

 

Fin des aides au pouvoir d'achat des ménages.

 

Le président s'est prononcé contre la reconduction des mesures exceptionnelles de soutien au pouvoir d'achat des ménages décidées en 2009. "Ces mesures exceptionnelles ont parfaitement rempli leur office puisque la consommation française a progressé malgré la crise" et "la demande des ménages continue aujourd'hui à bien résister", a observé M. Sarkozy.

"Après l'effort considérable que nous avons fourni pendant la crise, nous devons engager maintenant le redressement de nos finances publiques", a insisté le chef de l'Etat. L'an dernier, une prime exceptionnelle de 150 euros a été versée à 3 millions de familles modestes et deux acomptes dus au titre de l'impôt sur le revenu 2008 avaient été supprimés pour la première tranche d'imposition ou juste au-dessus.

 

LES SYNDICATS DÉÇUS

 

Les responsables de la CGT, de la CFDT et de FO ont exprimé leur déception à l'issue du sommet. "Le bilan de cette rencontre est assez négatif. Il est spectaculaire de noter qu'il n'y a aucune mesure particulière nouvelle pour faire face à la situation que rencontrent les salariés", a déploré le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, au terme de trois heures de réunion.

 

Son homologue de la CFDT, François Chérèque, s'est réjoui du maintien des mesures de soutien à l'emploi mais a regretté que "sur le pouvoir d'achat (...) les mesures mises en place l'année dernière ne seront pas reconduites". "L'ombre de la rigueur que personne ne veut nommer dans notre pays planait sur ce sommet social", a-t-il ajouté, "les premiers à en faire les frais sont les plus modestes dans notre pays".

 

 

"Le président de la République se refuse à utiliser le terme de rigueur, il parle de gestion responsable (...) ; pour nous, les deux éléments qui peuvent mener à la rigueur, et qui sont déjà utilisés, sont à la fois la révision générale des politiques publiques (...) et la réforme des retraites", a pour sa part indiqué le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly.

 

Enfin, le président a démenti toute inflexion de sa politique économique vers l'austérité. "Nous devons mener non une politique de rigueur, mais une politique responsable, c'est un enjeu de crédibilité" a affirmé le président. "Nous avons un objectif clair, celui de redresser nos finances publiques. C'était notre objectif avant cette crise financière et cela le demeure", a déclaré M. Sarkozy.

 

 

 

Source : lemonde.fr   10-05-2010

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens