Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 17:00

 

 

Gouvernement moins resserré qu’annoncé puisqu’il comprend 34 Ministres ou Ministres délégués. La parité est parfaitement respectée. C’était, on s’en souvient, une promesse du candidat Hollande plusieurs fois exprimées pendant sa campagne.

La première grande surprise est l’absence de martine Aubry qui, semble-t-il, n’aurait accepté que le poste de premier Ministre ou rien. La décision de François Hollande aura été : rien !.. Confirmant ainsi que les rapports entre le nouveau Président de la République et la patronne du PS ne sont pas des meilleurs. On avait également parlé du Maire de Paris, Bertrand Delanoë qui ne figure pas non plus dans la liste ?

Pour le reste de savants dosages ont été effectués au niveau de tous les courants du Parti Socialiste et de ses alliés. Les fidèles de la Première Secrétaire du PS sont bien servis (Benoît Hamon, Marylise le branchu,..),  les concurrents de la Primaire sont présents (Manuel Valls, Arnaud Montebourg.. ) ou représentés par leurs proches (Christiane Tobira pour Jean-Michel Baylet et Delphine Bato pour Ségolène Royal).

On remarque que François Hollande n’est pas tombé dans le piège tendu par les « éléphants du PS » qui étaient bien tentés de revenir sur le devant de la scène. Seuls Laurent Fabius et dans un moindre mesure Michel sapin sont de ceux là. On note par contre, beaucoup de représentants de la génération suivante, et même de très jeunes ministres, en particulier ceux qui se sont illustrés, à des titres divers, aux cotés de François Hollande dans ces deux dernières années.

Pour l'instant ne figurent que les membres des formations politiques qui ont conclu un "accord" avec le PS : les radicaux de gauche et EELV.

 

 

 

 

 

PREMIER MINISTRE :

 

Z1-Jean-Marc-Ayrault-Premier-Ministre.jpg

Jean-Marc AYRAULT

En lice depuis quelques semaines dans la course à Matignon, Jean-Marc Ayrault correspond bien au profil souhaité par François Hollande : bien connaitre le PS, les députés mais aussi être un proche du président.

Jean Marc Ayrault, 62 ans, Maire de Nantes depuis 1989, il a laissé une trace dans cette ville qu’il a profondément remodelée. Venu de l’aile gauche du parti Socialiste il est maintenant du côté des modérés. Il connait bien le monde parlementaire : il dirige le groupe socialiste à l’Assemblée nationale depuis près de 15 ans. Ancien Professeur d’Allemand, il parle et lit parfaitement la langue, ce qui sera sans aucun doute un atout majeur dans les relations avec notre principal partenaire. Par ailleurs c’est un proche de François Hollande depuis de nombreuses années et les deux hommes se font mutuellement confiance. Contrairement à beaucoup d’autres, il a cru en François Hollande et l’a soutenu dès que celui-ci a exprimé le souhait d’être candidat.

Son ascendant sur l’ensemble du groupe des Ministres ne fait aucun doute. Il a démontré à l’Assemblée nationale qu’il savait diriger une équipe.

 

 

 

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

Z2-Laurent-Fabius-Ministre-des-affaires-Etrangeres.jpg

Laurent FABIUS

Ancien Premier Ministre, c’est l’un des seuls « éléphants » du PS qui figure dans legouvernement. Il est âgé de 66 ans. Ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure où il a été reçu major à l’agrégation de lettres Modernes. Dans le même temps il intègre l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Elève de l’ENA, il sort dans les trois premiers et devient auditeur au Conseil d’Etat puis maitre de requête en 1981.

Il adhère au Parti Socialiste en 1974 et devient successivement Premier adjoint au Maire du Grand Quevilly en 1977 puis député de la Seine-Maritime en 1978 avant de devenir, en 1979 le Directeur de Cabinet de François Mitterrand. Après la victoire de 1981, il est nommé Ministre du budget (1981-1983) puis l’année suivante Ministre de l’Industrie et de la Recherche. Il est nommé Premier Ministre en 1984 et reste à Matignon jusqu’en 1986. Il sera ensuite Président de l’Assemblée nationale pendant 4 ans (1988-1992) et prendra brièvement la tête du PS. Lorsque Jospin arrive à Matignon il retrouve Bercy en 2000.

Candidat à la Primaire du PS en 2007, il est devancé par Ségolène Royal. En 2011 il ne sera pas candidat et soutient martine Aubry.

Pendant de nombreuses années Laurent Fabius a été le meilleur ennemi de François Hollande. Il n’a d’ailleurs jamais caché le peu de considération qu’il avait pour le député de Corrèze. En avril dernier il lâche même : « Franchement, vous imaginez Hollande Président de la république ? On rêve !.. »

 

 

 

MINISTRE DE L'EDUCATION NATIONALE

Z3-Vincent-Peillon-Ministre-Education-Nationale.jpg

 

Vincent PEILLON

Agé de 52 ans il est agrégé et Docteur en philosophie. Ancien professeur de philosophie de 1984 à 1997. Il connait donc bien le milieu de l’Education nationale et c’est pour cette raison qu’il sera nommé responsable de l’éducation et de la jeunesse dans l’équipe de campagne de François Hollande.

Secrétaire du groupe des Experts du parti socialiste en 1993-1994, Vincent Peillon entre au Bureau National du PS en 1994 Parcours politique : Secrétaire du groupe des experts du Parti socialiste en 1993-1994, Vincent Peillon entre au bureau national du PS en 1994. Et devient délégué du Premier secrétaire du PS Lionel Jospin de 1995 à 1997, puis député de la Somme dans la 3e circonscription (1997) et porte-parole du parti (2000-2002) sous la direction de François Hollande. Après la défaite du 21 avril 2002, il démissionne pour créer un parti rénové, le Nouveau Parti socialiste (NPS). En 2004, il est élu député européen et membre de la Commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie. Durant la campagne présidentielle de Ségolène Royal, en 2007, il fut l’un de ses trois porte-paroles.

En juin 2009, Vincent Peillon a été réélu au Parlement européen et siège désormais au sein des commissions parlementaires Affaires étrangères et Développement, ainsi que dans l’Assemblée parlementaire Euro-Méditerranéenne et la délégation Maghreb.

Au sein du Parti Socialiste, c’est l’homme de la main tendue au centre. Vincent Peillon fait partie de ceux qui considèrent qu'il faut s'ouvrir au MoDem. Et ce, d'autant plus depuis que François Bayrou a déclaré qu'il voterait Hollande au second tour de l'élection présidentielle.

 

 

 

 GARDE DES SCEAUX, MINISTRE DE LA JUSTICE

Z4-Christiane-Taubira-Garde-des-Sceaux-Ministre-de-la-Justi.jpg

 Christiane TAUBIRA

C'est la représentante du Parti radical de gauche au sein du Gouvernement Ayrault. Son Président actuel, jean-Michel baylet avait été préssenti pour un poste gouvernemental mais il a sans doute préféré laisser la place.

Économiste de profession, Christiane Taubira (52 ans) est députée de Guyane, où elle est née, depuis 1993.

En 2001, elle a été rapporteur de la proposition de loi visant à reconnaître la traite négrière et l'esclavage comme crime contre l'humanité.

En 2002, elle s'était présentée à l'élection présidentielle pour le parti radical de gauche (2,32 % des voix au premier tour).

 C'est une femme de caractère qui a son franc parler et l'on peut s'attendre à quelques clashs avec le monde de la justice, actuellement en pleine effervescence.







MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DU COMMERCE EXTERIEUR

Z5-Pierre-Moscovici-Ministre-Economie-Finance-et-commerce-e.jpg

Pierre MOSCOVICI

 

Issu d'une famille d'intellectuels de gauche, ce célibataire de 55 ans est titulaire d’une maitrise d’Economie et de Science Politique ainsi que d’un DEA de philosophie.. Il est également diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris et de l’ENA (promotion Louise Michel, 1982-1984). 

Pierre Moscovici a débuté sa carrière au sein de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) - aujourd’hui le Nouveau parti anticapitaliste - d’Alain Krivine, figure du mouvement trotskiste. Après l’ENA, il est affecté à la Cour des comptes, où il est aujourd’hui conseiller maître. C’est en 1984 qu’il rejoint le groupe des experts du Parti socialiste, dont il devient le secrétaire en 1986. Il entre comme conseiller technique puis chargé de mission au ministère de l’Education nationale (de 1988 à 1990).

C’est à cette période que débute sa carrière au sein de la direction du PS en tant que secrétaire national aux études puis trésorier. Il siège comme député au Parlement européen de 1994 à 1997, année où il entre dans le gouvernement Jospin comme ministre chargé des Affaires européennes, jusqu’en 2002. Il est également député du Doubs en 1997, conseiller technique puis conseiller régional de Franche-Comté de 1998 à 2004. Après avoir milité pour une candidature de Dominique Strauss-Kahn et un temps pensé à se substituer à lui dans la primaire, il fait le choix de François Hollande.

Pendant la campagne de 2012, est le directeur de campagne de François Hollande. Il est aussi surnommé "l'homme de la transition" puisqu'il organise la communication du président élu par encore investi.

 

 

MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

Z6-Marisol-TouraineMinistre-des-Affaires-Sociales-et-sante.jpg

Marisol TOURAINE

Elle est la fille du sociologue Alain Touraine et d'une mère chilienne. Marisol Touraine, 53 ans, épouse de l'ambassadeur de France au Tchad est mère de trois enfants,

Elle est normalienne, diplômée de Sciences Po, passée par Harvard. Elle a fait de l'Indre-et-Loire sa terre électorale, y devenant députée puis présidente du conseil général, bien que née et élevée à Paris. Conseiller d'État, elle s'est immergée en 1997 dans les questions de protection sociale quand François Hollande, premier secrétaire du PS, lui a confié un secrétariat national sur ce thème. Elle est ainsi devenue l'une des rares spécialistes des questions de Sécurité sociale et de santé à l'Assemblée qui ne soit pas issue du monde médical. Enfin, strauss-kahnienne, elle a très vite fait le choix de Hollande quand son favori s'est disqualifié.

Durant la campagne, c'est elle qui a préparé, au côté de Hollande, le coup de pouce au smic, la conférence sociale avec les syndicats en septembre et le retour à la retraite à 60 ans pour les salariés ayant toutes leurs annuités.

«Elle a du caractère mais on peut parler avec elle », estime Eric Woerth, à qui elle était opposée dans le combat de la réforme des retraites. « C'est quelqu'un de sérieux, travailleur, qui a porté ses attaques sur le fond». Ses interlocuteurs syndicaux comme patronaux s'accordent, eux aussi, à lui reconnaître une bonne connaissance des dossiers.

Ses qualités lui ont permis d’être à la tête d'un vaste ministère des Affaires sociales et de la Santé, numéro 6 du gouvernement Ayrault, avec trois ministres déléguées à ses côtés (Michèle Delaunay aux Personnes âgées et à la Dépendance, Dominique Bertinotti à la Famille, Marie-Arlette Carlotti aux Personnes handicapées).

 

 

 

MINISTRE DE L'EGALITE DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT

 

Z7-Cecile-Duflot-Ministre-de-l-egalite-des-territoires-et-d.jpg

Cecile DUFLOT

 

Elle-même dit avoir «biberonné à l'écologie toute petite». À l'âge de 16 ans, sous l'influence de sa mère prof et de son père cheminot, elle adhère à la Ligue de protection des oiseaux, après avoir milité au sein de la Jeunesse ouvrière chrétienne.

Née en 1975 et mère de quatre enfants, âgés de 4 à 16 ans, elle est diplômée de l'Essec (promotion 2000) et titulaire d'un DEA de géographie. Elle travaille quelques années dans un groupe immobilier à vocation sociale à Créteil. Parallèlement, elle fait ses armes comme élue municipale de Villeuneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) à partir de 2004, où elle mène la vie dure au maire radical de gauche Roger-Gérard Schwartzenberg. Elle se décrit alors comme «élue d'opposition»!  

Lors son élection à la tête des Verts en décembre 2006, la presse titre «la victoire des bisounours sur les historiques», celle des jeunes pousses de l'écologie venues rejoindre le parti à la faveur des municipales de 2001. Cécile Duflot, alors inconnue du grand public, était tout juste âgée de 31 ans. En fait, elle est déjà une apparatchik: membre du collège exécutif du parti dès 2003, elle devient porte-parole en 2005. Depuis, «la patronne des écolos» a fait un sans-faute. Au moins au sein de sa famille politique. Reconduite au poste de secrétaire nationale des Verts en décembre 2008, elle décroche un troisième mandat en 2011, avec près de 93 % des voix. Cette fois, pour parler de sa victoire face à l'eurodéputé Daniel Cohn-Bendit, qui lui disputait le poste, la presse parle de… «sacre».

Un autre écolo fait son entrée comme ministre délégué au Développement: l'eurodéputé Pascal Canfin. Né en 1974, ancien journaliste à Alternatives économiques. Avec le choix de ce proche de Cohn-Bendit, Hollande a respecté l'équilibre entre les sensibilités au sein d'EELV

 

 

 

MINISTRE DE L'INTERIEUR

Z8-Manuel-Valls-Ministre-de-l-Interieur.jpg

Manuel VALLS

 

Né à Barcelone (Espagne), le 13 août 1962. Son père, Xavier Valls, a fui le régime franquiste pour se réfugier en France en 1948. Artiste-peintre, il était marié à une Suisse italienne, Luisangela Galfetti. Manuel Valls est quadrilingue français, catalan, espagnol et italien. 

Il a fait des Etudes d'histoire à l'université Paris I-Tolbiac.

Manuel Valls s’engage à l’âge de 17 ans. Après l’obtention de la nationalité française par naturalisation, en 1982, il adhère au Parti Socialiste où il défend la deuxième gauche, celle de Michel Rocard dont il devient l’attaché parlementaire. Dès 1988, il prend la tête du PS d’Argenteuil-Bezons après avoir été élu au Conseil régional d’Ile-de-France, où il deviendra 1er vice-président en 1998. Dans le gouvernement Jospin, il est chargé de la communication. Nicolas Sarkozy lui propose, en 2007, d’entrer dans le gouvernement Fillon, au titre de l’ouverture, mais il décline cette offre.

Généralement classé à l’aile droite du PS, Manuel Valls milite pour une refonte complète du parti obligeant Martine Aubry à l’inviter à quitter le PS dans une lettre. A la primaire socialiste de 2011, il réalise un score de 6% des voix, juste derrière Ségolène Royal. Il rallie le soir même du premier tour le candidat François Hollande qui va le nommer directeur de la communication durant sa campagne

Il est maire d'Evry depuis 2001 et député de la 1ère circonscription de l'Essonne depuis 2002.

Manuel Valls incarne l'aile droite du parti et s'est parfois illustré en faisant l'unanimité contre lui, à l'instar de sa position sur la TVA sociale, qu'il a défendu contre tous lors de la primaire socialiste. Une mesure finalement adoptée par la droite.

 

 

 

 

 

MINISTRE DE L'ECOLOGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ENERGIE

  Z9-Nicole-Bricq.jpg

NICOLE BRICQ

 

Cette fille d'agriculteurs, socialiste modérée et féministe, âgée de bientôt 65 ans, a été nommée, de manière inattendue,  ministre de l'écologie et du développement durable.

Elle ne s'en laisse compter par personne. Elue sénatrice de la Seine-et-Marne le 26 septembre 2004, elle s'est imposée dans ce monde d'hommes qu'est la commission des finances du palais de Luxembourg par la qualité de son travail et par sa capacité à apprivoiser les sujets économiques ou fiscaux les plus larges comme les plus pointus. C'est ce qui lui a valu la reconnaissance de ses pairs et lui a permis de succéder à Philippe Marini comme rapporteur général de la commission des finances d'un Sénat qui avait basculé à gauche.

Titulaire d'une licence de droit, Mme Bricq a été conseillère technique en charge des relations avec le Parlement et les élus dans les cabinets de Jean-Pierre Chevènement (1988-1990) et de Ségolène Royal (1992-1993).

Elle a par ailleurs dirigé le cabinet du président du syndicat de l'agglomération nouvelle de Marne-La-Vallée-Val-Maubuée et exercé diverses fonctions d'élue locale (conseillère municipale de Meaux, conseillère régionale d'Ile-de-France... ). Elle fut aussi conseiller spécial au cabinet de Jean-Paul Huchon et député socialiste de Seine-et-Marne entre 1997 et 2002.

 

 

 

 

MINISTRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF

Arnaud-Montebourg-primaires-PS.jpg

Arnaud MONTEBOURG

C'est une voix singulière. Une voix qui porte et qui, souvent, fait grincer au sein même du PS. Révélation de la primaire socialiste dont il s'est classé troisième (17,2 % des suffrages) devant Ségolène Royal et Manuel Valls, Arnaud Montebourg fait son entrée au gouvernement.

À bientôt 50 ans, ce brillant orateur, avocat de profession (il a ainsi défendu Christine Villemin dans l'affaire du petit Grégory, en 1995), incarne l'aile gauche du PS. Il a bâti sa carrière sur la moralisation de la vie politique, axe majeur de la campagne de François Hollande. Théoricien de la VIe République, il s'est élevé contre l'immunité du chef de l'État. Appelant à plus de transparence, il a dénoncé plusieurs affaires de malversations ou d'abus de biens sociaux. N'épargnant personne, il a ainsi épinglé récemment Jean-Noël Guérini, sénateur socialiste des Bouches-du-Rhône mis en examen pour prise illégale d'intérêts, trafic d'influence et association de malfaiteurs en septembre 2011.

Partisan du non au projet de Constitution européenne en 2005, il évolue toujours à la marge de son parti, attaché à sa «liberté» de ton. Porte-parole de Ségolène Royal en 2007, il dérape dans sa campagne présidentielle en affirmant que «son seul défaut, c'est son compagnon»: à l'époque, François Hollande. Peu assidu à l'Assemblée nationale, Arnaud Montebourg prend du champ dès 2008 et annonce sa candidature à la primaire socialiste en novembre 2010. Opposé au cumul des mandats, il déclare que, quoi qu'il advienne, il ne briguera pas un nouveau mandat de député. Sa nomination pourrait gêner sa compagne, la journaliste Audrey Pulvar, chroniqueuse vedette de l'émission de France 2, «On n'est pas couché».

 

 

 

MINISTRE DU TRAVAIL, DE L'EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL

Z11-Michel-Sapin-ministre-du-travail-de-l-emploi-et-du-dial.jpgMichel  SAPIN

Né le 9 avril 1952 à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). Il est fils unique d’un cadre d’une entreprise de chaudronnerie et d’une mère au foyer.

Après des études au lycée Henri IV, il est diplômé de l'Ecole normale supérieure dans la section Lettres, de l'ENA en 1978, promotion Voltaire (avec François Hollande, Ségolène Royal et Dominique de Villepin). Diplômé, il choisit comme affectation le tribunal administratif de Paris.

Dès 1981, Michel Sapin occupe un siège à l’Assemblée nationale pour devenir en 1991, sous Edith Cresson, ministre délégué auprès du garde des Sceaux. Dans le gouvernement Bérégovoy, il fut ministre de l’Economie et des Finances (1992-1993). Puis sous Jospin, il investit le ministère de la Fonction publique et de la Réforme de l'Etat (2000-2002). Il fut aussi président du conseil régional du Centre de 1998 à 2000, puis de 2004 à 2007. Il soutient la candidature de Ségolène Royal à l’investiture du PS pour la présidentielle en 2007. A la suite de la démission d’Eric Besson, au mois de février, il lui succède au poste de secrétaire national du PS chargé de l’économie.

Michel Sapin est l'un des plus vieux amis de François Hollande. Ils ont évolué ensemble sur les bancs de l'ENA mais aussi lors de leur service militaire. Il fait partie des fidèles parmi les fidèles.  Pendant la campagne, il est chargé de travailler sur le projet présidentiel.

On s’attendait à ce qu’il soit affecté à un poste plus élevé dans la hiérarchie du gouvernement car c’est, sans doute, l’homme le plus expérimenté de l’équipe.

 

 

   

MINISTRE DE LA DEFENSE

 Z12-Jean-Yves-Le-Drian-Ministre-de-la-defense-copie-1.jpg

Jean-Yves LE DRIAN

Né le 30 juin 1947 à Lorient. Son père était vendeur, sa mère femme au foyer. Ancien militant de la Jeunesse étudiante chrétienne (JEC), il est agrégé d'histoire, et a commencé sa carrière comme professeur à l'université de Rennes. Il a déjà occupé une fonction gouvernementale, au début des années 1990, comme secrétaire d'Etat à la mer dans le gouvernement d'Edith Cresson.   

Inscrit au Parti socialiste depuis 1974 - il s'est dit "enthousiasmé" par un discours de François Mitterrand, selon Le Point -, secrétaire de la section de Lorient dès 1975, Jean-Yves Le Drian devient conseiller municipal deux ans plus tard, à l'âge de 29 ans. Sa première rencontre avec François Hollande date de 1979, raconte Ouest France.

Le Drian et Hollande se rencontrent ainsi lors d'une réunion, à l'Assemblée nationale. Ensemble - avec Jean-Pierre Mignard, Jacques Delors, Jean-Pierre Jouyet et Jean-Michel Gaillard - ils forment le club Démocratie 2000 en 1985. Ce sont les "transcourants" du PS, ceux qui tentent de dépasser les divisions internes.

En parallèle, Jean-Yves Le Drian est élu maire de Lorient en juillet 1981. Il le restera jusqu'en mars 1998, date à laquelle il devient conseiller régional de Bretagne.

Député (de mars 1978 à juin 1991, puis de 1997 à 2007), le responsable politique breton sera vice-président de la commission de la défense nationale et rapporteur du budget sur la marine nationale. Aux élections régionales de 2004, Jean-Yves Le Drian l'emporte au premier tour : il est élu président du conseil régional de Bretagne avec 59 % des suffrages, face à Josselin de Rohan. Pour la première fois, la région bascule à gauche.

C’est le fidèle parmi les fidèles de François Hollande. Il rêvait du ministère de la défense nationale. C’est fait !..

 

 

MINISTRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION

  Z13-Aurelie-Filippetti_Ministre-de-la-culture-et-de-la-comm.jpg

Aurélie FILIPPETTI

Agée de 38 ans, normalienne, agrégée de lettres classiques, cette jeune femme issue d'une famille d'ouvriers communistes d'origine italienne, a enseigné quelques temps avant ses débuts en politique. 

C'est chez Les Verts qu'elle fait ses premières armes au début des années 2000. En 2001, elle est élue conseillère du 5e arrondissement de Paris puis échoue aux législatives de 2002 dans ce fief de la droite.

En 2006, elle quitte Les Verts suite au refus de la direction du parti de l'investir à Longwy en Lorraine dont elle est originaire. Elle rejoint alors le Parti socialiste et l'équipe de campagne de Ségolène Royal où elle est nommée conseillère spéciale en charge de l'environnement, de la culture et des questions de société.

Parallèlement à ses activités politiques, elle mène une carrière d'écrivain avec deux romans remarqués Les derniers jours de la classe ouvrière et Un homme dans la poche (Stock). Aux législatives de 2007, elle est élue de la 8e circonscription de Moselle avec 50,96 % des voix. Sa circonscription sera redécoupée par le gouvernement de François Fillon.

Aurélie Filippetti quitte ensuite le courant de Ségolène Royal pour rejoindre les rangs des soutiens de Dominique Strauss-Kahn, alors candidat pressenti à la présidentielle. Après l'affaire du Sofitel, elle se ralliera à François Hollande.

Dès le début de la campagne, elle s'impose comme l'une des figures féminines incontournables dans l'entourage du candidat socialiste. Elle est chargée de la culture et des médias dans l'équipe Hollande et se positionne alors comme future ministre de la culture.

 

 

MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE

Z14-Genevieve-Fioraso-Ministre-de-l-enseignement-superieur-.jpg

Geneviève FIORASO

Cette inconnue de 57 ans a su se faire remarquer au sein de l'équipe de campagne de François Hollande où elle était chargée de l'innovation.

Geneviève Fioraso est d'abord adjointe à la mairie de Grenoble après avoir été la directrice de cabinet du député maire PS de Grenoble, Michel Destot. C'est ce dernier, dont elle est très proche, que l'on attendait à ce poste.

Geneviève Fioraso est une spécialiste de l'économie de la recherche et de l'innovation. Professeure d'anglais et d'économie, elle a enseigné pendant trois ans avant d'amorcer une carrière plus politique comme chargée d'information puis assistante parlementaire auprès du charismatique maire de Grenoble Hubert Dubedout, l'inventeur des groupes d'action municipale.

Mais elle a aussi travaillé dans le privé, notamment dans l'équipe dirigeante de la société Corys, une start-up de haute technologie fondée en 1989 par Michel Destot, spécialiste des simulateurs dans les domaines de l'énergie et des transports.

Son parcours témoigne certes de sa bonne connaissance des milieux industriels et des nouvelles technologies, mais peut-être pas des universitaires.

Geneviève Fioraso est aussi, depuis 2007, députée socialiste dans la première circonscription de l'Isère, s'emparant à l'Assemblée nationale des questions relevant de ses domaines de prédilection, la recherche et l'innovation.

 

 

 

 

MINISTRE DU DROIT DES FEMMES ET PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT

 

Z15-Najat-Vallaud-Belkacem-Ministre-du-droit-des-femmes-et-.jpg

Najat VALLAUD-BELKACEM

 

Née le 4 octobre 1977 à Beni Chiker, dans une région rurale du Maroc, la jeune femme est naturalisée à l'âge de 18 ans, elle a la double nationalité.

Licenciée de droit puis entrée à Sciences-Po, elle devient assistante parlementaire de la députée socialiste Béatrice Marre (Oise) pendant ses études.

Elle adhère au PS en 2002 et, en 2003, elle rencontre Gérard Collomb, alors maire de Lyon. Elle devient rapidement sa conseillère sur les politiques de proximité et de démocratie participative. Candidate sur la liste de Jean-Jacques Queyranne (au 18e rang) pour les élections régionales de 2004, elle est élue pour la première fois conseillère régionale, déléguée en charge de la culture. A 27 ans, elle est la benjamine du conseil régional de Rhône-Alpes.

En 2007, Najat Vallaud-Belkacem, alors agée de 29 ans, devient la porte-parole de Ségolène Royal pour la campagne présidentielle, avec Arnaud Montebourg et Vincent Peillon. Candidate pour les élections législatives à Lyon, elle est battue par Dominique Perben mais obtient plus de 43 % des voix.

L'année suivante, elle est élue conseillère générale du Rhône, et conseillère municipale à Lyon. Elue du 3e arrondissement, Gérard Collomb la nomme adjointe déléguée aux grands évènements, à la vie associative et à la jeunesse. Un an plus tard, Najat Vallaud Belkacem est nommée secrétaire nationale en charge des questions de société au PS.

 

 

 

 

MINISTRE DE L'AGRICULTURE ET DE L'AGRO-ALIMENTAIRE

Z16-Stephane-Le-Foll-Ministre-de-l-agriculture-et-de-l-agro.jpg

Stéphane LE FOLL

 

Né le 3 février 1960 au Mans, dans la Sarthe, il grandit à Longnes, un village d'un peu plus de 300 habitants. Après son baccalauréat, Stéphane Le Foll passe un BTS agricole. Il obtient ensuite un DEA en économie à l'Université de Nantes, en 1988, puis un diplôme supérieur du conservatoire national des arts et métiers (CNAM) en 1993. Il a commencé sa carrière en tant qu'enseignant au lycée agricole de Rouillon. 

Son engagement politique commence en 1983. Stéphane Le Foll a alors 23 ans. Il est élu au conseil municipal de Longnes, où il siègera jusqu'en 1995. Mais depuis 1991, l'élu est aussi un permanent au siège du Parti socialiste, à Paris. Il y rencontre François Hollande en 1994. Une collaboration sans faille commence.

Avec la victoire de la gauche aux élections législatives de juin 1997, Stéphane Le Foll est nommé conseiller technique après du ministre de l'agriculture, Louis Le Pensec. Il devient directeur de cabinet de François Hollande, alors premier secrétaire du PS, en septembre. Au Parti socialiste, les deux hommes travaillent côte-à-côte pendant onze ans, de 1997 à 2008.

En 2004, le socialiste est élu député européen - et réelu en 2009 -, représentant la région Ouest à Strasbourg. Il sera nommé vice-président de la Commission de l'agriculture et du développement rural.

"Il est l'un des meilleurs spécialistes de l'agriculture, en France et en Europe" expliquait François Hollande à France 3. Président de l'association Répondre à gauche, Stéphane Le Foll est l'auteur du livre Des Eléphants roses - 10 ans dans les coulisses du PS (2009).

 

 

 

MINISTRE DE LA REFORME DE L'ETAT, DE LA DECENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Z17-Marylise-Lebranchu-Ministre-de-la-reforme-de-l-etat-de-.jpg

Marylise LEBRANCHU

 

Née à Loudéac le 25 avril 1947, titulaire d'une maîtrise d'aménagement du territoire, Mme Lebranchu a occupé tous les mandats locaux hormis celui de conseillère générale. Elue pour la première fois conseillère municipale de Morlaix, en 1983, elle est devenue maire en 1995 - jusqu'en 1997 - avant de prendre la tête de l'agglomération. Entre-temps, elle a été élue conseillère régionale en 1986, réélue en 1998. En 2004, elle est devenue vice-présidente de la région, reconduite en 2010. 

En 1997, elle décroche son premier mandat de députée de la 4e circonscription du Finistère. C'est alors qu'elle est nommée secrétaire d'Etat chargé des PME, du commerce et de l'artisanat dans le premier gouvernement de Lionel Jospin, avant de devenir ministre de la justice en 2000. Réélue députée en 2002, elle a conservé son mandat en 2007.

La tâche qui lui incombe va consister à mettre en œuvre un nouvel acte de la décentralisation, sachant qu'elle devra composer avec les élus locaux aux différents échelons. Elle devra articuler cette réforme avec celle de l'Etat. Point délicat pour elle, Mme Lebranchu va devoir définir le contour de son action et son articulation avec celui de l'écologiste Cécile Duflot, à qui échoit le ministère de l'égalité des territoires et du logement, épaulée d'un ministre délégué à la ville, François Lamy. Un autre très proche de Mme Aubry.

Mme Lebranchu était prédisposée à cette mission : en 2008, Martine Aubry l'avait nommée coprésidente du "forum des territoires" au secrétariat national du PS. Pour la première secrétaire, cette proche était chargée de mobiliser les élus locaux dans la perspective de la présidentielle de 2012. En juin 2010, elle a succédé à M. Lebreton à la tête de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains

 

 

MINISTRE DES OUTRE-MER

 

Z18-Victorin-Lurel-Ministre-des-outre-mer.jpg

Victorin LUREL

 

Né le 20 août 1951 à Vieux-Habitants, en Guadeloupe, une commune rurale de 7 600 habitants, troisième d'une fratrie de douze enfants dans une famille pauvre de petits paysans, M. Lurel trouve sa voie dans les études. Après un bac d'économie passé sur son île natale, il s'envole pour Paris : un DEA d'économie à Paris-II, puis Science Po, où naît son engagement politique.

De retour en Guadeloupe en 1981, administrateur civil, il devient directeur de la Chambre d'agriculture - un domaine qui le passionne toujours -, puis s'investit dans la vie de Vieux-Habitants dont il devient conseiller municipal d'opposition en 1989. Il devient conseiller régional en 1992, conseiller général en 1994.

Sa carrière prend alors son essor : en 2001, il gagne de justesse la mairie de sa commune. Député constamment réélu depuis 2002, il est vice-président du groupe Socialiste, radical et citoyen à l'Assemblée nationale et a été secrétaire national du PS à l'outre-mer de 2005 à 2008. Marié et père d'un fils, cet "hyperactif" se représentera dans la 3e circonscription de la Guadeloupe face à Mme Penchard, même nommé ministre.

M. Lurel, qui avait été le responsable et le porte-parole pour l'outre-mer de la campagne présidentielle de Ségolène Royal en 2007, a ainsi repris cette casquette en 2012 pour François Hollande, pour qui il s'était prononcé dès la primaire. Les scores du candidat PS ont été historiques en outre-mer, notamment aux Antilles et à la Réunion.

 

 

MINISTRE DES SPORTS, DE LA JEUNESSE,  DE L'EDUCATION POPULAIRE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE

 Z19-Valerie-Fourneyron-Ministre-des-sports-de-la-jeunesse-d.jpgValérie FOURNEYRON

 

Valérie Fourneyron, 52 ans, poursuit un parcours quasiment sans faute depuis son premier mandat d'élue adjointe au maire de Rouen en 1995, d'abord chargée des sports, puis première adjointe en 1997.

Cette médecin du sport, marié à un médecin, mère de quatre enfants, est née dans une famille d'industriels rouennais, catholique et sociale. Elle travaille au CHU de Rouen, puis devient médecin inspecteur régional de la jeunesse et des sports, chef de mission au ministère de la jeunesse et des sports en 1989, puis médecin directeur du centre régional de médecine sportive en Haute-Normandie.

Conseillère régionale de Haute-Normandie, puis conseillère générale à Rouen, elle a été élue députée de la 1ère circonscription de la Seine-Maritime en 2007. En 2008, elle est devenue maire de Rouen en battant dès le premier tour le centriste, Pierre Albertini qui avait ravi la ville à la gauche en 2001. Rouen est aussi la ville de naissance de François Hollande.

Classée fabiusienne dans l'agglomération de Rouen que préside l'ancien premier ministre, Valérie Fourneyron a su convaincre François Hollande de ses capacités. Elle a monté au sein de la cellule de campagne du candidat la liste des 100 athlètes de haut niveau, souvent inconnus du grand public, qui ont soutenu le futur président de la République avant le premier tour de l'élection.

Spécialisée dans la traumatologie, et la physiologie de l'effort, elle a suffisamment trépigné sur les bancs de touche en soignant les plaies et bosses, pour savoir communiquer avec ces athlètes bien plus souvent préoccupés par leur santé que par l'avenir de la Nation. "Quoique, rectifie-t-elle. Ils ont besoin de vraie considération..."

 

 

 

 

 A suivre : Les Ministres délégués

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens