Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 07:00

 

Francois-Hollande-slalom-entre-couacs-et-reculs.jpg

 

 

Cinq mois après son élection, le chef de l’État et le gouvernement s’enfoncent dans les difficultés en livrant des informations contradictoires sur plusieurs sujets. Même si l’Elysée vante les capacités d’écoute du Président (qui seraient censées lui faire pardonner quelques bévues) le pouvoir donne l’impression de ne pas savoir où il va !.. Mais peut-être ne le sait-il pas ?....

La victoire éclair des "pigeons"

La fronde des patrons de start-up (qui se sont baptisé eux-mêmes les « pigeons ») contre la réforme fiscale a décollé vendredi 28 septembre, la décision de revoir la mesure décriée leur fut annoncée mardi 2 octobre. Quatre jours et une intense guérilla sur les réseaux sociaux ont suffi à faire reculer le gouvernement. Le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, a humblement reconnu une erreur. Dans certains cas - pas tous - des créateurs d’entreprise auraient pu être taxés à 60% sur la revente de leur société, une hypothèse qu’ils ont jugé insupportable. Le dispositif ne s’appliquera donc pas. Jean-Marc Ayrault, lui, estime en revanche qu’"il n’y a pas de recul", évoquant "une correction nécessaire". Peut-être qu’un minimum de concertation aurait pu éviter cette « erreur ». Toujours est-il que même à l’intérieur du gouvernement certains la trouvent mauvaise !..D’autant qu’il faudra bien trouver ailleurs les recettes correspondant à ce changement de cap..

Le coût du travail

Durant la primaire socialiste, François Hollande avait défendu une baisse des cotisations familiales. Par la suite, il n’a plus mis ce projet en avant. La gauche a souvent contesté que le coût du travail puisse être un handicap pour l’économie française. L’argument est celui du patronat. Ayrault a même estimé récemment que "la question du coût du travail pour expliquer le retard de compétitivité est une facilité". Ce problème n’était pas du tout classé dans les priorités du gouvernement. Or, la vaste réforme envisagée par l’Élysée et dévoilée cette semaine dans le quotidien « Le Monde » passe bel et bien par un allégement massif des cotisations familiales qui pèsent sur les salaires. Avec quel financement ? Rien n’est encore dit. Mais par contre il semble bien que le gouvernement veuille maintenant aller vite !..

La CSG ou pas la CSG ?

La hausse de la CSG fut évoquée à l’occasion de la conférence sociale début juillet. Par petites touches, le gouvernement laisse entendre qu’il est favorable à l’idée du Medef et de la CFDT consistant à augmenter cet impôt pour financer la Sécu, en contrepartie d’une baisse des cotisations sur les salaires. Mais officiellement, il ne confirme pas, au contraire. Ayrault le dit sur France 2 le 27 septembre : "Pas de hausse de la CSG", en parlant de 2013. Pierre Moscovici quelques jours plus tard répète : « pas d’augmentation de la CSG ni de la TVA en 2013 ». Dans la droite ligne du Premier Ministre sauf que, dit comme cela, le gouvernement débouche sur une équation impossible à résoudre. Et, en fait, le projet de l’Élysée pour doper la compétitivité rejoint bien celui du Medef et de la CFDT : la CSG créée par Michel Rocard est la principale piste pour financer la branche famille de la Sécurité sociale.

Les "Neuf contribuables sur dix"

Selon le Premier ministre, "neuf contribuables sur dix" ne seront pas touchés par les hausses d’impôts en 2013. Une assertion démentie par les mesures prises (redevance audiovisuelle, tabac, bière, etc.) ou reconduites (gel du barème de l’impôt sur le revenu). À l’arrivée, deux Français sur trois devraient être concernés. Le gouvernement est bien là pris en flagrant délit de mensonge. Ce n’est pas très bon pour son image et encore moins pour sa crédibilité !..

Le récépissé pour contrôle d’identité

Début juin, Ayrault avait annoncé la délivrance d’un "reçu" aux personnes soumise à un contrôle d’identité par la police. L’idée était de lutter contre la multiplication de "contrôles au faciès", une promesse du candidat Hollande. Fin septembre, le fameux récépissé est enterré. Le Premier ministre s’est déclaré "convaincu" par les arguments de son ministre de l’Intérieur, Manuel Valls qui lui, n’a jamais pris très au sérieux cette mesure dont la police ne voulait surtout pas ...

Le droit de vote des étrangers

L’engagement numéro 50 du candidat Hollande vise à accorder sous conditions le droit de vote aux élections locales pour les étrangers hors Union européenne. Le ministre de l’Intérieur a estimé qu’il ne s’agissait pas d’"une revendication forte dans la société française" ni d’un "élément puissant d’intégration". Les sondages n’y sont plus favorables. Au gouvernement plusieurs Ministres se sont exprimés pour dire que la mesure devait bien entendu se faire. Ayrault a promis un projet de loi l’an prochain. Mais sans donner aucune date pour sa mise en œuvre effective. Et pour cause : il faut modifier la Constitution et il n’y a pas de majorité au Parlement (les 3/5 des élus) pour voter un texte sur ce sujet.

La séparation des banques

Elle était prévue à l’été dans l’agenda de campagne intitulé "La première année du changement". La "loi d’assainissement des activités bancaires" devait couper en deux les banques, la gestion des comptes d’une part, la spéculation de l’autre, pour protéger les clients des dérives. Le ministre de l’Économie, Pierre Moscovici, a repoussé le texte en fin d’année. Aucun banquier ne croit à un découpage pur et simple. Le secteur anticipe seulement l’interdiction de quelques pratiques contestées.

Les sondages

Hollande avait promis - avant de se rétracter - qu’il ne commanderait pas de sondages. Une façon de se démarquer de Sarkozy, qui en était boulimique. En fait, l’Élysée passera par le Service d’information du gouvernement, un organe dépendant de Matignon, pour commander des études d’opinion aux instituts.

Le traité budgétaire

Le candidat Hollande avait annoncé son intention de "renégocier" le pacte budgétaire européen, "pour l’amender, le compléter". Le texte qui sera soumis mardi 9 octobre prochain aux députés pour ratification est identique à celui validé par Sarkozy à Bruxelles. Ayrault a reconnu que, "juridiquement", il n’y avait pas une ligne de différence. D’où la grogne de la gauche du PS et d’Europe Ecologie les Verts dont les élus ont annoncé qu’ils ne voteraient pas le texte…

 

Tout cela fait un peu désordre et sent l’improvisation. Ce n’est pourtant pas le moment de faire trop d’erreurs et surtout de donner aux Français l’impression que l’on ne sait pas très clairement où l’on va. Car ces Français que l’on va ponctionner comme jamais sont plutôt d’accord pour faire des sacrifices à condition que ceux-ci soient utiles c'est-à-dire qu’ils sortent le pays et la crise et qu’ils permettent de vaincre le chômage..

 

 

Source : leJDD.fr  07-10-2012

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens