Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 avril 2018 6 07 /04 /avril /2018 12:38
SNCF : SYNDICATS ET GOUVERNEMENT CAMPENT SUR LEUR POSITION

 

Les représentants de la CGT et Sud ont fait part de leur colère en sortant du ministère des Transports où ils étaient reçus par Elisabeth Borne vendredi 6 avril dernier. La grève reprend dès samedi soir.

 

« Il n'y a pas eu de négociation. » La rencontre avec la ministre des Transports Elisabeth Borne n'a pas convaincu les syndicalistes. Vendredi 6 avril en fin de journée, Sud et CGT ont notamment annoncé leur intention de durcir le mouvement de grève alors que le gouvernement et la direction de la SNCF ont maintenu leur position, selon eux. « L'entreprise SNCF veut revenir en arrière sur le contenu du statut », s'est indigné au micro de BFMTV Laurent Brun, secrétaire national de la CGT-Cheminots. « On va vider [le statut des cheminots] de ses éléments les plus importants », a-t-il estimé. « Le planning ne change pas, le projet ne change pas, et la ministre ne met rien sur la table », a-t-il encore fait savoir.

Mais la CGT ne change pas ses plans et poursuit son système de grève en pointillés : « Nous n'appelons pas à la grève illimitée, nous restons sur nos préavis successifs de deux jours de grève, parce que nous considérons qu'il faut tenir sur la durée », a ajouté Laurent Brun. La grève pourrait « aller au-delà du mois de juin » si le gouvernement persiste dans cette direction, a-t-il prévenu.

 

La grève reprend samedi à 20h

Même colère chez Sud : « D'un côté un gouvernement qui refuse de négocier et va supprimer le statut de cheminot pour les nouveaux embauchés, de l'autre la direction de la SNCF qui annonce remettre en cause le statut pour ceux qui resteront. C'est absolument inacceptable ce qui vient de se passer aujourd'hui », a déclaré Erik Meyer, le secrétaire fédéral de Sud-Rail. La grève doit reprendre samedi soir à 20h jusqu'à mardi matin 7h55.

Vendredi matin, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux avait assuré qu'il y avait eu des avancées la veille lors des discussions avec les syndicats contrairement selon lui à « la vision » rapportée par « une organisation syndicale ». « Un syndicat est sorti » en disant qu'il n'y avait pas eu d'avancées, mais « on ne peut pas sortir de sept heures de discussions sans que rien n'ait avancé. Ça n'est pas exact (...) C'est la vision qu'en a une organisation syndicale, pas l'ensemble des syndicats », a-t-il affirmé sur RTL, dénonçant « beaucoup de contrevérités » et de « mensonges ».

 

Le bras de fer aura bien lieu

A l'issue de cette première réunion de concertation jeudi 5 avril, les représentants de la CGT Cheminots, de l'Unsa, de Sud Rail, de la CFDT avait dénoncé la méthode du gouvernement et promis de nouveau une grève longue. Laurent Brun avait qualifié la réunion de « véritable mascarade ».

Au fur et à mesure que les jours passent il va être de plus en plus difficile pour l’une ou l’autre des deux parties de trouver un compromis sans donner le sentiment d’avoir reculé. Dans ce type d’épreuve de force c’est ce qui est le plus à craindre. Alors le Gouvernement et la direction de la SNCF comptent sur le ras le bol des usagers, des dissensions au niveau du front syndical et pourquoi pas sur la diminution du nombre de grévistes. Coté syndicats la CGT qui, pour le coup est représentative au niveau des cheminots, veut montrer sa détermination.  

Il faudra probablement attendre encore quelques jours de grève pour que la situation s’éclaircisse !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens