Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 11:00

 

 

Depuis que l’automobile existe c'est-à-dire quelques années avant 1900, les courses automobiles ont été organisées, sur routes ou sur circuits. L'histoire de la « Formule 1 » est plus récente. Elle trouve son origine dans les courses automobiles disputées en Europe dans les années 1920 et 1930. En 1946, la Commission sportive internationale de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) parvient à une uniformisation des règles qui aboutira finalement à la création de la « Formule de Course Internationale n°1 », pour indiquer la qualité optimale, que l’on baptisera, plus communément « Formule 1 ». Un championnat du monde de Formule 1 est créé en 1950 puis une coupe des constructeurs en 1958 (qui devient le Championnat du monde des constructeurs à partir de 1982).

 Ferrari va être un des grands acteurs de ce championnat auquel il va participer avec une grande régularité. C’est également la marque qui va tourner les plus belles pages de cette compétition mythique pour laquelle les constructeurs et les pilotes se surpassent pour tendre vers la perfection.

Alors que la saison 2013 va bientôt commencer les statistiques de FERRARI montrent bien l’implication de la marque italienne dans le championnat de « Formule 1 »

·         Participation à 851 « Grands Prix » en 63 saisons

·         219 victoires en Grands Prix et 668 podiums

·         16 titres de champion du Monde des Constructeurs

·         15 titres de Champion du Monde des pilotes

·         69 modèles de voitures

·         107 pilotes dont souvent les plus prestigieux du moment

·         97 066 tours de circuit parcourus dont 13542 en tête de la course

 

 

1982

  VOITURES DE LA SCUDERIA : FERRARI F1 126 C2 

 

 

  ferrari_f1_126_c2_1982_01.jpg

 

ENCORE UNE ANNEE NOIRE POUR FERRARI

Le démarrage de la voiture à moteur turbo n’a pas été très concluant pour la Scudéria Ferrari. Beaucoup de puissance, un peu trop peut être, mais une maniabilité très aléatoire et beaucoup de difficulté pour les pilotes à maintenir une voiture parfois rétive. On s’est donc activé pendant toute l’intersaison pour corriger les défauts de la monoplace. L’équipe technique s’est enrichie d’un ingénieur britannique, Postlethwaite, spécialiste des châssis monocoque et des matériaux composites. Il va apporter une compétence qui manque à Ferrari depuis quelques années déjà.

Coté aérodynamique, des jupes en uréthane assurent le contact avec la piste et concourent à ce que la monoplace profite de l’effet de sol. Un travail intense est également fourni en collaboration avec le manufacturier Goodyear. Pour ce qui est du moteur, il a atteint une bonne fiabilité et délivre 580 cv à 11 000 t/mn et, de façon intermittente, il peut même atteindre les 750 cv. La voiture de la saison 1982, baptisée Ferrari F1 126 C2 a été chronométrée aux essais à 346 km/heure !..

La Scuderia a conservé ses deux pilotes qui, maintenant connaissent bien la voiture, Gilles Villeneuve et Didier Pironi. Par ailleurs, beaucoup de transferts ont eu lieu chez les concurrents. Chez Williams où les deux pilotes avaient terminé la saison précédente en conflit ouvert, Alan Jones a pris sa retraite et Carlos Reutemann est maintenant épaulé par Keke Rosberg qui courait pour la petite écurie Fittipladi. Chez Lotus on retrouve le duo Elio de Angelis-Nigel Mancel. Brabham a recruté Ricardo Patrese pour faire équipe avec Nelson Piquet. Renault conserve également ses deux pilotes de la saison dernière Alain Prost et René Arnoux. McLaren voit le départ d’Andréa de Cesaris pour l’écurie Alfa-Romeo. John Watson sera accompagné d’un revenant Niki Lauda. Quant à Talbot-Ligier, Eddie Cheever qui vient de l’équipe Tyrrell sera aux cotes de Jacques Laffite.

La saison 1982 comporte 16 Grands Prix. Le GP d’Argentine n’est pas au calendrier mais une manche a été ajoutée au Etats-Unis : le GP de Detroit.

La saison s’ouvre en Afrique du Sud le 23 janvier par un épisode peu banal qui est resté dans les annales de la F1 : la guerre FISA-FOCA. Pour protester contre le contenu de la « super-licence » que la FISA et la FOCA veulent leur imposer les pilotes décident de faire grève lors du premier jour d’essais. C’est Didier Pironi qui parvient à négocier, au nom des pilotes, un accord qui permettra dès le lendemain de reprendre les essais et la course. Le dimanche, Alain Prost et sa Renault survole la course et, malgré une crevaison et un passage au stand, il remporte l’épreuve. C’est à nouveau Alain Prost qui emporte le GP du Brésil un mois plus tard. La chance l’a un peu aidé car le vainqueur officiel Nelson Piquet sur Brabham et le second Nelson Piquet sur la Williams sont disqualifiés pour poids non conforme.

A Long Beach aux Etats-Unis, on note l’absence de Carlos Reuteman. Il a décidé, au lendemain du GP du Brésil, d’abandonner la Formule 1 sans doute à cause de son échec de l’an dernier où l’on se souvient, il avait raté le Championnat du Monde pour un point derrière Piquet. Il est remplacé par un revenant Mario Andretti qui avait abandonné la F1 en 1981. La course est remportée par un autre revenant Niki Lauda au volant de sa McLaren. Une victoire dès la troisième course après son retour, tout le monde reconnait maintenant que Niki Lauda a retrouvé toute sa compétitivité. Il va bientôt en faire la démonstration !..

Après la grève des pilotes en Afrique du Sud, la F1 va connaitre, à Imola un autre conflit sérieux. Les écuries affiliées à l’Association des Constructeurs, essentiellement les écuries britanniques, décident de boycotter le GP de Saint-Marin pour protester contre la disqualification de Piquet et Rosberg au Brésil.  Seules 14 voitures prennent le départ et l’abandon prématuré des Renault ouvre grande la porte à un doublé Ferrari : Villeneuve-Pironi. D’ailleurs le stand Ferrari passe à ses pilotes un panneau « slow » qui recommande de geler les positions. Malgré cet avertissement Didier Pironi attaque son coéquipier en fin de course et parvient à le dépasser pour remporter le GP. Villeneuve s’estime trahi. Il ne participe pas au podium et la zizanie s’installe au sein de l’équipe Ferrari !..

ferrari_f1_126_C2_1982_02.jpg

 

Mais la rivalité entre les deux pilotes de la Scudéria va prendre une tournure plus dramatique lors du GP de Belgique sur le circuit de Zolder. Lors de la séance d'essais, Villeneuve s'élance pour décrocher la pole position. Il est en bagarre avec son coéqipier quand une mésentente avec Jochen Mass, sur March, va provoquer un drame. La monoplace de Gilles Villeneuve percute la voiture de l'allemand au moment du dépassement. Gilles est alors éjecté hors du cockpit et retombe violemment sur la piste, sans vie. Ferrari ne prendra pas le départ de la course en signe de deuil. Le pilote canadien sera remplacé par Patrick Tambay pour le reste de la saison. En l’absence des Ferrari qui avaient dominé les essais, la course est emmenée par Keke Rosberg qui doit finalement s’incliner devant la McLaren de John Watson.

A Monaco, Alain Prost qui est largement en tête du championnat du Monde, domine également sur la piste. Mais à 3 tours de l’arrivée il part à la faute sur une chaussée glissante. Ricardo Patrese prend alors la tête mais, lui aussi, part à la faute dans l’avant dernier tour laissant filer Didier Pironi. Mais ce GP est décidément plein de rebondissements : Didier Pironi tombe en panne d’essence dans le dernier tour et c’est finalement Patrese, reparti grâce à l’aide des commissaires qui l’emporte. C’est sa première victoire en Formule 1.

Lors du GP de Detroit, Nelson Piquet, Champion du Monde en titre n’est pas parvenu à se qualifier avec sa Brabham-BMW qui, manifestement, est beaucoup moins efficace que la Brabham-Cosworth de son coéquipier. C’est John Watson, parti pourtant en 17 ème position sur la grille qui l’emporte et qui prend, du même coup, la tête du championnat devant Didier Pironi et Alain Prost qui depuis ses deux victoires de début de saison accumule les contre-performances. Une semaine plus tard au canada, Nelson Piquet prend une belle revanche : non seulement il se qualifie mais offre à BMW sa première victoire. Mais la couse est marquée par un nouveau drame : Didier Pironi en pole position cale au départ. Il est alors percuté par le pilote Ricardo Paletti arrivé à pleine vitesse du fond de la grille. Le jeune italien décède sur le coup.

Didier Pironi, très touché par les drames auxquels il est mêlé depuis le début de saison, est un peu atteint moralement. Et pourtant lors du GP des Pays-Bas il mène sa Ferrari à la victoire et revient à 1 point du leader du Championnat  John Watson. Pironi fait même office de favori tant la Ferrari semble dominer ses concurrents..Deux semaines plus tard en grande Bretagne, Pironi se fait déborder par un Niki Lauda très agressif mais il termine deuxième et l’abandon de Watson lui permet de prendre la tête du championnat. Il accentue encore son avance au GP de France en terminant sur le podium derrière Arnoux et Prost alors que Watson a de nouveau été contraint à l’abandon.

Lorsque commencent les essais de la douzième manche du championnat à Hockenheim en Allemagne, Pironi compte neuf points d’avance sur Watson. Le titre n’est pas encore gagné mais il peut y songer sérieusement. Lors des derniers essais, sous la pluie, Pironi se fait surprendre par la monoplace de Prost au ralenti dans un brouillard d’eau. Après un terrible vol plané la Ferrari retombe lourdement et son pilote est grièvement blesse aux jambes. Il évitera l’amputation mais sa saison est terminée. Le lendemain c’est son coéquipier Patrick Tambay qui l’emporte confirmant ainsi la suprématie de Ferrari.

Au GP d’Autriche la course tourne rapidement au duel Rosberg-De Angelis. C’est la Lotus de De Angelis qui finit par l’emporter avec 5 centièmes de seconde d’avance sur Rosberg qui fait tout de même une bonne opération puisqu’il passe devant Watson au Championnat à 6 points de Pironi. Le Championnat bascule définitivement à Dijon où se joue le GP de Suisse. Rosberg y signe sa première victoire de la saison et s’envole au championnat du Monde.

A Monza, avant dernière manche de la saison, la pole position est remportée par Andretti qui remplace Pironi chez Ferrari. Mais en course les Renault dominent et Arnoux s’impose. Watson est 4ème et revient à 9 points de Rosberg. Il peut encore espérer le titre mais ses chances sont minces !.. A Las Vegas c’est la Tyrrell de Michele Alboretto qui l’emporte. Watson est 2ème, Rosberg est 5 ème et il décroche le titre de Champion du Monde des Pilotes.  Devant Didier Pironi qui observe depuis son lit d’hôpital. Ferrari, très régulier tout au long de la saison décroche le titre Constructeurs.

Principales victoires Ferrari :

GP de Saint-Marin (Didier Pironi)

GP des Pays-Bas  (Didier Pironi)

GP d’Allemagne (Patrick Tambay)

 

Le classement final  des pilotes:

1er Keke Rosberg   Finlande   (Williams-Ford)  44 points

2e  Didier Pironi  France  (Ferrari)  39 points

3e  John Watson  Royaume-Uni  (McLaren-Ford)  39 points

Le classement des constructeurs

1er Ferrari  Italie   74 points

2e  McLaren-Ford  Royaume-Uni    69 points

3e  Renault  France   62 points

 

ferrari_f1_126_c2_1982_03.jpg 

 

ferrari_f1_126_c2_1982_04.jpg

 

ferrari_f1_126_c2_1982_06.jpg

 

 

ferrari_f1_126_c2_1982_07.jpg 

 

ferrari_f1_126_c2_1982_08.jpg

 

 

ferrari_f1_126_c2_1982_12.jpg

 

 

ferrari_f1_126_c2_1982_14.jpg

 

 

ferrari_f1_126_c2_1982_16.jpg

 

 

ferrari_f1_126_c2_1982_21.jpg

 

 

ferrari_f1_126_c2_1982_22_gilles_villeneuve_.jpg

 

 

ferrari_f1_126_c2_1982_24.jpg

 

 

 

 

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Champion du Monde des Pilotes : Keke ROSBERG sur Williams-Ford

 ______________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

  keke_rosberg__netherlands_1984__champion-du_monde_1982_02.jpg

 

 

keke_rosberg__belgium_1982_champion_du_monde_1982_04.jpg 

 

 

 

_____________________________________________________________________________________________________________________________________

Champion du Monde des Constructeurs : WILLIAMS-FORD (FW08) 

 _______________________________________________________________________________________________________________________________________

 

 

  keke_rosberg__monaco_1982_12.jpg

 

 

 

 

 

Je recommande à tous les passionnés de l'automobile et de son histoire les remarquables sites (en anglais) cités ci-dessous. Ils présentent, outre des commentaires et données techniques très complètes, de magnifiques photos sur la production automobile mondiale

ultimatecarpage.com

supercar.net

f1-history.deviantart.com

mais il y a aussi un site en Hongrois sur lequel il faut se contenter de regarder les photos :

autogaleria.hu

 

Vous pouvez retrouver d'autres véhicules,  tout aussi exceptionnels,  dans la rubrique "VOITURES DE   LEGENDE" de ce blog  ou en vous inscrivant à la Newsletter (voir ci-contre)

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens