Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2022 1 17 /10 /octobre /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022

Dimanche 16 Octobre 2022 –  Chine : Xi Jinping affirme qu'il « ne renoncera jamais à l'usage de la force » pour réunifier Taïwan

Tout en assurant que la Chine avait toujours « respecté » et s'était toujours « souciée » du peuple taïwanais, Xi Jinping s'est montré déterminé à réunifier « pacifiquement » ce qu'il estime être l'un de ses territoires, bien que la dirigeante taïwanaise, Tsai Ing-Wen, maintient son refus d’intégration à l'Empire du Milieu. « La résolution de la question de Taïwan est l'affaire du peuple chinois, et c'est au peuple chinois de décider », a martelé le chef de la République populaire de Chine devant les 2 300 délégués du PCC, présents au congrès du parti qui s'est ouvert samedi à Pékin. « Les roues historiques de la réunification nationale et du rajeunissement national roulent. La réunification complète de la patrie doit être réalisée. Elle sera réalisée », a-t-il ajouté, sous une longue salve d'applaudissements, a rapporté l'Agence France-Presse.

Pour parvenir à ses fins, le président chinois n'écarte pas tout recours à « la force », comme l'ont laissé entendre ces récentes manœuvres militaires dissuasives. « Nous œuvrerons avec la plus grande sincérité et les plus grands efforts pour une réunification pacifique de Taïwan, mais nous ne promettrons jamais de renoncer à l'usage de la force et nous nous réservons l'option de prendre toutes les mesures nécessaires », a confirmé Xi Jinping, tout en fustigeant tout « séparatisme » et « ingérence » étrangère dans ce conflit.

 

Taïwan, dans les pas de Hong Kong ?

Par la suite, Xi Jinping a donné pour exemple le cas de Hong Kong, passée, selon lui, « du chaos à la gouvernance » après la sévère reprise en main par Pékin du territoire. A Hong Kong, d'immenses manifestations pro-démocratie avaient eu lieu en 2019.

Dans son discours de fête nationale, lundi, la présidente taïwanaise a indiqué que la guerre entre Taïwan et la Chine n'était « absolument pas une option », avant de renouveler sa demande d'un échange avec Pékin.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022

Dimanche 16 Octobre 2022 –  Guerre en Ukraine : la France va former jusqu'à 2000 soldats ukrainiens sur son territoire

Dans un entretien au Parisien, le ministre des Armées Sébastien Lecornu a annoncé que ces combattants seront «affectés dans nos unités pour plusieurs semaines».

Mercredi, l'Union européenne a donné son accord pour une mission militaire de formation de 15.000 soldats ukrainiens, qui sera financée par la Facilité européenne pour la Paix. Trois jours plus tard, la France a annoncé qu'elle prendrait bien sa part. Dans un entretien à paraître dimanche dans Le Parisien , le ministre des Armées Sébastien Lecornu a expliqué qu'un plan de formation validé par le président de la République allait permettre «d'accueillir jusqu'à 2000 soldats ukrainiens en France». «Ils seront affectés dans nos unités pour plusieurs semaines», a ajouté le ministre, rappelant qu'il y avait «déjà eu des formations d'artillerie faites en France pour les Caesar».

Mais il s'agit ici d'un véritable «changement d'échelle». Le ministre revient en détail pour nos confrères sur cette formation, qui se déroulera sur «trois niveaux» : «D'abord la formation généraliste du combattant. Ensuite, sur des besoins spécifiques signalés par les Ukrainiens, comme la logistique. Et un troisième niveau de formations sur les matériels fournis».

Pour la suite de la guerre, qui s'annonce longue, la France compte bien continuer à aider l'Ukraine. Sébastien Lecornu a confirmé la livraison prochaine de systèmes antiaériens Crotale, «particulièrement utiles dans la lutte anti-drones et contre les bombardements aériens» et ce «dans les deux mois». Le ministre a insisté sur le fait que «cela ne créera pas un manque pour l'armée française», puisque ces systèmes sont voués à être progressivement remplacés par des Mamba. La France «étudie» également, à la demande de l'Ukraine, «la livraison de missiles sol-sol, comme le LRU (lance-roquettes multiples)».

Sébastien Lecornu a également confirmé la création d'un fonds de soutien de 100 millions d'euros, «avec lequel les Ukrainiens peuvent acheter ce qu'ils veulent, à condition que le fournisseur soit français». Une réelle opportunité pour l'industrie française, selon le ministre, qui indique que les premières commandes sont déjà lancées, comprenant «des systèmes de ponts flottants, de franchissement de fleuves».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022

Dimanche 16 Octobre 2022 –  Marine Le Pen demande «une grande conférence sur les salaires»

Les grèves dans les raffineries nourrissent les propositions des personnalités politiques. Ce dimanche sur BFMTV, la présidente du groupe Rassemblement national à l'Assemblée nationale, Marine Le Pen, s'est saisie des revendications actuelles pour pointer du doigt la question des salaires. Selon l'élue RN, le moment est venu d'organiser «une grande conférence sur les salaires».

C'est un «problème» qu'il s'agit d'aborder «sérieusement», et sur le long terme. Pour la candidate malheureuse à l'élection présidentielle, les «salaires bas dans notre pays» sont encore «aggravés» par «la situation d'inflation». En témoignent les mouvements qui s'organisent ces derniers jours, partant notamment des grèves dans les raffineries. La députée demande donc une conférence sur le sujet, pour anticiper les hausses de prix à venir, à commencer par celle du carburant et de la fin à venir de la ristourne de 30 centimes.

«Ce défaut d'anticipation fait qu'on en arrive à une situation de blocage et je pense que le gouvernement est dans une forme de passivité et de déni de la réalité», a poursuivi la présidente du groupe RN à l'Assemblée nationale.

Durant sa campagne nationale, Marine Le Pen avait défendu la hausse des salaires par l'exonération de cotisations patronales, sans prévoir de revalorisation du SMIC. Cet été, le groupe parlementaire du parti à la flamme a également voté contre l'augmentation du Smic à 1500 euros, s'attirant ainsi les critiques de la Nupes, à l'origine de cette proposition.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022

Dimanche 16 Octobre 2022 –  Covid-19 : face à l'augmentation des cas, l'Allemagne renoue avec le masque obligatoire

Depuis le 1er octobre, le masque FFP2 est à nouveau obligatoire dans les trains, les hôpitaux ou les centres de soins. Face à la hausse des cas, le gouvernement fédéral appelle encore à un durcissement.

L'Allemagne est-elle en passe de renforcer ses mesures contre le Covid-19 ? Face à l'augmentation des cas de Covid-19 en Allemagne, le ministre fédéral de la santé Karl Lauterbach (photo) a appelé les Lander - les régions- à durcir les règles en vigueur.

«Nous sommes en train de prendre un mauvais chemin. Mais il n'est pas trop tard pour agir. L'expérience nous a montré qu'il vaut mieux des restrictions légères prises assez tôt plutôt que des décisions drastiques imposées trop tard», a-t-il déclaré vendredi 14 octobre. L'obligation de porter un masque facial dans les lieux publics intérieurs est aussi discutée.

Depuis le 1er octobre, le masque FFP2 est à nouveau obligatoire en Allemagne dans les trains longue distance, dans les hôpitaux et les établissements de soins. Chaque région a la possibilité de l'imposer dans d'autres types de transports en commun, comme le métro et le bus. D'après BFMTV, le gouvernement pourrait renforcer les mesures de deux façons : d'abord une grande campagne de vaccination pour la quatrième dose, surtout auprès des seniors, et renforcer le masque obligatoire.

De leur côté, l'association des médecins demande l'obligation du FFP2 dans les transports en commun et à l'intérieur des bâtiments. En Allemagne, on enregistre de plus en plus d'infections du Covid-19. Le taux d'incidence sur les sept derniers jours était à 799 en milieu de semaine dernière, et 414 la semaine précédente.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022

Dimanche 16 Octobre 2022 –  Environnement : 49 députés Nupes exigent des «mesures radicales et immédiates»

Quarante-neuf députés de la Nupes ont exigé des «mesures radicales et immédiates» contre le changement climatique, et enjoignent l'État de respecter les injonctions de la justice après le procès «l'Affaire du siècle», dans une tribune publiée samedi sur le site du Journal du dimanche . Ils s'expriment un an après les conclusions du tribunal administratif de Paris qui, le 14 octobre 2021, a relevé que le plafond d'émissions de gaz à effet de serre avait été dépassé de 62 millions de tonnes équivalent CO2 et a donc enjoint à l'État de réparer les conséquences de sa carence d'ici le 31 décembre 2022, rappellent les signataires.

Quatre ONG, rassemblées sous la bannière »l'Affaire du siècle« (Notre Affaire à tous, Greenpeace France, Fondation Nicolas Hulot et Oxfam France) et soutenues par une pétition de plus de 2,3 millions de citoyens avaient saisi début 2019 le tribunal administratif de Paris pour faire constater les carences de l'État dans la lutte contre le réchauffement sur la période 2015/18. En février 2021, le tribunal leur avait donné raison, déclarant l'État responsable «des manquements aux engagements qu'il a lui même pris, dans le cadre de l'accord de Paris» ou des budgets carbone «dont la France s'est dotée».

 

«Face à la génération climat, le gouvernement attend»

Parmi les signataires, l'écologiste Marie Pochon, à l'initiative de la tribune, le Premier secrétaire du PS Olivier Faure, la cheffe des députés écologistes Cyrielle Chatelain, l'ancien secrétaire national d'EELV Julien Bayou ou encore les députés LFI Aymeric Caron et Clémence Guetté - mais pas de député communiste. «Est-ce que l'État et sa représentation ont pris la mesure de ce que ces décisions signifient en matière d'obligations nouvelles qui sont attachées à son action?», demandent-ils, à la veille d'une «marche contre la vie chère et l'inaction climatique» à Paris, à l'initiative de LFI.

«Face à la génération climat, le gouvernement attend. Regarde les sécheresses, les canicules, les pénuries s'accentuer en semblant découvrir une catastrophe prédite depuis plus de 40 ans, pour monter au 15 août, après plus de six mois de déficit de pluviométrie majeure, une cellule interministérielle sur la sécheresse, dont on ne connaît pas les conclusions au 11 octobre», regrettent les députés. Ils s'appuient sur un rapport de l'ONU estimant que «les contributions nationales actuelles nous mènent déjà sur une trajectoire de réchauffement de 3,2° C d'ici la fin du siècle».

Les députés pointent ainsi du doigt un gouvernement qui «semble avoir entendu parler du climat, pas de l'urgence». Ils demandent «des mesures radicales et immédiates pour garantir un 'avenir', non pas économiquement stable, non pas heureux, mais simplement 'vivable', selon le GIEC».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022

Dimanche 16 Octobre 2022 –  Grève de mardi à la SNCF : SUD-rail envisage un mouvement reconductible

La journée de grève contre la vie chère, prévue mardi à l'appel de la CGT, a été rejoint par FO, Solidaires, FSU et plusieurs syndicats étudiants.

Mauvaise nouvelle pour les vacanciers qui ont pris leur billet de train pour les vacances de Toussaint. Certains syndicats de la SNCF pourraient décider de se mettre en grève reconductible. L'annonce a été faite ce matin au micro de BFMTV par le délégué syndical SUD-rail, Fabien Villedieu : «On envisage de se mettre en grève reconductible», a-t-il simplement expliqué. «On fera des assemblées générales le mardi 18 octobre un peu partout en France et on posera la question de la grève reconductible», a-t-il ajouté à l'AFP. Selon lui, la réponse dépendra notamment de la participation de mardi : «ce sera le premier test, il faut déjà qu'une grève marche bien le premier jour. Il y a des chances pour que cela reconduise assez globalement jusqu'au mercredi».

À l’origine la CGT-cheminots et SUD-rail avaient décidé de rejoindre la journée d'action de mardi 18 octobre à l'appel de la centrale CGT, mais aussi FO, Solidaires, FSU et plusieurs syndicats étudiants. L'objectif, demander des hausses de salaires et marquer leur soutien aux grévistes des raffineries et dépôts de carburants.

 

Grève à l'approche des vacances

De nombreux secteurs pourraient décider de se joindre à la grève. Outre les cheminots de la SNCF, la RATP devrait aussi se retrouver pénalisée. La fonction publique sera aussi présente. L'UFSE-CGT, premier syndicat du secteur, a déposé un préavis pour les trois versants État, territoriale et hospitalière. À l’origine du mouvement, le secteur de l'énergie a répondu présent. Les raffineries TotalEnergies de Donges (Loire-Atlantique) et celle de Normandie, près du Havre, ont d'ores et déjà voté la grève jusqu'à mercredi 13h. La FNME-CGT dit, elle, souhaiter un «élargissement (...) à toutes les entreprises de l'énergie».

Ce mouvement social, combiné à une situation toujours compliquée dans de nombreuses stations-service, sème le doute sur les départs en vacances. De nombreux Français s'inquiètent de ne pas pouvoir partir. Une échéance que les syndicats veulent utiliser comme moyen de pression pour obliger les entreprises à s'asseoir à la table des négociations et consentir à des hausses de salaires.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022

Dimanche 16 Octobre 2022 –  Incendie à la prison d'Evine à Téhéran: quatre morts, des dizaines de blessés

Un incendie s'est déclaré dans la prison d'Evine à Téhéran, tristement célèbre depuis le début des protestations en Iran. Des ONG et des Etats ont exprimé dimanche leurs inquiétudes pour la vie des prisonniers.

Quatre détenus ont péri et plus de 60 ont été blessés dans un incendie à la prison d'Evine à Téhéran, après un mois de protestations contre la mort de la jeune Iranienne Mahsa Amini, ont annoncé dimanche les autorités. L'incendie samedi soir dans ce centre de détention tristement célèbre a été provoqué par des "voyous qui ont mis le feu à un entrepôt de vêtements", et des affrontements ont opposé "émeutiers" et gardiens, a indiqué l'agence officielle Irna.

Le feu a été maîtrisé et "la situation est revenue à la normale", ont affirmé les autorités. "Quatre prisonniers, des condamnés pour vol, sont morts en raison de l'inhalation de fumée et 61 autres ont été blessés dont quatre grièvement", a indiqué l'Autorité judiciaire. Irna a souligné que les troubles à Evine n'avaient "rien à voir" avec les manifestations dans le pays déclenchées par la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, 22 ans, et entrées dans leur cinquième semaine malgré la répression qui a fait au moins 108 morts selon l'ONG Iran Human Rights (IHR).

D'après des images postées sur les réseaux sociaux, des coups de feu et le bruit d'explosions ont été entendus durant l'incendie à la prison, où sont notamment détenus des étrangers et qui est connue pour ses mauvais traitements des détenus politiques. Des centaines des personnes arrêtées lors des protestations contre la mort de Mahsa Amini auraient été envoyées dans cette prison.

Malgré le bouclage des routes vers Evine, des manifestants s'y sont rendus à pied et des chants de "Mort au dictateur" -l'un des principaux slogans de la contestation- ont été entendus dans des vidéos partagées par le média en ligne 1500tasvir. Après l'incendie, plusieurs ONG ainsi que les Etats-Unis ont exprimé leurs inquiétudes au sujet des prisonniers, mais plusieurs détenus étrangers ont pu contacter leurs familles. "La vie de chaque prisonnier politique et de droit commun à Evine est menacée", a déclaré l'IHR basée à Oslo.

 

Détenus étrangers en sécurité

"Des prisonniers, y compris des détenus politiques, sont complètement sans défense" à Evine, a déclaré Hadi Ghaemi, directeur du Centre pour les droits de l'Homme en Iran (CHRI) basé à New York. Parmi les détenus étrangers figurent l'universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah et l'Américain Siamak Namazi. Mais le groupe de soutien de Fariba Adelkhah a affirmé avoir eu des nouvelles "rassurantes", et l'avocat américain de Siamak Namazi a déclaré que ce dernier avait "été transféré dans une zone sécurisée de la prison".

La famille du détenu autrichien Massoud Mossaheb a affirmé que ce dernier était en vie mais qu'il avait inhalé de la fumée. Et l'autre prisonnier autrichien Kamran Ghaderi est aussi en sécurité. L'universitaire australienne Kylie Moore-Gilbert, qui a été détenue à Evine, a déclaré avoir appris des proches des prisonnières politiques qu'elles étaient "toutes en sécurité".

 

"Bien plus"

Selon des ONG, des manifestations ont eu lieu dans la nuit en solidarité avec les détenus d'Evine, après une journée de protestations contre la mort de Mahsa Amini sous le slogan "Le début de la fin!" du pouvoir. La jeune femme est décédée trois jours après son arrestation pour avoir selon la police des moeurs enfreint le strict code vestimentaire en Iran qui prévoit surtout le port du voile.

Depuis, les Iraniennes, fer de lance des manifestations, ont crié des slogans antigouvernementaux, enlevé leur foulard et tenu tête aux forces de sécurité. "Les mollahs doivent déguerpir!", ont scandé samedi des femmes sans voile au Collège technique et professionnel Shariati de Téhéran, selon une vidéo en ligne. Des jeunes ont manifesté dans les universités de Téhéran, d'Ispahan (sud) et de Kermanshah (nord-ouest), selon des images partagées en ligne.

Les dirigeants iraniens accusent les Etats-Unis, leur ennemi juré, de déstabiliser leur pays en fomentant des "émeutes". Dimanche la diplomatie iranienne a encore rejeté les "ingérences" du président Joe Biden qualifié de "politicien fatigué". Les manifestations en Iran sont les plus importantes depuis celles de 2019 contre la hausse du prix de l'essence dans ce pays riche en pétrole. Mais selon Cornelius Adebahr, analyste pour Carnegie Europe, il faut "bien plus que des manifestations et des sanctions" de pays occidentaux pour renverser le régime iranien.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022

Dimanche 16 Octobre 2022 –  Bolsonaro fustigé pour des propos sur des jeunes Vénézuéliennes

Le président brésilien Jair Bolsonaro a été fustigé samedi par l'opposition de gauche, à deux semaines du second tour de la présidentielle, pour avoir dit être entré dans une maison habitée par de jeunes Vénézuéliennes, mineures, laissant entendre qu'elles étaient des prostituées. Dans un entretien portant sur la situation au Venezuela, rapporté par la presse locale, le président d'extrême droite a raconté une anecdote remontant à avril 2021, alors qu'il était déjà président, lors d'une visite dans un quartier pauvre de Brasilia.

«J'ai garé ma moto à un coin de rue, j'ai enlevé mon casque et j'ai commencé à regarder les filles, trois ou quatre, jolies, de 14, 15 ans, apprêtées comme on peut l'être un samedi dans un quartier. Une atmosphère s'est créée, je suis revenu, "je peux entrer chez toi ?", je suis entré», a-t-il raconté. Dans la maison, «il y avait 15 ou 20 filles (...) toutes vénézuéliennes de 14, 15 ans en train de se préparer, un samedi, pourquoi ? Pour gagner leur vie», a ajouté M. Bolsonaro.

 

"J'ai toujours combattu la pédophilie"

Le chef d'Etat sortant, candidat à sa réélection, affrontera au second tour de l'élection présidentielle le 30 octobre l'ancien président et candidat de la gauche Luis Inacio Lula da Silva. Il a plusieurs fois affirmé que le Brésil connaîtrait le même sort que le Venezuela en cas de victoire de son rival. «C'est ça que vous voulez pour votre fille ?», a également déclaré M. Bolsonaro.

Ces déclarations lui ont valu un déluge de critiques auxquelles il a vivement répondu samedi soir sur les réseaux sociaux, affirmant qu'il était entré dans cette maison avec «dix autres personnes» et devant les caméras de CNN. «Le PT (Parti des travailleurs, gauche, dont est issu Lula) dépasse toutes les limites (...) j'ai toujours combattu la pédophilie, je me suis toujours opposé au régime vénézuélien, j'ai accompagné la souffrance des familles venues du Venezuela au Brésil», a rétorqué le président brésilien, se disant «indigné» par les critiques à son égard.

Auparavant, la présidente du PT, Gleisi Hoffmann, avait qualifié sur Twitter M. Bolsonaro de «dépravé» et de «criminel» alors que le sénateur Randolfe Rodrigues, coordinateur de la campagne de Lula, exprimait son «dégoût». Lula et Jair Bolsonaro ont multiplié les attaques avant le second tour de la présidentielle, qui s'annonce serré entre les deux hommes, même si Lula conserve l'avantage, selon les instituts de sondage.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022

Dimanche 16 Octobre 2022 –  Poutine estime faire «tout comme il faut» en Ukraine

La Russie agit "comme il faut" en Ukraine: Vladimir Poutine s'est adressé un autosatisfecit après bientôt huit mois de guerre et en dépit de la série de revers qu'enregistre son armée face aux forces ukrainiennes, qui vont recevoir 725 millions de dollars supplémentaires d'aide militaire de la part des Etats-Unis. Le président russe s'exprimait devant la presse au Kazakhstan à l'issue de sommets régionaux. Le même jour, l'Ukraine célébrait, de son côté, pour la première fois depuis le début de l'invasion, sa Journée des défenseurs, l'occasion pour son chef de l'Etat Volodymyr Zelensky de promettre la victoire aux siens.

"Ce n'est pas agréable ce qui se passe maintenant, mais (si la Russie n'avait pas attaqué l'Ukraine le 24 février), on aurait été dans la même situation un peu plus tard, les conditions auraient juste été plus mauvaises pour nous. Donc, nous faisons tout comme il faut", a répondu le président russe à un journaliste qui lui demandait s'il avait des regrets. Vladimir Poutine s'est aussi montré satisfait des frappes massives qui ont touché des infrastructures essentielles ukrainiennes lundi et mardi, mais aussi des parcs et des habitations. Il a jugé que de nouveaux bombardements d'ampleur sur les villes d'Ukraine n'étaient pas nécessaires "pour l'instant".

La Russie avait effectué de nombreux tirs de missiles au début de la semaine en représailles à l'explosion qui a en partie détruit le pont russe de Crimée, de grande importance stratégique. Signe de la gêne des partenaires traditionnels de Moscou face au conflit en Ukraine, M. Poutine a pour la première fois vendredi reconnu que les pays de l'ex-URSS restés proches de Moscou étaient "préoccupés" par la situation.

 

Une station électrique russe frappée

"On remercie (...) tous ceux qui se sont battus pour l'Ukraine dans le passé et tous ceux qui se battent pour elle maintenant, ceux qui ont gagné à l'époque et ceux qui vont sans aucun doute gagner maintenant", a déclaré M. Zelensky, en cette journée d'hommage à l'armée. Pour la même occasion, les photo-portraits de quelque 180 soldats ont été dressés sur la place devant la célèbre cathédrale Sainte-Sophie de Kiev. Tous ont été tués à Marioupol, une cité portuaire assiégée des mois durant par l'armée russe avant de tomber en mai.

Galyna Golitsyna a perdu ses deux fils à la guerre. L'aîné en 2014, et Denys le 23 mars dernier à Marioupol. Agée de 61 ans, elle pose en pleurant une main, puis son front, sur le portrait de son cadet, mort à 32 ans. "Perdre un enfant c'est le plus terrible qui puisse arriver. Et moi, j'ai perdu mes deux enfants dans cette même guerre. C'est le jour de la mémoire pour moi", dit-elle à l'AFP en s'essuyant les yeux.

 

Forts de ses succès, l'Ukraine n'hésite pas à lancer des attaques sur le territoire russe

Forts de succès sur plusieurs fronts depuis début septembre, les autorités ukrainiennes affichent, quant à elles, leur détermination, n'hésitant pas à lancer des attaques sur le territoire russe. Ainsi, une station électrique située à Belgorod, dans l'extrême ouest de la Russie, "a pris feu" vendredi après une frappe ukrainienne, a annoncé le gouverneur de la région frontalière de l'Ukraine où elle se trouve, Viatcheslav Gladkov, selon lequel l'incendie a finalement été maîtrisé.

Cette cité de 330.000 habitants n'avait jusqu'à présent été que rarement touchée par des tirs en provenance du sol ukrainien, contrairement à ses environs, régulièrement visés. Et si l'Ukraine n'a pas revendiqué l'explosion qui a éventré le pont de Crimée, elle s'est réjouie de la destruction partielle de cet ouvrage essentiel à l'approvisionnement des troupes d'occupation qui font face à une contre-offensive dans le sud.

Des dégâts suffisamment importants pour que le Premier ministre russe Mikhaïl Michoustine fixe au 1er juillet 2023 la date de l'achèvement des travaux. Dans le nord de la région méridionale ukrainienne de Kherson, les forces ukrainiennes ont continué toute la semaine d'avancer, village par village.

Jeudi, le dirigeant installé par Moscou, Vladimir Saldo, a demandé au Kremlin son aide, immédiatement accordée, pour évacuer des civils. Les forces russes restent, pour leur part, à l'initiative sur une partie du front oriental, où elles tentent de conquérir Bakhmout depuis le mois d'août.

Ailleurs en Ukraine, l'armée russe a connu depuis début septembre une succession de revers, abandonnant des milliers de kilomètres carrés. Ces échecs ont conduit fin septembre Vladimir Poutine à ordonner la mobilisation de 300.000 réservistes, des civils donc, pour tenter d'inverser la tendance.

 

Pas de nouvelle vague de conscription

Vendredi, il a assuré ne pas prévoir de nouvelle vague de conscription. Selon lui, 222.000 personnes ont été mobilisées, dont 16.000 sont déjà dans des "unités impliquées dans des combats". Au plan international, la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen s'est le même jour dite "déçue" que la Commission européenne n'ait pas rejoint le groupe de créanciers qui ont accepté de suspendre pendant deux ans les remboursements de la dette ukrainienne.

Un peu plus tard, Washington a annoncé une nouvelle aide militaire de 725 millions de dollars pour Kiev. "Ce versement portera le total de l'aide militaire américaine fournie à l'Ukraine à un montant sans précédent de plus de 18,3 milliards de dollars" depuis l'entrée en fonction de Joe Biden, a précisé le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken dans un communiqué.

De son côté, l'Arabie saoudite a annoncé samedi une aide humanitaire de 400 millions de dollars pour Kiev. Concernant le réseau internet Starlink en Ukraine, Elon Musk a prévenu que sa compagnie SpaceX ne pouvait "pas continuer" à le financer, un appel du pied au gouvernement américain pour qu'il prenne le relais.

Quelque 25.000 terminaux ont ainsi été déployés dans le pays à date, selon Elon Musk, précisant que l'opération a déjà coûté 80 millions de dollars à la société et que la facture devrait atteindre 100 millions d'ici la fin de l'année.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022

Dimanche 16 Octobre 2022 –  Corps d'une adolescente découvert dans une malle : quatre personnes toujours en garde à vue

Quatre personnes étaient toujours en garde à vue dimanche matin dans le cadre de l'enquête ouverte après la découverte vendredi soir à Paris du corps d'une fillette de 12 ans dans une malle en plastique, a-t-on appris de source proche du dossier. Samedi dans l'après-midi, six personnes avaient été placées en garde à vue, dont une femme, interpellée le matin à Bois-Colombes (Hauts-de-Seine).

Aucune indication n'a filtré sur leur identité et leur éventuel rôle dans le meurtre de la collégienne, prénommée Lola. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour meurtre sur mineur de moins de 15 ans, confiée à la brigade criminelle, après la découverte macabre vendredi soir, au bas de l'immeuble où Lola résidait, dans le 19e arrondissement de Paris.

 

"J'ai peur de laisser mes enfants dans le quartier"

Il était 23 heures quand un SDF a signalé à la police la découverte d'une boîte opaque renfermant le corps d'une adolescente, dans la cour intérieure d'un immeuble de cet arrondissement de l'Est parisien. Le corps de la collégienne était dissimulé par des tissus, selon des sources proches du dossier. Deux valises cabine étaient posées à côté de la boîte.

L'autopsie pratiquée samedi a permis de déterminer que Lola était morte asphyxiée, a précisé une source proche de l'enquête. Les premières constatations avaient fait état de plaies importantes au cou. Les habitants du quartier étaient traumatisés samedi. «C'est horrible, horrible, j'ai peur de laisser mes enfants dans le quartier», a ainsi confié à l'AFP la mère d'un élève scolarisé en cinquième au collège Georges-Brassens que fréquentait la victime. Le rectorat a annoncé samedi que «des cellules de soutien psychologique pour les élèves et pour les personnels du collège mais également pour les écoles du secteur», seraient mises en place lundi matin.

Samedi soir, des riverains ont continué à se rassembler devant l'entrée de l'immeuble où habitait la jeune Lola pour faire part de leur consternation, stupeur et tristesse avant de se disperser en milieu de soirée, a constaté une journaliste de l'AFP. Une voisine, en état de choc, a dit ne plus supporter d'entendre «le bruit de valises à roulettes». Dimanche, le calme régnait dans la rue.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022
LA MARCHE DU MONDE (2269) : DIMANCHE 16 OCTOBRE 2022

Dimanche 16 Octobre 2022 –  A Paris, une manifestation "contre la vie chère" sur fond de pénurie de carburant

Un début de "nouveau Front populaire", prédit Jean-Luc Mélenchon: des milliers de personnes participaient dimanche à Paris à une "marche contre la vie chère et l'inaction climatique" organisée par la gauche unie dans la Nupes, qui veut contribuer à l'ébullition sociale de l'automne. "C'est la grande conjonction, c'est nous qui la commençons avec cette marche qui est un immense succès", s'est félicité le leader de LFI Jean-Luc Mélenchon au micro sur un camion au milieu de la foule, en annonçant "la construction d'un nouveau Front populaire qui exercera le pouvoir dans le pays le moment venu".

Ses lieutenants annonçaient peu après 16H00 140.000 participants, bien plus que les 30.000 prévus par les services de police. "Nous avons d'ores et déjà réussi notre pari. Ce n'est qu'un début", a estimé la députée LFI Aurélie Trouvé, cheville ouvrière de la marche pour laquelle une centaine de bus avaient été affrétés de toute la France. Pour Christopher Savidan, 47 ans, au chômage depuis cinq ans et militant LFI, "il est temps de se réveiller. Les gens en haut sont hors sol. On paie des impôts, on sait pas pourquoi, tout part à vau-l'eau. La logique veut que toutes les luttes s'agglomèrent".

"Le message est simple: nous voulons un meilleur partage des richesses", a pour sa part estimé le numéro un du PS Olivier Faure lors de ce "meeting en marchant", adressant un V de la victoire de la Nupes aux manifestants. Au milieu des drapeaux, toute la gauche est représentée, des députés LFI Manuel Bompard et Clémentine Autain aux écologistes Sandrine Rousseau et Eric Piolle, en passant par Philippe Poutou (NPA). Le poing levé, Jean-Luc Mélenchon, cravate rouge et cocarde tricolore au revers de la veste, est arrivé au côté de la Prix Nobel de Littérature Annie Ernaux.

De nombreux "gilets jaunes" mais aussi beaucoup de retraités sont également visibles dans un défilé coloré avec quelques bonnets phrygiens, et ponctué par des chants, et même par la musique de Star Wars. "Les élus doivent se mettre au service du peuple qui a faim", plaide Jérôme Rodrigues, figure emblématique des "gilets jaunes". Le cortège avance par à-coups depuis Nation jusqu'à Bastille, atteint vers 16h20 par le carré de tête.

Quelques lacrymos ont été lancés par des CRS en marge du défilé en milieu d'après-midi, après des jets de projectiles en leur direction, a constaté un journaliste de l'AFP. Les forces de l'ordre ont procédé à plusieurs charges. Une agence de la Société générale a également été saccagée par des hommes vêtus de noir et masqués, près du square Trousseau.

Les services de police nourrissaient de "vraies craintes" face "à la venue de personnes violentes de l’ultra gauche, des ultra gilets-jaunes qui voudraient perturber la manifestation". "Canicule sociale, le peuple a soif de justice", pouvait-on lire sur une pancarte brandie près de la place de la Nation. Une autre avertissait: "La retraite c'est bien, l'offensive c'est mieux".

 

"Les luttes s'agglomèrent"

"On a vraiment besoin d'avoir un grand rapport de force populaire face à la politique de maltraitance sociale et écologique de ce gouvernement", a lancé dans la matinée la cheffe de file des députés LFI Mathilde Panot. Le ministre des Comptes publics Gabriel Attal a lui fustigé "une marche des partisans du blocage du pays".

Jean-Luc Mélenchon, qui avait déjà fait défiler au printemps dernier 100.000 personnes selon LFI, avait lancé cette idée de marche dès juillet en estimant que la gauche devait impulser la contestation sociale contre le gouvernement en s'associant avec les syndicats, mais ceux-ci ne l'ont pas attendu pour faire monter la température.

La marche survient en pleine grève dans les raffineries de TotalEnergies qui entraîne des pénuries de carburant. Et après la mobilisation du 29 septembre, une autre journée interprofessionnelle a été lancée pour mardi par la CGT, avec FO, Solidaires, FSU ainsi que des mouvements de jeunesse. Le patron de la puissante confédération, Philippe Martinez, goûte peu à l'initiative de la gauche: "Les syndicats doivent être soutenus et on ne doit pas faire les choses en parallèle", a-t-il confié vendredi.

"la puissance de notre marche est un appui à la mobilisation des salariés, notamment celle qui va avoir lieu" mardi, et "il faut penser tout ça comme un tout, qui s'entre-épaule, qui s'entraide", a répondu dimanche Jean-Luc Mélenchon. Pour Jacques Montal, cheminot retraité venu du Lot, "les réquisitions des raffineries ça va très loin". "Aujourd'hui est une première étape, mardi je pense qu'il y aura un mouvement fort. Et c'est fort possible que ça se poursuive après mardi".

Si la coalition de la Nupes continue de connaître quelques dissensions, ses composantes (LFI, le PS, EELV et le PCF) ont toutes défilé dans le cortège, de Nation à Bastille, même si le patron du PCF Fabien Roussel et l'ex-candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot, avaient mieux à faire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens