Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 15:00

 

 

 

 

Abdoulaye-Wade-senegal.jpg

   

L'annonce symbolique du président sénégalais a été faite lors d'un discours à la Nation à l'occasion des 50 ans d'indépendance de son pays alors même que le ministre français Brice Hortefeux arrivait à Dakar pour participer aux défilés militaires de dimanche.

 

Cinquante ans après son indépendance, le Sénégal souhaite reprendre "toutes les bases" militaires françaises du pays a annoncé samedi 3 avril au soir le président Abdoulaye Wade. Le Sénégal constitue une des trois installations militaires permanentes de la France en Afrique.

 

 

"Une indépendance inachevée"

 

"Cette année sera différente des autres", a souligné le chef de l'Etat sénégalais dès l'entame de son discours. "En effet, après notre indépendance formelle, notre gouvernement de l'époque avait consenti à l'ancienne puissance coloniale des bases militaires, terrestre, aérienne et navale, sur notre territoire", a-t-il rappelé. "Au fil des années, cette situation a paru de plus en plus incongrue et a été souvent ressentie, par nos populations, singulièrement les jeunes, les cadres et l'armée, comme une indépendance inachevée", a-t-il insisté. "Je déclare solennellement que le Sénégal reprend à partir de ce jour 4 avril à 00H00 (locales et GMT) toutes les bases (militaires) antérieurement détenues sur notre sol par la France et entend y exercer sa souveraineté qui repose sur la présente déclaration", a-t-il poursuivi.

 

Pourtant les deux pays s'étaient entendus en février pour fermer ces installations qui accueillent environ 1.200 hommes. A la place, Paris souhaite créer un "pôle de coopération militaire à vocation régionale" de 300 militaires seulement.

 

Poursuite des discussions

 

"Les discussions se poursuivent", a expliqué Laurent Teisseire le porte-parole du ministère français de la Défense, précisant qu'elles portaient sur "les modalités précises de la coopération et notamment l'éventualité du maintien d'un dispositif français plus modeste". Celui-ci prendrait "la forme d'une plate-forme opérationnelle de coopération à vocation régionale" et "découlera de ce qui aura été déterminé d'un commun accord avec le Sénégal".

 

Par ailleurs, samedi soir, une source française à Dakar a précisé que "la souveraineté (de Dakar) existe déjà car les Sénégalais sont propriétaires (de ces bases), ces territoires n'appartiennent pas à la France" contrairement aux "emprises" diplomatiques, comme les ambassades.

 

 Une politique de coopération militaire

 

 

Cette annonce pose la question du devenir de la coopération militaire entre Paris et Dakar. Concernant les effets concrets le président sénégalais est resté vague. "S'agissant des délais de libération de ces bases, je demande au Premier ministre et au chef d'état-major général de l'armée d'entamer des pourparlers avec la partie française". 

Dans un message adressé vendredi à son homologue sénégalais, Nicolas Sarkozy, absent des cérémonies du cinquantenaire, avait abordé ce sujet sensible. "La France reste naturellement disposée à poursuivre, au Sénégal, une politique de coopération militaire, bilatérale et régionale, en soutien à la stabilité de la sous-région et à la montée en puissance du dispositif panafricain de sécurité auquel je vous sais très attaché", avait-il écrit.

 

Source :  AFP 04-04-2010 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Chaque jour l'actualité politique, économique et sociale de France et du monde commentée et en images. Mais aussi les voitures de légende.
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens