Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2018 6 17 /03 /mars /2018 19:00
MONTESQUIEU-VOLVESTRE : ECHOS DU CONSEIL MUNICIPAL (8 MARS 2018 - 02) - PROCES-VERBAL

OU L’ON REPARLE (ENCORE) DU PROCES VERBAL

 

Les Montesquiviens qui s’inquiètent, à juste titre, pour l’avenir du village devraient venir plus souvent assister aux réunions publiques du Conseil Municipal. Ils verraient alors sous son vrai jour celui à qui une majorité a confié les clés de la ville. Avenant et toujours souriant lorsqu’il se promène dans les rues du village (c’est rare !..) il redevient lui-même lorsqu’il préside le Conseil Municipal : intolérant, arrogant, et prétentieux.

La dernière réunion du 8 mars dernier a été très révélatrice. Pour l’opposant que je suis, il n’y a aucun droit si ce n’est celui de poser des questions auxquelles le Maire en général ne répond pas. Même quand il s’agit de voter le budget il est inutile de demander ce qui se cache derrière les chiffres.. Nous sommes dans une commune de moins de 3 500 habitants donc le Maire n’a pas à répondre !...

Nous avons également reparlé du Procès Verbal dans lequel le Maire écrit évidemment ce qu’il veut : nos questions un peu « remaniées » comme cela l’arrange et ses réponses idem…

Pour vous restituer l’ambiance exécrable de ces réunions je vous joins ci après la retranscription de l’enregistrement que j’ai effectué le 8 mars dernier. Vous jugerez…

 

Jean-Pierre ECHAVIDRE : « D’abord je voudrais vous rappeler qu’avec l’aimable autorisation du Maire j’enregistre la séance. Je vous préviens comme cela c’est clair pour tout le monde. »

« On va reparler aussi du Procès-verbal et je vous le dis franchement, c‘est la dernière fois, mais il y a quand même des choses que je ne peux pas laisser passer. Lors de la dernière réunion du conseil municipal c’est-à-dire celle du 11 décembre dernier, je vous ai dit, il me semble très clairement, qu’un certain nombre de mes interventions étaient tronquées, supprimées ou déformées. »

Le Maire : « Le Procès-verbal n’est pas un compte rendu intégral. »

Jean-Pierre ECHAVIDRE :  « Oui je sais vous me l’avez déjà dit, mais enfin… »

Le Maire : « Heureusement que je ne note pas toutes vos bêtises »

Jean-Pierre ECHAVIDRE : « Vous pourriez également noter les vôtres. Je vous ai dit très clairement cela et je vous ai dit aussi que bien souvent la réponse du maire inscrite au Procès-verbal n’avait rien à voir avec la question posée donc j’affirme que le procès-verbal du conseil municipal ne vaut pas un clou. »

« Vous m’avez répondu « C’est pas vrai », avec beaucoup d’assurance comme d’habitude parce que rien ne vous démonte. Vous n’avez pas vérifié mais pour vous « C’est pas vrai »

« Alors je vais vous démontrer que vous avez tort. »

« En ce qui concerne le Conseil Municipal du 26 juin…… »

Le Maire : « Nous sommes sur le procès-verbal du 11 décembre… »

Jean-Pierre ECHAVIDRE :  « Ecoutez au moins  ma démonstration. »

Le Maire : « Je suis désolé, nous sommes au mois de décembre, vous n’allez pas remonter au mois de juin… Vous n’allez pas remonter à Louis XIV. »

Jean-Pierre ECHAVIDRE : « D’accord. Je vais donc directement au procès-verbal qui nous occupe ce soir. Ne vous inquiétez pas, ce que j’ai à dire je le dirai quand même. »

« Je vous ai posé une question très claire et je vous ai demandé expressément qu’elle figure au procès verbal dans son intégralité. Bien évidemment vous m’avez répondu par l’affirmative… Je vous relis cette question  :

« Monsieur le Maire j’ai pris connaissance du Tableau des Effectifs de la commune à jour au 1er Janvier 2017. Il fait apparaitre 16 agents non titulaires qui, semble-t-il, sont des salariés sous « contrat aidé ». Je vous demande donc pour chacun de ces agents de bien vouloir m’indiquer

« Quel est le poste qu’il occupe »

« Quelle est la nature de son contrat »

« Quelle est la durée de ce contrat (date de début et date de fin) »

« Quelle est sa durée hebdomadaire de travail »

« Quelle est la formation que la commune s’est engagée à lui fournir »

« Enfin je voudrais savoir comment le maire a pu recruter 16 personnes sans que le conseil municipal ait reçu la moindre information. »

Voilà quelle était ma question.

Alors je vais vous lire ce qui figure au procès-verbal de la séance du 11 décembre. Vous pouvez vérifier c’est à la page 2 :

 

M. Jean-Pierre ECHAVIDRE trouve que le paragraphe concernant les contrats aidés ne reflète pas la teneur des échanges. Il rappelle sa demande de connaître, au 1er janvier 2017 les détails des postes des emplois aidés figurant au tableau des effectifs (postes occupés, durée des contrats, formations suivies).

En réponse le Maire demande la correction d’une faute d’orthographe !...

Le Maire : « Et alors ? C’est un compte rendu qui n’est pas un compte rendu intégral. Je ne suis pas obligé de vous répondre. »

Jean-Pierre ECHAVIDRE : « Je peux vous dire la réponse que vous m’avez faite et qui n’est pas inscrite au procès-verbal. »

Le Maire : « Non, non ce n’est pas la peine.. »

Jean-Pierre ECHAVIDRE :  « Si, si, je vais vous le dire quand même. Vous m’avez dit.. De façon scandaleuse vous m’avez dit : « Je n’ai pas l’obligation de vous répondre. ». C’est effectivement une réponse. »

Le Maire :  « Vous avez l’enregistrement de cette réponse ? »

Jean-Pierre ECHAVIDRE : « Oui bien sur mais je ne l’ai pas ici.. »

Le Maire : « Vous me la ferez écouter.. »

Jean-Pierre ECHAVIDRE : « Je termine. Au procès verbal à la page 35. Je parle du procès verbal que l’on va adopter… peut être.. »

Une voix : « Certainement »

Jean-Pierre ECHAVIDRE : « Oui, certainement. Je vous lis le procès verbal »

M. Jean-Pierre ECHAVIDRE demande comment le maire a fait pour recruter des contrats aidés sans en référer au Conseil Municipal, alors même que le conseil délibère sur le prix des glaces à l’eau.

« Ce n’est pas du tout cela que j’ai dit en tous cas pas tout à fait comme cela. La réponse est :

M. le Maire excuse Frédéric BIENVENU. Il aurait voulu le féliciter publiquement pour la réussite …….

Le Maire : « Je n’ai pas à vous répondre à l’instant je note votre remarque.. »

Jean-Pierre ECHAVIDRE : « Oui mais vous ne répondez jamais. »

« Pour résumer, je n’ai pas pu m’exprimer comme je l’aurais voulu mais je voterai contre le procès verbal et ceci de façon définitive parce que j’estime que vous faites un compte rendu de nos débats qui n’est pas du tout le reflet de la réalité. »

Le Maire : « Ce n’est pas vrai »

Jean-Pierre ECHAVIDRE : « Si, c’est vrai »

Le Maire : « Je peux faire un procès verbal beaucoup plus succinct encore.. »

Jean-Pierre ECHAVIDRE : « Et bien faites ce que vous voulez mais vous ne m’empêcherez pas de dire ce que j’ai à en dire.. »

Le Maire : « J’ai des comptes à rendre aux Montesquiviens mais aux personnes de mauvaise foi comme vous l’êtes je ne peux pas.. »

Jean-Pierre ECHAVIDRE : « La mauvaise foi n’est pas du côté où vous l’affirmez. »

M. GAUTIER : « Je m’abstiens pour la même raison que d’habitude. Parce que le procès verbal n’est pas publié. »

Jean-Pierre ECHAVIDRE : « Moi je suis très heureux qu’il ne soit pas publié. J’ai soutenu l’idée qu’il fallait le publier pendant deux ans mais maintenant il y a tellement de conneries dedans que je suis très heureux qu’il ne soit pas publié !.. »

Le Maire : « M. le Secrétaire, notez ce que vient de dire M. Echavidre »

Jean-Pierre ECHAVIDRE : « Très bien. Notez le. Je pourrai même vous passer l’enregistrement. »

Le Maire : « Passons maintenant aux choses sérieuses »

Jean-Pierre ECHAVIDRE :  « Oui. Quand cela ne vous plait pas ce n’est pas sérieux. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens