Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 19:00

 

Primaires-Parti-Socialiste.jpg

 

Après le pataquès des élections du Congrès de Rennes où s’étaient mêlées des affaires de tricheries et des rivalités internes, le Parti Socialiste n’avait guère le choix : les primaires pour la désignation du candidat aux élections Présidentielles devraient être « ouvertes » et incontestables. Elections « ouvertes », c'est-à-dire accessibles à tous les sympathisants de gauche, inscrit ou non à un parti politique, quoi de plus démocratique en effet !..  Mais une fois que tout cela a été dit, reste encore à mettre ce scrutin sur pieds. Et les difficultés ne manquent pas !..

 

D’abord, quand on parle de primaires, notamment en France, il faut s’attendre à ce que les candidats soient nombreux. Et c’est bien le cas au PS !.. Alors chacun des candidats, s’il veut avoir quelques chances d’être élu, doit faire entendre sa voix ; une voix qui, si possible, se détache un peu des autres. C’est bien souvent le début de la cacophonie et les divisions ne tardent pas à apparaitre. Des divisions qui seront très difficiles à colmater lorsque les élections auront désigné le vainqueur !..

 

Par ailleurs, ce type de Primaires « ouvertes » est une première dans la vie politique française et après la « bonne idée » vient le casse tête qui pourrait même, dans le pire des cas, tourner au cauchemar. L’organisation matérielle de ces élections est complexe et bien évidemment il est impératif de ne pas les rater...

 

Certains « ténors » du Parti Socialiste ont avoué que l’on avait, avec ces primaires, construit la « machine à perdre » !..

 

 

Le calendrier

 

C’est le thème qui a la plus donné lieu à des débats internes au PS et dont la conclusion n’a finalement satisfait quasiment personne. Il s’agissait, en effet, pour les amis de Dominique Strauss-Kahn de reculer au maximum les échéances de façon à donner du temps à leur poulain. D’abord pour qu’il puisse voir évoluer la situation en France, ensuite pour qu’il se dégage honorablement de ses obligations au FMI.

 

L’autre camp,  Ségolène Royal, Manuel Valls, François Hollande,.. souhaitait, avec également des arguments, que les décisions soient prises rapidement : pour favoriser une campagne un peu plus longue, avoir le temps de resserrer les rangs après le scrutin et surtout élaborer le programme du PS avec le candidat désigné qui devra le défendre. Aucun accord n’a été possible entre les deux camps, aussi Martine Aubry a-t-elle tranché en coupant la poire en deux. Les candidats devront se déclarer avant le 15 juillet et les élections primaires auront lieu le 9 et 16 octobre 2011.

 

Les listes électorales

 

Les « théoriciens » du Parti Socialistes ont mis la barre assez haute : le règlement des primaires est complexe en lui-même. Qu’on en juge : pour voter il faudra être inscrit sur les listes électorales nationales. Mais le PS devra attendre le mois de Mars 2011 pour obtenir des listes électorales mises à jour par les services de l’état. De plus certaines mairies, en zones rurales, ne disposent pas de listes sous format informatique et il est, bien sur, inenvisageable de faire des milliers de photocopies. Alors le PS a « demandé », sans doute très gentiment, au Ministère de l’Intérieur d’inciter les maires à constituer des listes sous forme numérique !..

 

Autre écueil et non des moindres, dans les petites communes rurales il serait très difficile de rassembler les listes issues des différentes mairies pour constituer une liste valable pour les primaires. Le PS a donc décidé de travailler avec les fichiers de l’Insee. Mais là encore ce n’est pas si simple car l’accès à ces fichiers est légalement réservé aux mairies !..

 

Et enfin pour couronner le tout, le PS doit tenir ses engagements et incorporer aux listes des Primaires les mineurs qui seront en âge de voter à la Présidentielle de 2012 et les étrangers. Pour ces deux catégories qui sont, on s’en doute, très motivées pour ces élections, le PS ne sait pas encore comment récupérer les noms !..

 

Les Bureaux de vote

 

Le PS compte mobiliser pour ces primaires de 1 à 3 millions de votants. Il faut donc de nombreux bureaux de vote : entre 8 000 et 12 000 !.. Le Parti Socialiste devra se mettre d’accord avec las Maires pour se faire prêter (ou louer) les locaux et le matériel de vote (tables, chaises, urnes, isoloirs,..). Le Ministère de l’Intérieur a encore été sollicité et une circulaire a été envoyée aux Maires pour leur demander de coopérer au mieux. Dans les grandes villes cela devrait se passer globalement bien mais dans les petits villages, certains Maires pourraient être tentés de trainer un peu les pieds, voire même d’opposer un refus avec un prétexte quelconque. Certains de ces Maires disent d’ailleurs déjà : « qu’aurait fait le PS dans les mairies de gauche si la majorité avait organisé des primaires ?.. »

 

L’objectif fixé sur l’ensemble du territoire est un bureau de vote pour 5 000 habitants. La carte des bureaux de vote sera rendue publique sur un site internet spécialisé le 30 avril 2011.

 

 

Qui va voter et comment voter

 

Tous ceux qui se reconnaissent dans les « valeurs de la gauche » ( ?) sont invités à participer à ces primaires. En entrant dans le bureau de vote le sympathisant suivra le  processus suivant : émargement d’une liste électorale puis, auprès d’une autre personne, versement d’un Euro (ou plus) puis, enfin, signature d’une charte d’adhésions aux « valeurs de la gauche ». Cette dernière opération est sensée dissuader les électeurs de droite ou d’ailleurs qui souhaiteraient mettre un peu de désordre dans la primaire du PS !..

 

En dernier lieu l’électeur prend les bulletins des candidats en lice, passe dans l’isoloir et met son bulletin dans l’urne. Ensuite un dernier émargement est effectué.

Un détail qui pourrait juridiquement avoir son importance : le versement d’un Euro (ou plus) ne donnera pas lieu à un reçu. Donc collecte d’argent par un Parti politique sans aucune trace écrite ??

 

Enfin, toutes ces opérations sont sensées être exécutées (dépouillement des résultats compris) par des bénévoles du Parti Socialiste. Les mairies qui prêteront leur matériel et leurs locaux ne devraient pas mettre leur personnel à disposition. Sauf bien entendu si le personnel en question est lui-même sympathisant socialiste !..

 

Le PS a évalué le besoin en volontaires à 80 000 personnes. Pas facile pour un Parti qui revendique 200 000 adhérents.

 

Le dépouillement et la proclamation des résultats

 

Comme pour une élection ordinaire le dépouillement sera effectué sur place dès la clôture du scrutin. Des procès verbaux seront établis et envoyés à un bureau centralisateur par département.  La consolidation sera faite au niveau national sous la responsabilité d’une haute autorité (voir ci après)

 

Pour éviter toutes fraudes ( ?) chaque président de bureau de vote enverra son décompte par SMS sécurisé. Les résultats seront alors comptabilisés en temps réel à Paris.

 

 

Le financement de l’opération.

 

Les primaires vont évidemment couter cher : au moins 1,5 millions d’Euros reconnait-on au PS. Il faudra faire une campagne d’information pour les annoncer (500 000 Euros). Il faudra aussi financer les campagnes individuelles des divers candidats en lice.

 

Le financement de ces actions sera réalisé par un appel aux dons, avec possibilité de déduction fiscale, et par le fameux euro versé par les votants ?

 

Pour ce qui concerne les campagnes individuelles des candidats, le PS a du aussi légiférer. Ne seront pris en compte que les frais engagés à partir de la date d’ouverture de la campagne officielle (13 juillet) et un plafond de dépenses sera imposé ( ?)

 

Dernier écueil qui semble avoir été levé : les dépenses de campagne des candidats sont assimilées à des dépenses internes du PS pour son propre fonctionnement, elles ne seront donc pas incorporées aux dépenses du candidat socialiste aux élections présidentielles. Sauf peut être (parce que finalement ce n’est pas très clair) le montant des dépenses engagées par le vainqueur des primaires !

 

 

Les primaires et la législation

 

On a vu que l’organisation rigoureuse de ces élections primaires nécessitait pas mal de fichiers de noms, d’émargement, etc.. Déjà certains élus UMP ont réagi : les listes d’émargement, et les signatures d’adhésion au « valeurs de gauche » constituent des « fichiers politiques ». Ils devront donc être autorisés par la CNIL (Commission Nationale Informatique et Liberté)  qui sera probablement saisie.

 

Le PS répond par la négative et assure que ces fichiers ne seront pas consultables !..

 

 

Une Haute Autorité

 

Une « haute autorité » constituée de trois « sages » sera désignée début février 2011. Son rôle : vérifier les parrainages (*) des candidats, le respect d’une charte de « bonne conduite » (qui n’est pas encore écrite !..), assurer la transparence du scrutin, vérifier les dépenses de campagne des candidats, proclamer les résultats.

 

 

(*) Pour se présenter les candidats doivent obtenir le parrainage de :

·         5 % des parlementaires socialistes (17 parrainages)

OU

·         5 % des membres titulaires du Conseil National (16 parrainages) issus d’au moins 10 départements ou 4 régions

OU

·         5% des Maires socialistes des villes de plus de 10 000 Habitants (16 parrainages) issus d’au moins 4 régions

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


 

Repost 0
Published by jp echavidre - dans FRANCE Politique
commenter cet article

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens