Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 19:00

 

Alexandra_porte-monnaie.jpg

 

Cette belle blonde de 36 ans au regard franc et doux a voulu passer son porte-monnaie au rayon X pour deux raisons : parce que « les femmes seules avec enfants sont sous-représentées » dans cette rubrique et car « la diabolisation du secteur pharmaceutique me gêne. Moi, je me sens bien dans mes baskets. »

Alexandra a demandé à ne pas témoigner à visage découvert pour ne pas choquer son employeur. Elle ne compte pas nous faire l'éloge d'un secteur où elle est arrivée par hasard, mais défendre les vertus des grandes boîtes et de la promotion interne.

 

« Contrôleur interne », c'est le nom du job qu'elle occupe : « Je vérifie le respect de la réglementation et des processus internes. Le code de la santé publique est très strict, mais le labo, américain, l'est encore plus. Par exemple, quand on organise un congrès, je regarde si les intervenants ne dépassent pas la limite de rémunération, si les médecins qui viennent assister ne sont pas intéressés financièrement, je vérifie les déclarations au Conseil de l'ordre… »

 

Elle ne porte pas de jugement, ni positif ni négatif, sur le contenu de son travail. Elle remarque juste qu'elle y évolue avec succès : « J'avais une maîtrise d'économie et mon propre cabinet de ressources humaines. Lorsque je me suis séparée du père de mes enfants, il a fallu que je trouve un emploi salarié pour rebondir. Mon premier poste ici, c'était secrétaire. »

 

En cinq ans, quatre échelons et un salaire doublé : Le management à l'américaine de sa boîte lui a permis de gravir quatre échelons et de doubler son salaire en cinq ans. Elle a passé des diplômes à l'intérieur de l'entreprise, en prenant sur son temps de travail, et sur ses soirées.

 

Avec ses 2 865 euros net par mois et tous les avantages, elle souffle enfin. Elle achève actuellement un nouveau diplôme et passera en mars à 3 050 euros mensuels : « Là, je commence à me permettre de ne pas me demander comment faire le mois prochain. Avec deux enfants en région parisienne, si on a l'ambition de leur donner une bonne éducation, on n'est pas riche avec ce salaire-là. »

 

Alexandra le sait, puisqu'elle fait précisément ses comptes. Les voici.

 

Revenus : 4 007 euros tout compris

 

     ·         Salaire net : 2 865 euros par mois

 

     ·         Primes : 652 euros

      o   épargne salariale (un système qui associe financièrement les salariés aux performances de l'entreprise) : elle est constituée de la participation et de l'intéressement :

      o   la participation équivaut à deux mois de salaire net dans son entreprise, soit potentiellement 477 euros par mois. « Normalement, c'est fait pour être bloqué cinq ans, mais j'en prélève la moitié » ;

       o   l'intéressement est de 600 euros par an, soit 50 euros par mois ;

       o   une prime exceptionnelle de 1 500 euros a été versée cette année « pour avoir mené à bien un projet ».

 

     ·         Allocations familiales : 122 euros

     ·         Pension alimentaire : 368 euros par mois

Pour deux enfants de 7 et 10 ans, c'est peu : « Mais selon le père de mes enfants, c'est déjà trop. Il ne s'imagine pas ce que ça coûte en vrai d'élever des enfants. Mais bon… je prends cette somme comme un plus, et je n'ai d'ailleurs jamais demandé à la faire réévaluer. »

Au total, cela fait 4 007 euros potentiellement disponibles par mois, mais elle ne touche à la participation que pour « réguler ». 

 

Travaillant dans une grosse entreprise, elle bénéficie aussi de nombreux avantages comme :

     o    une cantine dans l'entreprise, puisqu'elle travaille au siège ;

     o    une facture de téléphone portable payée, à concurrence de 60 euros par mois ;

     o    une mutuelle qui ne lui coûte que 20 euros par mois et rembourse très bien.

Elle a aussi des avantages négociés par le comité d'entreprise :

     o    des chèques-cadeaux de 220 euros par an ;

     o    des chèques-vacances de 210 euros ;

     o    la participation aux activités périscolaires des enfants.

 

Dépenses de base : 3 296 euros par mois

 

Alexandra vit dans les Yvelines, dans une grande banlieue proprette, sans plus. Elle loue depuis un an une maison de 90 m2 avec jardin, un environnement qu'elle a souhaité « calme » pour ses enfants.

 

Charges liées à la maison : 1 376 euros

     ·         Loyer : 1 090 euros

     ·         Remboursement de caution  : 45 euros par mois (elle avait bénéficié d'un étalement de son règlement)

     ·         Assurance habitation : 46 euros

     ·         EDF-GDF : 130 euros par mois

« C'est une estimation, il se pourrait qu'en fait ce soit moins. »

     ·         Taxe d'habitation : 780 euros par an, soit 65 euros par mois.

 

Charges liées aux enfants : 625 euros

     ·         Garde d'enfants et aide scolaire : 270 euros

Pour faire garder les enfants après l'école, Alexandra jongle entre plusieurs systèmes. Elle n'a pas de femme de ménage mais emploie une dame pour ramener son fils du collège (80 euros) et une psychomotricienne pour le petit, afin de l'aider avec ses lacunes en sports et en graphisme (140 euros par mois).

Les grands-parents sont aussi sollicités pour récupérer le petit après l'école ; Alexandra leur donne 50 euros par mois comme participation aux frais.

 

     ·         Cantine et centre de loisirs : 130 euros

La cantine du collégien coûte 40 euros par mois ; pour celui qui est à l'école primaire, il faut compter 90 euros entre la cantine et le centre de loisirs.

     ·         Abonnement portable pour son fils aîné : 25 euros

« Juste pour qu'il m'appelle en sortant de l'école. »

 

Activités périscolaires des enfants : 183 euros par mois

     ·         l'école de musique : 500 euros par an pour les deux. « Normalement c'est le
double, mais le comité d'entreprise en paie la moitié » ;

     ·         l'association sportive : 240 euros par an pour deux ;

     ·         pendant les petites vacances, le petit reste au centre de loisirs (250 euros
par an) et part parfois en colonie avec le grand (1 200 euros une fois déduite la participation du CE, qui paie 420 euros).

     ·         Frais de rentrée scolaire : 200 euros par an, soit 17 euros par mois

 

Autres dépenses : 1 295 euros

     ·         Impôt sur le revenu : 1 200 euros par an, soit 100 euros par mois :

« C'est peu mais c'est sur mes revenus antérieurs, et je suis parent isolé avec deux enfants. L'an prochain, ce sera une fois et demie cette somme. »

     ·         Téléphone fixe et Internet : 35 euros « avec un antivirus ».

     ·         Voiture : 96 euros

Elle paie 46 euros d'assurance et 50 euros d'essence. Elle ne se sert de sa voiture que pour déposer ses enfants à l'école le matin, aller à la gare et en rentrer le soir. Elle roule toujours avec sa vieille voiture achetée il y a treize ans.

     ·         Transports en commun : 352 euros par an, soit 29 euros par mois (l'autre moitié étant payée par son employeur).

     ·         Alimentation : 500 euros

Elle dépense 500 euros par mois en courses, mais achète essentiellement du bio, en coopérative.

     ·         Déjeuners au restaurant d'entreprise : 80 euros par mois

     ·         Frais bancaires pour ses deux comptes (assurance incluse) : 14 euros

     ·         Crédit : 303 euros par mois

Pour faire face aux frais de la séparation, elle a réemprunté de l'argent sur le crédit amorcé pendant ses études.

     ·         Associations : 230 euros

Chaque année, Alexandra donne 230 euros à des associations environnementales et d'aide aux pays en développement.

·         Vêtements : 2 000 euros par an, soit 167 euros par mois

Elle dépense 500 euros l'année pour les vêtements des enfants. Le petit récupère les affaires du grand, et une partie est achetée d'occasion. Elle dépense 1 500 euros de vêtements par an pour elle.

 

Loisirs et vacances : de la débrouille

 

 

     ·         Loisirs : ça dépend

Une fois toutes ces dépenses additionnées, Alexandra n'est pas loin des 3 300 euros par mois. Pour financer tous les extras, elle fait attention. En général, quand elle sort au restaurant ou au spectacle, c'est son ami qui l'invite. Il participe aussi parfois aux frais fixes de la maison.

Le comité d'entreprise (encore lui) donne un coup de pouce pour les loisirs  : il permet d'avoir des places de ciné à 3,40 euros et une réduction de 50% sur les livres et disques : « J'achète uniquement d'occasion et j'emprunte à la bibliothèque. On n'a pas de télé. Si les enfants veulent absolument un jeu vidéo, ils auront une seconde main. »

Pour certains frais exceptionnels, comme la clarinette de l'aîné (1 000 euros) ou le piano (800 euros d'occasion) qu'elle et son fils cadet pratiquent, elle doit mobiliser son épargne et ses parents.

     ·         Vacances : 3 000 euros par an

Alexandra confesse avoir « un gros budget vacances », mais ce sont « des moments privilégiés » à partager avec ses enfants. Elle organise un voyage à l'étranger chaque année, mais toujours en « couchsurfing » car sinon, elle n'aurait « pas les moyens ». A trois dans le canapé des inconnus, « ça s'est toujours super bien passé », assure-t-elle.

Pendant les petites vacances, elle loue des maisons à « 200 euros la semaine », et parfois, le week-end, elle prend le train pour aller chez sa meilleure amie à Caen. En réservant à l'avance, ça ne revient pas à cher.

 

Epargne : 100 euros

 

Alexandra épargne 70 euros par mois pour les enfants et 30 euros pour elle.

A la fin de cette liste exhaustive de dépenses, on se dit qu'Alexandra est assez vernie de pouvoir faire face aux charges grâce aux primes et avantages divers que lui verse sa grosse entreprise. Elle tient à revenir sur les leçons qu'elle tire de son expérience : « Il ne faut pas hésiter à faire des jobs où l'on se dit au départ qu'ils ne sont pas à notre niveau intellectuellement. Quand on veut progresser, des portes s'ouvrent. 

 

 

 

 

Source Eco89,   février 2011

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)



Repost 0
Published by jp echavidre - dans FRANCE Société
commenter cet article

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens