Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 19:00

 

Juppe-BHL-libye.jpg

 

Vendredi 11 mars se tenait, à Bruxelles un conseil européen consacré spécialement à la question libyenne. Jeudi, 10 mars le Ministre des Affaires Etrangères Alain Juppé se trouvait donc déjà à Bruxelles avec ses collègues européens. Pendant ce temps se tenait à l’Elysée une réunion en petit comité à laquelle participait le philosophe Bernard-Henri Lévy, dont la présence au "Château" n'est pas passée inaperçue… C’est à l’issue de cette réunion que le Président français reconnait le Conseil national de Transition libyen et évoque le principe de « frappes aériennes ciblées ». Alain Huppé qui voulait, à la tête de la diplomatie française, avoir les coudées franches est servi !..

 

"Je me disais que j'aurais du mal à travailler avec Nicolas Sarkozy, mais au bout de trois mois, je me suis rendu compte que c'était possible." Ainsi parlait Alain Juppé au moment de prendre les rênes du ministère des Affaires étrangères. C'était il y a moins de deux semaines, mais, à la vue de la stratégie arrêtée par l'Elysée au sujet de la crise libyenne, les propos du "revenant" Juppé au gouvernement - d'abord passé par la case Défense avant de rallier le quai d'Orsay - prennent une résonance un peu particulière. Dès jeudi soir, prenant de vitesse, au passage, l'ensemble de ses partenaires de l'UE qu'il devait rencontrer le lendemain vendredi à Bruxelles, le président français a en effet légitimé le conseil national de transition libyen (CNT), tout en validant le principe de "frappes aériennes ciblées" contre des intérêts du dictateur Kadhafi. Le tout à l'issue d'une réunion tenue à l'Elysée sans Alain Juppé, déjà dans la capitale belge avec ses homologues européens, mais en présence de l'intellectuel Bernard-Henri Lévy. Ce qui n'est pas passé inaperçu... Exemple parmi d'autres, Nicolas Demorand, le nouveau directeur de « Libération », a parlé vendredi matin d'une séquence diplomatique "jouée par l’Elysée en solo" et qui a "manifestement sidéré Alain Juppé".

 

BHL celui qui  "murmure" à l'oreille des présidents

 

La semaine dernière, BHL narrait dans le JDD son voyage en Libye, à la rencontre des opposants au régime de Kadhafi. Mais se retrouver quelques jours plus tard à l'Elysée en compagnie des représentants du CNT face au président français en a étonné plus d'un. Jeudi soir, le principal intéressé s'en est expliqué au micro d'Europe 1. Le philosophe a ainsi indiqué avoir "suggéré" cette rencontre à Nicolas Sarkozy, qui l'a immédiatement acceptée. CQFD pour l'intellectuel à la chemise blanche, habitué à "murmurer" à l'oreille des présidents. Ce fut par exemple le cas en 1992 lors du conflit en ex-Yougoslavie où il réussit à convaincre François Mitterrand de s'entretenir avec le président bosniaque Alija Izetbegovic, ou dix ans plus tard quand Jacques Chirac l'envoya en mission officielle en Afghanistan.

 

Et comme pour mieux marquer l'instant, vendredi matin, la Règle du jeu - la revue qu'il dirige – a publié sur son site internet le déroulé exhaustif de ses récentes pérégrinations, de la ville de Benghazi libérée à l'Elysée. "Mon rôle a été modeste ", certifie BHL en introduction d'un (très) long texte intitulé « Bernard-Henri Lévy, Sarkozy et la Libye ». Texte dans lequel le nom d'Alain Juppé n'apparait jamais, au contraire de ceux de Jean-David Levitte, conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, ou d'Henri Guaino, conseiller politique et "plume" du Président, également présents à cette fameuse réunion de jeudi. Contactée par leJDD.fr, une source du quai d'Orsay balaie les polémiques en expliquant que l'ex-locataire de Matignon a largement contribué, en amont, à la définition de la stratégie diplomatique française. "Il considérait d'ores et déjà le CNT comme un interlocuteur, gardant évidemment les précautions d'usage de la diplomatie", indique-t-elle. Et d'ajouter: "Tous les ministres concernés, c'est-à-dire Alain Juppé, Gérard Longuet et Laurent Wauquiez, sont sur la même ligne que la présidence."

 

Toutefois, des réserves existent. "Si Alain Juppé a accepté le quai d'Orsay, c'est qu'il pensait avoir les coudées franches par rapport à l'Elysée", rappelle, un brin désolé, un proche de l'ancien Premier ministre. Après une sortie réussie de ce dernier en Egypte le week-end passé, le dossier libyen pourrait-il créer des crispations entre lui et le chef de l'Etat? "On va bien voir à l'usage", poursuit notre interlocuteur, dans un soupir...

 

 

 

Source : lejdd.fr  12-03-2011

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)


Repost 0
Published by jp echavidre - dans FRANCE Politique
commenter cet article

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens