Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 décembre 2021 6 04 /12 /décembre /2021 08:00
LA MARCHE DU MONDE (1975) : VENDREDI  3 DECEMBRE 2021

Vendredi 3 décembre  2021 - Le point du corona virus le 2 décembre au soir :

La présence du variant Omicron est désormais officielle en France métropolitaine. Le nombre de cas d'infections au variant Omicron détecté en France se monte désormais à huit, selon le dernier bilan actualisé de l'agence sanitaire Santé publique France. "Au 02 décembre à 16h00, le variant Omicron a été détecté dans huit prélèvements en France", a indiqué l'agence sanitaire dans son point hebdomadaire publié jeudi soir. Ces huit cas ont été détectés à la Réunion et dans "cinq régions de France métropolitaine". Après la Réunion, les trois premiers cas détectés en France métropolitaine avaient été annoncés dans la journée de jeudi, en Ile-de-France, dans le Haut-Rhin et en Vendée, à chaque fois chez des voyageurs rentrant d'Afrique. Un neuvième cas a été signalé ce matin. Omicron a d'abord été repéré en novembre au Botswana et en Afrique du Sud, qui en a fait l'annonce le 25 novembre. A ce stade, il est présent dans une trentaine de pays sur tous les continents.

"Il faut qu'on ait une attitude d'anticipation vis-à-vis de ce virus mais ne nous trompons pas de combat, le vrai ennemi c'est la cinquième vague avec le variant Delta", a tempéré dans la matinée jeudi le président du Conseil scientifique qui guide le gouvernement, Jean-François Delfraissy, sur BFMTV. Le premier cas, en Ile-de-France, concerne un homme revenant d'un séjour au Nigeria, non vacciné contre le Covid et âgé de 50 à 60 ans. Il ne présentait pas de symptômes au moment du test, selon l'ARS.

Sa femme, qui l'accompagnait dans ce voyage et n'est pas non plus vaccinée, a été testée positive au Covid-19 et un séquençage est en cours pour vérifier s'il s'agit également du variant Omicron. L'entourage a été testé et placé à l'isolement. Le voyageur, qui réside en Seine-et-Marne, a été testé positif au Covid à sa descente d’avion le 25 novembre. Il est resté à l'isolement à son domicile avec son épouse depuis leur arrivée sur le territoire compte tenu du résultat positif au test.

Le deuxième cas, détecté dans le Haut-Rhin, concerne une femme, âgée de 40 à 50 ans et présentant un "schéma vaccinal complet", selon l'ARS du Grand Est. Elle avait été testée positive au retour d'un voyage en Afrique du Sud et placée à l'isolement, avant que le séquençage ne révèle la nature du variant. "Peu de contacts à risque ont été identifiés", précise l'ARS.

Enfin, le troisième cas, en Vendée, est une femme rentrée le 25 novembre d'un voyage en Afrique du Sud, selon l'ARS Pays de la Loire. Cette femme, qui avait reçu sa deuxième dose de vaccin au mois de juin, se trouve en "parfait état de santé" et n'a souffert d'"aucun symptôme", selon l'ARS, qui dénombre "cinq cas contacts familiaux" actuellement isolés. Omicron a d'abord été repéré en novembre au Botswana et en Afrique du Sud, qui en a fait l'annonce le 25 novembre. A ce stade, il est présent dans une trentaine de pays sur tous les continents. Ce nouveau variant a fait souffler un vent de panique à travers le monde, mais il est trop tôt pour dire quel impact il aura sur la pandémie, s'accordent à dire les experts.

Sur le papier, le nombre inédit de mutations qu'il comporte laisse craindre qu'il soit plus transmissible et plus résistant aux vaccins. Mais cela reste à confirmer et on ne sait pas s'il est en mesure de remplacer Delta. En attendant d'en savoir plus, "on est en plein dans la cinquième vague liée au variant Delta", a insisté le Pr Delfraissy. Cette vague se traduit par une nette dégradation des indicateurs. 48.416 cas ont été recensés jeudi, soit une moyenne quotidienne sur 7 jours de 36.700, contre moins de 6.000 un mois auparavant. Plus inquiétant, cette hausse se répercute sur l'hôpital. 10.790 malades du Covid sont actuellement hospitalisés en France, dont 1.934 dans les services de soins critiques, contre environ 6.600 et 1.000 un mois auparavant.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1975) : VENDREDI  3 DECEMBRE 2021

Vendredi 3 décembre  2021 - Villepinte: Le président de la Seine-Saint-Denis hostile à sa tenue :

Le président PS du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel a lancé jeudi soir une pétition et un site pour s'opposer à la tenue du meeting d'Eric Zemmour à Villepinte dimanche, un "symbole révoltant".

"Ni la Seine-Saint-Denis ni la +diversité+ ne peuvent servir de faire-valoir à ceux qui attaquent la République, qui haïssent la France et qui sapent ses principes au quotidien", écrit Stéphane Troussel dans une pétition hébergée sur le site pascheznous, créé pour l'occasion.

Après avoir envisagé de tenir au Zénith de Paris son premier meeting à la suite de l'annonce de sa candidature à l'élection présidentielle, le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour a finalement déplacé l'événement au Parc des Expositions de Villepinte en Seine-Saint-Denis.

Evoquant une charte de la diversité signée en 2009 par Viparis, propriétaire des lieux, Stéphane Troussel épingle l'entreprise dans sa pétition: "Ces engagements sont absolument incompatibles avec l'accueil d'un polémiste qui (...) conduit aujourd'hui une campagne dont le seul fondement est le racisme, la xénophobie, l'antisémitisme, la haine des musulman.e.s.". "On ne peut pas faire du +business+ avec des marchands de haine, lorsqu'on dit défendre les valeurs de la diversité", insiste-t-il. "Le symbole est révoltant".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1975) : VENDREDI  3 DECEMBRE 2021

Vendredi 3 décembre  2021 - Béton sous haute surveillance :

Italie, Gênes, 14 août 2018. Ce jour-là en fin de matinée, un tronçon du viaduc autoroutier Morandi s’effondrait. Le bilan fut effroyable : 38 véhicules écrasés, 43 morts et 16 blessées. Le pont mis en service cinquante ans plus tôt avait été conçu grâce à la technologie du béton précontraint. Des câbles d’aciers introduits dans le béton et tendus au maximum. Mais la technologie présente des failles : si un câble a une corrosion, c’est alors toute la structure qui est en danger. Cette catastrophe interpelle sur l’état de nos ouvrages en béton. Et si cela pouvait arriver en France ? Qu’en est-il de la solidité de nos ponts ? Peut-on faire confiance à ce matériau vanté durant des décennies ? C’est le point de départ d’une enquête signée Frédéric Biamonti et Alain Duval.

On comprend les coulisses d’une fabrique à immeubles, édifices érigés en temps records en France, qu’on croyait indestructibles, qui se fissurent désormais sous les yeux ébahis de leurs habitants qui peinent à alerter les pouvoirs publics. Des immeubles, mais également ponts, rambardes, balcons… On repense à la catastrophe d’Angers en 2016. Un balcon tombé net, entraînant dans sa chute de 18 jeunes. Quatre d’entre eux en sont morts. Le béton, ce composite au mélange disparate : un assemblage de granulats, sable gravier, eau, et un liant qu’est le ciment. Un matériau en mouvement, qui vieillit, soumis aux aléas du climat et à l’humidité.

Après la catastrophe de Morandi en Italie, une commission au Sénat fut mise en place. Leurs conclusions après dix mois d’enquête sont sans appel : le rapport recommande « la nécessité d’un plan Marshall » pour les ponts en France d’ici 2030 afin d’éviter un drame. Plus de 25.000 ponts sont en mauvais état structurel en France et posent des problèmes de sécurité. Le documentaire donne la parole aux lanceurs d’alertes, experts, architectes, maitres d’ouvrages, historiens mais aussi à des politiques engagés à l’instar de Nadia Sollogoub, sénatrice mobilisée de la Nièvre à la manœuvre sur cette mission sénatoriale. « Les ponts tombent tous malade en même temps. On le sait ! ».

Un documentaire dans lequel on découvre également le quotidien poignant de certains habitants de la tour « Bel horizon » à Marseille. Construite en 1956, l’édifice suinte d’humidité et menace la sécurité des habitants. Béatrice Schönberg, directrice de Chrysalide Productions qui coproduit le document raconte ce long travail d’enquête : « Le béton a la même espérance de vie que nous. 100 ans à peu près. Il n’est donc pas éternel. Réaliser ce documentaire n’a pas été simple. Ce sont essentiellement les lanceurs d’alerte qui ont fait remonter les informations. Les cimentiers ne rêvent pas de s’exprimer sur le sujet. Les industries du BTP eux, sont conscients du problème, mais ne le formalisent pas. On dit que le béton représente à lui seul environ 8% du CO2 mondial. Il est urgent de se tourner vers les solutions écologiques ».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1975) : VENDREDI  3 DECEMBRE 2021

Vendredi 3 décembre  2021 - Des mines de lithium en France? "Ne s'interdire rien", affirme Pompili :

Face au boom de la demande en métaux rares comme le lithium utilisé dans les batteries, la France ne doit "s'interdire rien" en matière d'extraction, à condition d'avoir les autorisations environnementales nécessaires, a jugé vendredi la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili. "La crise de la Covid a montré qu'on avait besoin de récupérer notre souveraineté sur un certain nombre de matériaux très importants (...) et donc je crois qu'il ne faut s'interdire rien", a déclaré Mme Pompili sur BFM Business.

L'extraction minière est un sujet particulièrement sensible chez les écologistes, qui dénoncent régulièrement les ravages provoqués sur l'environnement et la biodiversité par l'exploitation de telle ou telle mine dans le monde. "Il faut regarder ce qu'il y a chez nous et qu'on pourrait peut-être éviter d'importer de pays où justement ça va être prélevé de manière peu intéressante pour l'environnement" a précisé la ministre, elle-même issue d'un parti écologiste. "Nous savons que nous avons du lithium en France", a-t-elle dit.

Ce matériau critique est utilisé dans la fabrication des batteries électriques ou des éoliennes, qui sont deux des piliers de la transition énergétique destinée à lutter contre le réchauffement climatique. Or, l'essentiel des ressources en lithium dans le monde est exploité par la Chine. "Il faut que nous regardions si ça vaut la peine d'en prélever en France. Et dans ces cas là, (...) nous avons besoin d'autorisations environnementales pour pouvoir lancer de nouvelles mines" a-t-elle dit: "Cela veut dire que nous pouvons avoir éventuellement des mines, mais qui seront beaucoup plus respectueuses de l'environnement que ce qui se passe ailleurs dans le monde". "Se dire, c'est pas grave, on laisse polluer ailleurs en fermant les yeux (...) non, ça ne va pas. Moi je préfère qu'on fasse les choses chez nous, et qu'on les fasse bien" a-t-elle lancé. "Il faut savoir ce que l'on veut", a ajouté la ministre.

Interrogée sur la possibilité de trouver au fond des océans d'autres métaux ou minéraux nécessaires à la transition écologique, elle a aussi répondu qu'il "ne faut s'interdire rien". "Les fonds marins sont parfois moins connus que ce qui se passe dans l'univers ou sur la Lune, donc il faut qu'on découvre ce qui se passe dans nos fonds marins. Est-ce que pour ça il faut tout prélever? Non, il faudra le faire de manière très attentive, raisonnée" a-t-elle dit.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1975) : VENDREDI  3 DECEMBRE 2021

Vendredi 3 décembre  2021 - Déclaration d'intérêts : Jean-Paul Delevoye condamné à quatre mois de prison avec sursis :

L'ancien haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye a été condamné jeudi à Paris à quatre mois de prison avec sursis et 15.000 euros d'amende pour ne pas avoir déclaré plusieurs mandats à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, a appris l'AFP de sources concordantes. Jean-Paul Delevoye a été jugé lors d'une audience de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC).

Le tribunal correctionnel de Paris, qui a homologué la peine, n'a pas prononcé de peine d’inéligibilité à son encontre et l'a dispensé d'une inscription à son casier judiciaire. "C'était une audience dans le cadre de laquelle Jean-Paul Delevoye a pu dire qu'il assumait sa responsabilité dans les faits qui lui étaient reprochés", a commenté auprès de l'AFP son avocate, Me Marion Delaigue. "Tant la présidente du tribunal que le procureur ont reconnu la bonne foi de Jean-Paul Delevoye qui n'a cherché ni à se dérober ni à frauder", a-t-elle souligné.

Le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire en décembre 2019 pour "abus de confiance", "abus de biens sociaux" et recels de ces délits, après avoir été saisi par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Elle avait signalé sa déclaration d'intérêts incomplète et un possible "recel d'abus de bien sociaux" pour avoir cumulé sa rémunération gouvernementale avec celle de président du think tank Parallaxe.

Face à la cascade de révélations de presse sur ses activités parallèles, Jean-Paul Delevoye avait démissionné du gouvernement, en plein conflit social sur sa réforme des retraites. Nommé au poste de haut-commissaire à la réforme des retraites en 2017, Jean-Paul Delevoye avait légalement cumulé sa rémunération de haut-fonctionnaire avec celle de président d'honneur de Parallaxe depuis 2008, mais il avait manqué à son obligation d'en informer la HATVP. Son entrée au gouvernement en septembre 2019 rendait toutefois ce cumul illégal, puisque que la Constitution interdit "toute activité professionnelle" aux membres du gouvernement.

"Je l'ai conservée quand j'ai été nommé haut-commissaire donc haut fonctionnaire, puis quand je suis devenu membre du gouvernement, ce qui, je l'ai appris depuis, n'était pas autorisé", avait expliqué alors Jean-Paul Delevoye, reconnaissant une "erreur". Face à la polémique, il s'était engagé à rembourser les sommes perçues pendant ces trois mois, soit un peu plus de 16.000 euros. Dans sa déclaration d'intérêts et d'activités, remise mi-novembre après son entrée en gouvernement, l'ancien haut-commissaire avait toutefois seulement indiqué son cumul de fonctions avec la présidence du think tank Parallaxe et de deux associations ainsi que sa fonction passée de délégué général du groupe de formation IGS.

La révélation d'autres mandats par la presse l'avait contraint à adresser à la HATVP une déclaration rectifiée comportant huit fonctions supplémentaires, dont la présidence passée du Conseil économique et social (Cese) ou la fonction d'administrateur de la Fondation SNCF.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1975) : VENDREDI  3 DECEMBRE 2021

Vendredi 3 décembre  2021 - Covid: baisse du nombre de classes fermées, hausse des tests réalisés :

Le nombre de classes fermées à cause du Covid-19 cette semaine s'établit à 4.578, soit 0,9% des classes du pays, en baisse de moitié par rapport à la semaine précédente en raison d'un nouveau protocole, selon des chiffres communiqués vendredi par le ministère de l’Éducation nationale. Depuis le 29 novembre, il n'y a plus de fermeture de classe dans les écoles primaires dès le premier cas de Covid détecté chez un élève.

Seuls ceux testés positifs sont isolés. Dans le détail, 33.550 cas ont été confirmés cette semaine chez les élèves (soit 0,27% du total des élèves) et 2.145 parmi le personnel. La semaine précédente, on comptait 21.976 cas de covid chez les élèves et 1.562 du côté des personnels.

Cela a entraîné au niveau national la fermeture de 4.578 classes, contre 8.890 la semaine précédente. Les nouvelles procédures expliquent également une augmentation des tests salivaires réalisés: 227.717 entre le 22 et le 29 novembre, contre 190.487 la semaine précédente. Les élèves de 6e sont incités depuis lundi à réaliser deux autotests par semaine, le ministère justifiant cette mesure par le fait que les enfants composant ces classes ont moins de 12 ans et ne sont pas vaccinés.

Une nouvelle vague de Covid-19 touche la France. Jeudi, 48.416 cas ont été recensés, soit une moyenne quotidienne sur 7 jours de 36.700, contre moins de 6.000 un mois auparavant.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1975) : VENDREDI  3 DECEMBRE 2021

Vendredi 3 décembre  2021 - Commande record de 80 Rafale par les Emirats pour 16 milliards d'euros :

 Les Emirats arabes unis ont signé vendredi un accord pour acquérir 80 avions de combat Rafale, pour un montant de 16 milliards d'euros.

Les Emirats arabes unis ont signé vendredi un accord pour acquérir 80 avions de combat Rafale, une commande record pour l'avion de chasse entré en service en 2004, à l'occasion de la visite à Dubaï du président français Emmanuel Macron. Au total, cette commande, avec l'achat de 12 hélicoptères Caracal et les éléments associés, représentent un montant de plus de 17 milliards d'euros, selon l'Elysée - 16 selon le ministère des Armées.

"Il s'agit d'un aboutissement majeur du partenariat stratégique entre les deux pays", s'est félicitée la présidence française, en soulignant l'importance de la présence de trois bases françaises aux Emirats.

Cette vente "est un succès français", a déclaré le directeur-général de Dassault Aviation, Eric Trappier, qui a signé l'accord avec Tarek Abdul Raheem Al Hosani, PDG de Tawazun Economic Council, chargé des acquisitions de sécurité et de défense.

L'accord a été signé alors qu'Emmanuel Macron et le chef de l'Etat et le prince héritier d'Abou Dhabi Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, dit MBZ, s'entretenaient au pavillon d'honneur de l'Exposition universelle, au premier jour d'une tournée du président français dans trois pays du Golfe.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1975) : VENDREDI  3 DECEMBRE 2021

Vendredi 3 décembre  2021 - Pour obtenir un pass sanitaire, il tente de se faire vacciner sur un faux bras en silicone :

Un cinquantenaire italien du Piémont désireux d'obtenir le précieux pass sanitaire a tenté jeudi en vain de se faire vacciner sur une prothèse en silicone, a raconté vendredi le président de cette région du nord-ouest du pays. "Cette affaire friserait le ridicule si on ne parlait pas d’un geste d'une gravité énorme et inacceptable face au sacrifice que la pandémie fait payer à toute notre communauté en termes de vies humaines et de coûts sociaux et économiques", a dénoncé Alberto Cirio dans un post sur sa page Facebook.

L'homme en question s'est présenté jeudi soir dans un centre vaccinal à Biella, dans le Piémont (nord-ouest). La prothèse était très bien faite, mais la couleur et la sensation au toucher ont immédiatement éveillé les soupçons de l'infirmière chargée de lui administrer le vaccin, qui lui a demandé d'enlever sa chemise, découvrant ainsi son subterfuge.

Il a alors demandé à l'infirmière de faire comme si elle n'avait rien vu, ce qu'elle s'est refusée de faire, a raconté le président du Piémont sur son post, précisant que cet homme "répondra (de ses actes) devant la justice", .

Comme tous ses voisins européens, l'Italie fait face actuellement à un regain de la pandémie (presque 17.000 nouveaux cas enregistrés en 24 heures jeudi). A ce stade, près de 85% des plus de 12 ans ont été complètement vaccinés. A partir de lundi, un "super pass sanitaire" va être mis en place: il ne sera accordé qu'aux personnes vaccinées et guéries du Covid-19, et permettra d'aller au cinéma, au théâtre ou au restaurant... Le pass sanitaire traditionnel, qui peut être obtenu en réalisant un simple test antigénique, permettra essentiellement d'accéder à son lieu de travail.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1975) : VENDREDI  3 DECEMBRE 2021

Vendredi 3 décembre  2021 - Emmanuel Macron dans le Golfe: L'appel de Jeannette Bougrab pour le Yémen :

Ancienne secrétaire d'Etat aujourd'hui conseillère d'Etat, Jeannette Bougrab nous a fait parvenir à Paris-Match une tribune pour alerter sur la situation au Yémen alors qu'Emmanuel Macron est en déplacement officiel aux Emirats Arabes Unis puis dans d'autres pays du Golfe.

 «Ce n’est pas une guerre, c’est un massacre. Au Yémen, 377 000 personnes auront perdu la vie dans le conflit initié voilà six ans par l’Arabie Saoudite, selon le décompte de l’ONU. Le Yémen répond à la définition du tragique : un malheur inexorable, un destin implacable. Le début de la tragédie de l’ancien royaume de la Reine de Saba date de 2015 lorsque Mohamed Ben Salman (MBS), le fils du roi d’Arabie Saoudite, lança son offensive militaire de haute technologie contre le pays le plus pauvre de la péninsule arabique sur fond de conflit entre sunnites et chiites, de guerre d’influence entre les Saoud et les Mollahs iranien», rappelle-t-elle dans ce texte. «La coalition (menée par l'Arabie saoudite et à laquelle participent les Emirats arabes unis, Ndlr) n’hésite pas à employer tous les moyens y compris ceux contraire au droit humanitaire international comme la faim. Elle impose en effet un blocus dont la France est complice via l’entretien des frégates qui bloquent le port d’Hodeïda comme l’ont relevé Claude Angeli dans Le Canard Enchaîné ou encore le magazine Disclosed», ajoute Jeannette Bougrab.

«Toutes les neuf minutes un enfant de moins de 5 ans meurt de cette guerre. (...) La majorité des victimes de cette boucherie sont des petits mourant des conséquences de la malnutrition, de l’absence de médicaments en raison de cette infâme blocus.» Après avoir souligné dans le texte, que, «juridiquement, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France sont susceptibles d’être poursuivis au titre de complicité de crimes de guerre», elle lance un appel au président de la République. «La France est trop en retrait. Le Président de la République, Emmanuel Macron, devrait user de son influence auprès de MBS, pour mettre fin à un conflit infamant. Ce serait une manière de réparer l’honneur de notre pays, souillé par une sale guerre qui n’aurait pas dû avoir lieu et dans laquelle il n’aurait dû jouer aucun autre rôle que celui de médiateur de paix. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1975) : VENDREDI  3 DECEMBRE 2021

Vendredi 3 décembre  2021 - Didier Raoult reçoit un «blâme» de l'Ordre des médecins :

Le professeur Didier Raoult a été sanctionné vendredi à Bordeaux d'un "blâme" par la chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins pour avoir enfreint le code de déontologie médicale en promouvant l'hydroxychloroquine contre le Covid-19, malgré l'absence d'effet prouvé.

La chambre disciplinaire de l'Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine, où l'audience avait été dépaysée loin de Marseille, n'a pas publié ses motivations, qu'elle réservera aux avocats, pour avoir prononcé cette sanction, la deuxième en importance après le simple avertissement alors que sa décision pouvait aller jusqu'à l'interdiction d'exercer.

"On s'attendait" à cette décision car "il était difficile de prononcer une interdiction étant donné que le professeur Raoult n'exerce plus", a expliqué à l'AFP Me Philippe Carlini, avocat de l'Ordre des médecins, qui n'aura les motivations de la chambre qu'en "début de semaine prochaine". Le conseil de l'ordre des Bouches-du-Rhône doit se réunir lundi pour analyser cette sanction.

Depuis fin 2020, l'infectiologue marseillais de 69 ans était visé par deux plaintes déposées par l'Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône et le conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom). Il lui était reproché d'avoir fait la promotion de l'hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19, "sans données scientifiques établies", ce qui s'apparente à du "charlatanisme", avait affirmé la rapporteure de la chambre disciplinaire lors de l'audience le 5 novembre à Bordeaux.

Le chercheur était aussi accusé d'avoir pris des "risques inconsidérés" en soignant des patients avec ce traitement "non éprouvé par la science", avait-elle ajouté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1975) : VENDREDI  3 DECEMBRE 2021

Vendredi 3 décembre  2021 - Covid-19: 76% des moins de 65 ans en réa ne sont pas complètement vaccinés :

Les chiffres ne sont pas bons et ne manquent jamais, n'en déplaise aux antivax. La semaine dernière, du 22 au 28 novembre 2021, la circulation du Covid-19 a fortement progressé sur le territoire métropolitain et l’augmentation des nouvelles hospitalisations et admissions en soins critiques s’est de nouveau accentuée, indique Santé publique France (SpF). Au niveau national, le taux d’incidence atteignait 311 cas pour 100 000 habitants et dépassait 600 chez les 6-10 ans. La majorité des régions métropolitaines avait un taux d’incidence supérieur à 300 cas pour 100 000. Dans le contexte actuel de forte circulation virale, le dépistage, l’isolement rapide dès les premiers symptômes ou en cas de test positif et le contact-tracing demeurent essentiels pour ralentir la transmission du virus, précise SpF. La vaccination et la dose de rappel, ainsi qu’une adhésion rigoureuse à l’ensemble des mesures barrières, dont l’aération des lieux clos, restent également primordiales pour limiter la propagation du Covid-19 et préserver le système de soins, rappelle Santé publique France. Au 30 novembre, 75,8% de la population totale était complètement vaccinée. Parmi les personnes de 65 ans et plus, 42,9% avaient reçu une dose de rappel.

Car oui, la vaccination limite le risque d'hospitalisation et les cas les plus graves. SpF fait cette semaine un focus sur le statut vaccinal des personnes hospitalisées depuis le premier septembre. Entre le 1er septembre et le 30 novembre, alors que la proportion de personnes de moins de 65 ans non vaccinées ou incomplètement vaccinées était de 28,4% en France au 25 novembre, cette population représentait 76,2% des cas admis en réanimation. Les patients complètement vaccinés ne représentaient, quant à eux, que 10,5% de ces cas. De plus, alors que moins de 10% des personnes de 65 ans et plus n’étaient pas encore vaccinées ou l’étaient incomplètement au 25 novembre, elles représentaient 49,5% des cas de ce groupe d’âge admis en réanimation depuis le 1er septembre 2021.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (1975) : VENDREDI  3 DECEMBRE 2021

Vendredi 3 décembre  2021 - Présidentielle: Larcher choisit Pécresse pour l'investiture LR :

Le président du Sénat Gérard Larcher a choisi d'apporter son soutien pour le second tour du congrès LR à Valérie Pécresse, qui affrontera Eric Ciotti pour l'investiture du parti à l'élection présidentielle. "Mon parcours politique et ma vision de la France guident mon choix. Je choisis donc Valérie Pécresse pour ce second tour", a indiqué le président du Sénat jeudi soir dans un communiqué.

M. Larcher avait été président du comité de soutien à Valérie Pécresse aux dernières élections régionales, mais n'avait pas pris position entre les cinq candidats au premier tour du congrès pour l'investiture à la présidentielle.

S'il choisit de soutenir la présidente de l'Ile-de-France, le président du Sénat souligne avoir "du respect et de l’amitié pour Éric Ciotti, pour la force de ses convictions et pour la campagne volontaire qu’il a menée au premier tour". Il remercie les cinq candidats "pour l’image qu'ils ont donnée de notre famille politique dans cette compétition".

Au second tour, "chacun votera en fonction de ses convictions. Mais, dès samedi soir c’est le rassemblement qui sera notre feuille de route autour de celle ou celui qui sera désigné par nos adhérents", affirme-t-il.

"Nous avons créé une formidable dynamique pour cette campagne, elle portera notre candidat dans l’union et le rassemblement autour des valeurs que nous avons en partage", déclare encore M. Larcher pour qui "la victoire est possible".

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens