Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2022 5 22 /04 /avril /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022

Jeudi 21 avril 2022 - Marioupol près de tomber, boycott au G20... le point sur la guerre en Ukraine

 

Marioupol près de tomber

Plusieurs centaines de civils, manquant de vivre et d'eau, sont retranchés dans l'usine sidérurgique et métallurgique d'Azovstal avec le 36e bataillon de l'armée ukrainienne et le batallon Azov, les deux dernières unités combattantes à Marioupol, selon les autorités ukrainiennes. "Nous sommes prêts à quitter Marioupol avec l'aide d'un tiers", munis d'armes, "afin de sauver les personnes qui nous ont été confiées", indiquait jeudi Sviatoslav Palamar, commandant adjoint du bataillon Azov, sur Telegram.

"La situation est difficile voire critique", a-t-il poursuivi, dans cette immense usine où seraient également retranchés "environ un millier de civils, femmes et enfants" et "des centaines de blessés", selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Il était impossible à l'AFP de confirmer de manière indépendante le nombre de civils bloqués à l'intérieur de l'usine. Plus tôt, Kiev avait proposé "session spéciale de négociations" sur le sort de cette ville stratégique, qui permettrait à Moscou de faire la jonction entre la Crimée, qu'elle a annexée en 2014, et les républiques séparatistes prorusses du Donbass.

 

Marioupol: le couloir d'évacuation n'a pas fonctionné (Kiev)

Le couloir humanitaire, qui avait en principe été négocié pour permettre mercredi l'évacuation des civils de Marioupol, "n'a pas fonctionné", a déclaré dans la soirée la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk. Elle a reproché aux Russes d'avoir violé le cessez-le-feu et bloqué les cars, tandis que Moscou a accusé "les autorités de Kiev d'avoir cyniquement sabordé cette opération humanitaire".

 

Augmentation de la présence russe dans l'est et le sud

Selon un haut responsable américain du département de la Défense, la Russie a également augmenté sa présence militaire dans l'est et le sud de l'Ukraine. Le ministère ukrainien de la Défense faisait état mercredi de "tentatives d'assaut" sur les localités de Soulyguivka et Dibrivné, dans la région de Kharkiv (est), ainsi que sur Roubijné et Severodonetsk, dans la région de Lougansk (est).

"La situation se complique d'heure en heure", a écrit sur Telegram le gouverneur de Lougansk, Serguiï Gaïdaï, renouvelant ses appels aux civils à évacuer. Les bombardements s'intensifiaient aussi dans le sud, notamment sur les villages de Mala Tokmatchka et d'Orikhiv, à 70 km au sud-est de Zaporijjia, a constaté un journaliste de l'AFP.

 

Boycott au G20

Des ministres des Finances et des banquiers centraux du G20 dont la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen, réunis mercredi en marge des réunions du FMI et de la Banque mondiale, ont quitté la séance plénière ou éteint leur écran pour protester contre la présence de la Russie.

La présidence indonésienne avait été pressée d'exclure Moscou du G20 en réponse à son invasion de l'Ukraine mais s'y était refusée au nom de l'impartialité.

 

Charles Michel à Kiev

Dernier dirigeant européen en date à se rendre à Kiev, le président du Conseil européen Charles Michel a assuré que l'UE fera "tout son possible" pour que l'Ukraine "gagne la guerre", lors d'une conférence de presse commune avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

L'adhésion de l'Ukraine à l'UE est "une priorité", a dit de son côté Volodymyr Zelensky.

 

Le FMI appelle à soutenir financièrement l'Ukraine

La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a appelé mercredi les pays à apporter leur soutien financier à l'Ukraine pour que le gouvernement puisse continuer à fonctionner. Les responsables ukrainiens ont fait part au Fonds monétaire international (FMI) d'un besoin de 5 milliards de dollars par mois pour continuer à faire fonctionner leur économie, a-t-elle indiqué lors d'une conférence de presse.

 

Tennis: Russes et Bélarusses exclus de Wimbledon

Les Russes et les Bélarusses, Daniil Medvedev en tête, ont été exclus mercredi de l'édition 2022 du tournoi de tennis londonien de Wimbledon. Le N.1 mondial Novak Djokovic a réagi mercredi, déplorant une décision "folle".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022

Jeudi 21 avril 2022 - Poutine revendique «la libération de Marioupol» et s’en félicite :

 Le président russe a jugé jeudi que ses forces avaient avec "succès" pris le contrôle de la ville ukrainienne de Marioupol et a ordonné d'assiéger les derniers combattants ukrainiens plutôt que de leur donner l'assaut. "La fin du travail de libération de Marioupol, c'est un succès", a dit Vladimir Poutine à son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, lors d'une rencontre diffusée à la télévision. Le président russe lui a également signifié vouloir assiéger les derniers combattants ukrainiens retranchés sur le site métallurgique d'Azovstal, car un assaut serait trop coûteux en vies, la zone étant notamment composée d'un vaste réseau de galeries souterraines.

"Je considère que l'assaut proposé de la zone industrielle n'est pas approprié. J'ordonne de l'annuler", a dit M. Poutine . "Il faut penser (...) à la vie et à la santé de nos soldats et de nos officiers, il ne faut pas pénétrer dans ces catacombes, et ramper sous terre", a-t-il poursuivi. "Bloquez toute cette zone de manière à ce que pas une mouche ne passe."

Ce vaste site industriel abrite encore 2.000 militaires ukrainiens, selon le ministre russe de la Défense. M. Poutine a par ailleurs promis la vie sauve à ceux qui se rendront. "Proposez une fois de plus à tous ceux qui n'ont pas déposé les armes de le faire, la partie russe leur garantit la vie sauve et d'être traité avec dignité", a-t-il affirmé.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022

Jeudi 21 avril 2022 - Poutine teste son plus puissant missile, «qui fera réfléchir ceux qui nous menacent» :

"C'est véritablement une arme unique qui va renforcer le potentiel militaire de nos forces armées, qui assurera la sécurité de la Russie face aux menaces extérieures et qui fera réfléchir à deux fois ceux qui essayent de menacer notre pays avec une rhétorique déchaînée et agressive", a déclaré M. Poutine. 

L'armée russe a annoncé mercredi le premier tir d'essai réussi du missile balistique intercontinental Sarmat, une arme de nouvelle génération de très longue portée que le président Vladimir Poutine a salué comme "sans équivalent". "C'est véritablement une arme unique qui va renforcer le potentiel militaire de nos forces armées, qui assurera la sécurité de la Russie face aux menaces extérieures et qui fera réfléchir à deux fois ceux qui essayent de menacer notre pays avec une rhétorique déchaînée et agressive", a déclaré M. Poutine.

"Je souligne que seuls des assemblages, des composants et des pièces de fabrication nationale ont été utilisés pour la création du Sarmat", a-t-il ajouté, lors d'une annonce diffusée à la télévision. Selon M. Poutine, le missile lourd balistique intercontinental de cinquième génération Sarmat est capable de "déjouer tous les systèmes anti-aériens modernes".

 

"Après la fin du programme d'essais, le Sarmat entrera dans les forces stratégiques russes"

Dans une vidéo, le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, a affirmé que le tir avait lieu à 15H12 (12H12 GMT) depuis l'aire de lancement de Plessetsk, dans la région d'Arkhanguelsk (nord-ouest). Selon cette source, le missile a atteint ensuite comme prévu une cible sur un autre terrain militaire, celui de Koura, sur la péninsule russe du Kamtchatka, en Extrême-Orient, à plus de 5.000 kilomètres de là.

"Après la fin du programme d'essais, le Sarmat entrera dans les forces stratégiques russes", a ajouté M. Konachenkov. Les forces "stratégiques", dans leur définition large, sont notamment conçues pour intervenir en cas de guerre nucléaire. Le Sarmat porte le nom d'un peuple nomade ayant vécu pendant l'Antiquité autour de la mer Noire, entre la Russie et l'Ukraine actuelles.

Cette nouvelle arme fait partie d'une série d'autres missiles présentés en 2018 comme "invincibles" par Vladimir Poutine. On y trouve également les missiles hypersoniques Kinjal ("poignard") et Avangard. En mars, Moscou a affirmé avoir utilisé pour la première fois le Kinjal contre des cibles en Ukraine . D'un poids dépassant 200 tonnes, le Sarmat est censé être plus performant que son prédécesseur - le missile Voïevoda d'une portée de 11.000 km. En 2019, M. Poutine avait affirmé que le Sarmat n'avait "pratiquement pas de limites en matière de portée" et qu'il était capable de "viser des cibles en traversant le pôle Nord comme le pôle Sud".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022

Jeudi 21 avril 2022 - La reine Elizabeth II fête ses 96 ans :

La reine Elizabeth II, doyenne mondiale des monarques en exercice, fête jeudi ses 96 ans, désormais largement retirée de la vie publique en raison de problèmes de mobilité. Des tirs de canons depuis la Tour de Londres et Hyde Park marqueront l'événement et une fanfare militaire jouera «Joyeux anniversaire» pour l'occasion.

Mais la reine, qui a passé en février le cap des 70 années de règne, fêtera cette journée «de manière privée», a précisé à l'AFP une porte-parole du palais de Buckingham. Elle s'est envolée mercredi en hélicoptère pour le domaine royal de Sandringham, à 200 kilomètres au nord de Londres. Selon la presse, elle y passera quelques jours à Wood Farm, la maison relativement modeste avec vue sur la mer du Nord qu'affectionnait tant son époux Philip, décédé l'an dernier.

Les premiers mois de son «Jubilé de platine», qui donnera lieu à quatre jours de festivités très attendues début juin, n'ont pas été faciles, entre ses ennuis de santé, les accusations d'agression sexuelle visant son fils Andrew - récemment parvenu à un accord financier avec son accusatrice - et les interrogations sur l'avenir de la monarchie et du Commonwealth.

 

Brève hospitalisation

Depuis une brève hospitalisation en octobre, les apparitions de la souveraine sont devenues rares, même si elle continue à assumer des «tâches légères» au château de Windsor, la plupart du temps par visioconférence. Elle n'a pas participé à la messe de Pâques à la chapelle du château dimanche dernier. Nombre de ses apparitions prévues ces derniers mois ont été annulées, parfois à la dernière minute.

Le 29 mars, elle a cependant tenu à assister à l'Abbaye de Westminster à une cérémonie religieuse en hommage au prince Philip, décédé le 9 avril 2021 à 99 ans. Arrivée au bras de son fils Andrew, s'appuyant sur une canne, on l'y a vue, silhouette frêle et digne, marcher lentement, se lever plusieurs fois pendant le service, et saluer ensuite des participants. Mais elle n'était pas arrivée par la porte principale, pour limiter son effort. C'était sa première grande apparition publique depuis des mois.

Elle-même avait confié mi-février qu'elle «ne pouvait pas bouger», en montrant sa jambe gauche lors d'une audience à Windsor. Selon la presse britannique, elle utiliserait en privé un fauteuil roulant, et un ascenseur adapté aurait été installé dans sa résidence écossaise de Balmoral. Ajoutant à ces problèmes, elle a attrapé le Covid-19 en février, le Palais de Buckingham parlant de «symptômes légers». «Cela vous laisse très fatigué et épuisé n'est-ce pas? Cette horrible pandémie», a récemment confié la souveraine à des soignants.

«Elle est en pleine forme», a cependant déclaré son petit-fils Harry à la chaîne américaine NBC mercredi, après une visite surprise la semaine dernière au château de Windsor avec son épouse Meghan. Le couple désormais installé en Californie ne l'avait pas revue depuis deux ans.

Depuis octobre, la reine a largement délégué à son fils Charles, 73 ans, héritier de la couronne. Mais il est nettement moins populaire qu'elle - 43% d'opinions favorables contre 69% pour la reine - selon un sondage Ipsos de mars, et également beaucoup moins apprécié que son fils le prince William, 39 ans (64%). 42% des Britanniques préféreraient d'ailleurs que Charles abdique en faveur du prince William, dont la femme Kate est également très populaire (60%).

Mais la récente tournée de William et Kate dans les Caraïbes, pour célébrer l'attachement de la monarchie aux anciennes colonies à l'occasion du Jubilé, a parfois donné lieu des confrontations tendues, notamment sur le passé esclavagiste du Royaume-Uni, augurant de difficultés à venir. Et le premier ministre jamaïcain Andrew Holness a estimé «inévitable» la transition de son pays, membre du Commonwealth dont la reine est la cheffe, vers un régime républicain.

Le palais n'en a pas fini, en cette année de Jubilé, se préparant déjà à une autre épreuve, celle de la publication d'un livre de confidences du prince Harry, attendu à l'automne.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022

Jeudi 21 avril 2022 - Le Pen-Macron : «climato-sceptique» contre «climato-hypocrite» :

Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont continué de s’affronter sur les questions écologiques lors du débat présidentielle. La candidate RN a qualifié de « climato-hypocrite » le président sortant quand ce dernier a accusé Marine Le Pen de « climato-sceptique ».

Pendant le débat de l’entre-deux-tours, Marine Le Pen et Emmanuel Macron sont revenus sur les questions écologiques. La grande différence entre les deux projets a tourné autour des éoliennes. Emmanuel Macron souhaite les développer, notamment en mer. Marine Le Pen souhaite démonter celles existantes. « Vous avez fait le choix de l’éolienne et du solaire, l’éolienne étant le pire. C’est une absurdité écologique, économique, un gène fondamentale pour la biodiversité » a déclaré la candidate d’extrême-droite. Pour les énergies, elle est revenue sur la fermeture de Fessenheim. « Je n’aurai pas fermé Fessenheim alors que ça risque de créer des problèmes de production» a-t-elle expliqué. La candidate est même revenue sur le bien-être animal, regrettant que notre modèle ne prenne pas en considération ce sujet. Elle a prôné le localisme, appelant à acheter des produits français dans la restauration collective. « je veux qu’on puisse créer au maximum via la délocalisation avec la mise en place du patriotisme économique » a-t-elle déclaré. Elle a également jugé que le président sortant était « climato-hypocrite ».

Pour Emmanuel Macron, il reprend une vieille idée de Jean-Luc Mélenchon en proposant la planification écologique. « Je nommerai un Premier ministre en charge de mettre une planification écologique, pour les énergies et les transitions » a-t-il promis. Il a également appelé à « accompagner la transition industrielle et agricole ». Il a critiqué les propositions de son opposante sur le tout nucléaire, une doctrine « impossible » selon lui. Enfin, il a proposé d’aider les Français à changer de véhicule pour acheter des voitures électriques ou hybrides.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022

Jeudi 21 avril 2022 - Sondage de la présidentielle : Macron largement favori après le débat :

Marine Le Pen n’a pas inversé la tendance lors du débat de l’entre-deux tours. La candidate du Rassemblement national, qui, depuis cinq ans, préparait ce match retour face à Emmanuel Macron, n’a pas su convaincre de nouveaux électeurs selon le sondage de la présidentielle en temps réel Ifop-Fiducial pour Paris Match, LCI et Sud Radio. Pis, si les deux candidats sont stables sur l’ensemble du rolling glissant sur trois jours, elle recule sur l’échantillon de la vague d’interviews la plus récente, du mercredi 20 avril à 23h au jeudi 21 avril 2022, avec seulement 44% des suffrages exprimés en sa faveur, contre 56% pour son rival Emmanuel Macron. Le président-candidat reste plus que jamais le grand favori de l’élection même si l’abstention attendue s’annonce forte - 26% ce jeudi.

 

Les électeurs de Valérie Pécresse moins convaincus

Dans le détail, par ailleurs, on observe une poussée de l’abstention parmi les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) et Yannick Jadot (Les Verts), passant de 41 à 45% pour les premiers, de 26 à 29% et surtout chez les électeurs de Valérie Pécresse. Mercredi, ils étaient 48% à se déclarer prêt à voter pour Emmanuel Macron, ils ne sont plus que 43% ce jeudi et cela ne profite pas à Marine Le Pen (28%, stable).

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022

Jeudi 21 avril 2022 - Pour Jordan Bardella, «Emmanuel Macron est l’insulteur numéro un» :

Le soutien de Marine Le Pen Jordan Bardella a vertement critiqué l’attitude d’Emmanuel Macron lors du débat : « J’ai été très surpris par l’attitude d’Emmanuel Macron, une attitude arrogante, méprisante, avachi au fond de son fauteuil et qui sur le poids des images qu’il laisse derrière lui symbolise assez bien la manière dont il a considéré le débat et la démocratie pendant cinq ans. Un candidat sans fougue ni envie, à courir derrière Marine Le Pen. » Il en a également placé une petite, taquin, pour les médias : « Le jour où une grande partie des médias dira qu’on a réussi le débat, il faudra qu’on commence à s’inquiéter. »

Le président par intérim du RN a ajouté que « Marine Le Pen est une candidate pour servir la France et les Français, c’est une femme libre, elle ne dépend pas d’intérêts privés. Emmanuel Macron a livré la France a des prédateurs d’en bas et d’en haut. » Il a aussi fustigé le fait qu’« Emmanuel Macron [soit] l’insulteur numéro un », expliquant que « quand il insulte Marine Le Pen, comme le font l’intégralité de ses soutiens depuis deux semaines, il insulte un Français sur deux qui s’apprête à voter pour elle. »

 

Jordan Bardella a critiqué Alexei Navalny

Il a par la suite fait un débriefing du débat, notamment sur la question ukrainienne, le prêt d’une banque tchéco-russe, critiqué Alexei Navalny pour son « ingérence dans l’élection française » et a fait part de ses désaccords profonds avec le président-candidat sur les retraites et le pouvoir d’achat.

La veille, mercredi 20 avril aux Quatre Vérités (France 2), Jordan Bardella s’était montré confiant lorsque la question du débat de l’entre-deux-tours a été évoqué : « On se prépare à ce grand moment de démocratie. Il est naïf de penser qu’on le prépare en quelques heures, c’est un exercice de toute une vie. Et cela fait cinq ans que nous travaillons ardemment à porter des réponses au quotidien des Français. »

Il a ajouté que « chacun va livrer sa vérité et [que] Marine Le Pen s’est attelée, toute cette campagne, à prendre en compte les préoccupations de nos concitoyens. » Comme lors de la campagne, le président du RN a mis sur la table la thématique du pouvoir d’achat : « On a été très identifiés sur les questions d’identité et d’immigration, mais on a voulu parler d’autres sujets, notamment le pouvoir d’achat. »

Jordan Bardella a loué sa candidate : « Marine Le Pen aime profondément la France et les Français. Elle a beaucoup sacrifié pour défendre les Français […] Elle a évidemment beaucoup travaillé […] Il est temps de porter une femme à la tête de la République française. » Il a également déclaré que son parti avait « souhaité évoquer, dès le début du débat, la question du pouvoir d’achat », bien qu’Emmanuel Macron « voul[ût] que ce soit les questions internationales ». Les deux partis ont « tiré au sort : le pouvoir d’achat sera donc le premier sujet. »

Il a par la suite critiqué le président-candidat : « Son point faible, et aussi son point fort, est de ne jamais douter de lui-même. Les Français ont une image d’un président assez brutal, assez arrogant, et agressif. » S’il s’est dit optimiste, il a toutefois affirmé qu’il y avait « une forme d’appréhension car on sait que beaucoup de Français vont se décider sur ce débat. Ce ne sera pas le même débat qu’il y a cinq ans. Ce soir elle va beaucoup parler d’elle, et de ce qu’elle propose aux Français. » Pour lui, le but n’est « pas seulement de convaincre ce soir, mais de gagner dimanche. »

Le président par intérim du RN a regretté qu’« Emmanuel Macron utilise à son égard [Marine Le Pen] des anathèmes, des propos extrêmement violents. Par exemple avec Mourad Boudjellal. » Il a également fustigé son bilan : « Il a été très brutal envers ses opposants. Quand on regarde les cinq ans écoulés, cela a été cinq ans de Français les uns contre les autres. Nous avons un projet de concorde nationale et à lutter contre les frontières intérieures qui se démultiplient. »

Sur la question d’interdire le voile dans l’espace public, Jordan Bardella est revenu sur cette mesure qui a fait sursauter certains Français : « Je pense, comme le ministre de l’Education, que le voile n’est pas souhaitable dans notre société, mais nous n’en faisons pas une priorité. Dès le lendemain de notre élection, il y aura la question du pouvoir d’achat. » Il a aussi ajouté : « Le voile est devenu un instrument militant pour les islamistes. Porter le voile, qui est une contestation de l’égalité homme-femme est un moyen d’être tranquille quand on rentre dans la cité et nous voulons faire en sorte que ces moyens de pression cessent. »

Il a conclu sur un appel du pied aux électeur de la France Insoumise : « Jean-Luc Mélenchon est plus dur avec Emmanuel Macron en 2017 qu’il ne l’est aujourd’hui. Je veux dire à la France Insoumise, n’écoutez pas les marchands de peur, regardez les cinq ans qui se sont écoulés avec les ordonnances sur la loi travail, les gilets jaunes, la précarité et la volonté de faire travailler les Français jusqu’à 65 ans. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022

Jeudi 21 avril 2022 - Dette de campagne : Un tiers du chemin pour le «pécressethon» :

 Lourdement battue, Valérie Pécresse s’est coupée de la politique. Une semaine de pause à la campagne, seule ou presque, pour encaisser le choc des 4,8 %. Une semaine pour s’aérer l’esprit, trouver un peu de répit. A-t-elle eu envie de tout plaquer? Elle a réfléchi à une proposition de reconversion dans le privé. Une offre venant d’un grand groupe mais qu’elle a déclinée afin de terminer son mandat de présidente de région. Car celle qui a été réélue avec 45,9% en juin 2021 a déjà «mis en route 80% de son programme ». Il lui reste cinq ans à tirer. Assez pour réaliser les 20% restants et quitter, la tête haute, cette Île-de-France qui lui a toujours fait confiance et qu’elle chérit. Elle peut aussi se représenter. «Le temps fera son œuvre », estime un proche.

Sa dernière apparition publique remonte au 11 avril, rue de Vaugirard, au lendemain de la claque de la présidentielle. Devant la foule de journalistes présents au siège des Républicains, Valérie Pécresse s’arrête un instant, sort un papier de sa poche et lit une note : «La situation de ma campagne est désormais critique », commence-t-elle. Puis, la voix grave et la mine défaite, elle lâche : « Je suis endettée personnellement à hauteur de 5 millions d’euros. C’est pour cela que je lance un appel national aux dons […]. J’ai besoin de votre aide d’urgence d’ici le 15 mai. »

 

«1,5 million de dons, c’est un élan, mais le compte n’y est pas», s’inquiète un membre de l’équipe

Le lendemain, une séance avec l’exécutif régional est organisée à Saint-Ouen. Le vice-président Othman Nasrou explique qu’il n’y a «aucune tension au sein de l’exécutif» et que, même si «Valérie est fatiguée, elle a pris du recul et est plutôt sereine». Un autre proche donne un ordre de grandeur du nombre de dons réceptionnés : « 500 000 euros environ en deux jours », sans compter les « nombreuses personnes qui ont envoyé des mots car ils pensent que la démocratie doit être financée », souffle un autre. La prochaine séance du conseil régional se tiendra le 19 mai.

Si de nombreux cadres, maires, élus, militants ou amis ont donné – certains jusqu’à 1000 euros –, dans les rangs de la droite, c’est la stupeur: «Personne n’imaginait qu’elle finit au-dessous de 5%, confie un élu local. La déception est immense.» Entre moqueries et compassion, le «Respectons» a déjà permis de collecter en début de semaine 1,5 million d’euros de dons, selon un membre de son comité de stratégie politique. «Un élan, mais le compte n’y est pas», s’inquiète un membre de l’équipe. Le candidat Jean Lassalle a mis la main à la poche (10 euros). François Bayrou a aussi promis de le faire. Pour rembourser sa campagne, il faudrait que chacun de ses électeurs verse 4 euros d’ici au 15 mai.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022
LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022
LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022
LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022

Jeudi 21 avril 2022 - A Paris, des lycéens bloquent leur lycée avant le second tour de la présidentielle :

Des lycéens se sont à nouveau mobilisés jeudi à Paris, bloquant des établissements pour faire entendre leur voix dans l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle, après une première mobilisation mardi et dans le sillage du mouvement étudiant lancé la semaine dernière. "On laisse entrer les prépas mais pas les lycéens. On est là toute la journée pour nous faire entendre avant le second tour et s'il faut se mobiliser à nouveau après les vacances, on sera là", a expliqué à l'AFP Elias, 15 ans, en classe de seconde, devant le collège lycée Lavoisier situé dans le Vème arrondissement de Paris. Une centaine de lycéens bloquaient l'entrée de cet établissement en milieu de matinée dans une ambiance bon enfant, a constaté une journaliste de l'AFP.

Sur les grilles de la porte d'entrée étaient accrochées différentes pancartes sur lesquelles on pouvait lire: "pas de haine, ni de Le Pen", "la jeunesse emmerde le Front national" ou encore "3 ans (Giec) Urgence". "Les questions relatives au climat ont été complètement étouffées par le Covid alors qu'il y a urgence à agir. On ne lâchera rien", selon Nabil, 17 ans, en Terminale.

 

"L'égalité hommes-femmes, l'éducation, rien ne va, donc on se révolte"

Un peu plus à l'est de la capitale, entre 150 et 200 lycéens étaient également mobilisés devant l'entrée du lycée Voltaire. Ils en bloquaient l'accès avec des poubelles et un amas de barrières, vélos, devant une affiche sur laquelle était écrit "ni Macron, ni Le Pen", a constaté une autre journaliste de l'AFP. "On est là parce qu'on n'est pas écoutés. On est en colère", a déclaré Paloma, 15 ans, en seconde dans ce lycée du XIème arrondissement. "L'égalité hommes-femmes, l'éducation, rien ne va, donc on se révolte", a-t-elle ajouté. "Ça devient pénible de se faire oublier à chaque fois, estime aussi Charlotte, 15 ans. On manifeste pour montrer qu'on est là et qu'on est contre ce qui se passe".

D'autres établissements parisiens tels que la cité scolaire Hélène Boucher, le lycée Jules Ferry ou encore le lycée Victor Hugo étaient également bloqués, selon différentes images publiées sur Twitter. Au même moment, une trentaine d'étudiants étaient rassemblés devant France Universités à Paris pour tenter d'interpeller les présidents d'université et leur demander de rouvrir les facultés qui sont fermées "pour empêcher les blocages".

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022

Jeudi 21 avril 2022 - Réchauffement et agriculture intensive, combinaison fatale aux insectes :

Une étude publiée mercredi montre qu'il y a moins d'insectes dans les zones victimes du réchauffement climatique où se produit une agriculture intensive.

Les populations d'insectes sont quasiment deux fois moins nombreuses dans les zones victimes du réchauffement climatique et d'une agriculture intensive que dans les habitats les moins perturbés, selon une étude publiée mercredi qui s'inquiète des conséquences pour la pollinisation des cultures. Les chercheurs ont mesuré à la fois l'abondance des insectes et le nombre d'espèces différentes présentes dans diverses régions du monde, comparant ces chiffres à des zones vierges et moins touchées par le changement climatique.

L'étude publiée dans la revue Nature conclut que le réchauffement de la planète et l'utilisation intensive des terres ne touchent pas seulement la population totale d'insectes, divisée de près de moitié, mais réduit également de 27% le nombre d'espèces. "Les baisses sont les plus importantes sous les tropiques", précise à l'AFP l'auteure principale Charlie Outhwaite, du University College de Londres, estimant que l'étude pourrait en fait sous-estimer le déclin des insectes dans le monde. Et ce, en raison d'un manque de données dans les régions tropicales et parce que dans les zones les moins perturbées utilisées comme point de comparaison, l'empreinte des humains est déjà sensible.

Les résultats, en accord avec de précédentes études sur les chutes de populations d'insectes, sont basés sur des données concernant 18.000 espèces, collectées entre 1992 et 2012 dans 6.000 lieux. "Des précédentes études étaient à petite échelle, sur un nombre limité d'espèces", note la chercheuse. Alors que celle-ci est "une analyse quantitative de l'interaction entre deux moteurs", le réchauffement et le changement de l'utilisation des terres, "sur de vastes données mondiales".

La chute des insectes, cruciaux pour l'alimentation de nombreuses autres espèces, a des conséquences désastreuses. Environ trois quarts des 115 cultures destinées à l'alimentation les plus importantes dépendent de la pollinisation, notamment le cacao, le café ou les cerises. Certains insectes comme la coccinelle, la mante religieuse ou la guêpe sont également nécessaires pour lutter contre certains autres insectes néfastes pour les cultures.

L'étude montre également que les impacts combinés du changement climatique et de l'agriculture intensive, incluant l'utilisation généralisée d'insecticides, sont pires que si ces deux facteurs agissaient indépendamment. Par exemple, même sans le changement climatique, transformer une forêt tropicale en terrains agricoles provoque un réchauffement de la zone en raison de la disparition de la végétation qui produit de l'ombre et maintient l'humidité dans l'air et le sol. Une aridification renforcée par le réchauffement de la planète. Jusqu'à présent, l'agriculture intensive et la destruction des habitats ont été les principaux moteurs du déclin des insectes.

Dans une précédente étude, des chercheurs avaient estimé que le nombre d'insectes volants avait diminué de 80% en Europe en moyenne, entraînant une baisse des populations d'oiseaux. "Nous ne pouvons pas continuer à perdre des espèces sans provoquer, in fine, des conséquences catastrophiques", a commenté Tom Oliver, de l'université de Reading, qui n'a pas participé à l'étude.

La nouvelle étude évoque des pistes pour permettre une survie des insectes, comme une agriculture extensive avec moins de produits phytosanitaires et entourée d'habitats naturels.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022

Jeudi 21 avril 2022 - Le patron du géant russe du pétrole Loukoïl démissionne :

Le président du géant russe du pétrole Loukoïl, Vaguit Alekperov, a démissionné, a annoncé jeudi l'entreprise, une semaine après que le milliardaire a été placé sur la liste des personnalités russes sanctionnées par le Royaume-Uni.

"Le président et membre du conseil d'administration de Loukoïl, V. Alekperov, a annoncé sa décision de renoncer à (ses) fonctions", selon un communiqué du numéro deux du secteur pétrolier russe qui est également coté à la Bourse de Londres.

Loukoïl, un groupe privé, avait appelé début mars, une semaine après l'entrée des forces russes en Ukraine et alors que l'Occident multipliait les sanctions, à arrêter rapidement l'offensive russe dans ce pays.

 

La 10e fortune de Russie

Avec 10,5 milliards de dollars, M. Alekperov, 71 ans, est la 10e fortune de Russie, selon le classement de l'édition russe du magazine Forbes.

Les Etats-Unis ont déjà adopté des sanctions contre le secteur énergétique russe, tandis que l'Union européenne, bien plus dépendante des hydrocarbures russes, y réfléchit.

De nombreux oligarques et hauts responsables occidentaux ont été sanctionnés par les Occidentaux, et leurs avoirs gelés, mais M. Alekperov est le premier patron d'un groupe de ce rang du secteur des hydrocarbures à démissionner.

Les sanctions visant un autre milliardaire, Roman Abramovitch, ont conduit ce dernier à la mise en vente du club de Chelsea qu'il avait racheté en 2003.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022
LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022
LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022
LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022
LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022

Jeudi 21 avril 2022 - En visite en Ukraine, le Premier ministre espagnol condamne les «atrocités» russes :

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a condamné jeudi les "atrocités" imputées aux forces russes dans la ville de Borodianka, près de Kiev, lors d'une visite en Ukraine avec son homologue danoise.

"Choqué de voir les horreurs et les atrocités de la guerre de Poutine dans les rues de Borodianka ", a déclaré le dirigeant socialiste dans un message sur son compte Twitter, accompagné d'une vidéo le montrant marchant dans la ville en ruines aux côtés de la Première ministre danoise Mette Frederiksen.

 

"Nous ne laisserons pas le peuple ukrainien seul", a-t-il ajouté.

Les corps de neuf civils ont été retrouvés mercredi à Borodianka, certains présentant des "signes de torture", a annoncé la police de la capitale ukrainienne dans la nuit de mercredi à jeudi.

Depuis le retrait des forces russes il y a trois semaines de la région de Kiev, des centaines de corps de civils ont été retrouvés par les autorités ukrainiennes, qui dénoncent avec les Occidentaux des "crimes de guerre" des soldats russes. Une accusation rejetée par la Russie.

Une responsable ukrainienne a indiqué jeudi à l'AFP que plus de 1000 corps de civils se trouvaient dans les morgues de la région de Kiev.

Pedro Sánchez et Mette Frederiksen devaient rencontrer le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Kiev lors de cette visite. Une comparution des trois devant la presse est ensuite prévue.

 

L'Espagne a accueilli 134 000 Ukrainiens

L'annonce de ce déplacement du dirigeant espagnol, dans le sillage d'autres dirigeants européens depuis l'invasion russe du 24 février, avait été faite mardi mais le gouvernement espagnol n'avait pas fourni la date exacte pour des raisons de sécurité.

Mercredi, M. Sánchez avait indiqué qu'il transmettrait au président ukrainien, lors de ce déplacement, "l'engagement sans faille, clair, de l'Union européenne" et de l'Espagne "pour la paix".

L'Espagne continuera à travailler pour la paix en Ukraine, mais elle continuera également à envoyer "toute l'aide humanitaire et l'aide militaire" nécessaire, tout en garantissant "l'accueil sur notre territoire" des réfugiés ukrainiens, avait-il encore dit.

L'Espagne a accueilli 134 000 Ukrainiens, et 64 000 d'entre eux ont obtenu une protection provisoire, incluant un logement et un permis de travail.

Madrid a envoyé en Ukraine une douzaine d'avions avec à leur bord "des centaines de tonnes" d'armes et de matériel humanitaire, a indiqué pour sa part lundi la ministre de la Défense, Margarita Robles.

Autre signe de l'engagement de l'Espagne à l'égard de l'Ukraine, Pedro Sánchez avait annoncé lundi la réouverture "dans quelques jours" de l'ambassade d'Espagne à Kiev qui avait été fermée au lendemain du début de l'offensive russe pour des raisons de sécurité.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022

Jeudi 21 avril 2022 - Rublev juge «totalement discriminatoire» l'exclusion des Russes de Wimbledon :

Le Russe Andrey Rublev, numéro 8 mondial, a estimé jeudi que l'exclusion des joueurs russes et bélarusses du prochain tournoi de Wimbledon en raison du conflit en Ukraine était «totalement discriminatoire». «Les raisons qu'ils (Wimbledon, ndlr) nous ont données n'avaient, comment dire, aucun sens, elles n'étaient pas logiques», a-t-il déclaré en marge du tournoi ATP 250 de Belgrade. «Ce qui se passe actuellement est totalement discriminatoire à notre encontre», a-t-il poursuivi: «Cela ne va rien changer», a aussi assuré le joueur, qui avait écrit «Pas de guerre s'il vous plaît» sur une caméra de télévision lors d'une compétition à Dubaï juste après l'invasion.

«Donner les dotations du tournoi à l'aide humanitaire, aux familles qui souffrent, aux enfants qui souffrent, ça, c'est quelque chose qui aurait un peu d'impact», a-t-il poursuivi: «Dans ce cas, le tennis serait le seul sport à donner un tel montant, et ce serait grâce à Wimbledon, qui en tirerait toute la gloire.» Les organisateurs du Majeur sur gazon ont annoncé mercredi l'exclusion de l'édition 2022 du tournoi des joueurs russes et bélarusses en raison de la guerre en Ukraine, une décision vivement contestée par l'ATP et la WTA.

 

Une "folle" décision selon Djokovic

«Dans les circonstances d'une agression militaire injustifiée et sans précédent, il serait inacceptable que le régime russe tire le moindre bénéfice de la participation de joueurs russes ou bélarusses», a justifié le tournoi du Grand Chelem britannique. Les quatre tournois du Grand Chelem (Open d'Australie, Roland-Garros, Wimbledon et US Open) sont indépendants des circuits hommes et femmes, où Russes et Bélarusses sont toujours autorisés à participer aux tournois, sous bannière neutre.

Du reste, l'ATP a qualifié d'«injuste» la décision prise par Wimbledon, d'autant qu'elle s'étend à l'ensemble des tournois sur gazon de cet été en Grande-Bretagne, notamment le Queen's et Eastbourne, qui sont sous l'égide de l'ATP. La WTA s'est elle aussi déclarée «très déçue» de l'annonce faite par Wimbledon qu'elle estime «ni juste, ni justifiée». De son côté, le numéro 1 mondial Novak Djokovic a qualifié la décision du tournoi de Wimbledon de «folle», tout en déclarant qu'il «condamnerait toujours la guerre, étant lui-même un enfant de la guerre» à l'issue de son premier match mercredi au tournoi de Belgrade.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2107) : JEUDI 21 AVRIL 2022

Jeudi 21 avril 2022 - Allègement prudent à Shanghai, la Grèce prête à «cohabiter» avec le covid…le point sur le coronavirus

 

Allègement prudent à Shanghai

Totalement confinée depuis le début du mois, la ville de Shanghai a légèrement assoupli mercredi les restrictions qui pénalisent le ravitaillement et pèsent lourdement sur l'économie de la Chine, malgré l'augmentation des cas de Covid-19 et des décès. Les habitants de la capitale économique chinoise semblent de plus en plus exaspérés par les difficultés d'accès à la nourriture et par l'isolement forcé des personnes positives dans des centres de quarantaine, au confort et à l'hygiène aléatoires. Les multinationales s'inquiètent quant à elles des conséquences sur les chaînes d'approvisionnement mondiales du confinement, qui devait initialement durer quatre jours. De nombreuses entreprises ont stoppé leur production. Les 25 millions d'habitants de Shanghai, où plus de 400.000 infections ont été signalées depuis début mars, sont en principe soumis à un strict confinement à domicile.

Mais depuis la semaine dernière, certaines règles ont été assouplies, a indiqué mercredi la mairie. Plus de 12 millions de personnes peuvent ainsi techniquement sortir de chez elles, mais doivent rester dans l'enceinte de leur résidence ou de leur quartier, a-t-elle précisé. En théorie, les habitants des quartiers où aucun cas n'a été signalé au cours des 14 derniers jours peuvent circuler librement. Mais beaucoup d'habitants de telles zones se sont plaints sur les réseaux sociaux de ne pas être autorisés à quitter leur quartier. Le degré de mouvement reste conditionné au bon vouloir des volontaires du Parti communiste, qui appliquent avec souvent beaucoup de zèle les mesures anti-Covid. Une habitante du secteur de Jing'an, qui a uniquement donné son prénom, Lilian, a indiqué à l'AFP que, bien qu'elle habite dans une zone non soumise aux restrictions, l'entrée et la sortie de son secteur sont interdits aux personnes n'ayant pas de test négatif datant de 48 heures. "De toute façon, tous les magasins, pharmacies et marchés environnants sont fermés, donc ce n'est pas la peine de sortir", a-t-elle ajouté. Les autorités restent prudentes face à l'augmentation du nombre de décès liés au Covid-19, en particulier chez les personnes âgées, plus vulnérables et moins vaccinées.

Shanghai a fait état mercredi de sept morts supplémentaires en 24 heures, portant à 17 le total des décès dans la métropole. Les sept décès concernent des personnes souffrant de pathologies comme le cancer du poumon ou le diabète, et cinq d'entre elles avaient plus de 70 ans. La ville a par ailleurs a rapporté plus de 18.000 cas mercredi. Un chiffre qui reste faible en comparaison avec le reste du monde, mais qui n'en est pas moins le plus élevé pour la Chine depuis la première phase de l'épidémie, début 2020. A rebours de bon nombre de pays qui optent pour une cohabitation avec le virus et lèvent les restrictions, la Chine continue à suivre une politique de zéro Covid. Ces mesures, qui nuisent gravement aux transports et aux chaînes d'approvisionnement, ont entraîné la mise à l'arrêt de très nombreuses entreprises et pèsent sur l'économie du géant asiatique.

Sur les réseaux sociaux, des habitants ont dénoncé les restrictions de mouvement, les tests de masse à répétition imposés et les difficultés d'accès à la nourriture et aux soins médicaux pour les personnes non atteintes de Covid. Les autorités ont commencé à répertorier les entreprises dites stratégiques dans lesquelles la production doit continuer. Plus de 600 sociétés ont été sélectionnées pour une reprise anticipée du travail à Shanghai. Le géant américain de la voiture électrique Tesla, qui dispose d'un important site de production dans la ville, a repris son activité mardi après 20 jours de suspension, selon les médias locaux. Le travail reprend également progressivement dans le nord-est du pays, berceau de l'industrie automobile, où plusieurs dizaines de millions de Chinois ont été confinés ces dernières semaines.

 

La Grèce prête à «cohabiter» avec le covid

La Grèce est prête à "cohabiter" avec le Covid-19, a déclaré mercredi son ministre de la Santé, alors que le pays s'apprête à assouplir davantage les restrictions sanitaires pour stimuler son industrie touristique dans le contexte de la guerre en Ukraine. "Après deux ans de pandémie, nous nous trouvons dans une phase de gestion différente (...) celle d'une cohabitation avec le virus," a annoncé le ministre de la Santé Thanos Plevris lors d'une conférence de presse. Les nouveaux cas et les hospitalisations en soins intensifs sont en baisse et 85% des adultes grecs sont vaccinés, a-t-il déclaré.

La Grèce, dont l'économie dépend du tourisme pour environ un quart du produit intérieur brut (PIB), a supprimé en février les tests de dépistage obligatoires pour les voyageurs titulaires d'un certificat de vaccination européen. De plus, il ne sera plus nécessaire de présenter un pass vaccinal dans les restaurants, les bars et les magasins à partir du 1er mai, tandis que le port du masque ne sera plus obligatoire à l'intérieur dès le 1er juin. Le gouvernement a indiqué que ces mesures seraient révisées d'ici le 1er septembre selon l'évolution de la pandémie.

Le ministre a rejeté le modèle de "zéro Covid" adopté par la Chine, qui a vu la ville de Shanghai confiner la plupart de ses 25 millions d'habitants. "Nous ne croyons pas en une logique de zéro Covid", a-t-il affirmé, la qualifiant d'"échec" contre la haute contagiosité du variant Omicron. "Les mesures de restriction sévères avaient un sens au début de pandémie, ce qui n'est désormais plus le cas," a déclaré M. Plevris. Avec une population de 10,7 millions d'habitants, la Grèce déplore plus de 28.000 décès à la suite de complications liées au virus. Plus de 3,2 millions de cas ont été enregistrés dans le pays depuis l'apparition de la pandémie en février 2020.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens