Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2023 2 24 /01 /janvier /2023 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2364) - LUNDI 23 JANVIER 2023 : Colère des boulangers, Réforme des retraites, Ukraine, PS, Rallye Monte-Carlo, Microsoft,.....

Lundi 23 janvier 2023 -  Retraites : Macron affirme que le Parlement peut «aménager» la réforme mais veut «avancer»

Emmanuel Macron a affirmé dimanche «souhaiter» que le gouvernement et le Parlement puissent «aménager» sa réforme contestée des retraites, tout en affirmant qu'il fallait «avancer» sur le sujet, à la veille de sa présentation en Conseil des ministres. Après un «temps social» de concertation avec les syndicats, «il y a maintenant un temps politique qui s'ouvre à l'Assemblée et il faut le respecter», a souligné le chef de l'État lors d'une conférence de presse avec le chancelier allemand Olaf Scholz, reçu à Paris. «Et donc moi je souhaite que le gouvernement avec les parlementaires à l'Assemblée nationale puis au Sénat puissent travailler le texte et l'aménager», a-t-il ajouté.

Prié de dire s'il entendait maintenir coûte que coûte le report de l'âge légal de départ de 62 à 64 ans, malgré une forte mobilisation sociale contre son projet, il a refusé de «répondre sur ce sujet-là». «Je ne vais pas me substituer ni au gouvernement, qui va proposer» un «projet à 64 ans lundi au Conseil des ministres», ni au débat parlementaire «qui suit», a expliqué le président. «Mais nous savons à peu près, et même exactement, les besoins qui sont les nôtres. Ils sont connus», a-t-il insisté.

Il a rappelé avoir été élu avec un «mandat» de reculer l'âge «à 65 ans à l'horizon 2031», qui a déjà été «aménagé» à l'issue des concertations avec les partenaires sociaux et les formations politiques. «Il y a déjà eu une ouverture, un changement», a-t-il fait valoir. «Mais je crois que là, maintenant, il faut pouvoir avancer et s'engager. Et que le gouvernement puisse faire son travail avec le Parlement, avec sérénité, la volonté de convaincre et de faire avancer le pays», a-t-il encore plaidé.

Emmanuel Macron, tout en défendant le droit de faire grève et manifester, a aussi appelé à ce qu'il y ait «le moins de nuisances possibles pour tous nos compatriotes».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2364) - LUNDI 23 JANVIER 2023 : Colère des boulangers, Réforme des retraites, Ukraine, PS, Rallye Monte-Carlo, Microsoft,.....

Lundi 23 janvier 2023 -  Guerre d'Ukraine : 180.000 morts ou blessés côté russe, 100.000 côté ukrainien, selon la Norvège

En bientôt un an d'affrontements, la guerre en Ukraine a fait près de 180.000 morts ou blessés dans les rangs de l'armée russe, et 100.000 côté ukrainien sans compter 30.000 civils tués, selon des estimations données dimanche par le chef de l'armée norvégienne. «Les pertes russes commencent à approcher environ 180.000 soldats morts ou blessés», a affirmé le chef d'état-major norvégien Eirik Kristoffersen dans une interview à la chaîne TV2, sans préciser l'origine de ces chiffres. La Norvège, pays riverain de la Russie, est membre de l'Otan depuis sa fondation en 1949.

«Les pertes ukrainiennes sont probablement au-delà des 100.000 morts ou blessés. De plus l'Ukraine a environ 30.000 civils qui sont morts dans cette guerre affreuse», a ajouté le général norvégien. La Russie et l'Ukraine n'ont pas donné de bilans fiables de leurs pertes depuis des mois. En novembre, le chef de l'armée américaine Mark Milley avait affirmé que l'armée russe avait subi des pertes de plus de 100.000 morts ou blessés, avec un bilan «probablement» similaire côté ukrainien. Ces chiffres ne peuvent pas être vérifiés de source indépendante.

Malgré ses lourdes pertes, «la Russie est en mesure de continuer pendant pas mal de temps», a également affirmé le chef d'état-major norvégien dimanche, citant les capacités de mobilisation et de production d'armement de Moscou. «Ce qui inquiète le plus, c'est si l'Ukraine va être capable de maintenir l'armée de l'air russe hors de la guerre», alors qu'elle a jusqu'ici pu être largement tenue à l'écart «grâce aux défenses antiaériennes ukrainiennes».

L'essentiel des frappes russes ces derniers mois a été mené par des missiles à longue portée. Le général norvégien a également appelé à livrer rapidement des chars de combat à l'Ukraine, un dossier freiné jusqu'ici principalement par l'Allemagne. «S'ils doivent passer à l'offensive durant l'hiver, ils en ont besoin rapidement», a affirmé Eirik Kristoffersen à TV2. Malgré des appels pressants de l'Ukraine et de plusieurs pays européens, Berlin a refusé vendredi de fournir ses tanks Leopard à Kiev.

Ces chars lourds sont présents dans les rangs de plusieurs autres nations européennes, dont la Norvège, mais leur livraison à l'Ukraine est en théorie soumise au feu vert allemand.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2364) - LUNDI 23 JANVIER 2023 : Colère des boulangers, Réforme des retraites, Ukraine, PS, Rallye Monte-Carlo, Microsoft,.....

Lundi 23 janvier 2023 -  Le Canada va verser 2,8 milliards de dollars canadiens en dédommagements aux autochtones

Le gouvernement canadien a annoncé samedi 21 janvier un accord avec 325 communautés autochtones pour les dédommager à hauteur de 2,8 milliards de dollars canadiens (environ 2,1 mds USD) pour les sévices subis entre la fin du 19e siècle et les années 1990.

«Le Canada s'engage à réparer les préjudices collectifs causés par le système des pensionnats et la perte de la langue, de la culture et du patrimoine», a fait valoir dans un communiqué le ministère des Relations Couronne-Autochtones.

Pendant près d'un siècle, quelque 150.000 enfants autochtones ont été enrôlés de force dans 139 pensionnats, souvent régis par l'Église catholique, à travers le pays, où ils ont été coupés de leur famille, de leur langue et de leur culture. Des milliers n'en sont jamais revenus.

La somme record annoncée samedi vise à dédommager ces 325 communautés de l'Ouest canadien pour «revitaliser l'éducation, la culture et la langue autochtones afin d'appuyer les survivants dans leur processus de guérison et de renouement avec leur patrimoine», selon le communiqué officiel.

 

«Génocide»

Depuis bientôt deux ans, ce sombre passé colonial a ressurgi à mesure qu'ont été découvertes des tombes d'enfants près de ces institutions où étaient enrôlés de force les enfants autochtones. Déjà plus de 1300 tombes ont été identifiées, les plus récentes il y a une dizaine de jours.

«Le Canada a mis beaucoup trop de temps à assumer son histoire, à assumer le génocide qu'il a commis et à reconnaître le tort collectif causé à nos Nations par le système des pensionnats», a déclaré Garry Feschuk, ancien chef de la Nation shishalh et l'un des instigateurs de ce recours collectif, estimant que «ce règlement est un premier pas dans la bonne direction».

«Tous les survivants méritent la justice et l'indemnisation», a reconnu Marc Miller, ministre fédéral des Relations Couronne-Autochtones. Les modalités précises pour le décaissement de ces 2,8 milliards de dollars canadiens seront arrêtées par la Cour fédérale le 27 février prochain. Une commission d'enquête nationale avait qualifié en 2015 ce système de pensionnats de «génocide culturel».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2364) - LUNDI 23 JANVIER 2023 : Colère des boulangers, Réforme des retraites, Ukraine, PS, Rallye Monte-Carlo, Microsoft,.....

Lundi 23 janvier 2023 -  PS: Faure confirmé vainqueur après un nouveau décompte, Mayer-Rossignol conteste toujours

Olivier Faure a été confirmé dimanche vainqueur du vote des adhérents pour désigner le premier secrétaire du Parti socialiste, à l'issue d'une commission de récolement, mais son concurrent, Nicolas Mayer-Rossignol, conteste toujours le résultat, a-t-on appris auprès des deux parties. Selon la commission de récolement, Olivier Faure, premier secrétaire sortant, l'emporte avec 51,09% des voix contre 48,91% pour Nicolas Mayer-Rossignol, maire de Rouen, selon un communiqué du PS. Mais M. Mayer-Rossignol demande à reprendre les travaux de la commission, qui "ont été interrompus" et n'ont pas pu se terminer, et accuse son rival d'un "passage en force".

Les deux hommes se disputent depuis jeudi soir le résultats du vote des adhérents, chacun affirmant avoir remporté l'élection. Selon le communiqué du PS, la commission de récolement des votes, composée des représentants des différents textes d’orientation, et réunie au siège du Parti socialiste depuis vendredi "a clos ses travaux aujourd’hui (dimanche) à 15h45 à la suite du refus de passer au vote des représentants de Nicolas Mayer-Rossignol".

 

500 voix d'écart

"Après examen des procès verbaux des fédérations et étude des requêtes en irrégularité, et alors que les voix faisant l’objet de contestations ont été réservées", le communiqué indique que Olivier Faure arrive en tête avec 12.020 voix (51,09%), contre 11.507 voix pour Nicolas Mayer-Rossignol (48,91%), pour un total de 23.527 votes exprimés.

Dans un autre communiqué, les proches de Nicolas Mayer-Rossignol affirment que "la direction sortante de notre parti soutenue par les représentants d’Olivier Faure" a proposé, au bout de 15 heures de réunion, "d’arrêter cette étude systématique et jusqu'au bout des résultats remontés des fédérations et des contestations, en échange d’un marchandage global d’un résultat donnant arbitrairement la majorité à Olivier Faure".

"C’est inacceptable. Aucun parti démocratique ne peut l'accepter", ajoute le camp du maire de Rouen, qui demande à "reprendre les travaux de notre commission demain (lundi) avec les éléments demandés (PV de sections, listes d’émargements etc.) pour poursuivre". "Nous appelons à la raison ceux qui imaginent qu’une solution de passage en force est envisageable", ajoutent-ils.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2364) - LUNDI 23 JANVIER 2023 : Colère des boulangers, Réforme des retraites, Ukraine, PS, Rallye Monte-Carlo, Microsoft,.....

Lundi 23 janvier 2023 -  Le Français Sébastien Ogier remporte son 9e Rallye Monte-Carlo, un record

Sébastien Ogier, 39 ans, dépasse désormais au palmarès de l'épreuve monégasque son compatriote, le nonuple champion du monde des rallyes Sébastien Loeb, huit victoires au compteur dont la dernière en 2021. L'Alsacien n'était pas aligné au départ du rallye cette année.

Le Français Sébastien Ogier, engagé dans un programme partiel chez Toyota cette saison en championnat du monde WRC, a remporté dimanche le 9e Rallye Monte-Carlo de sa carrière, un record dans cette épreuve.

L'octuple champion du monde des rallyes s'est imposé pour cette première manche de l'année devant son coéquipier, le champion du monde en titre finlandais Kalle Rovanperä et le Belge Thierry Neuville (Hyundai), 3e.

"C'est énorme (...), nous avons besoin de profiter de ces moments et c'est la raison pour laquelle nous sommes toujours présents, pour remporter des victoires comme celle-ci. Gagner une victoire aussi célèbre que celle du Monte n'a pas de prix", a savouré Ogier, qui fait désormais équipe avec Vincent Landais comme co-pilote.

"Je suis tellement heureux pour Vincent (...), pour lui c'est un rêve de remporter sa première victoire" en WRC, a-t-il ajouté.

 

Le pilote Toyota a dominé l'épreuve de bout en bout

Le pilote Toyota a dominé l'épreuve de bout en bout, remportant neuf des 18 spéciales disputées sur les routes du sud de la France.

Au pied du podium, le Britannique Elfyn Evans (Toyota) a pris la 4e place, devant le champion du monde 2019, l'Estonien Ott Tänak (M-Sport Ford).

L'autre Français engagé dans la catégorie reine, Pierre-Louis Loubet (M-Sport Ford), a lui connu un rallye cauchemardesque, la faute à un accident et divers problèmes mécaniques tout au long du week-end. Le pilote corse a dû définitivement abandonner dimanche à deux spéciales de la fin, pour sa première saison complète en championnat du monde des rallyes.

Treize courses sont au programme cette année, la prochaine étant le Rallye de Suède (9-12 février) pour une épreuve 100% enneigée à quelques centaines de kilomètres du cercle polaire.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2364) - LUNDI 23 JANVIER 2023 : Colère des boulangers, Réforme des retraites, Ukraine, PS, Rallye Monte-Carlo, Microsoft,.....

Lundi 23 janvier 2023 -  Manifestation contre la réforme des retraites : un homme émasculé après un coup de matraque

Un ingénieur franco-espagnol de 26 ans, qui prenait des photos lors de la manifestation jeudi contre la réforme des retraites à Paris, a dû être amputé d'un testicule après un coup de matraque d'un policier, a-t-on appris dimanche auprès de son avocate qui va porter plainte.

La plainte pour violences volontaires ayant entraîné une mutilation par personne dépositaire de l'autorité publique est en cours de dépôt, a indiqué à l'AFP l'avocate du jeune homme, Me Lucie Simon, confirmant une information du journal Libération.

"C'est une qualification criminelle, on n'est pas dans un état de légitime défense ou de nécessité, j'en veux pour preuve les images qu'on a et le fait qu'il n'ait pas été interpellé par la suite", a précisé Me Simon.

 

Près de la place de la Bastille

Sur des clichés circulant sur les réseaux sociaux et des vidéos diffusées notamment par BFMTV et AB7 Média, on voit un policier donner un coup de matraque à l'entrejambe d'un homme au sol, qui tient un appareil photo dans une main, puis repartir.

L'homme avait été jeté au sol par un autre policier, selon son récit. "C'est un coup si fort qu'on a dû lui amputer un testicule. Un geste extrêmement violent et gratuit qui confine au sadisme", a estimé l'avocate de l'ingénieur toujours hospitalisé.

La scène s'est déroulée au moment de heurts entre manifestants et forces de l'ordre, près de la place de la Bastille, avec jets de projectiles et usage de gaz lacrymogènes.

Une enquête administrative interne est ouverte depuis samedi, a indiqué à l'AFP la préfecture de police de Paris. Laurent Nuñez, "le préfet de police, a demandé au directeur de l'ordre public et de la circulation (DOPC) à ce que les circonstances exactes de l'incident rapporté soient éclaircies", a ajouté la préfecture de police.

L'ingénieur, qui vit en Guadeloupe, "est encore en état de choc et n'arrête pas de demander pourquoi" il a été blessé. "Il ne représentait pas un danger, il ressent une incompréhension, un choc et une colère car il va subir des conséquences irréversibles", a souligné Me Simon.

Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a exprimé sur BFMTV son "empathie" envers le jeune homme tout en soulignant "la nécessité de comprendre les conditions dans lesquelles cette intervention a été réalisée" et d'"identifier ce qui relève de la légitime défense". "C'était une séquence assez lourde pour les forces de l'ordre qui étaient, pour certaines d'entre elles, attaquées" selon la préfecture, a-t-il rappelé.

"Quand on regarde l'image, on est forcément interpellé" et "rien ne justifie de se retrouver opéré de la sorte, de se retrouver blessé", a estimé M. Véran.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2364) - LUNDI 23 JANVIER 2023 : Colère des boulangers, Réforme des retraites, Ukraine, PS, Rallye Monte-Carlo, Microsoft,.....

Lundi 23 janvier 2023 -  La réforme des retraites présentée en Conseil des ministres

Déterminé à dérouler son calendrier, le gouvernement français présente lundi en Conseil des ministres sa réforme des retraites, sans rien céder sur les principales revendications des syndicats, qui entendent eux amplifier encore la mobilisation après un début massif et réussi. Le ministre du Travail Olivier Dussopt doit ensuite s'adresser à la presse avec le porte-parole du gouvernement Olivier Véran.

Après la première journée de grèves et manifestations, qui a réuni jeudi entre un et deux millions de personnes dans la rue, et avant la prochaine prévue le 31 janvier, le président français Emmanuel Macron et son exécutif profitent de ce rendez-vous formel pour réaffirmer leur objectif: un débat parlementaire au pas de course pour une entrée en vigueur du projet contesté à l'été.

Le report de 62 à 64 ans de l'âge légal de départ à la retraite, mesure-phare de la réforme, est rejeté par les syndicats unanimes, ainsi que par l'essentiel des oppositions et, selon les sondages, une grande majorité des Français.

 

"Aménager" le texte

Le chef de l'Etat, qui a estimé dimanche avoir déjà fait preuve d'"ouverture" par rapport au programme pour son second quinquennat qui prévoyait initialement les 65 ans, a refusé de dire clairement qu'il maintiendrait les 64 ans jusqu'au bout, pour ne pas se "substituer" au débat parlementaire. "Je souhaite que le gouvernement avec les parlementaires" puissent "aménager" le texte, a-t-il assuré. Avant de se montrer plus inflexible: "les besoins" sont "connus", et "je crois que là, maintenant, il faut pouvoir avancer", a-t-il insisté.

Ses ministres se relaient pour assurer être prêts au "dialogue" afin d'"enrichir" le texte... mais uniquement à la marge. Ils ont ouvert pour la première fois la porte, durant le week-end, à des mesures plus fermes sur l'emploi des seniors.

Le ministre des Comptes publics Gabriel Attal s'est ainsi dit prêt à "regarder sans tabou des mesures coercitives pour les entreprises qui ne joueraient pas le jeu", alors que pour l'heure, le gouvernement mise sur un "index" qui laisse les syndicats dubitatifs. Les opposants à la réforme réclament inlassablement le retrait pur et simple des "mesures d'âges". Face au mécontentement, le gouvernement tente de positiver. "Je ne vois pas un million de personnes dans la rue, mais un million de personnes qu'il faut convaincre", a assuré Olivier Véran.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2364) - LUNDI 23 JANVIER 2023 : Colère des boulangers, Réforme des retraites, Ukraine, PS, Rallye Monte-Carlo, Microsoft,.....

Lundi 23 janvier 2023 -  Microsoft va investir «plusieurs milliards» de dollars dans son partenariat avec le créateur de ChatGPT

Microsoft va investir "plusieurs milliards de dollars" pour élargir son partenariat avec le spécialiste de l'intelligence artificielle OpenAI, créateur notamment du robot conversationnel ChatGPT, selon un communiqué commun des deux entreprises publié lundi. C'est la troisième phase de la collaboration entre les deux sociétés (après des investissements en 2019 et 2021), qui vise notamment à renforcer la filiale de Microsoft dédiée à l'informatique à distance (cloud), Azure.

Interrogé par l'AFP sur le montant exact de l'investissement et sur une éventuelle montée au capital d'OpenAI, Microsoft n'a pas donné suite dans l'immédiat. Plusieurs médias américains ont évoqué le chiffre de 10 milliards de dollars.

Peu connu du grand public jusqu'ici, OpenAI, créé il y a seulement 7 ans, a beaucoup fait parler de lui depuis le lancement, en novembre dernier, de son "chatbot" ChatGPT.

S'il n'est pas le premier logiciel du genre, il a surpris par la qualité de ses réponses, qu'il s'agisse d'écrire un texte sur un thème donné, d'expliquer un sujet complexe de façon intelligible, voire de créer un poème ou les paroles d'une chanson.

ChatGPT émerveille autant qu'il inquiète, entre outil précieux évitant aux humains des tâches fastidieuses et menace pour de nombreux emplois dont il pourrait remettre en cause l'utilité.

L'accord annoncé lundi prévoit que chaque partenaire pourra "commercialiser de façon indépendante" des produits issus de la technologie développée en commun, basée sur l'intelligence artificielle.

Outre à ChatGPT, les "milliards de dollars" investis par Microsoft pourront bénéficier à d'autres logiciels développés par OpenAI, comme Dall-E 2, qui permet de générer des images à la demande grâce à l'intelligence artificielle, ou GitHub Copilot, assistant à la programmation informatique.

OpenAI prévoit de lancer une version payante de ChatGPT, qui devrait offrir des réponses plus rapides et la possibilité d'interagir plus fréquemment avec le robot conversationnel.

En vertu de cette collaboration, Microsoft va utiliser les logiciels déjà développés par OpenAI "dans ses produits destinés aux particuliers et aux entreprises".

Cela signifie que des éléments de ChatGPT pourraient être intégrés dans des applications telles que le service de courriel Outlook ou le moteur de recherche Bing.

"Avec cette nouvelle phase de notre partenariat, développeurs et sociétés de toutes industries vont avoir accès aux meilleurs modèles, infrastructure et série d'outils de l'intelligence artificielle, avec Azure pour bâtir et faire tourner leurs applications", a commenté le PDG de Microsoft, Satya Nadella, cité dans le communiqué.

A l'origine société de logiciels, puis d'équipements informatiques, Microsoft a fait, depuis plusieurs années, de l'informatique à distance un axe de développement majeur, à l'instar de ses rivaux Alphabet (Google) ou Amazon.

"Nous sommes enthousiastes à l'idée de poursuivre nos recherches de façon indépendante et de travailler à créer une intelligence artificielle avancée qui profite à tous", a déclaré le directeur général d'OpenAI, Sam Altman, également cité dans le communiqué.

Pour les analystes de Wedbush Securities, "ChatGPT peut potentiellement changer la donne pour Microsoft", ont-ils expliqué dans une note. Avec cet investissement la firme de Redmond (Etat du Washington) "est en avance sur le reste de la +big tech+", ont-ils ajouté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2364) - LUNDI 23 JANVIER 2023 : Colère des boulangers, Réforme des retraites, Ukraine, PS, Rallye Monte-Carlo, Microsoft,.....

Lundi 23 janvier 2023 -  Retraites : les remontées mécaniques menacées par un préavis de grève illimitée

Force ouvrière et la CGT appellent à la mobilisation à compter du 31 janvier minuit afin d'«être mieux entendues» à l'approche des vacances d'hiver.

Et si les stations de ski, qui se préparent aux prochaines vacances de février, ne pouvaient pas offrir à ses amateurs l'ensemble de ses activités ? C'est ce que craint tout le secteur de la montagne à la vue de deux préavis de grève illimités déposés par deux syndicats de remontées mécaniques au 31 janvier à minuit, deuxième journée de manifestation nationale contre la réforme des retraites. Ce lundi, Force ouvrière a rejoint la CGT dans sa mobilisation, selon RMC. À eux deux, les syndicats ont obtenu près de 100% des voix aux dernières élections sur le secteur des remontées mécaniques. «On a décidé d'appeler à la grève pendant les vacances de février, car les revendications seront mieux entendues lors de cette période», explique Eric Becker, secrétaire général des remontées mécaniques à Force ouvrière.

Bien qu'«illimité», ce préavis de grève ne signifie pas que les employés des remontées mécaniques ne reprendront pas le travail. «Les remontées fonctionneront normalement à partir du lendemain: nous ne voulons pas fragiliser encore des entreprises déjà en difficulté», indique Eric Becker. Et d'ajouter que «ce préavis» ambitionne de respecter les délais légaux pour «permettre aux saisonniers de participer à la prochaine journée de mobilisation contre la réforme des retraites, qui devrait être décidée pour un jour de février».

Un contexte délicat alors que la période de vacances, qui commence dans deux semaines pour la Zone A (Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Nouvelle-Aquitaine) constitue l'une des périodes les plus fastes de l'année pour le secteur. Dans le document du préavis de grève, Force Ouvrière ne limite pas ses revendications à la question des retraites. Si le syndicat souhaite un maintien du «système de retraite actuel et des pensions», il demande également le «retour aux mesures de la convention chômage 2017» et un «rallongement de la durée des contrats».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2364) - LUNDI 23 JANVIER 2023 : Colère des boulangers, Réforme des retraites, Ukraine, PS, Rallye Monte-Carlo, Microsoft,.....

Lundi 23 janvier 2023 -  «À ce rythme-là, on va tous fermer» : inquiets, les boulangers ont manifesté à Paris ce lundi

Les boulangers ne cachent pas leur inquiétude face à la flambée des prix de l'énergie. Ce lundi, quelques semaines après les bouchers, plusieurs centaines de professionnels, accompagnés de confrères d'autres corps de métier, se sont rassemblées à Paris, avec un mot d'ordre : «Le bouclier tarifaire pour tous les artisans». Le cortège a défilé dans les rues de Paris, de la place de la Nation au ministère de l'Économie et des Finances, afin de souligner la colère et les craintes de ces petits commerces étranglés par l'inflation.

«Depuis le mois de septembre dernier, on subit une hausse sans précédent du prix des matières premières.Aujourd'hui, c'est le coût de l'énergie avec des factures multipliées par 4, 5 voire 6.On ne peut plus payer», soupire le médiatique boulanger niçois Frédéric Roy, à l'origine de cette manifestation avec trois confrères. Créé en mai 2022, leur «collectif pour la survie des boulangeries et de l'artisanat» alerte les pouvoirs publics depuis quelques mois sur la situation : «L'augmentation programmée du coût de l'énergie va nous tuer. Notre avenir est en jeu», peut-on lire sur le site web de l'organisation.

Pour l'heure, le bouclier tarifaire sur les prix de l'énergie est ouvert uniquement aux TPE de moins de 10 salariés, avec un chiffre d'affaires annuel inférieur à deux millions d'euros et dont le compteur électrique est d'une puissance inférieure à 36 kVA. Le collectif, qui vit à travers une page Facebook, estime insuffisants les dispositifs d'aide déjà mis en place par l'exécutif, notamment le bouclier tarifaire donc, mais aussi «l'amortisseur électricité», le guichet d'aide au paiement des factures de gaz et d'électricité, le report du paiement des impôts et cotisations sociales ou encore la résiliation sans frais des contrats d'énergie les plus exorbitants.

 

Des manifestants venus de toute la France

«On est venu avec ma collègue de l'île d'Oléron pour défendre nos commerces. Car à ce rythme-là, on va tous fermer», lâche Audrey, propriétaire d'une boulangerie avec une douzaine d'employés. Croisé dans le cortège, Philippe, boulanger depuis 27 ans dans le Val-d’Oise, partage ce constat. «On se prend des factures d'électricité qui ont augmenté du jour au lendemain. De 2000 euros, on paye désormais 10.000», s'agace-t-il en brandissant une pancarte «La baguette à l'Unesco, les boulangers sur le carreau !». La plupart des manifestants se disent mêmes prêts à revenir à Paris s'ils ne sont pas entendus par le gouvernement. «On espère qu'ils nous prendront au sérieux, et qu'ils arrêteront de nous balader en nous promettant des choses», rétorque Sabine, boulangère dans le Cher. Originaire de la Meuse, Séverine manifeste quant à elle pour la première fois. «On doit licencier un boulanger pour payer cette hausse d'électricité», se désole-t-elle.

Quelques autres manifestations locales en région ont été organisées lundi, notamment à Saint-Omer (Pas-de-Calais) et Périgueux (Dordogne). D'autres manifestations seront à prévoir «au niveau départemental» dans les prochains jours, précise quant à lui Frédéric Roy. Présent en tête du cortège parisien, baguette à la main, l'ancien candidat à la présidentielle Jean Lassalle est venu soutenir les manifestants. «Il faut écouter et respecter les boulangers, ce n'est pas pour rien qu'ils se mettent dans cet état», déclare-t-il aux journalistes. Avant de mettre en garde l'exécutif sur le climat social explosif : «Je serais très prudent à la place de ceux qui dirigent ce pays, il n'en peut plus».

Peu après la manifestation, Jérémy Ferrer, membre de l'Union des artisans boulangers indépendants (Udabi), a été reçu avec Frédéric Roy à Bercy pour échanger avec des représentants du ministère. Mais les professionnels en sont ressortis déçus : «À la question “qu'est-ce qu'il va résulter de cette discussion et de la manifestation ?”, ils ont répondu : “On ne peut pas vous dire”» explique Jérémy Ferrer. Les aides proposées aujourd'hui sont pourtant trop complexes et «inefficaces», regrette le boulanger.

La mobilisation de ce lundi ne faisait pas l'unanimité au sein des boulangers. Dominique Anract, président de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française (CNBPF), n'appellait pas à manifester. «Ma position, c'est qu'on est en négociation. (...) Ces collectifs demandent le bouclier tarifaire. Ce n'est pas possible, comme me l'ont expliqué Olivia Grégoire et Bruno Le Maire. Or, on manifeste quand on n'est pas écouté. Et aujourd'hui tout le monde est mobilisé», estimait-il dans un entretien à Ouest-France. Visiblement en désaccord, des boulangers présents sur place brandissaient une pancarte : «Dominique, t'es viré, t'arrives pas à fédérer».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2364) - LUNDI 23 JANVIER 2023 : Colère des boulangers, Réforme des retraites, Ukraine, PS, Rallye Monte-Carlo, Microsoft,.....

Lundi 23 janvier 2023 -  Guerre en Ukraine : l'armée russe bannit les téléphones portables... et le port de la barbe

Le ministère russe de la Défense a donné plusieurs directives pour «professionnaliser» l'armée sans délai. Avant de mener des réformes militaires plus ambitieuses d'ici 2026.

L'année 2023 sera-t-elle celle du grand chamboulement pour l'armée russe ? Dès le 11 janvier, le commandement en chef des troupes présentes en Ukraine a changé de main, et été confié au chef d'État-major en personne, Valéri Guérassimov. Les premières semaines de l'année ont également été marquées par plusieurs annonces du ministère russe de la Défense. Alors qu'elle pensait mener une guerre éclair, la Russie s'est engagée dans une guerre longue, qu'elle doit désormais encaisser différemment.

La semaine dernière, le ministre Sergueï Choïgou a ainsi esquissé les contours de réformes militaires à grande échelle, qui seront menées entre 2023 et 2026. Son ministère a également annoncé quelques directives plus court-termistes, visant à améliorer sans délai le professionnalisme des forces armées, souligne le très sérieux groupe de réflexion américain Institute for the Study of War (ISW). Parmi elles, l'interdiction pour les soldats russes engagés en Ukraine d'utiliser leur téléphone portable ou un véhicule personnel et... de porter la barbe.

 

Éviter de nouvelles hécatombes

L'interdiction d'utiliser du matériel électronique à usage personnel dans l'armée est théoriquement déjà en place, mais rarement respectée. Avec cette mesure, le ministère de la Défense souhaite éviter une nouvelle hécatombe, après la frappe ukrainienne qui avait tué au moins 89 soldats russes (400, selon les autorités militaires ukrainiennes), au cœur des quartiers militaires temporaires de Makiïvka la nuit du Nouvel an. Immédiatement après cette attaque, le ministère l'avait opportunément imputée aux soldats russes qui avaient utilisé leur téléphone cellulaire pour souhaiter la bonne année à leurs proches.

Ces appareils électroniques auraient permis à l'Ukraine de géolocaliser une grande concentration de soldats et de frapper avec précision. Sur le terrain, ce matériel sert cependant à piloter des drones de reconnaissance et à transmettre du renseignement. «Les tablettes et les smartphones sont essentiels à la guerre moderne, a rappelé le patron de Wagner, Evguéni Prigojine, lors d'un entretien avec un média russe. Grâce aux données récoltées, les combattants connaissent la situation générale et peuvent transmettre des informations vitales».

 

L'interdiction de la barbe, «aspect élémentaire de la discipline militaire»

Plus anecdotique, l'obligation de se raser la barbe est néanmoins révélatrice de la volonté du haut commandement russe de professionnaliser son armée. Dans sa note quotidienne datée du 16 janvier, l'ISW souligne que la question de l'hygiène sur les lignes de front a souvent été un point de friction entre les officiers et leurs hommes, ces derniers refusant souvent de se raser. Dans une interview accordée au site d'information russe RBC, relayée par Reuters, le député et ancien haut gradé Viktor Sobolev a estimé que l'interdiction de la barbe était un «aspect élémentaire de la discipline militaire». «Un soldat est vu par des civils, il doit avoir l'air exemplaire. S'il marche non soigné et mal rasé, cela ne l'honore ni en tant que personne ni en tant que soldat», a-t-il détaillé.

«Cette mesure peut paraître banale, mais le respect ou le mépris de ces normes sont un marqueur du professionnalisme des troupes conventionnelles, note l'ISW. Dans les unités peu performantes et démoralisées, le non-respect de ces normes peut alimenter la démoralisation et les mauvaises performances». Toujours d'après l'ISW, ces directives ont ainsi très bien pu être publiées «dans le but d'évaluer l'efficacité de la chaîne de commandement de l'armée russe».

 

Une mesure fraîchement accueillie

Mais cette mesure a été fraîchement accueillie, jusqu'à certains proches de Vladimir Poutine. «Un soldat doit se battre.80% du temps, il se lave avec une bouteille, et se raser est généralement un grand luxe», a commenté Evguéni Prigojine, encore lui, sur sa chaîne Telegram, qualifiant ces ordres d'«absurdes» et d'«archaïsmes des années 1960». Le patron de Wagner a également souligné qu'«une partie considérable de musulmans et d'orthodoxes portent une barbe selon leurs coutumes religieuses».

Un argument repris par le président tchétchène Ramzan Kadyrov, qui a vu dans cette directive une «provocation» à l'encontre de ses soldats, à majorité musulmans, et un acte d'islamophobie. «Sobolev sait parfaitement qui porte une barbe en première ligne et pourquoi», a-t-il écrit sur Telegram. Auprès du média russe RBC, le commandant d'une brigade des forces séparatistes du Donbass a indiqué que cette mesure n'avait en tout cas pas encore eu de répercussion sur le terrain. «Nous n'avons pas de telles restrictions en première ligne», a-t-il indiqué.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens