Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 mai 2022 1 30 /05 /mai /2022 07:00
LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022

Dimanche 29 Mai 2022 -  Le Donbass ravagé par une bataille acharnée, Severodonetsk menacée... le point sur la guerre en Ukraine :

De violents combats font rage dans l'est de l'Ukraine pour le contrôle de la région du Donbass où les forces russes menacent la grande ville de Severodonetsk, pilonnée sans relache, après la conquête - selon Moscou - de la localité clé de Lyman.

Plus de trois mois après le début de la guerre lancée par Moscou le 24 février dernier, le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz ont demandé au président russe Vladimir Poutine - lors d'un entretien téléphonique - d'entamer des "négociations directes sérieuses" avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Ils lui ont aussi réclamé la libération des 2.500 combattants ukrainiens qui s'étaient retranchés dans l'aciérie Azovstal à Marioupol (sud-est) et qui se sont rendus aux forces russes.

Le président russe a assuré de son côté que la Russie restait "ouverte à une reprise du dialogue" avec Kiev pour régler le conflit armé, alors que les négociations de paix avec l'Ukraine sont au point mort depuis mars, selon le Kremlin.

 

Ukraine, dans l'enfer de Severodonetsk

"La Russie a engagé tous ses moyens pour s'emparer de Severodonetsk ou empêcher toute communication entre la région et l'Ukraine", a affirmé samedi soir sur son compte Telegram Sergii Gaïdaï, le gouverneur de la région de Lougansk. "La semaine prochaine sera très dure", a-t-il admis, en considérant toutefois que les forces russes "ne seront pas en mesure de réussir tout ce qu'elles planifient dans un avenir proche".

"Les Russes ont amené beaucoup de moyens pour prendre la ville d'assaut mais ne peuvent pas encore le faire", a assuré de son côté le maire de Severodonetsk, Olexander Stryuk. "Nous pensons que la ville résistera", a-t-il insisté.

Il a alerté sur l'aggravation de la situation sanitaire dans cette ville de 100.000 habitants avant la guerre.

Les "bombardements constants" compliquent beaucoup l'approvisionnement - notamment en eau potable - de la cité, privée d'électricité depuis plus de deux semaines, a-t-il écrit samedi soir sur son compte Telegram. L'activité du "centre d'aide humanitaire" de la ville a été suspendue, a-t-il précisé.

 

- "Lourdes pertes" -

"L'armée (russe) détruit tout simplement la ville", avait auparavant affirmé Serguiï Gaïdaï. Selon lui, l'armée russe est entrée dans les faubourgs de la ville où elle a subi "de lourdes pertes".

Il répondait à un responsable policier de la république séparatiste prorusse de Lougansk, cité par l'agence Ria Novosti, qui affirmait vendredi que "la ville de Severodonetsk est actuellement encerclée", et que les troupes ukrainiennes y étaient piégées.

Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov a revendiqué quant à lui samedi soir sur Telegram que "Severodonetsk est sous notre contrôle total (...) La ville a été libérée".

Un peu plus à l'ouest, le ministère russe de la Défense a confirmé samedi la prise de contrôle de la localité clé de Lyman - qui ouvre la voie aux grandes villes de Sloviansk et Kramatorsk, dans le Donbass.

La défense territoriale de cette république "autoproclamée" par les séparatistes prorusses avait indiqué dès vendredi sur Telegram avoir "pris le contrôle complet" de Lyman, avec "l'appui" de l'armée russe.

 

Dimanche, l'armée ukrainienne a indiqué que le regroupement des forces russes "se renforce" dans ce secteur.

Le président Zelensky avait reconnu que "la situation dans cette région du Donbass (était) très, très difficile", avec des frappes intensives d'artillerie et de missiles. Mais il avait estimé que "si les occupants pensent que Lyman et Severodonetsk seront les leurs, ils se trompent. Le Donbass sera ukrainien".

Après l'offensive infructueuse sur Kiev et Kharkiv (nord-est) au début de la guerre, les forces russes se sont concentrées dans l'est de l'Ukraine, avec l'objectif affiché de s'emparer totalement du Donbass, partiellement contrôlé depuis 2014 par des séparatistes prorusses soutenus par Moscou.

 

- "Déstabilisation" -

Alors que l'Ukraine, grande puissance agricole, ne peut plus exporter ses céréales en raison du blocage de ses ports, Vladimir Poutine a assuré, lors de sa conversation avec MM. Macron et Scholz, que son pays était "prêt" à aider une exportation "sans entraves" des céréales de l'Ukraine.

"La Russie est prête à aider à trouver des options pour une exportation sans entraves des céréales, y compris des céréales ukrainiennes en provenance des ports situés sur la mer Noire", indique un communiqué du Kremlin publié à l'issue de cette conversation téléphonique.

Selon M. Poutine, les difficultés liées aux livraisons alimentaires ont été provoquées par "une politique économique et financière erronée des pays occidentaux, ainsi que par les sanctions antirusses" imposées par ces pays.

Samedi à Marioupol, ville du sud-est que les Russes ont pilonnée pendant trois mois avant de s'en emparer définitivement la semaine dernière, un premier bateau cargo est entré dans le port, selon l'agence de presse officielle russe TASS citant un porte-parole de l'administration portuaire prorusse.La marine ukrainienne a réagi sur

Facebook en qualifiant cette annonce de "manipulation" car selon elle, "tout en continuant à négliger les normes du droit maritime international, les groupes de navires de la Russie continuent de bloquer la navigation civile dans les eaux des mers Noire et d'Azov".

Lors de l'entretien téléphonique, Vladimir Poutine a également jugé "dangereux de continuer à inonder l'Ukraine avec des armes occidentales", mettant en garde contre des risques de "déstabilisation ultérieure", selon le Kremlin.

Des médias américains ont affirmé que Washington préparait la livraison de systèmes de lance-roquettes multiples (MLRS) à longue portée à Kiev, qui les réclame désespérément pour contrer le déluge de feu russe.

Le porte-parole du Pentagone John Kirby n'a pas confirmé l'envoi des MLRS M270 - des véhicules modernes très mobiles d'une portée de tir de 300 km - évoqués par la presse. Mais il a assuré que les Etats-Unis continueraient à aider l'Ukraine à "l'emporter sur le champ de bataille".

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a également réaffirmé le soutien de son pays, "y compris en aidant à fournir l'équipement nécessaire", lors d'une conversation téléphonique avec M. Zelensky samedi, selon Londres.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022

Dimanche 29 Mai 2022 -  Zelensky se rend dans l'est de l'Ukraine pour la première fois depuis l'invasion russe :

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est rendu dimanche pour la première fois depuis l'invasion russe dans l'est du pays, dans la région de Kharkiv, d'où Moscou a retiré ces dernières semaines ses troupes pour les concentrer sur d'autres fronts.

"2.229 maisons détruites à Kharkiv et dans la région. Nous restaurerons, reconstruirons et ferons revenir la vie. À Kharkiv et dans toutes les autres villes et villages où le mal est venu", a-t-il déclaré sur Telegram, accompagnant son message d'une vidéo de sa visite.

Les images le montre inspectant les destructions et des véhicules détruits sur le bord de la route, vêtu d'une tenue kaki et d'un gilet pare-balle, accompagné de collaborateurs et de soldats armés.

"Dans cette guerre, les occupants tentent d'obtenir un résultat quel qu'il soit. Mais ils doivent comprendre depuis longtemps que nous défendrons notre terre jusqu'au bout. Ils n'ont aucune chance. Nous nous battrons et nous gagnerons", a encore indiqué M. Zelensky.

Bombardée quasi quotidiennement depuis le début de l'invasion russe le 24 février, Kharkiv, la deuxième ville du pays, connaît un répit depuis quelques semaines avec le départ des troupes russes dans d'autres directions à l'Est et au Sud. La partie orientale de la ville reste néanmoins parfois ciblée.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022

Dimanche 29 Mai 2022 -  Turquie : Erdogan annonce qu'il se passera d'une «permission» des Etats-Unis pour intervenir en Syrie :

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a programmé une nouvelle opération militaire en Syrie contre les Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde considérée comme terroriste par Ankara.

La Turquie n'attendra pas la "permission" des Etats-Unis pour lancer une nouvelle offensive en Syrie , a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan , selon des propos rapportés dimanche par des médias turcs. "On ne peut pas lutter contre le terrorisme en attendant la permission de qui que ce soit", a indiqué le chef de l'Etat à un groupe de journalistes au retour d'une visite en Azerbaidjan.

"Que ferons-nous si les États-Unis ne font pas leur part dans la lutte contre le terrorisme ? Nous nous débrouillerons seuls", a-t-il ajouté en réponse à une mise en garde de Washington.

Les Etats-Unis, par la voix du porte-parole du département d'Etat américain Ned Price, s'étaient dits mardi "profondément préoccupés" par l'annonce lundi par M. Erdogan du lancement prochain d'une nouvelle opération militaire turque dans le nord de la Syrie visant à assurer à Ankara une "zone de sécurité" large de 30 kilomètres à sa frontière.

"Nous condamnons toute escalade. Nous soutenons le maintien des lignes de cessez-le-feu actuelles", a souligné M. Price.

Depuis 2016, Ankara a mené trois offensives dans le nord de la Syrie contre les Unités de protection du peuple (YPG), une milice kurde qu'elle considère comme terroriste mais qui a été soutenue par les Etats-Unis notamment pour contrer les jihadistes du groupe Etat islamique.

Interrogé par ailleurs sur le processus d'adhésion à l'Otan de la Suède et de la Finlande, à laquelle Ankara s'oppose jusqu'ici, le président turc a jugé que les discussions mercredi à Ankara entre les délégations suédoise, finlandaise et turque n'avaient pas été "à la mesure des attentes" de la Turquie.

M. Erdogan a de nouveau accusé les deux pays nordiques de "soutenir le terrorisme", estimant que la Suède n'est ni "sincère" ni "honnête".

La Turquie accuse les deux pays, en particulier la Suède qui compte une communauté importante d'exilés turcs, d'abriter des militants kurdes du PKK, le Parti des Travailleurs du Kurdistan, considéré comme une organisation terroriste par Ankara et ses alliés occidentaux.

Elle dénonce aussi la présence sur leur sols de partisans du prédicateur Fethullah Gülen, qu'elle accuse d'avoir orchestré la tentative de coup d'Etat de juillet 2016.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022

Dimanche 29 Mai 2022 -  Joe Biden se rend à Uvalde, ville traumatisée par le massacre dans une école :

Joe Biden était en route dimanche vers la ville texane d'Uvalde , cinq jours après la tuerie dans une école primaire, pour apporter toute son empathie aux proches endeuillés par cette fusillade qui a choqué l'Amérique et relancé le débat sur les armes à feu.

"On ne peut pas rendre les drames illégaux, je le sais. Mais on peut rendre l'Amérique plus sûre", a plaidé samedi le président des Etats-Unis, regrettant que "dans tant d'endroits, tant d'innocents soient morts".

Dix-neuf enfants et deux enseignantes ont péri mardi dans l'école Robb d'Uvalde sous les balles de Salvador Ramos, 18 ans à peine, l'une des pires fusillades des dernières années dans le pays.

Le démocrate de 79 ans, qui a lui-même perdu deux de ses enfants -- sa fille encore bébé dans un accident de voiture, et un fils adulte suite à un cancer --, avait évoqué sa propre souffrance peu après la tuerie.

"Perdre un enfant, c'est comme si l'on vous arrachait une partie de votre âme", avait-il dit mardi. "Rien n'est plus jamais pareil."

A Uvalde, le couple Biden se rendra d'abord au mémorial érigé pour les victimes devant l'école primaire, avant de participer à une messe à la mi-journée.

Dans l'après-midi, ils rencontreront des familles de victimes et des survivants du massacre, puis des membres des équipes de secours. Connu pour son empathie, Joe Biden saura sans doute trouver les mots face à la souffrance des proches.

Mais le chef de l'Etat peut difficilement promettre des actes à ceux qui réclament un encadrement plus strict des armes à feu. La trop fine majorité parlementaire démocrate ne lui permet pas de faire passer seule une législation significative sur le sujet. Les élus de son camp ont besoin de convaincre quelques républicains pour obtenir la majorité qualifiée nécessaire.

La Maison Blanche, réticente à trop impliquer Joe Biden dans la bataille politique, a dit jeudi avoir "besoin de l'aide du Congrès", par la voix de sa porte-parole Karine Jean-Pierre.

Message répercuté par la vice-présidente Kamala Harris, qui a affirmé samedi que les élus devaient "avoir le courage de s'opposer, une fois pour toutes, au lobby des armes, et d'adopter des lois raisonnables sur la sécurité en matière d'armes à feu".

Les premiers témoignages des élèves sortis vivants de l'école Robb ont donné un aperçu du cauchemar qu'ils ont vécu

La tuerie d'Uvalde et les visages enfantins de ses très jeunes victimes a replongé l'Amérique dans le cauchemar des fusillades en milieu scolaire.

Les habitants de cette petite ville, au centre de laquelle s'élève un mémorial en hommage aux victimes, pensent désormais au chagrin des survivants.

"Nous devons aider ces enfants à se sortir de ce traumatisme, de cette douleur", a dit samedi à l'AFP Humberto Renovato, 33 ans.

Les premiers témoignages des élèves sortis vivants de l'école Robb ont donné un aperçu du cauchemar qu'ils ont vécu.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022

Dimanche 29 Mai 2022 -  «Stade de Farce», «soirée de chaos», la presse européenne critique l'organisation de la finale de la Ligue des champions :

 "Stade de Farce", "soirée de chaos": sans éclipser le 14e sacre européen du Real Madrid, la presse européenne a des mots très durs dimanche sur l'organisation de la finale de la Ligue des champions marquée samedi par des incidents en dehors du Stade de France.

Plus que sur la défaite de Liverpool (1-0), les médias britanniques insistent logiquement sur les graves défaillances constatées en marge de la rencontre en raison des difficultés d'accès à l'enceinte de Saint-Denis, qui ont retardé le coup d'envoi du match de plus de 30 minutes et provoqué des tensions à l'extérieur.

Le tabloïd The Sun est le plus virulent avec un titre en français ("Stade de Farce") et le témoignage de Marvin Matip, le frère du défenseur des Reds Joel Matip, qui a raconté avoir dû se réfugier dans un restaurant avec sa femme enceinte pour échapper aux lacrymogènes dispersés dans leur direction.

Le Telegraph publie de son côté le récit accablant de Jason Burt, le chef de la rubrique football du journal. "J'étais devant la porte Y quand j'ai été pris dans les gaz lacrymogènes utilisés sans discernement par la police anti-émeute française au Stade de France. Je parlais à des supporters qui attendaient tranquillement, certains depuis trois heures, quand ils ont atteint mon visage, me piquant les yeux, mes lèvres et ma langue. J'ai vu qu'on en dispersait. Je n'arrivais pas à y croire (…) c'était absolument honteux", a-t-il raconté dans un billet.

 

Près de 70 interpellations en marge de la finale de la Ligue des Champions

Soulignant les "goulots d'étranglement" vers lesquels étaient dirigés les supporters des Reds pourtant arrivés deux heures et demi avant le coup d'envoi et les contrôles "insupportablement lents", Burt estime que "c'est une honte que l'UEFA ait accusé les supporters d'être arrivés tardivement. C'est tout simplement faux. Ils ont essayé de lancer leur version. Maintenant, ils doivent s'excuser".

Du côté espagnol, l'accent est surtout mis sur le 14e titre continental du Real Madrid. Le quotidien sportif Marca a ainsi rebaptisé ce sacre la "Decimocurtua", un jeu de mot entre le nom de l'infranchissable gardien belge Thibaut Courtois et le chiffre quatorze.

"Avec neuf arrêts, Courtois a été le héros indiscutable de la finale", a souligné le journal le plus vendu d'Espagne dimanche à sa une. Le gardien belge est partout, sur toutes les unes de la presse sportive espagnole, ce dimanche. "Courtois offre la Ligue des champions" au Real, s'est aligné le quotidien sportif catalan Mundo Deportivo, avec une grande photo du géant belge tenant la "Coupe aux grandes oreilles" à sa une.

Mais les incidents de la soirée tiennent également une large place dans les journaux ibériques.

 

"Un scandale sans nom"

Alfredo Relano, président d'honneur du quotidien sportif As et voix respectée du football espagnol, se montre très sévère dans un éditorial, dénonçant Liverpool et "ses hordes de barbares sans ticket d'entrée" qui "ont créé un scandale sans nom aux portes du stade, qui aurait bien pu provoquer une catastrophe, même si tout est heureusement rentré dans l'ordre avec le retard du coup d'envoi."

"Ces faits ne peuvent par rester impunis", a-t-il ajouté. "Une honte: la finale a débuté avec une demi-heure de retard à cause du chaos aux accès du stade", a affiché le quotidien catalan Sport en bandeau de sa une, dimanche.

Les médias allemands s'interrogent aussi sur des défauts d'organisation de l'UEFA. "La soirée du chaos", écrit Bild, pour qui, sur le plan sportif, il s'agit de "la défaite la plus amère de Klopp", l'entraîneur allemand de Liverpool. En Italie, la presse salue sans surprise la 4e C1 de "l'empereur" Carlo Ancelotti (Corriere dello Sport).

"Encore un match parfait, pour les choix, la gestion et la préparation. Il est le premier à arriver à quatre Ligue des champions. Une saison énorme, une fierté italienne, merci Carlo!", souligne la Gazzetta dello sport.

Le Corriere dello Sport revient comme toute la presse italienne sur le "flop de l'organisation" parisienne. "Une mauvaise soirée en conclusion d'une triste saison pour la France, où se sont multipliés dans les stades les problèmes de sécurité et d'ordre public", écrit le journal romain.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022

Dimanche 29 Mai 2022 -  Chaos au Stade de France : la Grande-Bretagne ne décolère pas, Liverpool exige une enquête :

Supporters de Liverpool et responsables locaux ne décoléraient pas dimanche contre l'organisation de la finale de la Ligue des champions après que des milliers de fans n'ont pu rentrer dans le Stade de France et ont été violemment repoussés par la police.

La finale, remportée 1-0 par le Real Madrid, a été ternie par des scènes de chaos autour du Stade de France, mises par l'UEFA et les autorités françaises sur le compte de milliers de spectateurs munis de tickets contrefaits. Le coup d'envoi avait été retardé d'une demi-heure.

Dès samedi soir, de nombreux témoignages de journalistes ou de supporters anglais sur place, accompagnés de photos et de vidéos, mettaient cette version à mal, pointant du doigt une organisation déficiente et une attitude démesurément agressive des forces de l'ordre.

"Je ne suis pas sûr qu'il soit possible de plus mal organiser un évènement, même en essayant. Absolument bordélique et dangereux", a ainsi écrit l'ancien international anglais, désormais présentateur TV, Gary Lineker sur Twitter.

"Soulagé d'être sorti de là. Des contrôles de police juste après des passages très étroits et rendu encore plus serrés par la présence de fourgons", avait témoigné Simon Hughes de The Athletic.

 

Liverpool exige une enquête

Le club de Liverpool avait immédiatement demandé l'ouverture d'une enquête "pour déterminer les causes de ces problèmes inacceptables".

"Nous sommes extrêmement déçus des problèmes d'accès et des violations du périmètre de sécurité qu'ont subis les supporters de Liverpool", a expliqué le club anglais dans un communiqué, "les supporters ne devraient pas avoir à vivre ce genre de scène".

Des officiers de la police de Liverpool, déployés sur place comme observateurs et agents de liaison lors de tous les déplacement européens, ont indiqué que "l'immense majorité" des supporters anglais "se sont comportés d'une manière exemplaire, arrivant tôt aux tourniquets et faisant la queue" comme demandé.

 

La colère n'était pas redescendue chez les supporters revenus à Liverpool.

"La seule agressivité que nous avons vue, elle venait de la police française, on avait presque l'impression qu'ils étaient venus en découdre", a témoigné un supporter interrogé par Sky Sports à son retour.

Il a également décrit des tentatives d'intrusion, mais aussi des agressions et des vols, commis par de jeunes Français cherchant à profiter de la cohue devant le stade.

"C'est préoccupant", a souligné le ministre chargé de l'Irlande du Nord Brandon Lewis sur la chaîne britannique Sky News. "Nous devons en apprendre davantage sur ce qui c'est passé", a-t-il ajouté, soulignant "l'approche très agressive" adoptée face aux supporters.

Selon le défenseur de Liverpool Andy Robertson, "à peu près" toutes les familles des joueurs se sont également retrouvées prises dans la confusion.

 

"Moment à la Hillsborough"

Il a également confié qu'un de ses proches s'était vu refuser l'accès aux tribunes sous prétexte que son billet était contrefait. "Je vous assure que ce n'était pas le cas", a-t-il déclaré, soulignant que le billet en question avait été obtenu par son entremise.

Le groupe de supporters de Liverpool Spirit of Shankly a de son côté dénoncé sur twitter des scènes "totalement désordonnées et extrêmement dangereuses".

"Je sais que beaucoup ont passé un moment difficile et je soutiens l'appel du @LFC pour des explications sur ce qui c'est passé avant le coup d'envoi", a tweeté la maire de Liverpool Joanne Anderson.

Le député de Liverpool ouest, Ian Byrne, a de son côté avoué avoir vécu "l'une des pires expériences de (sa) vie": "Sécurité horrible et organisation mettant des vies en danger", a-t-il énuméré.

C'était "un vrai moment à la Hillsborough", a même avancé Andrew Whittle, un supporter interviewé par Sky News, en référence à la catastrophe qui s'est déroulée dans le stade de Sheffield où une bousculade à l'occasion d'une demi-finale de Coupe d'Angleterre, en 1999, a tué 97 personnes.

Pendant des années, la police du Yorkshire et le gouvernement britannique avaient mis la catastrophe sur le dos des supporters de Liverpool, avant qu'une commission d'enquête indépendante, presque 20 ans plus tard, n'admette que les méthodes et certaines décisions de la police étaient le facteur principal derrière le drame.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022

Dimanche 29 Mai 2022 -  Près de 70 interpellations en marge de la finale de la Ligue des Champions :

Soixante-huit personnes ont été interpellées et 39 placées en garde à vue samedi soir à Paris lors de la soirée de finale de Ligue des champions, émaillée d'incidents autour de l'accès au Stade de France, a indiqué le ministère de l'Intérieur.

Fait rare pour un match de ce niveau, le début de la rencontre entre le Real Madrid et Liverpool (1-0) avait dû être reporté d'une demi-heure, en raison de tensions à l'extérieur du stade.

De nombreux supporteurs avaient tenté d'escalader les grilles de l'enceinte pour tenter de forcer l'entrée. De brèves échauffourées ont alors opposé les forces de l'ordre qui repoussaient ces intrus, parfois en faisant usage de gaz lacrymogènes.

Certains spectateurs, pourtant munis de billets, n'ont pu accéder au stade qu'en fin de première période du match.

La préfecture de police de Paris a indiqué dans un communiqué publié samedi soir qu'avant la rencontre "de nombreux supporters sans billets pour le match ou détenteurs de faux billets ont perturbé l’accès au Stade de France, au niveau du périmètre de sécurité extérieur".

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a lui, dans un tweet, pointé du doigt l'attitude "des milliers de +supporters+ britanniques sans billet ou avec des faux billets qui ont forcé les entrées" du Stade de France.

 

238 personnes ont été prises en charge

Mais l'évacuation des deux "fan zones" distinctes - pour les supporters du Real Madrid à Saint-Denis et pour ceux de Liverpool dans l'est de Paris - s'est déroulée sans incidents majeurs, a ajouté sur Twitter la préfecture, évoquant pour ces rassemblements une "bonne physionomie" générale de la soirée.

Un périmètre sécurisé avec écrans géants, boisson et animations avait été organisé par la préfecture sur le Cours de Vincennes pour accueillir les quelques 40.000 supporters anglais des "Reds" non munis de billet. Malgré la défaite, l'évacuation de ce périmètre à haut risque s'est déroulé sans incident, a constaté une journaliste de l'AFP.

En tout 238 personnes ont été prises en charge par les différents service de secours à un moment de la journée, pour des "urgences relatives", allant de l'état d'ébriété ou de petits accidents, y compris des intoxications au gaz lacrymogène, a indiqué à l'AFP un porte-parole des pompiers de Paris.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022

Dimanche 29 Mai 2022 -  Stade de France: Le Pen et Mélenchon dénoncent «une humiliation» et un «échec de la stratégie policière» :

Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont tiré à boulets rouges sur l'organisation de la finale de C1 au Stade de France, marquée par des scènes de chaos.

"Sentiment d'humiliation", "échec complet de la stratégie policière": Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ont tous deux estimé dimanche que la France n'était pas "capable" d'organiser de grandes manifestations, après les scènes de chaos qui ont émaillé la finale de la Ligue des champions au Stade de France.

Interrogé au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, la dirigeante du Rassemblement national a fait part d'un "sentiment d'humiliation parce que nous sommes regardés par le monde entier et l'intégralité des capitales qui ont vu cela ont constaté que la France n'était plus dans la capacité d'organiser de grandes manifestations sans que celles-ci dégénèrent".

"C'est la confirmation que notre Etat s'effondre sous nos pieds. La réalité c'est cela. C'est qu'on ne sait plus organiser une grande manifestation alors même qu'il y a les Jeux olympiques dans 18 mois, ce qui est extrêmement inquiétant", a ajouté la finaliste de la présidentielle, en dénonçant "l'incompétence" du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin et du préfet de police de Paris Didier Lallement .

Même constat chez le dirigeant de La France insoumise: "L'image est lamentable, elle est inquiétante parce qu’on voit clairement qu'on n'est pas préparés pour des événements du type Jeux Olympiques, a lancé Jean-Luc Mélenchon sur BFMTV.

"C'est un échec complet de la stratégie policière", a-t-il soutenu. "Il doit y avoir une réflexion de fond pour remettre la police française dans un dispositif qui la rende efficace" car "le rôle de la police, c'est d'empêcher que ça tourne mal, or là, au contraire, ils ont aggravé les choses", a affirmé M. Mélenchon.

 

Les deux responsables politiques divergent sur l'origine des dérapages

Le match au sommet du foot européen, qui a vu la victoire du Real Madrid face à Liverpool (1-0), a démarré avec un retard de plus de 30 minutes à cause de scènes de chaos à l'extérieur du stade, dues à l'afflux de dizaines de milliers de supporters et aux tentatives d'intrusion.

Les deux responsables politiques divergent sur l'origine des dérapages, Mme Le Pen estimant que le département de la Seine-Saint-Denis, où se trouve le Stade de France, était "hors de contrôle".

Cela a dégénéré "en partie par une désorganisation dont il faudra que les organisateurs s'expliquent, et puis en partie par une délinquance traditionnelle" qui fait "qu'à chaque événement celui-ci se transforme en émeute, en tentative de pillage".

Jean-Luc Mélenchon a raillé du côté de l'extrême droite "l'habituel refrain raciste". "Le problème d'hier soir, c'est la doctrine d'emploi des forces de l'ordre", a-t-il insisté.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022

Dimanche 29 Mai 2022 -  Du petit trafic au système mafieux, l’abandon des déchets dans la nature est devenu un fléau. :

Fut un temps où l’on jetait sans trier les produits toxiques, où l’on brûlait tout ce qui encombrait et où l’on envoyait le reste dans le «tiers-monde». Aujourd’hui, il existe au moins 16000 «déballes», inactives mais non dépolluées, comme au Havre en bordure d’océan, et tant d’autres dont on a perdu la mémoire. «À la sortie d’une ville, raconte un spécialiste de la dépollution, un lotissement avec une crèche a été construit. Rapidement, des enfants se sont plaints de maux de tête. On a fait des recherches, l’ensemble tenait sur un ancien dépôt d’ordures non répertorié!» «Le phénomène a considérablement augmenté et les délits se sont aggravés », s’inquiète la sénatrice Françoise Gatel, à l’origine d’un rapport d’information sur la multiplication des décharges. Le nombre d’infractions liées aux dépôts de déchets sauvages constatées par la gendarmerie a augmenté de 85% entre 2017 et 2021. L’association Gestes propres répertorie 1 million de tonnes de détritus abandonnés chaque année.

 

«Pas un coin qui ne soit pollué!» dénonce un lanceur d’alerte

L’Agence de la transition écologique (Ademe) recense, elle, 36000 décharges à ciel ouvert. Si l’on y trouve de tout, elles sont majoritairement composées de rebuts du BTP. En 2018, ce secteur était à l’origine de 70% des déchets français, soit 240 millions de tonnes. Ils devraient être traités pour un coût de 30 à 60 euros le mètre cube, et encore, quand ils ne sont pas dangereux. Alors, sur les bords des axes routiers ou des chemins de fer, dans des forêts, des entrepôts, sur des terrains privés, des friches industrielles, des terres en jachère ou même cultivées, des milliers de tonnes de gravats, d’ordures ménagères, de produits toxiques sont déchargés. Un vaste trafic qui relève de la simple incivilité comme de la mafia organisée et implique même des élus… Dans le sud du pays, le tableau a de quoi terrifier. «Pas un coin qui ne soit pollué ! » dénonce Gérard Vaiana, lanceur d’alerte marseillais. C’est en pleine nature, sur des lieux idylliques, que les camions déchargent. À Spéracèdes, on ne tire plus les grives, fusils pointés vers le ciel: sur 400 mètres, le chemin a été tellement rehaussé qu’il est maintenant à hauteur de cime des arbres. Une piste illégale, construite pourtant avec les autorisations nécessaires, dans un bois labélisé «réservoir de biodiversité», à l’entrée du plateau mégalithique de Saint-Cézaire.

Impossible pour le promeneur d’imaginer qu’il marche sur 35000 mètres cubes de déchets. «Le laboratoire indépendant que nous avons mandaté a confirmé la présence d’amiante», s’alarme Florence Pintus, élue municipale d’opposition et membre de l’association Aspic. Elle estime les frais de mise en décharge évités pour l’entreprise du BTP à environ 10 millions d’euros. Une enquête est en cours. Non loin, entre deux vallons, en contrebas du massif de Lachens (le «toit du Var»), une «colline» haute parfois de plus de 12 mètres a poussé sur 5 hectares. Pour la masquer, de grosses machines ont commencé à aplanir le terrain. Contrairement à ce que spécifie le permis d’aménager signé du maire, la zone est classée et l’Artuby, une rivière qui alimente le Var en eau potable, coule à proximité. Surtout, on ne connaît pas la composition de ce qui est entassé. «Certains jettent même des produits médicaux ou toxiques, les plus chers à retraiter», s’énerve Jean Sansone, fondateur de SOS corruption 13.

Dans ce Sud, à l’origine, apparaît souvent une même entreprise de construction. «Pourquoi tant de collectivités font-elles toujours appel à elle?» s’interroge un maire en colère. Non loin, une faille dans la montagne est comblée avec des déchets. On en retrouve dans un élevage de cochons bio, une ferme pédagogique, un stand de tir, le jardin d’une maison abandonnée, un terrain de golf, un entrepôt au toit en amiante, un ruisseau qui file vers la mer et même une rue de Marseille… Fin 2021, dans le procès de la «mafia des déchets », le tribunal de Draguignan a sanctionné la pollution avec du bitume, du plomb, du mercure d’une vingtaine de terrains, dont certains protégés. Plusieurs vignes en AOC des vins de Bandol ont été déclassées. Le clocher du village de Belloy-en-France, en région parisienne, n’est plus visible depuis la route. Le terrain de 7 hectares qui la borde a été tellement exhaussé qu’il semble avoir disparu. Devant l’inertie des pouvoirs publics, le collectif Belloy autrement a déposé plainte. Là, c’est une femme, atteinte depuis d’un lymphome, qui, pour quelques sous, a accepté des détritus «inertes». Son terrain a été enseveli sous des mètres cubes de produits dangereux au point que les autorités de santé lui interdisent d’exploiter son potager. Ici, c’est un homme qui autorise l’acquéreur de sa propriété à y entreposer ses gravats mais se retrouve avec une terre polluée, et un acheteur volatilisé.

 

Un trafic estimé à 10 milliards d’euros en Europe

Le trafic est estimé à 10 milliards d’euros en Europe. Le crime profite aux entreprises du BTP qui se délivrent de leurs déchets à bon compte comme à toute la chaîne qui les bazardent. En deux clics, sur des sites d’annonces entre particuliers, on déniche des offres alléchantes pour «débarrasser même les fins de chantiers et gravats». La cupidité, le travail au noir, une production d’ordures en augmentation, le manque de déchetteries, leurs horaires d’ouverture inadaptés et, enfin, un certain laisser-faire des pouvoirs publics, autant d’explications à ce chaos. Dans son étude publiée en 2019, l’Ademe pointe, parmi les difficultés, celle de l’« identification du responsable», le «classement sans suite des plaintes», la «non-application des sanctions» ou leur «caractère peu dissuasif», les «délais trop importants et la procédure trop chronophage », la «mobilisation difficile de la police municipale, de la gendarmerie ou de la justice». Pour un dépôt sauvage sur la voie publique, comptez 68 euros d’amende forfaitaire.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022
LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022

Dimanche 29 Mai 2022 -  A cheval, le prince William supervise les derniers préparatifs avant le jubilé de la reine :

Le 2 juin prochain débutera le jubilé de platine de la reine Elizabeth, la grande célébration de ses 70 ans de règne. Samedi, le prince William , en tant que colonel des Irish Guards, a supervisé lui-même les derniers préparatifs à cheval. Le duc de Cambridge a été nommé colonel honoraire de ce régiments d'élite de l'armée britannique le 10 février 2011 et portait l'uniforme à l'occasion de son mariage avec Kate Middleton le 29 avril de la même année.

 

Jeudi, le jubilé débutera par le traditionnel  rassemblement militaire Trooping the Colour (le «salut aux couleurs») qui marque l'anniversaire des monarques anglais depuis 1748. L'une des premières apparitions d'Elizabeth II, alors jeune princesse, remonte à l'année 1935 lorsque son grand-père George V était encore roi. En tant que reine, elle a assisté à la revue depuis 1952, avec une seule exception, en 1955, due à la grève nationale des cheminots. En 2020 et 2021, la parade a été limitée en raison de la pandémie liée au coronavirus.

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022

Dimanche 29 Mai 2022 -  Roland-Garros : Rafael Nadal retrouve Novak Djokovic en quarts de finale :

Rafael Nadal , treize fois titré à Roland-Garros, retrouvera mardi en quarts de finale le N.1 mondial Novak Djokovic après sa victoire arrachée dimanche face au Canadien Félix Auger-Aliassime, 3-6, 6-3, 6-2, 3-6, 6-3 au bout de quatre heures et demie d'échanges sur un court Central incandescent.

Tenant du titre et tombeur de Nadal en demi-finales l'an passé, le Serbe est lancé à la poursuite du Majorquin dans la chasse au record de titres en Grand Chelem que se livrent les deux monstres (20 contre 21).

"On se connaît bien. Il arrive après un titre à Rome alors que moi je n'ai pas beaucoup joué", a reconnu +Rafa+. "Mais on est à Roland-Garros ! Je ne sais pas ce qui se passera, mais je donnerai tout ce que j'ai."

+Nole+, ultra-dominateur face à Diego Schwartzman (6-1, 6-3, 6-3), s'est davantage économisé que l'Espagnol, qui a passé plus du double de temps sur le court (4h21) dans son duel spectaculaire face à Félix Auger-Aliassime, 9e joueur mondial.

Il a fallu toute la détermination distinctive de l'Espagnol pour venir à bout du protégé de son oncle Toni Nadal. A l'image de sa défense acharnée pour forcer le break (2-1) dans le troisième set, aidé par un smash trop long de +FAA+. Un des nombreux points d'anthologie de ce choc des générations, entre l'étoile montante de Montréal, 21 ans, et le vieillissant roi de l'ocre, qui fêtera ses 36 ans vendredi.

"Je n'ai pas bien commencé le match", a livré +Rafa+. "Dans le premier set je n'ai pas réussi à convertir les occasions que je me suis créées. Dans le troisième, j'ai mieux joué, mais le début du quatrième a été difficile. Il a un gros service (194 km/h de vitesse moyenne au premier service, NDLR) et je n'arrivais pas à le repousser. Mais en fin de match j'ai réussi à être plus agressif, à monter au filet, et ça a fait la différence."

 

Le troisième match en cinq sets de l'Espagnol

Une statistique décrit la rareté de l'événement de ce dimanche: en 112 matchs Porte d'Auteuil, ce n'était que le troisième en cinq sets de l'Espagnol.

A deux jours de son face-à-face avec +Djoko+ qui reste sur une victoire face au Majorquin dans son jardin parisien - en demi-finale l'an passé -, quels stigmates laissera ce match ?

Nadal, malgré son sacre en Australie où manquait à l'appel Djokovic, affiche un corps usé. Une fracture de fatigue aux côtes l'a sans doute privé d'une victoire finale à Indian Wells en mars. Rattrapé par ses douleurs chroniques au pied gauche dues à une ostéonécrose de l'os scaphoïde (syndrome de Muller-Weiss), il avait pris la porte dès les huitièmes de finale à Rome, dernier tournoi avant Roland-Garros.

Les deux géants ne se sont plus affrontés aussi tôt dans un des quatre tournois majeurs depuis 2015. C'était déjà à Roland-Garros et le Serbe s'était imposé en trois sets. Le seul autre précédent était déjà Porte d'Auteuil: c'était en 2006, lors de leur première confrontation. Elle avait tourné à l'avantage de Nadal.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2141) : DIMANCHE 29 MAI 2022

Dimanche 29 Mai 2022 -  Présidentielle en Colombie : le candidat de gauche favori pour une première historique :

 Dans un contexte tendu, les Colombiens ont commencé à se rendre aux urnes ce dimanche pour élire leur nouveau président. Le favori est l'opposant de gauche Gustavo Petro.

Les Colombiens ont commencé à voter dimanche matin pour se choisir un nouveau président, avec en leitmotiv le changement auquel aspire la grande majorité des Colombiens, et en favori un opposant, Gustavo Petro, qui pourrait devenir le premier président de gauche de l'histoire récente du pays.

Le président conservateur sortant Ivan Duque , qui ne peut pas se représenter, a inauguré le début officiel du vote en mettant son bulletin dans l'urne à Bogota .

"J'invite tous les Colombiens à voter avec enthousiasme et joie, à voter sans haine, sans préjugé, sans parti pris", a déclaré à cette occasion M. Duque, soulignant que son pays était "l'une des plus anciennes démocraties de cet hémisphère" et l'une des "plus solides".

Près de 39 millions d'électeurs sont attendus dans 12.000 bureaux de vote, où ils auront le choix entre six candidats.

En tête des sondages, le sénateur de gauche Gustavo Petro, un ex-guérillero converti à la social-démocratie , économiste et ancien maire de Bogota, a su capitaliser sur la soif de "changement" dont il a fait son emblème.

Son accession à la magistrature suprême serait un séisme politique dans un pays où les conservateurs monopolisent le pouvoir depuis des décennies.

"Aujourd'hui, j'ai confiance en mon peuple. L'heure est à la confiance, à la coexistence et à la volonté de changement", a-t-il déclaré dimanche matin avant de voter.

"Soit nous restons sur ce que nous avons: la corruption, la violence et la faim. Soit nous changeons pour aller vers la paix, le progrès productif, et une démocratie avec de la transparence", a-t-il promis une nouvelle fois samedi.

C'est la troisième fois que M. Petro, 62 ans, participe à une présidentielle, avec cette fois-ci comme colistière pour la vice-présidence une Afro-colombienne, Francia Marquez, charismatique activiste au discours féministe et antiraciste, qui s'est déjà imposée comme l'un des phénomènes marquants de cette présidentielle.

En face, le candidat conservateur Federico Gutierrez, ancien maire de Medellin (deuxième ville du pays), se veut le défenseur des Colombiens "ordinaires", auxquels il promet "ordre et sécurité".

Du discours classique dénonçant l'épouvantail "communiste", "Fico", pour ses partisans, a lui aussi adopté ces derniers jours l'antienne du changement, se disant le candidat du "bon sens".

Tout au long de sa campagne, il a pris soin de se démarquer du président sortant et de la vieille droite colombienne, incarnée par le Centre démocratique, parti au pouvoir, aujourd'hui en pleine bérézina et dont le chef historique, l'ex-président Alvaro Uribe, est englué dans les démêlés judiciaires.

"Fico" est sérieusement talonné dans les sondages par le candidat indépendant Rodolfo Hernandez, entrepreneur millionnaire de 77 ans au discours populiste vilipendant la corruption, souvent qualifié de "Trump colombien" par la presse.

Les bureaux seront ouverts de 8H00 (13H00 GMT) à 16H00 locales (21H00 GMT). Les résultats de ce premier tour sont attendus dans la soirée. Un second tour est prévu le 19 juin au cas où Petro ne passerait pas la majorité des 50%.

 

- "Désinformation" -

Le scrutin se déroule dans un climat de vives tensions politiques, après quatre années sans grande réforme de fond marquées par la pandémie, une forte récession, des manifestations massives dans les villes et une aggravation de la violence des groupes armés dans les campagnes.

Le "paro" (grève) du printemps 2021, sévèrement réprimé par la police, a révélé l'ampleur des frustrations, en particulier chez les jeunes, face à la pauvreté, aux inégalités et à la corruption, un mal endémique du pays.

Dans les zones rurales, guérillas et groupes armés liés au narcotrafic ont accru leurs violences et leur emprise au sein des communautés, mettant à mal les quelques acquis de l'accord de paix signé en 2016 avec les FARC marxistes.

Très polarisée, la campagne a été notamment marquée par des menaces d'assassinat contre le favori et sa colistière afro-colombienne.

Après des incohérences dans le pré-comptage des législatives au détriment de son camp, Petro s'est déjà dit inquiet d'un "manque de garanties" pour ce dimanche, notamment autour du logiciel de comptage qui n'a pas pu être audité à temps malgré les instructions de la justice et du gouvernement.

Le gouvernement a déployé 220.000 policiers et militaires supplémentaires dans tout le pays, soit au total 300.000 hommes qui seront en charge de sécuriser le vote, encadré par 690.000 assesseurs.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens