Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2022 4 27 /01 /janvier /2022 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2025) : MERCREDI  JANVIER 2022

Mercredi 26 Janvier 2022 - Le point du corona virus le 25 janvier 2022 au soir :

Le nombre d'hospitalisations pour cause de Covid est repassé au-dessus de 30.000 pour la première fois depuis fin 2020, mais celui des patients en services de soins critiques reflue légèrement, selon les chiffres officiels publiés mardi. Les laboratoires ont enregistré 501.635 cas de contaminations en 24 heures, un niveau record, mais pour lisser les à-coups statistiques, il faut considérer la moyenne quotidienne sur sept jours, qui est stable par rapport à la veille avec 366.000 cas.

Le niveau toujours élevé du nombre de contamination se traduit par un afflux des malades du Covid dans les hôpitaux, qui ont enregistré 3.842 nouvelles admissions en 24 heures. Au total, 30.189 patients Covid sont actuellement hospitalisés (29.748 lundi), un niveau qui se rapproche du pic enregistré en novembre 2020. En revanche, les chiffres concernant les soins critiques, qui accueillent les patients avec les formes les plus graves de la maladie, confirment un tassement. Ces services traitent actuellement 3.741 personnes (3.776 lundi).

S'il est beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, le variant Omicron donne aussi moins de formes sévères, ce qui se traduit notamment par des passages moins longs à l'hôpital et des admissions moins fréquentes en réanimation. Les hôpitaux ont enregistré 364 décès dus au Covid-19 en 24 heures, ce qui porte le bilan total des décès en France à 129.489 depuis le début de l'épidémie. Alors que le pass vaccinal est entré en vigueur lundi, 53.857.474 personnes ont reçu au moins une injection (soit 79,9% de la population totale) et 52.534.085 personnes ont un schéma vaccinal complet (soit 77,9% de la population totale). Par ailleurs, 34.301.653 personnes ont reçu une dose de rappel.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2025) : MERCREDI  JANVIER 2022

Mercredi 26 Janvier 2022 - Le projet de loi pour demander «pardon» aux «harkis »voté au Sénat :

Après d'intenses débats, le Sénat français a voté en première lecture un projet de loi pour demander "pardon" et tenter de "réparer" les préjudices subis par les harkis, nombre d'élus martelant cependant qu'il ne pourrait valoir pour "solde de tout compte". Le texte a été adopté dans la nuit de mardi à mercredi à l'unanimité des suffrages exprimés (331 voix pour, 13 abstentions). Près de soixante ans après la Guerre d'Algérie (1954-1962, près de 500.000 morts), ce texte se veut la traduction législative d'un discours du président français Emmanuel Macron, qui, le 20 septembre dernier, avait demandé "pardon" à ces Algériens ayant combattu aux côtés de l'armée française, mais qui furent "abandonnés" par la France.

Ce texte est "celui de la reconnaissance par la Nation d'une profonde déchirure et d'une tragédie française, d'une page sombre de notre Histoire" , a souligné la ministre chargée de la Mémoire et des Anciens Combattants Geneviève Darrieussecq. Pour la rapporteure Marie-Pierre Richer (droite), s'il "comporte des avancées importantes", le projet de loi "a un goût d'inachevé". Le texte, auquel l'Assemblée nationale avait donné un premier feu vert le 18 novembre, reconnaît "les conditions indignes de l'accueil" réservé aux 90.000 harkis et à leurs familles, qui ont fui l'Algérie après l'indépendance en 1962.

Près de la moitié ont été relégués dans des camps et des "hameaux de forestage", directement gérés par l'Etat. Pour ceux-ci, le projet de loi prévoit "réparation" du préjudice avec, à la clef, une somme forfaitaire tenant compte de la durée du séjour dans ces structures. Le nombre de bénéficiaires potentiels est estimé par le gouvernement à 50.000, pour un coût global de 302 millions d'euros sur environ six ans. Les sénateurs ont intégré "certaines prisons reconverties en lieux d'accueil pour rapatriés" dans la liste des structures éligibles au mécanisme de réparation. Mais la déception s'est cristallisée sur ceux qui ne sont pas inclus dans le champ de l'indemnisation, les quelque 40.000 rapatriés qui n'ont pas séjourné dans ces structures, mais dans des "cités urbaines".

"Leur seul tort est de ne pas avoir vécu entourés de barbelés", s'est insurgé le sénateur de droite Philippe Tabarot, fustigeant un mécanisme de réparation "à la fois partiel et partial". Le Sénat a adopté deux amendements visant à élargir les prérogatives de la Commission de reconnaissance et de réparation que crée le projet de loi. Celui du gouvernement tend à garantir "à tous les harkis combattants" un accès à cette Commission, qui pourra examiner leurs situations individuelles et leur proposer "toute mesure de reconnaissance appropriée". Le chef de file des sénateurs de droite (Les Républicains) Bruno Retailleau a souhaité voir plus loin en lui confiant, pour tous les harkis, le soin de "proposer toute mesure de reconnaissance et de réparation".

 

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2025) : MERCREDI  JANVIER 2022

Mercredi 26 Janvier 2022 - Ukraine : Moscou juge «destructive» l'idée de sanctions américaines contre Poutine :

Le Kremlin a qualifié mercredi de "destructive" l'idée de sanctions contre le président russe Vladimir Poutine, évoquée la veille par son homologue américain Joe Biden en cas d'invasion de l'Ukraine. "Politiquement, ce n'est pas douloureux, c'est destructif", a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, estimant que ces sanctions n'auraient pas d'effet.

Mardi, à une journaliste qui lui demandait s'il pouvait envisager de sanctionner personnellement le président russe, Joe Biden a répondu "Oui", puis "Je peux le concevoir". Si la Russie "envahit tout le pays", ou "même beaucoup moins" que cela, il y aura "d'énormes conséquences" et cela "changerait le monde", a encore indiqué le président américain. Joe Biden n'a toutefois pas précisé la nature de ces éventuelles sanctions contre M. Poutine.

Lorsque Washington sanctionne des personnalités étrangères, cela passe, le plus souvent, par un gel de leurs avoirs et une interdiction de transaction avec les Etats-Unis. M. Peskov a lui souligne que la loi russe interdit en principe aux hauts responsables du pays de posséder des avoirs à l'étranger, estimant donc que de telles mesures "ne sont pas du tout douloureuses" pour les autorités.

La Russie a déployé ces derniers mois des dizaines de milliers de soldats aux frontières de l'Ukraine et multiplié les manoeuvres, faisant craindre une invasion. Si Moscou dément tout projet en ce sens, le Kremlin insiste sur des garanties écrites pour sa sécurité, y compris sur la promesse que Kiev n'intègrera pas l'Otan. Après une série de pourparlers diplomatiques en Europe la semaine dernière visant à désamorcer la crise, une réunion des conseillers diplomatiques des présidents russe, ukrainien, français et du chancelier allemand doit avoir lieu mercredi, au format dit de "Normandie", où Paris et Berlin jouent les rôles de médiateurs.

"J'espère que ce sera une bonne discussion, ouverte et qui aboutira à un maximum de résultats", a dit Dmitri Peskov.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2025) : MERCREDI  JANVIER 2022

Mercredi 26 Janvier 2022 - Pensionnats autochtones: des dizaines de «potentielles» tombes retrouvées au Canada :

Une communauté autochtone a annoncé mardi que ses recherches avaient permis d'identifier 93 "potentielles" tombes sur le site d'un ancien pensionnat dans l'ouest du Canada, quelques mois après le scandale qui a secoué le pays. Ces recherches préliminaires ont été menées à l'aide de géo-radars et ont permis d'identifier ce qui pourrait être de "potentielles sépultures humaines", a indiqué la Première nation de Williams Lake en Colombie-Britannique (ouest), dans un communiqué.

Elles ont été effectuées sur un périmètre d'environ 14 hectares, parmi les 480 que compte le site de l'ancien pensionnat St. Joseph's Mission, situé à environ 300 kilomètres au nord de Kamloops où avaient été retrouvés les restes de 215 enfants fin mai. L'institution a accueilli des milliers d'enfants entre 1886 et ce, jusqu'à sa fermeture, en 1981.

Elle était gérée "par diverses sectes religieuses", et principalement par des missionnaires catholiques sur ordre du gouvernement canadien, explique la communauté autochtone qui compte environ 800 membres. "Il y a encore beaucoup de travail à faire sur le site de St Joseph et nous avons l'intention de le poursuivre", a assuré son chef, Willie Sellars. "Les nouvelles d'aujourd'hui en provenance de la Première Nation de Williams Lake font ressurgir de nombreuses émotions pénibles", a estimé le Premier ministre canadien Justin Trudeau. "Mon cœur se brise pour les membres de la communauté et pour ceux dont les proches ne sont jamais revenus à la maison", a-t-il ajouté, dans un tweet.

Début janvier, Ottawa a annoncé un financement de 1,9 million de dollars canadiens (1,3 million d'euros) pour contribuer à l'enquête de la Première nation de Williams Lake sur cet ancien pensionnat. "À ce jour, 116,8 millions de dollars ont été engagés pour aider les survivants des Premières Nations, des Inuits et des Métis, leurs familles et leurs communautés à localiser et à commémorer les enfants disparus qui ont fréquenté les pensionnats", précisait le gouvernement canadien dans un communiqué.

Au total, plus d'un millier de tombes anonymes ont été retrouvées depuis mai sur les sites d'anciens pensionnats. Et de nombreuses recherches sont en cours dans tout le pays - entre 4.000 et 6.000 élèves auraient disparu, selon les autorités. Entre la fin du XIXe siècle et les années 1990, quelque 150.000 enfants autochtones ont été enrôlés de force dans plus de 130 pensionnats à travers le pays où ils ont été coupés de leurs familles, de leur langue et de leur culture. Une commission nationale d'enquête avait qualifié ce système de "génocide culturel".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2025) : MERCREDI  JANVIER 2022

Mercredi 26 Janvier 2022 - Les salariés d'EDF en grève contre la vente à bas prix de l'électricité :

Les quatre principaux syndicats du secteur énergétique ont lancé un appel à la grève des salariés d'EDF mercredi pour protester contre la vente de l'électricité à prix réduit.

Face à la flambée des prix de l'énergie, le gouvernement a dégainé un arsenal de mesures pour contenir les factures et honorer sa promesse de limiter à 4% l'augmentation des tarifs réglementés de l'électricité en 2022, dans un contexte sensible à quelques semaines de l'élection présidentielle. Il a ainsi demandé à EDF d'augmenter de 20 terawattheures (TWh) le volume d'électricité nucléaire vendu à prix réduit à ses concurrents, pour le faire passer de 100 à 120 TWh à titre exceptionnel.

Cette mesure aura "un coût pour EDF compris entre 7,7 milliards et 8,4 milliards d'euros en fonction des prix de marché", avait indiqué le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire . Après cette annonce, les quatre principaux syndicats du secteur énergétique ont lancé un appel à la grève des salariés d'EDF mercredi.

Le patron des députés LREM Christophe Castaner a affirmé mercredi qu'il ne comprenait pas la colère des salariés d'EDF, en grève contre la demande de l'Etat-actionnaire de vendre davantage d'électricité à bas prix à ses concurrents afin de contenir la facture des ménages et des entreprises. "Non, je ne le comprends pas parce que quand vous avez la fierté d'être dans une entreprise publique comme EDF, vous assumez aussi de contribuer à la solidarité nationale", a-t-il affirmé sur France 2, interrogé sur "le coup de colère" des salariés en grève ce mercredi.

Il a rappelé qu'EDF était "une entreprise publique détenue à 80% par l'Etat (qui fait donc partie) du patrimoine des Français" et assuré que le prix de l'électricité aurait "augmenté de 44%" sans les mesures prises par le gouvernement.

"Quand EDF a connu des difficultés, l'Etat a toujours été présent. Et l'Etat sera toujours présent", a ajouté M. Castaner.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2025) : MERCREDI  JANVIER 2022

Mercredi 26 Janvier 2022 - Covid-19 : l’anakinra, un traitement prometteur :

L’arrivée du variant Omicron a rendu obsolète l’usage des premiers anticorps monoclonaux approuvés par l’Agence européenne du médicament (EMA) : Ronapreve, issu des laboratoires Roche (Suisse) et Regeneron (États-Unis), et Regkirona, développé par Celltrion (Corée du Sud). Deux d’entre eux récemment adoubés par l’EMA gardent encore une certaine efficacité : 1. Xevudy, du laboratoire GlaxoSmithKline, utilisable dans le traitement précoce des patients infectés et à risque de développer une forme grave. 2. Evusheld, d’AstraZeneca, donné en prévention aux sujets peu répondeurs aux vaccins et porteurs de comorbidités. Pour rappel, les anticorps monoclonaux sont des protéines conçues pour se fixer sur une cible afin de la neutraliser. Ceux élaborés contre le Sars-CoV-2 ciblent une région spécifique de son spicule, avec lequel il infecte les cellules humaines. L’ennui est que les variants ont accru le nombre de leurs mutations, ce qui a pour effet à terme de rendre tous les anticorps monoclonaux antiviraux inefficaces. Bonne nouvelle, le 16 décembre, l’EMA a approuvé l’anakinra (Kineret), capable, quel que soit le variant, de bloquer le terrible orage inflammatoire (cytokinique) impliqué dans la grande majorité des décès liés à la pandémie. Sa force est de ne pas cibler le virus, mais le principal mécanisme par lequel il tue !

C’est un médicament dont les équipes de Paris Match ont déjà parlé . Le Dr Gilles Hayem (groupe hospitalier Paris Saint-Joseph), rhumatologue, a été l’un des initiateurs de ce traitement. « Les rhumatologues connaissent ce produit depuis vingt ans, explique-t-il. L’anakinra inhibe une protéine pro-inflammatoire appelée interleukine 1. Suite à certains stimulus (virus, bactéries...), un complexe enzymatique particulier du corps humain appelé inflammasome peut s’activer, donnant naissance à un phénomène hyperinflammatoire. Durant ce processus, l’interleukine 1 est la première cytokine à être produite en excès. L’anakinra agissant dès l’amorce de l’orage cytokinique, il était logique de penser qu’il avait de sérieuses chances d’être efficace dans les formes de Covid-19 à profil évolutif sévère. » À l’appui de ce postulat, une première série d’études a été rapidement lancée en France et en Italie. Elles ne purent être randomisées (avec tirage au sort à l’aveugle pour déterminer la distribution d’anakinra ou du placebo aux patients), car il fallait agir vite chez des sujets hospitalisés, avec atteinte respiratoire sévère, sous oxygène, et des signes biologiques indiquant un risque élevé de forme grave à court terme. De toutes ces études, celle menée au sein de l’hôpital Saint-Joseph et publiée dans le « Lancet Rheumatology » fut sans doute la plus convaincante : 52 patients traités par anakinra furent comparés à un groupe contrôle ne l’ayant pas reçu (44 sujets hospitalisés au même moment et au profil similaire). Bilan : 25 % des malades traités par l’anakinra décédèrent ou furent transférés en réanimation, contre 73 % des patients n’ayant pas reçu le produit ! Les autres essais rapportèrent des résultats analogues.

« Ces résultats plus qu’encourageants ne furent pas réellement pris en considération par les membres du conseil scientifique de l’Élysée », souligne le Dr Hayem. La raison ? « Absence de randomisation ! » Pire, une étude du CHU de Tours, évoquant un prétendu surrisque de mortalité sous anakinra, jeta le discrédit sur la molécule avant qu’un communiqué de rétractation ne soit publié par l’Agence nationale de sécurité du médicament. C’est finalement une étude grecque, randomisée dans les règles, menée chez 594 patients menacés de formes graves qui put convaincre l’EMA : en plus du traitement standard qui incluait des corticoïdes (dexaméthasone), 189 sujets reçurent un placebo et 405 l’anakinra. Après un suivi de vingt-huit jours, le nombre de patients ayant totalement récupéré a été deux fois plus important dans le groupe anakinra que dans l’autre, la mortalité deux fois moindre et même réduite de 80 % chez les sujets les plus sévèrement atteints. Le Dr Hayem ajoute : « L’anakinra est la copie conforme d’un antagoniste naturel de l’interleukine 1 que le corps humain fabrique spontanément. Ce traitement biologique est bien moins coûteux que les anticorps monoclonaux. La totalité d’un traitement revient à 500 euros environ, à comparer aux milliers d’euros que coûtent les journées en soins intensifs qu’il permet d’éviter. »

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2025) : MERCREDI  JANVIER 2022

Mercredi 26 Janvier 2022 - Florent Pagny annonce souffrir d'un cancer du poumon :

 C’est avec une grande humilité qu’il est venu s'excuser auprès de ses fans. Dans une courte vidéo publiée mardi sur son compte Instagram, intitulée «Désolé!», Florent Pagny leur a pourtant révélé une terrible nouvelle. Le chanteur souffre d’un cancer du poumon : « Je dois faire une annonce un peu particulière, je ne vais pas pouvoir terminer ma tournée des 60 ans. On vient de me diagnostiquer une tumeur au poumon, une tumeur cancéreuse pas très sympathique qui ne peut pas s’opérer».

À l’occasion de la tournée donnée pour son 60ème anniversaire, et pour défendre son dernier album «L’Avenir», le chanteur devait honorer une quarantaine de dates en 2022. Plusieurs concerts avaient déjà été annulés, en raison des jauges fixées pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. «Je dois entrer dans un protocole de six mois de chimiothérapie et de rayons X. Je suis désolé. Dans la vie, le plus important c’est la santé et quand on a un problème il devient prioritaire».

Maigre consolation pour ses fans, le coach de The Voice a précisé qu’on le verrait bientôt «sur le fauteuil rouge, en pleine forme puisqu’on a tout enregistré avant» pour la nouvelle saison de l'émission de TF1. «Je vais me mettre en mode guerrier pour affronter cette épreuve un peu particulière», a promis Florent Pagny, marié et père de deux enfants, avant de conclure sur une positive et courageuse : «Quand tout ça sera réglé, on se retrouvera, je reviendrai finir ce que j’ai commencé. Ce sera peut-être la tournée des 61».

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2025) : MERCREDI  JANVIER 2022

Mercredi 26 Janvier 2022 - Les députés unanimes pour la restitution d'oeuvres d'art spoliées par les nazis :

L'Assemblée nationale unanime a voté mardi un projet de loi en vue de la restitution de 15 oeuvres d'art aux ayants droit de familles juives spoliées par les nazis.

Entre émotion et gravité, l'Assemblée nationale unanime a voté mardi un projet de loi en vue de la restitution de 15 oeuvres d'art, dont un tableau de Gustav Klimt et un autre de Marc Chagall, aux ayants droit de familles juives spoliées par les nazis.

Face à ces ayants droit, présents en tribune, la ministre de la Culture Roselyne Bachelot a salué un texte "historique", validé sous les applaudissements par 97 voix. Il doit être adopté définitivement par le Sénat le 15 février. La spoliation était "la négation de l'humanité (de ces familles juives), de leur mémoire, de leurs souvenirs", a souligné la ministre, à l'unisson des orateurs de tous les groupes politiques.

Parmi les 15 oeuvres se trouve "Rosiers sous les arbres" de Gustav Klimt, conservé au musée d’Orsay, et seule oeuvre du peintre autrichien appartenant aux collections nationales françaises. Il a été acquis en 1980 par l’État chez un marchand. Des recherches approfondies ont permis d'établir qu'il appartenait à l'Autrichienne Eléonore Stiasny qui l’a cédé lors d'une vente forcée à Vienne en 1938, lors de l’Anschluss, avant d’être déportée et assassinée.

Onze dessins et une cire conservés au Musée du Louvre, au Musée d'Orsay et au Musée du Château de Compiègne ainsi qu'un tableau d'Utrillo conservé au Musée Utrillo-Valadon ("Carrefour à Sannois") font également partie des restitutions prévues. Un tableau de Chagall, intitulé "Le Père", conservé au Centre Pompidou et entré dans les collections nationales en 1988, a été ajouté. Il a été reconnu propriété de David Cender, musicien et luthier polonais juif, immigré en France en 1958.

Pour 13 des 15 œuvres, les ayants droit ont été identifiés par la Commission pour l'indemnisation des victimes de spoliations (CIVS), créée en 1999.

Roselyne Bachelot a évoqué un projet de loi "historique": "c'est la première fois depuis l'après-guerre que le gouvernement engage un texte permettant la restitution d'oeuvres des collections publiques" qui ont été "spoliées pendant la Seconde guerre mondiale ou acquises dans des conditions troubles pendant l'Occupation en raison des persécutions antisémites".

Quelque 100.000 oeuvres d'art auraient été saisies en France durant la guerre de 1939-1945, selon le ministère de la Culture. 60.000 biens ont été retrouvés en Allemagne à la Libération et renvoyés en France. Parmi eux, 45.000 ont été restitués à leurs propriétaires entre 1945 et 1950. Environ 2.200 ont été sélectionnés et confiés à la garde des musées nationaux (oeuvres "MNR" pouvant être restituées par simple décision administrative) et le reste (environ 13.000 objets) a été vendu par l’administration des Domaines au début des années 1950. De nombreuses œuvres spoliées sont ainsi retournées sur le marché de l’art.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2025) : MERCREDI  JANVIER 2022

Mercredi 26 Janvier 2022 - En images, les chutes du Niagara sont gelées et c’est somptueux :

Avec le froid, les chutes d'eau les plus célèbres du monde sont, en partie, gelées, ce qui fait le bonheur des visiteurs.

Ils ont bravé le froid pour contempler ce théâtre de nature. Depuis plusieurs jours, des dizaines de touristes s'agglutinent à Niagara afin de contempler ses chutes en partie gelées par la vague de froid qui frappe actuellement l’Amérique du Nord. Le débit d’eau de plus de 2 800 mètres cubes par seconde a tout de même résisté aux conditions météorologiques. Seule une partie des chutes est actuellement gelée, notamment à cause des nuages de brume qui viennent geler ses alentours.

La ville touristique, située en Ontario, au Canada, à la frontière avec les Etats-Unis, n’a pas été épargnée par la baisse des températures et les précipitations. Fin janvier, il a fait près de -15°C et la neige est tombée sur cette cité de 430.000 habitants, la revêtant ainsi d’un épais manteau blanc.

Début janvier, une vague de froid a traversé les États-Unis, avec un vent venu de l'Arctique qui a fait tomber les températures.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2025) : MERCREDI  JANVIER 2022

Mercredi 26 Janvier 2022 - En Syrie, lente progression des Kurdes dans une prison assaillie par l'EI :

Les forces kurdes avancent lentement mercredi au sein d'une prison à Hassaké, en Syrie , où des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) sont retranchés depuis six jours, sur fond d'affrontements sporadiques dans les environs, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Plus d'une centaine de jihadistes au sein de la prison et en dehors ont participé à un assaut coordonné contre l'établissement supervisé par l'administration semi-autonome kurde, qui a débuté le 20 janvier à Hassaké, dans le nord-est de la Syrie.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), avec l'appui de la coalition internationale dirigée par Washington, s'emploient depuis à reprendre le contrôle total de la zone.

Elles "continuent mercredi le ratissage dans les dortoirs de la prison" et de ses environs, selon l'OSDH qui possède un vaste réseau de sources à travers la Syrie. Des combats ont également lieu par intermittence la nuit, a précisé cette ONG qui avait indiqué plus tôt qu'il s'agissait de la "plus grande et violente" attaque de l'EI depuis l'annonce de sa défaite en mars 2019.

Au total, les affrontements depuis le 20 janvier ont fait 181 morts, dont 124 jihadistes, 50 soldats kurdes et sept civils, selon le dernier bilan établi par l'OSDH. D'après l'OSDH, les forces kurdes ont libéré 32 employés du centre pénitentiaire depuis lundi. Elles ont appelé les membres de l'EI à se rendre "en toute sécurité", tout en rejetant le terme de "pourparlers", a déclaré Farhad Shami, porte-parole des FDS.

Un dirigeant syrien de l'EI négocie avec les Kurdes pour la fin des affrontements en échange de soins médicaux pour les jihadistes blessés, a affirmé à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

"Militairement, l'affaire est presque réglée", a assuré sous le couvert de l'anonymat un haut responsable kurde, tout en assurant que les forces kurdes ont dû "reporter (leur attaque de la prison) en raison de la présence de mineurs et pour éviter un maximum de pertes humaines."

Selon l'ONU et des groupes de défense des droits humains, des centaines de mineurs seraient détenus à Ghwayran. Cette ancienne école reconvertie en centre de détention abrite au moins 3.500 membres présumés de l'EI, y compris des Occidentaux, d'après l'OSDH.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2025) : MERCREDI  JANVIER 2022

Mercredi 26 Janvier 2022 - L'ambassade américaine en Ukraine «exhorte» ses ressortissants à «envisager de partir maintenant» :

L'ambassade américaine à Kiev a "exhorté" mercredi les citoyens américains se trouvant en Ukraine à quitter le pays sans tarder en raison de la menace "accrue" d'une invasion russe .

"L'ambassade des Etats-Unis exhorte les citoyens américains à envisager de partir maintenant", a indiqué l'ambassade sur son site. "La situation sécuritaire en Ukraine continue d'être imprévisible en raison de la menace accrue d'une action militaire russe et peut se détériorer sans préavis".

Washington avait annoncé dimanche le rappel de certains diplomates et de leurs familles, avant le Royaume-Uni lundi, puis le Canada mardi. Une décision toutefois jugée "prématurée" et "excessive" par les autorités ukrainiennes.

La Russie est accusée par les Occidentaux d'avoir massé des dizaines de milliers de soldats à la frontière ukrainienne et de préparer une invasion imminente de son voisin.

Le Kremlin nie toute intention belliqueuse envers Kiev mais lie une désescalade des tensions à des traités garantissant notamment le non-élargissement de l'Otan, en particulier à l'Ukraine.

Mercredi, des négociateurs russes, ukrainiens, français et allemands étaient réunis à Paris pour tenter de désamorcer la crise après une série de pourparlers entre Russes et Américains la semaine dernière.

L'Est de l'Ukraine est depuis 2014 en proie à une guerre entre les forces de Kiev et des séparatistes prorusses dont la Russie, qui a annexé la même année la péninsule de Crimée, est largement considéré comme le parrain militaire et financier.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2025) : MERCREDI  JANVIER 2022

Mercredi 26 Janvier 2022 - Sondage de la présidentielle : avant la primaire populaire, Mélenchon chute, Taubira grignote

Jeudi débute la primaire populaire, pour «désigner la candidature la plus apte à rassembler et faire gagner la justice sociale, l’écologie et la démocratie à l’élection présidentielle de 2022». Mais les candidats de gauche sont toujours très loin d'envisager une qualification pour le second tour selon notre sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match-LCI-Sud-Radio.

Comment sortir du marasme pour les candidats de gauche tous englués sous les 10% des intentions de vote au premier tour dans le sondage de la #Présidentielleentempsréel réalisé par l'Ifop-Fiducial pour Paris Match ?. A la veille de cette consultation qui a réussi à mobiliser plus de 465 000 Français d'après le site Internet de la primaire populaire, les candidats de gauche sont tous ou presque à la recherche d'un second souffle.

Après avoir dépassé les 10% dans ce sondage, Jean-Luc Mélenchon retombe ce mercredi à 9% (-1). L'écologiste Yannick Jadot et Christiane Taubira gagnent 0,5 point pour atteindre respectivement 5,5% et 3,5%. La candidate socialiste Anne Hidalgo et le communiste Fabien Roussel ne décollent toujours pas, stables à 3%. En additionnant les intentions de vote de tous les candidats de la gauche, on atteint péniblement les 25%, soit un demi-point de plus que le président de la République Emmanuel Macron, solide leader de notre consultation avec 24,5% des intentions.

Plus à droite sur l'échiquier politique, Eric Zemmour poursuit sa remontée après une semaine très difficile. Il gagne 0,5 point pour retrouver 13% des intentions de vote. Sa dynamique contraste avec celle de Valérie Pécresse, la candidate LR qui perd dans le même temps 0,5 point. Il faut néanmoins se méfier d'une analyse trop catégorique du déplacement d'un électeur de l'un à l'autre candidat. Marine Le Pen reste stable à 18,5% (=).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens