Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2022 5 28 /01 /janvier /2022 08:00
LA MARCHE DU MONDE (2026) : JEUDI 27 JANVIER 2022

Jeudi 27 Janvier 2022 - Le point du corona virus le 26 janvier 2022 au soir :

Le nombre d'hospitalisations pour cause de Covid a continué à augmenter mercredi , à plus de 30 000 malades, mais celui des patients en services de soins critiques reflue légèrement, de même que le nombre de cas positifs, selon les chiffres des autorités sanitaires. Santé publique France a enregistré 428 008 cas de contaminations en 24 heures, soit nettement moins que la veille, mais pour lisser les à-coups statistiques, il faut considérer la moyenne quotidienne sur sept jours, qui a très légèrement baissé, avec un peu plus de 365 000 cas (contre 366 000 la veille).

Le nombre de nouvelles admissions à l'hôpital fléchit, à 3297 en 24 heures, contre 3842 mardi. Au total, 30 624 patients Covid sont actuellement hospitalisés (dont 3297 admissions en 24 heures), contre 30 189 la veille (et 3842 admissions). Il y a une semaine, les hôpitaux comptaient 27 230 patients.

En revanche, les chiffres concernant les soins critiques, qui accueillent les patients avec les formes les plus graves de la maladie, confirment un tassement. Ces services traitent actuellement 3712 personnes (dont 341 admissions), contre 3741 mardi et 3852 sept jours auparavant. S'il est beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, le variant Omicron donne aussi moins de formes sévères, ce qui se traduit notamment par des passages moins longs à l'hôpital et des admissions moins fréquentes en réanimation.

Les hôpitaux ont enregistré 258 décès dus au Covid-19 en 24 heures, ce qui porte le bilan total des décès en France à 129 747 depuis le début de l'épidémie il y a deux ans. Alors que le pass vaccinal est entré en vigueur lundi, 53 887 709 personnes ont reçu au moins une injection (soit 79,9% de la population totale) et 52 573 176 personnes ont un schéma vaccinal complet (soit 78% de la population totale). Par ailleurs, 34 522 301 personnes ont reçu une dose de rappel.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2026) : JEUDI 27 JANVIER 2022

Jeudi 27 Janvier 2022 - Sondage de la présidentielle : Le Pen-Pécresse-Zemmour, le statu quo :

Le match pour la deuxième place reste très indécis. Marine Le Pen est stable (18,5%) et devance Valérie Pécresse (16%,=). Eric Zemmour grignote son retard (13,5%, 0,5) dans l’enquête quotidienne Ifop-Fiducial pour Paris Match-LCI-Sud-Radio.

A soixante-dix jours du premier tour, le match à trois reste plus que jamais indécis. Distancé depuis dix jours, Eric Zemmour revient petit à petit dans la course. Retombé à 11,5% des intentions de vote en milieu de semaine dernière, le candidat de la droite radicale a amorti sa baisse liée à ses propos sur les handicapés. Il remonte à 13,5% en gagnant +0,5 point dans notre enquête quotidienne . L’ancien journaliste du «Figaro» se rapproche de Valérie Pécresse stable (16%) et de Marine Le Pen (18,5%, =). Le match à trois garde tout son suspense même si cinq points séparent la patronne du Rassemblement national» du fondateur de «Reconquête!».

Marine Le Pen conserve un avantage par rapport à ses deux poursuivants avec une sûreté de choix très forte : 81% des électeurs qui se prononcent pour elle se déclarent certains de voter pour le RN contre 65% chez Eric Zemmour et seulement 54% chez Valérie Pécresse. Les électeurs de la candidate LR sont tiraillés entre ceux tentés par le polémiste et ceux qui hésitent avec Emmanuel Macron.

Une indécision qu’on retrouve avec l’examen des intentions de vote des électeurs de François Fillon. Si Valérie Pécresse en rassemble la moitié, il y a de la perte en ligne : 23% opteraient pour le président sortant et 20% pour Eric Zemmour. La clé de la qualification pour le deuxième tour se trouve sans doute dans cette bataille autour des électeurs fillonistes de 2017. Que feront-ils en définitive?

Pour le reste, Emmanuel Macron fait toujours la course en tête (24,5,=). Derrière, la gauche divisée patauge à l’arrière du peloton : Jean-Luc Mélenchon (9%,=), l’écologiste Yannick Jadot (5,5%,=), Christiane Taubira (3,5%,=), Anne Hidalgo (3%,=), Fabien Roussel (3%,=).

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2026) : JEUDI 27 JANVIER 2022

Jeudi 27 Janvier 2022 - Pour Jacob, les déplacements de Macron sont une situation "pas loin du détournement de fonds publics" :

Le président de LR Christian Jacob a accusé Emmanuel Macron de faire campagne sur les moyens de l'Etat, une situation "pas loin du détournement de fonds publics", dans une interview au Figaro publiée mercredi.

Le chef de l'Etat, qui n'est toujours pas candidat déclaré à la présidentielle , "fait campagne avec les moyens de l’État, ce qui n’est pas acceptable. On n’est pas loin du détournement de fonds publics", a estimé le patron de LR. Selon lui, Emmanuel Macron retarde son annonce de candidature "parce qu’il n’a pas de bilan à présenter".

Christian Jacob avait saisi le 11 janvier la commission des compte de campagne ainsi que l'Arcom (ex-CSA) pour les alerter sur les dépenses liées aux déplacements d'Emmanuel Macron. Mardi, le député LR Eric Ciotti avait parlé de "scandale démocratique".

Interrogé par ailleurs sur l"union des droites" que promeut Eric Zemmour, Christian Jacob a estimé que "c’est surtout l’union de ceux qui retournent leur veste et trahissent leur camp, à coups de petits débauchages et de petites combines".

Mais "tout cela ne fait pas un projet politique" car "Éric Zemmour est dans l’incantation permanente, mais où sont ses propositions?" s'est-il interrogé.

En ce qui concerne les parrainages, il a rappelé "une règle claire" : "quand on est membre des Républicains, on soutient le candidat LR, c’est-à-dire Valérie Pécresse". "Je n’imagine pas que certains maires LR soutiennent un autre candidat", a-t-il assuré, se disant "vraiment confiant pour la présidentielle" sous la houlette de Valérie Pécresse qui "a su redonner un vrai espoir au peuple de droite".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2026) : JEUDI 27 JANVIER 2022

Jeudi 27 Janvier 2022 - Agression du député LREM Romain Grau : deux suspects en garde à vue :

Deux individus ont été placés en garde à vue jeudi après l'agression du député LREM Romain Grau samedi à Perpignan.

Deux individus ont été placés en garde à vue jeudi après l'agression du député LREM Romain Grau samedi à Perpignan, par des individus manifestant contre le pass sanitaire, a appris l'AFP auprès du parquet. Le député Romain Grau, élu en 2017, avait annoncé dimanche avoir déposé plainte après "ces violences intolérables".

La veille, alors qu'il travaillait à sa permanence avec Guillem Gervilla, un conseiller parlementaire d'Eric Dupond-Moretti, "une horde de personnes" s'est dirigée vers eux, en tapant sur les vitres donnant sur la rue. Les deux hommes sont alors sortis pour essayer de les calmer, mais ont "violemment" été pris à partie, selon M. Grau, faisant part "d'insultes assez lourdes" et d'un "coup de poing sur le menton".

"Un de mes voisins s'est interposé et s'est fait gifler", avait expliqué le député à l'AFP. Ils étaient environ 250 manifestants, selon lui.

Sur une vidéo postée sur Twitter par Guillem Gervilla, on voit un homme hurler "à mort" et un autre crier "ho! tu l'as voté le pass?". Une autre vidéo qui circule sur les réseaux sociaux montre des dizaines de personnes, certaines portant des gilets jaunes, répéter "collabos" en direction de MM. Grau et Gervilla.

En juillet 2019, la permanence de Romain Grau à Perpignan avait été prise pour cible par des "gilets jaunes" qui ont cassé des vitres et tenté de mettre le feu au local où se trouvait le député.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2026) : JEUDI 27 JANVIER 2022

Jeudi 27 Janvier 2022 - Les Français en grève et dans la rue pour réclamer des hausses de salaires :

Des manifestations se sont élancées jeudi en France pour réclamer des hausses de salaires.

Des premiers cortèges de manifestants se sont élancés jeudi en France, à l'appel de syndicats et d'organisations de jeunesse, pour réclamer des hausses de salaires dans un contexte de retour en force de la question du pouvoir d'achat, à quelques semaines de la présidentielle. Quelque 170 rassemblements et défilés étaient prévus à l'appel des syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires, a souligné jeudi le numéro un de la CGT, Philippe Martinez.

Cette journée "est la convergence de toutes les mobilisations" depuis plusieurs semaines "dans tous les secteurs", a-t-il affirmé lors d'un point presse à la Bastille, la CGT citant l'industrie, l'agro-alimentaire, le commerce, ou la fonction publique. "Aujourd'hui trop de salariés en activité, trop de pensionnés sont en situation de se loger difficilement, de se chauffer plus difficilement, de se déplacer (...) et la réponse ne peut pas être des substituts, des pansements au dernier moment", a aussi estimé Yves Veyrier (FO). La CGT pense "faire beaucoup plus que le 5 octobre", a dit à l'AFP Céline Verzeletti, dirigeante confédérale. Cette journée de mobilisation interprofessionnelle avait réuni 85.400 personnes selon le ministère de l'Intérieur, plus de 160.000 selon la CGT.

A Marseille, dans la matinée, plusieurs milliers de personnes - 2.500, selon la préfecture de police - se sont élancées depuis le Vieux-Port, la plupart brandissant des drapeaux de la CGT. Dockers, personnel hospitalier, cheminots, ou retraités figuraient dans le cortège Les enseignants, déjà dans la rue les 13 et 20 janvier pour protester contre la gestion de la crise sanitaire du Covid-19 à l'école, étaient également mobilisés. En fin de matinée, le ministère de l'Education a fait état d'entre 8 et 9% de grévistes dans le premier et le second degré. A Paris, les manifestants ont commencé à se rassembler vers midi place de la Bastille pour un "meeting concert", avant de s'élancer vers 14H00 en direction de Bercy.

Des militants - soignants, enseignants ou encore éducateurs - se succédaient au micro pour dire "stop à la régression sociale", ou souligner que "les factures augmentent" mais pas les salaires. Des personnalités politiques devaient participer à la manifestation, dont les candidats à la présidentielle Fabien Roussel (PCF), Yannick Jadot (EELV) et Jean-Luc Mélenchon (LFI), à l'heure où les sondages mettent en tête des préoccupations des électeurs la question du pouvoir d'achat. Côté transports, la circulation des trains régionaux était annoncée comme légèrement perturbée, selon la SNCF, avec en Ile-de-France un train sur trois sur la ligne du RER B Nord. Sur les RER A, C, D et la ligne H du Transilien, l'offre était de trois trains sur quatre.

Les organisateurs demandent une augmentation du Smic et du point d'indice des fonctionnaires, et plus généralement de tous les salaires, allocations et pensions de retraite, dans un contexte de forte inflation (+2,8% sur un an en décembre) et de dividendes record. "Il y a des déclarations de bonnes intentions de la part du gouvernement mais on voit que dans les branches ça coince". (...) Les salariés demandent leur dû", a estimé M. Martinez. "On est là pour dire qu'il faut un choc d'égalité dans ce pays, que ce n'est pas possible de tenir un discours sur le chômage qui baisse mais qu'en même temps les travailleurs pauvres, la précarité énergétique, la précarité alimentaire se multiplient", a déclaré le co-délégué général de Solidaires Simon Duteil à l'AFP.

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, a plaidé pour sa part sur CNews jeudi que le gouvernement était "très attentif au pouvoir d'achat depuis le début du quinquennat". Et le Premier ministre doit recevoir les partenaires sociaux pour des entretiens bilatéraux d'ici mi-février, comme il l'a fait à plusieurs reprises depuis juillet 2020, a-t-on appris auprès de Matignon. Outre des sujets comme l'avancement de l'agenda social lancé il y a 18 mois, seront évoqués "les sujets de préoccupation des partenaires sociaux". Le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, martèle lui aussi la nécessité de revaloriser les salaires, plaidant que le patronat doit comprendre que "maintenant il faut rendre un peu". Mais le premier syndicat français n'a pas joint ses forces à l'intersyndicale jeudi, car "le fourre-tout ne marche pas". La CFDT a décidé d'organiser le 3 février "une marche des travailleurs essentiels".

Les organisateurs de la mobilisation de jeudi vont décider vendredi matin de la suite du mouvement, à laquelle l'Unsa et la CFE-CGC ont annoncé leur venue. "L'arc syndical a l'air de s'élargir", s'est réjouie auprès de l'AFP Mme Verzeletti.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2026) : JEUDI 27 JANVIER 2022

Jeudi 27 Janvier 2022 - Dati tacle Hidalgo : «Les Français ne veulent pas que la France devienne comme Paris» :

Invitée RTL ce jeudi 27 janvier, Rachida Dati a répondu aux questions d’Alba Ventura dans l’émission d’Yves Calvi. L’ancienne garde des Sceaux s’est exprimée sur la campagne de Valérie Pécresse mais aussi sur la situation d’Anne Hidalgo lors d’un échange houleux avec la journaliste.

Alors qu’on reproche souvent à Valérie Pécresse de ne pas être la candidate des classes populaires, la maire du 7e arrondissement de Paris Rachida Dati souhaite l’encourager à sensibiliser les Français les plus démunis. « un président de la République qui se fait élire sans les classes populaires aura des difficultés soit à gouverner soit à réformer le pays », a-t-elle déclaré sur RTL. « On ne peut pas oublier la crise des gilets jaunes (…) il faut que cette campagne, au-delà de rassembler notre famille politique et les Français plus privilégiés, rassemble ces Français-là » a-t-elle ajouté. Pourtant aujourd’hui, c’est Marine Le Pen qui séduit les classes populaires à droite. Le problème majeur pour la maire LR, c’est le pouvoir d’achat et la dévalorisation du travail : « aujourd’hui le travail ne paie plus, on a dévalorisé le travail » a-t-elle déclaré. La politique ne doit pas être un « catalogue de mesures » avec un chèque inflation par-ci et un chèque énergie par-là, pour elle il faut répondre à l’urgence du moment qui est celle des salaires trop bas.

La journaliste lui a ensuite demandé pourquoi Valérie Pécresse ne se détache pas de Marine Le Pen ou d’Éric Zemmour dans les sondages . « Ça veut dire quoi elle ne se détache pas ? » a répondu sèchement Rachida Dati. « La campagne n’est pas vraiment lancée (…) lorsqu’Emmanuel Macron sera candidat, les débats seront vraiment lancés » a-t-elle retorqué. Et quand Alba Ventura lui a fait remarquer que le programme de la candidate LR était axé sur l’autorité, la sécurité et le pouvoir d’achat, comme Nicolas Sarkozy en 2007, l'ancienne ministre de la Justice s’est indigné. « Dans un grand pays, on veut de l’autorité, de la sécurité, on veut que les inégalités se réduisent » a-t-elle répondu.

Invitée à s’exprimer sur la mauvaise passe d’Anne Hidalgo dans la campagne présidentielle, Rachida Dati a précisé qu’il y a « une différence entre renoncer et s’entêter ». Elle a accusé la maire de Paris d’être responsable de l’état actuel dégradé de la capitale, en affirmant que « Paris ne serait pas dans cet état là si elle était à sa place ». Pour elle, « la socialiste démontre sa perte de légitimité et sa non-crédibilité.» Elle a ajouté : « les Français ne veulent pas d’un pays en déclin, quand on voit l’état de Paris, ils ne veulent pas que la France devienne comme Paris ». Selon elle, « Anne Hidalgo devra tirer des conséquences de son résultat à cette élection présidentielle », et elle ne serait pas étonné de voir le Parti socialiste « partir en lambeaux » à l'issue de cette campagne.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2026) : JEUDI 27 JANVIER 2022

Jeudi 27 Janvier 2022 - Nouveau séisme au Tonga :

Un séisme de magnitude 6,2 s'est produit jeudi au large des îles Tonga, a annoncé l'institut sismologique américain (USGS), un archipel dévasté mi-janvier par une éruption volcanique suivie d'un tsunami .

Le tremblement de terre a eu lieu à 06H40 GMT à une profondeur de 14,5 km à 219 kilomètres au nord-ouest de la ville de Pangai, une ville de l'île de Lifuka. Aucun dégât n'a été signalé dans un premier temps et il ne semble pas avoir été ressenti dans les Tonga ou les îles Fidji voisines.

Cette région du Pacifique connaît une activité sismique quotidienne depuis l'éruption du Hunga Tonga-Hunga Ha'apai le 15 janvier. L'éruption de ce volcan, à environ 65 kilomètres au nord de la capitale Nuku'alofa, a provoqué un tsunami qui a affecté 85% de la population de l'archipel, selon les Nations unies.

Cette catastrophe "sans précédent", selon le gouvernement, a fait trois morts aux Tongas et deux sur des plages au Pérou en raison des vagues liées au tsunami.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2026) : JEUDI 27 JANVIER 2022

Jeudi 27 Janvier 2022 - Une survivante de la Shoah dénonce le détournement de l'étoile jaune :

Une survivante de la Shoah, Margot Friedländer, a appelé jeudi devant le Parlement européen, à agir pour préserver la mémoire de l'Holocauste et lutter contre son instrumentalisation, s'indignant de voir de «nouveaux ennemis de la démocratie» utiliser le symbole de l'étoile jaune.

«C'est avec une grande inquiétude que je constate que l'Holocauste, tout comme la guerre de conquête et d'extermination menée par les nazis, tombe de plus en plus dans l’oubli», a déclaré cette femme de 100 ans, à l'occasion du 77e anniversaire de la libération du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.

«Aujourd'hui, je vois comment la mémoire de ce qui s'est passé est politiquement instrumentalisée, parfois même ridiculisée et piétinée», a-t-elle dénoncé. «J'ai vu, incrédule, à cent ans, comment un symbole de notre exclusion par les nazis, l'étoile jaune, est aujourd'hui utilisé sans vergogne par les nouveaux ennemis de la démocratie, en pleine rue -et dans une démocratie!- afin de se présenter comme des victimes», a-t-elle ajouté. Ce symbole a été détourné par certains opposants aux vaccins contre le Covid-19, lors de manifestations en Europe, notamment en France, Italie et Belgique.

«En un jour comme aujourd'hui, nous devons nous unir pour que la mémoire de l'Holocauste reste authentique et ne soit instrumentalisée par personne», a poursuivi cette Berlinoise, qui a été déportée au camp de concentration de Theresienstadt (aujourd'hui en République tchèque) alors qu'elle avait une vingtaine d'années, et dont la mère et le frère sont morts à Auschwitz.

«Cela ne doit jamais se reproduire», a-t-elle répété, appelant à la «vigilance». «On ne peut pas aimer tout le monde mais tout le monde a droit au respect. Il n'y a pas de sang chrétien, juif ou musulman, il n'y a que du sang humain», a ajouté la centenaire, qui témoigne régulièrement auprès des écoliers.

«Soyez humains», a-t-elle lancé dans un discours salué par une ovation debout des membres du Parlement européen, institution présidée entre 1979 et 1982 par Simone Veil, elle-même rescapée de la Shoah.

«Votre mission est aussi la nôtre», a répondu Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne qui a présenté en octobre sa première stratégie de «lutte contre l'antisémitisme et de soutien à la vie juive», destinée notamment à promouvoir la transmission de l'histoire de la Shoah.

«L'antisémitisme n'a pas disparu, il empoisonne toujours nos sociétés», a déclaré Mme von der Leyen. «Une proportion stupéfiante de 70% des Juifs européens ne se sentent pas en sécurité lorsqu'ils portent une kippa ou une étoile de David. Et pendant cette pandémie les Juifs ont été la cible de toutes sortes de théories du complot et de discours de haine. Mais cette fois nous ne fermerons pas les yeux», a assuré la responsable.

«L'Europe est la maison des Juifs et la défense de la démocratie européenne passe par la lutte contre l’antisémitisme», a également déclaré le président du Conseil européen, Charles Michel, lors de cette cérémonie qui s'est achevée par une minute de silence en mémoire des victimes de l'Holocauste.

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2026) : JEUDI 27 JANVIER 2022

Jeudi 27 Janvier 2022 - La Corée du Nord a effectué jeudi son sixième essai de tir d'armement de l'année :

Selon Séoul, un record en un mois depuis 2019 pour Pyongyang qui menace de reprendre ses tests de missiles nucléaires et à longue portée. "La Corée du Nord a tiré un projectile non identifié dans la mer de l'Est", aussi appelée mer du Japon, ont déclaré les chefs d'état-major interarmées de Corée du Sud. Pyongyang a procédé à un sixième tir d'essai depuis le début de l'année, dont des missiles hypersoniques, et a laissé entendre la semaine dernière qu'il pourrait reprendre ses essais nucléaires et d'armes à longue portée - mis en pause depuis un moratoire auto-imposé en 2017.

La dernière fois que la Corée du Nord a testé autant d'armes en un mois remonte à 2019, après l'échec des négociations entre son dirigeant Kim Jong Un et le président des Etats-Unis de l'époque, Donald Trump. Depuis, les pourparlers entre les deux pays sont dans l'impasse et l'économie nord-coréenne ploie sous le coup des sévères sanctions internationales et de la fermeture des frontières pour se prémunir du Covid-19. Pyongyang a déjà procédé mardi à deux essais de missiles de croisière selon Séoul, ce qui ne tombe pas sous le coup des sanctions actuelles de l'ONU.

La Corée du Nord a également déclaré avoir testé des missiles hypersoniques les 5 et 11 janvier et des missiles balistiques les 14 et 17 janvier. Cette série d'essais prohibés par les sanctions a suscité une condamnation mondiale et une réunion à huis clos du Conseil de sécurité des Nations unies. Les Etats-Unis ont également imposé de nouvelles sanctions en réponse, suscitant la colère de la Corée du Nord.

Pyongyang n'a pas testé de missiles balistiques intercontinentaux ou d'armes nucléaires même après l'enlisement du dialogue avec les Etats-Unis. Ces essais interviennent dans une période délicate pour la région: la Chine, seul allié majeur du régime nord-coréen, accueille les Jeux olympiques d'hiver en février et la Corée du Sud tient une élection présidentielle en mars. Pyongyang se prépare à célébrer le 80e anniversaire de la naissance du père de Kim, le défunt dirigeant Kim Jong Il, en février, puis le 110e anniversaire de Kim Il Sung, le dirigeant fondateur du pays, en avril.

Le régime de Kim Jong Un "développe une diversité impressionnante d'armes offensives malgré des ressources limitées et de sérieux défis économiques", a déclaré Leif-Eric Easley, professeur à l'université Ewha de Séoul. "Certains essais nord-coréens visent à développer de nouvelles capacités, notamment pour échapper aux défenses antimissiles", a-t-il ajouté. "D'autres lancements visent à démontrer l'état de préparation et la polyvalence des forces de missiles que la Corée du Nord a déjà déployées".

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2026) : JEUDI 27 JANVIER 2022

Jeudi 27 Janvier 2022 - Jean-Luc Mélenchon : «La Primaire populaire est une bande de rigolos qui veut nous nuire»

Jean-Luc Mélenchon a accueilli Paris Match pour un portrait inédit et au long cours du meilleur espoir de la gauche de figurer au second tour de l’élection présidentielle de 2022 . Mariana Grépinet nous raconte un homme fasciné par les machines. « La machine transmet plus que son mode d’emploi. Elle encourage une créativité, crée un univers, une musique... » En 1988, jeune sénateur PS, il imaginait déjà le « 3615 Tonton » sur Minitel. Dix-huit ans plus tard, en 2004, il tenait le premier blog politique, qu’il continue toujours d’alimen-ter. Il lance les meetings en plein air en 2012, ceux avec hologramme en 2017 et le meeting immersif et olfactif en 2022, à Nantes. Au passage, il multiplie les livestreams sur sa nouvelle chaîne Twitch et publie des vidéos sur TikTok, où il a dépassé le million d’abonnés après avoir investi Facebook, YouTube et Twitter. «Les affects et la raison ne se dissocient pas. Nous, on a compris ça. Alors oui, c’est un gadget. Mais Brassens aurait pu se contenter de sa poésie. Il chante, est-ce que c’est un gadget ? Les images viennent au secours de la parole ! » Il décrypte, théorise, tire le bilan. Éternel professeur Mélenchon, qui n’a enseigné qu’une poignée d’années dans un lycée technique mais veut à tout prix transmettre, «éveiller l’intelligence»...

On ne peut pas faire l’union au premier tour. Donné aux alentours de 10 % aujourd’hui dans les sondages , loin devant ses adversaires de gauche, il se dit qu’il a réussi à reconstituer 90% de cette base électorale qui vient, selon lui, «de la gauche radicale, des trotskistes, des socialistes de gauche et de tout ce qui tourne autour du syndicalisme». En 2017 – il l’a suffisamment répété pour que l’on s’en souvienne –, seules 600000 voix lui ont manqué pour se qualifier au second tour. «C’est passé au ras des moustaches», dit-il encore. Cette année, il mise sur la mobilisation des classes populaires, celles qui s’abstiennent le plus. «Si ça vote peu, ça me défavorise. J’ai payé pour voir, aux Européennes», admet-il. La liste LFI menée par Manon Aubry avait obtenu 6,31%… Il refuse d’être associé à la Primaire populaire: «Une bande de rigolos qui veut nous nuire, balaie-t-il. On ne peut pas faire l’union au premier tour. Mais je prends l’engagement, si j’arrive au second tour, de construire une grande force politique centrale. Et l’union se fera autour.»

 

 

 

 

 

LA MARCHE DU MONDE (2026) : JEUDI 27 JANVIER 2022

Jeudi 27 Janvier 2022 - A Toulouse, troisième fugue d'un patient dangereux en une semaine :

Une personne internée à l'hôpital Purpan de Toulouse s'est échappée après que deux patients de l'hôpital psychiatrique Gérard Marchant ont fugué.

Un patient interné en psychiatrie s'est échappé jeudi de l'hôpital Purpan de Toulouse où il était interné, a-t-on appris auprès du parquet, constituant la troisième fugue d'un patient dangereux dans cette ville en une semaine. Cet homme de 33 ans avait délibérément foncé sur trois étudiantes chinoises, au volant de sa voiture en 2017, et avait été mis en examen pour tentative d’assassinats.

Ensuite, indique le parquet, "cette personne a été déclarée irresponsable pour tentative d'assassinat commis le 10 novembre 2017 à Blagnac. Hospitalisée au moment de sa fuite. Elle aurait déclenché le système anti-incendie pour s'enfuir". Les forces de l'ordre étaient toujours jeudi à la recherche du malade.

La semaine dernière, deux patients de l'hôpital psychiatrique Gérard Marchant de Toulouse, avaient déjà fugué, avant d'être localisés quelques heures plus tard, et internés à nouveau. A la suite de meurtres dont ils sont soupçonnés, les deux hommes avaient été considérés pénalement irresponsables et n'avaient pas pu être jugés.

Le premier, un ancien militaire de 34 ans surnommé le "cannibale des Pyrénées", s'est échappé le 19 janvier, avant d'agresser une dame de 72 ans qui promenait son chien dans un quartier résidentiel de Toulouse. Il avait été mis examen en 2013 pour homicide volontaire et des actes de cannibalisme.

Le deuxième, 48 ans, impliqué dans un homicide en 2010, s'est enfui dimanche, avant d'être interpellé par la police.

L’Agence régionale de santé Occitanie a annoncé avoir demandé à la direction de l'hôpital Marchant l’ouverture d’une enquête administrative et à diligenter une mission d’inspection.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens