Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 19:30

ferrari_250_monza_scaglietti_pontoon_spyder_1954_101.jpg

 

 

Jusqu’à l’année 1953 toutes les voitures de course Ferrari, quel que soit le type, sont bâties sur le même châssis avec suspension à roues indépendantes à l’avant et train arrière rigide. La seule différence notable entre les modèles est le moteur : le V12 à « bloc court » conçu par le motoriste Colombo pour les uns et le moteur V12 dit « bloc long » du motoriste Lampredi pour les autres.

Tout change en 1953 année durant laquelle Ferrari inclue dans sa gamme un nouveau moteur quatre cylindres. Un moteur qui a produit un grand effet dans le championnat de F1/F2 où Alberto Ascari a gagné toutes les courses durant la saison 1952. Toute la technologie des monoplaces est appliquée à la gamme sportive du constructeur italien. Dans le même temps la suspension arrière, un peu rustique, est remplacée par une suspension de type DeDion.

C’est ce châssis et le moteur quatre cylindres qui sont la base de la Ferrari 2 litres 500 Mondiale et de la 3 litres 750 Monza qui sont à la fois des voitures de l’écurie de course Ferrari et des voitures vendues en clientèle. Mais Ferrari n’a pourtant pas écarté le moteur 12 cylindres car si les quatre cylindres ont le mérite d’avoir un couple élevé à bas régime le V12 dispose d’une puissance maxi inégalée à haut régime.

Avec la dernière version trois litres du V12 « bloc court » de Colombo et un châssis de 750 Monza légèrement allongé, les ingénieurs de Ferrari créé la « 250 Monza » en 1954. Le V12 de 2 953 cc de cylindrée est implanté longitudinalement à l’avant et couplé à une boite de vitesses manuelle à cinq rapports. Alimenté par trois carburateurs Weber 36 IFC4 le V12 délivre une puissance maxi de 240 cv à 7 200 t/mn. Quatre exemplaires de ces voitures « hybrides » sont construits, trois sont carrossées par Pinin Farina avec un style très semblable à celui de la 500 Mondiale, et l’autre est carrossé par Scaglietti dans un style dérivé de la 750 Monza. Les voitures qui ne pèsent que 850 kg grâce à l’utilisation d’alliages d’aluminium dans le châssis et la carrosserie, ont des performances surprenantes : 264 km/heure de vitesse de pointe…

 

ferrari_250_monza_scaglietti_pontoon_spyder_1954_102.jpg

 

 

La première voiture est affectée à l’équipe compétition de Ferrari, les trois autres sont vendues à des clients italiens.. Et engagées avec beaucoup de succès dans les événements locaux italiens à partir de mars 1954. Elles remporteront bon nombre de victoires  dans plusieurs catégories de courses. Le 2 juin 1954  Gerino Gerini remporte le Giro dell’Umbria au volant de la 250 Monza Scaglietti.  Cette même voiture finit cinquième au général et troisième dans sa catégorie dans la terrible course Carrera Panamericana.   Enfin l’une des deux voitures carrossées par Pinin Farina remporte la victoire aux 6 Heures de Hyères le 6 juin 1954 dans les mains de Trintignant et Piotti.

Après 1954, Ferrari élargit sa gamme avec deux modèles six cylindres qui sont extrêmement performants mais un peu fragile. Alors que les voitures sportives de la marque italienne ont connu les quatre, six et 12 cylindres « bloc long » c’est le V12 « bloc court » qui va devenir l’emblème de la marque avec la très réussie Ferrari 250 GT qui va parvenir à devenir une voiture « populaire ». Les règlements sportifs sont modifiés à la fin de la saison 1956 et Ferrari se concentre à nouveau sur une version 3 litres du V12 qui avait donné naissance à la 250 Monza. Les ingénieurs italiens dévoilent la 250 Testa Rossa en 1957 et la suite, comme ils disent, c’est de l’histoire…

La voiture présentée ici (châssis 0432M) a une histoire un peu compliquée. D’abord carrossée par Pinin Farina sous la forme d’un spyder, cette 250 Monza est vendue neuve à un coureur privé italien, Franco Cornacchia. Il l’engage en course très peu de temps avant de la revendre à un ami, italien lui aussi, Luigi Piotti qui va courir avec cette voiture pendant une bonne partie de la saison 1954. Avec d’ailleurs pas mal de succès. En 1955 elle est pilotée par Erasmo Simeoni. Le palmarès de la 250 Monza cette année là est bien modeste puisqu’elle ne parvient à se classer que 15 ème lors de Mille Miglia.

C’est l’agent Ferrari aux Etats-Unis, Luigi Chinetti, qui rachète alors la voiture. Avant de l’embarquer pour les Etats-Unis, Chinetti la fait passer par les ateliers du carrossier Scaglietti où une face avant « pontoon fender » lui est greffée. Elle est alors engagée en courses aux Etats-Unis sous les couleurs blanche à bande bleues. Elle passe ensuite entre les mains de plusieurs collectionneurs américains. Le propriétaire actuel l’a achetée en 2013 et l’a faite complètement restaurer avant le la présenter à l’édition 2014 du Pebble Beach Concours d’Elégance. La voiture avait disparue depuis plus de quinze ans !...

 

ferrari_250_monza_scaglietti_pontoon_spyder_1954_103.jpg

 

 

ferrari_250_monza_scaglietti_pontoon_spyder_1954_104.jpg

 

 

ferrari_250_monza_scaglietti_pontoon_spyder_1954_105.jpg

 

 

ferrari_250_monza_scaglietti_pontoon_spyder_1954_106.jpg

 

 

ferrari_250_monza_scaglietti_pontoon_spyder_1954_107.jpg

 

 

ferrari_250_monza_scaglietti_pontoon_spyder_1954_108.jpg

 

 

ferrari_250_monza_scaglietti_pontoon_spyder_1954_109.jpg

 

 

ferrari_250_monza_scaglietti_pontoon_spyder_1954_110.jpg

 

 

ferrari_250_monza_scaglietti_pontoon_spyder_1954_111.jpg

 

 

ferrari_250_monza_scaglietti_pontoon_spyder_1954_112.jpg

 

 

ferrari_250_monza_scaglietti_pontoon_spyder_1954_113.jpg

 

 

ferrari_250_monza_scaglietti_pontoon_spyder_1954_114.jpg

 

 

 

 

 

 

Je recommande à tous les passionnés de l'automobile et de son histoire les remarquables sites (en anglais) cités ci-dessous. Ils présentent, outre des commentaires et données techniques très complètes, de magnifiques photos sur la production automobile mondiale

ultimatecarpage.com

supercar.net

swisscarsighting.com

mais il y a aussi un site en Hongrois sur lequel il faut se contenter de regarder les photos :

autogaleria.hu

 

Vous pouvez retrouver d'autres véhicules,  tout aussi exceptionnels,  dans la rubrique "VOITURES DE   LEGENDE" de ce blog  ou en vous inscrivant à la Newsletter (voir ci-contre)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens