Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 22:30

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_101.jpg

 

Au début des années 60, la Porsche 356, qui a fait une très belle carrière, a atteint les limites de son développement sur des bases qui datent de la coccinelle. Il est temps pour Porsche de repartir d'une feuille blanche, ou presque. Depuis 1956, Ferry Porsche réfléchit au problème et confie la tâche à son fils Ferdinand Alexander, dit Butzi, de dessiner une voiture qui devra être à la fois plus confortable, plus spacieuse et plus performante que la 356. Après quelques prototypes de 3 volumes à coffre, le choix final de Ferry s'arrête sur un coupé 2+2 dont la ligne, d'une pureté qui tutoie la perfection, va traverser les époques sans jamais prendre une ride. Sur un empattement de 2200 mm, soit seulement 11 cm plus long que celui de la 356, la Porsche 901 est exposée au Salon de l’Automobile de Francfort à l'automne de 1963. Déjà, les « porschistes » de la première heure crient à l'embourgeoisement et déplorent la perte de "virilité" de leur marque fétiche... En effet, pour leur donner raison, la puissance du nouveau moteur 6 cylindres est de 130 ch, ce qui compte-tenu de l'augmentation du poids, et du prix, ne constitue pas un progrès spectaculaire comparé aux versions les plus affûtées de la 356. Les 356 Carrera 2.0 délivraient en effet déjà 130 ch en 1962 avec leur vieux flat 4 ! Après avoir corrigé les problèmes des débuts de production de la 901 (tenue de route aléatoire, très sensible aux variations de réglages) Porsche entend bien répondre à la critique et met au point une mécanique plus affûtée !

La présentation de la Porsche 911 S au salon de Paris 1966, deux ans après le lancement du type 901 (devenu 911 en octobre 1964 après un différent avec la maison Peugeot qui a déposé tous les numéros avec un 0 au centre !..) va mettre un terme aux critiques et constituer une grande date pour Porsche. En effet, avec ce nouveau modèle, le petit constructeur de Stuttgart peut enfin espérer devenir l'égal de Ferrari en proposant une voiture de sport capable de rivaliser avec la Ferrari 246 Dino et d'autres sportives exotiques. La “S” est la première version hautes performances de la 911 et ses aptitudes sportives, développées en compétition, vont ouvrir la voie à des déclinaisons sans cesse plus performantes.

La 911 S est disponible en coupé ou avec le toit targa apparu quelques mois auparavant. C’est aussi avec la 911 S que vont apparaître les célèbres jantes Fuchs (prononcez Fouks) en aluminium forgé, très légères, devenues ensuite indissociables de la 911 jusqu'au Speedster 3.2 de 1989 (en 16" de diamètre et 9" de large) ! Leur diamètre est ici à l'origine de 15" et la largeur de 4,5".

Intérieurement, la 911 S n'offre pas beaucoup de particularités. Elle conserve la mythique rangée de 5 cadrans VDO avec compte-tours au centre mais se distingue par son volant en cuir qui remplace le bois et un tableau de bord en simili décoré d'un badge spécifique "911 S" du côté passager. Bien sûr, la clé de contact est toujours à gauche, comme dans les voitures de course de la marque. Pour reprendre les termes du catalogue de l'époque, la 911 S est "une sportive utilisable au quotidien, capable de démarrer par tous les temps". C'est évidemment une flèche tirée en direction de Maranello...

 

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_102.jpg

 

Le nouveau 6 cylindres développé par Porsche pour la 911 est un moteur brillant, fruit d'une étude poussée et de solutions ingénieuses. Refroidi par air comme son ancêtre conçu par Ferdinand Porsche pour la Volkswagen, il apparaît dans une version initiale de 2L avec, on l'a compris ensuite, un potentiel d'évolution très important. Le flat 6 Porsche, avec son vilebrequin à 8 paliers, ses arbres à cames en tête entraînés par chaînes, son graissage par carter sec et ses chambres de combustion hémisphériques hérite des enseignements de la compétition acquis avec la 356. La 911 2.0 S présentée ici dispose de la version  de 1991 cc de cylindrée qui, alimenté par trois carburateurs double corps Wéber dispose d’une puissance maxi de 160 cv à 6600 t/mn. La boîte de vitesses manuelle à 5 rapports type 901 reste à celle du modèle standard, avec grille inversée (1ère en bas), et permet de passer de 0 à 100 km/h en 7,5 secondes et d'atteindre 222 km/h en vitesse de pointe.

La Porsche 911 S n'usurpe pas son nom et garantit une conduite sportive. Comme le moteur, le châssis est lui aussi plus affûté, bien que conservant toutes les caractéristiques fondamentales de la 911 dont sa répartition des masses très "particulière". Du fait de son équipement de série réduit, la 911 S ne pèse que 1080 kg à vide. Elle présente un caractère « rebelle », que seuls les pilotes expérimentés parviennent à exploiter avec succès. Pour les autres, le niveau de performances et la tenue de route ont de quoi effrayer... surtout ce train avant qui s'allège déraisonnablement à haute vitesse. A cette époque, le modèle le plus sportif de la gamme n'est donc pas à mettre en toutes les mains mais les succès en compétition vont pourtant prouver le bien fondé des solutions techniques retenues.

En compétition, impossible de dresser un palmarès exhaustifs tant les victoires de la 911 dans tous types d'épreuves sont incalculables, du rallye Monte-Carlo au Paris-Dakar en passant par Le Mans, rien ne lui aura résisté !

La Porsche 911 ne va pas cesser d’évoluer : la 911 2.0 S adopte en 1968 l'injection mécanique Bosch. Son moteur développe désormais 170 ch à 6800 tr/mn . Les performances progressent légèrement avec une vitesse de pointe de 225 km/h. L'autre évolution majeure, en août 1968 concerne l'empattement de toutes les Porsche 911 et Porsche 912, allongé de 57 mm, visant à mieux équilibrer le comportement jugé trop survireur... En Août 1969, la Porsche 911 2.2 S remplace la 2.0 S. Un carter en magnésium, en autres allégements (capot moteur et jupe arrière en aluminium) permet à la 911 S de baisser son poids de plus de 50 kilos. Plus puissant (180 ch à 6800 tr/mn), le nouveau moteur garde son caractère typique des Porsche les plus sportives passé les 4000 tr/mn.

Poursuivant sa quête de puissance et de perfection, Porsche augmente une nouvelle fois la cylindrée de son moteur en 1971. Avec la 2.4 S Porsche confirme la stature sportive de sa 911 tout en se pliant aux normes de pollution américaines sans cesse plus contraignantes. Ainsi la puissance n'augmente une nouvelle fois que de 10 ch (190 ch à 6500 tr/mn) mais le moteur gagne beaucoup en souplesse à bas régime.

 

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_103-copie-1.jpg

 

 

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_105.jpg

 

 

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_106-copie-1.jpg

 

 

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_107-copie-1.jpg

 

 

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_108.jpg

 

 

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_109.jpg 

 

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_110.jpg

 

 

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_111.jpg

 

 

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_112.jpg 

 

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_113.jpg

 

 

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_114-copie-1.jpg

 

 

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_18.jpg

 

 

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_115.jpg

 

 

porsche_911_s_2-0_targa_901_usa_1966_116.jpg 

 

 

 

 

Je recommande à tous les passionnés de l'automobile et de son histoire les remarquables sites (en anglais) cités ci-dessous. Ils présentent, outre des commentaires et données techniques très complètes, de magnifiques photos sur la production automobile mondiale

ultimatecarpage.com

supercar.net

swisscarsighting.com

mais il y a aussi un site en Hongrois sur lequel il faut se contenter de regarder les photos :

autogaleria.hu

 

Vous pouvez retrouver d'autres véhicules,  tout aussi exceptionnels,  dans la rubrique "VOITURES DE   LEGENDE" de ce blog  ou en vous inscrivant à la Newsletter (voir ci-contre)

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Xav 01/03/2014 09:57

Superbe article ! Merci Jean Pierre.
Bonne journée et bon week end.

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens