Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 19:00

01.jpg

 

Jusqu’à la fin des années 20 les constructeurs automobiles se sont plutôt attachés à la technique, la puissance, la performance et l’efficacité en courses. Le circuit où les courses d’endurance, nombreuses en Europe et aux Etats-Unis sont, pour la plupart d’entre eux le seul moyen de se faire connaitre. L’automobile aborde un tournant historique dans le milieu des années 30 : le design et la carrosserie vont, progressivement, prendre le pas sur la technologie. Et ce sont des carrossiers européens qui vont initier ce changement. Les premiers signes en sont donnés par deux constructeurs français : Delage et Delahaye qui, en 1936, sortent tous deux un modèle carrossé par Figoni & Falaschi. Les lignes en sont tellement originales que tous les concurrents vont vite comprendre que la carrosserie ne sera plus jamais comme avant : un simple habillage de la mécanique et un abri pour les  passagers. La firme Figoni & Falaschi récidive l’année suivante en carrossant le dernier modèle de chez Talbot Lago qui va rester dans l’histoire automobile comme l’une des voitures les plus remarquables.

Joseph Figoni est né en Italie mais très jeune il vient résider en France. Après la Grande guerre il ouvre un petit atelier de réparation en carrosserie. Il va très tôt il va s’intéresser au design et le petit atelier va vite se transformer en fabrication de carrosseries complètes. Ce sont les constructeurs de voitures de courses qui seront ses premiers clients. Le nom de Figoni apparaitra lorsque l’Alfa Romeo qu’il a carrossé remportera les 24 Heures du Mans en 1933 et 1934. Ce n’est pas encore la célébrité mais une renommée suffisante pour qu’un industriel italien Olivio Falaschi s’intéresse à la petite entreprise. Ils s’associent en 1935 pour fonder la carrosserie Figoni & Falaschi, le premier s’occupera du design et le second de la partie commerciale.

Dans le même temps une autre association est en train de se créer. Celle de l’industriel italien Antony Lago et de la firme franco-anglaise Talbot qui, après avoir eu ses heures de gloire, affronte de graves difficultés. Avec un ingénieur de talent, Walter Becchia, il développe la première Talbot Lago. Ce sera le projet T150cs en version course, ou T150ss pour la version routière. Le moteur 6 cylindres en ligne, dont la conception est toute nouvelle, dispose d’une cylindrée de 4 litres et, dans sa version la plus puissante développe 170 cv.

C’est Figoni & Falaschi qui va être chargé de carrosser la majorité des châssis de T150. Le premier véhicule fini est présenté au public lors du salon de l’Automobile de Paris de 1937. Le style de la voiture est impressionnant : les lignes courbes, l’inclinaison de pare-brise et la recherche de l’aérodynamisme font de ce modèle baptisé « goutte d’eau » une référence dans le design automobile.

02.jpg

 

Deux variantes de style vont être développées par Figoni & Falaschi sur le modèle coupé goutte d’eau : l’un dénommé « Jeancart » en référence au nom du premier client, fabriqué en cinq exemplaires, l’autre baptisé « New York » parce que présenté dans cette ville pour la première fois en 1937. Il sera fabriqué en 11 exemplaires. En tout, 16 voitures dénommées T23 furent construites avec la carrosserie « goutte d’eau » dont trois avec un châssis assez différent, notamment au niveau du moteur.

Toutes les voitures ont des particularités différentes souvent demandées par les clients. Plusieurs T23 ont été construites spécifiquement pour la compétition. L’une d’entre elles a fini troisième derrière deux Delahaye aux 24 Heures du Mans de 1938.

La voiture présentée ici est l’une des T23 carrossée par Figoni & Falaschi dans le style type « Jeancart ». Comme l’original commandée par M. Jeancart, elle est construite sur la base d’un châssis court de 2 950 mm qui était la version la plus courte dans la gamme T23. Le moteur est le six cylindres en ligne de 3 996 cc de cylindrée qui, alimenté par deux carburateurs, développe une puissance maxi de 115 cv.

Le premier propriétaire de ce coupé fréquente assidument les concours d’élégance à la fin des années 30. A la fin des années 40 la voiture quitte la France pour les Etats-Unis. Ce n’est qu’en 1974 qu’elle est ramenée en France dans les ateliers du carrossier Henri Chapron pour une restauration complète. Après quelques expositions au Japon elle retourne aux Etats-Unis au début des années 1990. Présentée au Pebble Beach Concours d’Elegance en 2000 elle se voit attribuer le prix « Elegance in Motion ». En 2006 elle est mise aux enchères d’Amelia Island (Etats-Unis) et change de propriétaire pour la somme de 2,1 millions de Dollars.

 

03.jpg

 

08.jpg

 

09.jpg 

10.jpg

 

Picture61.jpg

 

05.jpg

 

 

04.jpg

 

 

06.jpg

 

 

 

 

 

Je recommande à tous les passionnés de l'automobile et de son histoire les remarquables sites (en anglais) cités ci-dessous. Ils présentent, outre des commentaires et données techniques très complètes, de magnifiques photos sur la production automobile mondiale

ultimatecarpage.com

supercar.net

swisscarsighting.com

mais il y a aussi un site en Hongrois sur lequel il faut se contenter de regarder les photos :

autogaleria.hu

 

Vous pouvez retrouver d'autres véhicules,  tout aussi exceptionnels,  dans la rubrique "VOITURES DE   LEGENDE" de ce blog  ou en vous inscrivant à la Newsletter (voir ci-contre)

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

MICHAUX 18/12/2013 09:07

Très belle voiture pour terminer l'année, un grand merci pour toutes les merveilles que vous nous montrez. Je vous souhaite d'agréables fètes de fin d'année et vous présente mes meilleurs vœux pour
2014.

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens