Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 18:00

packard_twelve_phaeton_1934_101.jpg

 

James Ward Packard (1863-1927), possédait une firme de fabrication de lampes à incandescence et des transformateurs à Waren dans l'Ohio. Dès 1893, il s'intéresse à l'automobile. Sa première acquisition est un tricycle De Dion Bouton. En 1898, il achète une voiture de marque Winton, la douzième construite par Alexandre Winton. Il n'en est pas entièrement satisfait, et c’est pour James W. Packard le déclic : il se pique au jeu et décide de se lancer dans la construction de sa propre voiture, avec l'aide de deux mécaniciens débauchés chez Winton.

La première Packard voit ainsi le jour le 6 novembre 1899. Cinq autres voitures sont fabriquées en 1899, puis 49 en 1900 et 81 en 1901. La « Ohio Company Automobile » est créée le 10 septembre 1900, avec James Ward Packard, son frère William Doud Packard, et trois autres associés. Le slogan de ce nouveau constructeur est instauré dès 1901, et ne changea jamais : « ask the man who own one » (demandez à celui qui en a une). Le 10 octobre 1902, la « Ohio Automobile Company » est rebaptisée « Packard Motor Car Company ». Pour mener à bien ses projets, l’entreprise recrute un ingénieur français, Paul Schmidt, chargé de dessiner un nouveau moteur à 4 cylindres. 

L'entreprise déménage à Détroit à la fin de 1903 après qu'une nouvelle usine ait été implantée. James Ward Packard demeure à la direction de l'entreprise jusqu'en 1909, et à la présidence du conseil d'administration jusqu'en 1912. Après les 4 cylindres, et sous la pression de la concurrence, viennent les 6 cylindres. En 1915, pour répondre au V8 lancé par Cadillac l'année précédente, Packard commercialise la première automobile de série à 12 cylindres, la « Twin Six ». Cette voiture est d'emblée un succès, grâce à son silence, sa souplesse et sa vitesse de pointe. Elle sera régulièrement construite jusqu'en 1922, date à laquelle elle s'effaçe devant les 8 cylindres en lignes.

Packard est le deuxième constructeur d'importance après Duesenberg à proposer un huit cylindres en ligne dans sa gamme à partir de 1923. Il développe à l'origine une puissance maxi de 84 ch, pour atteindre en 1940 les160 ch, malgré une cylindrée légèrement réduite. Ces modèles « Single Eight », rebaptisés simplement « Eight » en 1924, connaissent un grand succès, car ils sont beaucoup moins chers que les « Twin Six » (12 cylindres) qu'ils remplacent.

packard_twelve_phaeton_1934_102.jpg

 

Packard symbolise alors la rigueur, le raffinement et l'aisance sans ostentation opposé au style « m'as-tu-vu » propre à Cadillac. Régulièrement, et jusqu'à la seconde guerre, le constructeur présente des chiffres de production supérieurs à ceux de son concurrent de toujours. Avec 11 000 ventes en 1924, puis jusqu'à 43 000 en 1928, Packard répond aux attentes du marché. Mais rapidement la bataille qui oppose Packard à Cadillac symbolise celle du pot de terre contre le pot de fer. Il s'agit en effet d'une concurrence acharnée entre un simple constructeur indépendant et un géant industriel : la General Motors. Le paysage automobile américain évolue à grande vitesse. En 1922, près de deux cent marques nationales se disputent le marché, sans compter les importateurs. En 1929, ils ne sont plus que 47, puis 22 en 1939. Les petits constructeurs doivent investir toujours d'avantage pour être à la hauteur sur le plan technique. La moindre erreur devient fatale aux plus fragiles. En face d'eux, le coût unitaire par voiture des grands constructeurs baisse grâce à la production de masse.

Packard marque les esprits en présentant à New York le 6 janvier 1932 une  nouvelle « Twin Six », rebaptisée l'année suivante Packard « Twelve ». Il s'agit du second 12 cylindres proposé par le constructeur après celui de 1915. La « Twelve » est clairement positionnée au sommet de la gamme, avec des tarifs dans la même catégorie que ceux des Cadillac V16. En plus des modèles figurant au catalogue officiel, de nombreux carrossiers exercèrent leurs talents sur des châssis nus tels LeBaron, Bohman & Schwartz ou Dietrich.

La « Twelve » évolue durant la décennie, avec des augmentations de cylindrée et de puissance, et une fiabilisation de la mécanique. Cela explique sans doute que 1937 ait été la meilleure année pour les ventes, avec 1300 voitures sur un total de 2744 en sept ans. Le moteur a des performances impressionnantes : Cylindrée de 7 292 cc, puissance maxi de 175 cv à 3 200 t/mn. Par ailleurs, de nombreuses innovations sont apparues sur ce modèle : suspension avant à roues indépendantes et freins à commande hydrauliques sont les plus significatives.

Packard devra cependant suspendre la production de la « Twelve » en 1939 pour se consacrer à des productions toujours luxueuses, mais plus abordables pour les clients et plus lucrative pour le constructeur.. 

Le modèle présenté ici est un Packard « Twelve » 1107 phaéton 5 places. 1107 qualifie le châssis d’empattement 143 pouces. Sure ce type de châssis Packard présente, cette année là onze choix différents : Sedan 5 places, Club sedan 5 places, Formal sedan 5 places, Coupé 2/4 places, Coupé 5 places, coupe roadster 2/4 places, Phaéton 5 places, Sport phaéton 5 places,  Touring 5/7 places, Convertible Victoria 5 places et Convertible sedan 5 places.

 

packard_twelve_phaeton_1934_103.jpg

 

 

packard_twelve_phaeton_1934_104.jpg

 

 

packard_twelve_phaeton_1934_105.jpg

 

 

packard_twelve_phaeton_1934_106.jpg

 

 

packard_twelve_phaeton_1934_107.jpg

 

 

packard_twelve_phaeton_1934_108.jpg

 

 

packard_twelve_phaeton_1934_109.jpg

 

 

packard_twelve_phaeton_1934_110.jpg

 

 

packard_twelve_phaeton_1934_111.jpg

 

 

packard_twelve_phaeton_1934_112.jpg

 

 

packard_twelve_phaeton_1934_113.jpg

 

 

packard_twelve_phaeton_1934_114.jpg

 

 

packard_twelve_phaeton_1934_115.jpg

 

 

 

 

Je recommande à tous les passionnés de l'automobile et de son histoire les remarquables sites (en anglais) cités ci-dessous. Ils présentent, outre des commentaires et données techniques très complètes, de magnifiques photos sur la production automobile mondiale

ultimatecarpage.com

supercar.net

swisscarsighting.com

mais il y a aussi un site en Hongrois sur lequel il faut se contenter de regarder les photos :

autogaleria.hu

 

Vous pouvez retrouver d'autres véhicules,  tout aussi exceptionnels,  dans la rubrique "VOITURES DE   LEGENDE" de ce blog  ou en vous inscrivant à la Newsletter (voir ci-contre)

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jp echavidre - dans VOITURES DE LEGENDE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens