Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 08:00

duesenberg_model_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_101.jpg

 

Dès leur plus jeune âge les deux frères Fred et August Duesenberg sont attirés par la mécanique et la vitesse. Leur première réalisation notable est un vélo de course à la fin du 19ème siècle. Rapidement ils se tournent vers la mécanique avec une seule idée en tête : aller plus vite. Ils conçoivent alors un moteur monocylindre adaptable, bien sur, sur le vélo construit précédemment.  Dans les années 1910, ils s’intéressent tout naturellement aux moteurs de voitures de courses puis aux voitures de courses tout entières. Ils mettent au point des innovations qui vont faire progresser à grand pas l’industrie automobile : la technologie des quatre soupapes par cylindre, le moteur à quatre cylindres en ligne. Si bien que les voitures Duesenberg commencent à se faire remarquer sur les circuits automobiles.

Durant les années de la première guerre mondiale ils mettent leurs compétences au service de l’industrie d’armement des Etats-Unis en réalisant des moteurs de huit, douze et seize cylindres pour divers engins militaires. La guerre étant terminée ils reviennent à leur passion initiale : la course automobile. Pour la saison 1919 ils développent le premier moteur 8 cylindres en ligne adapté sur une automobile. La mise au point est difficile et ce n’est qu’en 1921 qu’ils sont récompensés pour leur ténacité : la Duesenberg 3 litres est la première voiture américaine à remporter le Grand Prix de France. Cette victoire sera suivie de beaucoup d’autres succès tant aux Etats-Unis qu’à l’étranger.

Mais les ambitions des deux frères Duesenberg sont maintenant tout autres : ils veulent profiter de leur avance technologique dans le moteur 8 cylindres en ligne et surtout de la renommée acquise en courses pour fabriquer des voitures routières. Le prototype du « Model A » est exposé au Salon de l’Automobile de New-York qui se tient à l’Hôtel Commodore en novembre 1920. Le public est enthousiasmé à l’idée de pourvoir acheter cette voiture qui a remporté tant de succès sur les circuits. Elle est, bien sur, équipée du 8 cylindres en ligne pour la première fois implanté dans une voiture en production. Il est disposé longitudinalement à l’avant et sa cylindrée est de 4, 261 litres. La puissance maxi est de 88 cv. Nouvelle innovation sur cette première Duessenberg : l’assistance hydraulique de freinage sur les quatre roues. Comme pour les véhicules de compétition la Model A comporte bon nombre de pièces en aluminium pour réduire le poids total du véhicule.

Le succès est au rendez vous et une usine nouvelle est construite pour la production du model A qui démarre au milieu de l’année 1921. L’objectif est de fabriquer 2 400 voitures par an mais la production du Model A ne dépassera jamais une voiture par jour. Une production qui  se compose soit de véhicules complets, soit de châssis roulants qui sont ensuite confiés à des carrossiers. Après de nombreux plans d’économie destinés à sauver l’entreprise, la faillite ne peut être évitée en 1926. L’américain Cord qui possède aussi le constructeur Auburn rachète la branche automobile de Duesenberg et arrête rapidement les développements du Model A. 

Cord donne alors aux frères Duesenberg carte blanche pour construire la meilleure voiture du monde : ce sera le Model J présenté au salon de l’Automobile de New-York en 1928 sous forme de châssis roulant. Le moteur, toujours le 8 cylindres en ligne, qui maintenant a une cylindrée de 6,876 litres, 4 soupapes par cylindre et un système de lubrification très sophistiqué. Il développe une puissance maxi de 265 cv à 4 200 t/mn. Plus du double de ce que proposent les principaux concurrents !.. la voiture finie qui pèse aux alentours de 2300 kg pourra atteidre la vitesse maximum de 187 km/heure !..

 

duesenberg_model_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_102.jpg

 

Officiellement Duesenberg construit des châssis roulants qui sont transférés chez des carrossiers au gré du client. Le châssis roulant contient tous les organes mécaniques, la planche de bord, la grille de radiateur, les pare-chocs et l’éclairage. Pour ce modèle, Duesenberg va évidemment choisir les carrossiers américains les plus célèbres.

Comme la concurrence est sévère, rien ne sera négligé chez Duesenberg. D’autres marques sont également à la recherche de la perfection automobile : Cadillac, Packard aux Etats-Unis, Rolls-Royce, Hispano-Suiza, Bugatti en Europe ; tous sont dans la course à la puissance, à la vitesse et au luxe des carrosseries. Rien n’est laissé au hasard : Duesenberg fait rouler ses châssis 100 miles sur circuit avant de les livrer aux carrossiers !..

Tout cela a un prix : sortie de l’atelier de carrosserie le prix s’élève à environ 14 000 Dollars. A comparer avec le prix d’une Ford Model T milieu de gamme : 650 Dollars !.. Très cher !.. Trop cher !..Seules quelques vedettes du showbiz tels Gary Cooper, Clark Gable ou Greta Garbo peuvent se payer de telles voitures. Avec quelques têtes couronnées à travers le monde !..

Le succès d’estime remporté au salon de New-York décide Duesenberg à commander les composants pour la fabrication de 500 voitures par an. Les premiers modèles finis sont livrés aux clients en mai 1929. Quelques semaines seulement avant le « mardi noir » qui va déclencher une crise économique mondiale ! Les ventes totales du Model J ne dépasseront pas les 481 exemplaires !..

La voiture présentée ici a été dessinée par l’un des meilleurs stylistes automobile du moment : Gordon Buehrig pour la "Weymann Body Company". Il réalisera deux speedsters l’un sur un châssis à empattement court connu sous le nom de « Taper Tail » et le second sur un châssis à empattement long appelé "‘Fishtail "

Le « Taper Tail speedster » fut présenté au Peeble Beach Concours d’Elégance en 2007 où ont été prises ces photos.

 

duesenberg_model_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_103.jpg

 

 

duesenberg_model_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_104.jpg

 

 

duesenberg_model_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_105.jpg

 

 

duesenberg_model_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_106.jpg

 

 

duesenberg_model_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_107.jpg

 

 

duesenberg_model_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_110.jpg

 

 

duesenberg_model_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_111.jpg

 

 

duesenberg_model_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_112.jpg

 

 

duesenberg_model_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_113.jpg

 

 

duesenberg_model_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_115.jpg

 

 

duesenberg_model_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_116.jpg

 

 

duesenberg_mpodel_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_108.jpg

 

 

duesenberg_model_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_117.jpg

 

 

duesenberg_model_j_weymann_taper_tail_speedster_1931_118.jpg

 

 

 

Je recommande à tous les passionnés de l'automobile et de son histoire les remarquables sites (en anglais) cités ci-dessous. Ils présentent, outre des commentaires et données techniques très complètes, de magnifiques photos sur la production automobile mondiale

ultimatecarpage.com

supercar.net

swisscarsighting.com

mais il y a aussi un site en Hongrois sur lequel il faut se contenter de regarder les photos :

autogaleria.hu

 

Vous pouvez retrouver d'autres véhicules,  tout aussi exceptionnels,  dans la rubrique "VOITURES DE   LEGENDE" de ce blog  ou en vous inscrivant à la Newsletter (voir ci-contre)

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

MICHAUX 31/12/2012 10:35

Magnifique, il faut dire que toutes les Duesenberg étaient de merveilleuses voitures. Dommage qu'on ne puisse pas ajouter de photo au message, je vous aurais ajouté la peinture que j'en ai faite.

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens