Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 07:00

101.jpg

 

 

A la fin des années 1920 et au début des années 30 les constructeurs de voitures de luxe comme Delage ont d’énormes difficultés financières. Bon nombre d’entre eux seront condamnés à cesser leur activité faute de clients. Delage passe très près de la liquidation en 1933 sous la pression de ses débiteurs. Si la catastrophe est évité c’est grâce au dynamisme et à la volonté de Louis Delage qui garde le contrôle de l’entreprise et accélère l’étude de nouveaux modèles.

Louis Delage a rappelé dans l’entreprise un ingénieur de talent Arthur-Léon Michelat qui a fait le succès de la marque avec, entre autres modèles, le model X qui avait remporté la coupe de l’Auto en 1911. Sa mission est maintenant de développer pour Delage une nouvelle génération de modèles à moteurs six et huit cylindres qui s’intégreront dans la gamme existante et en particulier sur le modèle D8 lancé en 1929.

Pour le modèle 8 cylindres en ligne Michelat dessine une culasse nouvelle permettant des taux de compression plus élevés. La cylindrée est relativement faible : 3,6 litre. Le moteur va être développé en deux variantes. La première développe une puissance maxi de 85 cv et le modèle correspondant sera appelé D8-85, l’autre qui développe 105 cv équipera les modèles D8-105.

Le châssis est également redessiné, avant tout pour en réduire le coût, tout en présentant ce qui a fait le succès de la marque Delage : l’assistance hydraulique de freinage et, en option, la boite cotal à présélecteur 4 rapports.

Les deux nouveaux modèles D8 sont présentés au salon de l’Automobile de Paris en octobre 1934. Tous les deux sont commercialisés sous la forme de châssis roulants permettant au client de choisir son carrossier. Mais au catalogue de Delage figurent également des modèles complets carrossés notamment par Chapron ou Letourneur & Marchand. L’empattement de base est de 3340 mm mais d’autres variantes peuvent être obtenues tant sur la D8-85 que sur la D8-105.  La production commence dès la fin du salon de Paris en décembre 1934. Mais il est déjà trop tard. Delage n’aura pas le temps de faire ses preuves et l’entreprise devra fermer ses portes dans les premiers mois de 1935. La firme sera reprise par le concurrent Delahaye qui reprendra la production en 1936.

Juste avant que la liquidation de Delage ne soit effective, huit exemplaires de D8-105s ont été construits et moins d’une centaine de D8-85s.

Des huit exemplaires construits il ne reste que deux modèles connus de D8-105s. Le modèle présenté ici est l’un de ces deux exemplaires. Dessiné par le carrossier Letourneur & Marchand il a été fabriqué par l’un de ses sous-traitants Autobineau. Commandé par un ami de Louis Delage, l’industriel Le Guyader, celui-ci ne conservera pas sa voiture très longtemps. Il la revend en 1936 pour acheter un modèle plus moderne la D8-120 aérosport. Le coupé reste en France et va passer au moins deux décennies dans le Musée automobile de Châtellerault. Complètement restauré en 1988, le coupé est acheté par un grec en 2010 qui le présentera au Concorso d’Eleganza Villa d’Este en 2011.

 

 

102.jpg

 

 

103.jpg

 

 

104.jpg

 

 

105.jpg

 

 

106.jpg

 

 

107.jpg

 

 

108.jpg

 

 

110.jpg

 

 

112.jpg

 

 

113.jpg

 

 

 

Je recommande à tous les passionnés de l'automobile et de son histoire les remarquables sites (en anglais) cités ci-dessous. Ils présentent, outre des commentaires et données techniques très complètes, de magnifiques photos sur la production automobile mondiale

ultimatecarpage.com

supercar.net

swisscarsighting.com

mais il y a aussi un site en Hongrois sur lequel il faut se contenter de regarder les photos :

autogaleria.hu

 

Vous pouvez retrouver d'autres véhicules,  tout aussi exceptionnels,  dans la rubrique "VOITURES DE   LEGENDE" de ce blog  ou en vous inscrivant à la Newsletter (voir ci-contre)

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Xav 25/07/2012 16:49

Le radiateur aurait été profilé et les phares intégrés (Citroën 22) dans les ailes, et la démarche de transition stylistique aurait été totale, aboutie. Car vu le bel effet produit par la jonction
des ailes en bas de calandre, les optiques et la calandre droite paraissent anachroniques.
Le poupe est du plus bel effet et complètement en avance sur son temps. Je trouve que l'aspect, la présentation du bandeau arrière me fait penser à ce qu'on trouvera sur certaines françaises 30 ans
plus tard.

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens