Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 19:00

aston_martin_db2_team_car_1950_101.jpg

 

 

Très peu de temps après avoir pris le contrôle de la compagnie en 1947, David Brown demande aux ingénieurs de la marque de construire une nouvelle voiture. Et, contrairement à ses concurrents qui développent leurs projets dans le plus grand secret, le patron d’Aston Martin décide d’engager en courses les premiers prototypes du nouveau modèle. Une décision risquée si le succès n’est pas au rendez-vous !.. Mais le pari, assez risqué, est gagné puisque la voiture est victorieuse dans les 24 Heures de Spa en fin d’année 1947.

Début d’année 1949 la nouvelle voiture dénommée « DB2 » commence à prendre forme et en avril 1950 la version finale est présentée au salon de l’Automobile de New York. Auréolée de ses succès en compétition la « DB2 » reçoit un accueil très favorable du public. Pour conforter la notoriété de la marque, Brown tente un autre pari : il engage les trois premiers véhicules produits dans la course prestigieuse de 24 Heures du Mans.

Quelques aménagements sont faits, en un temps record, sur les voitures : le six cylindres en ligne de Lagonda,  de 2 580 cc de cylindrée voit augmenter son taux de compression pour obtenir une puissance maxi de 125 cv à 5 000 t/mn (au lieu des 105 cv initiaux). Quelques allègements sur la carrosserie et un aménagement du réservoir à carburant et les trois voitures prennent la route du Mans. Mais la chance ne va pas sourire aux compétiteurs : l’une des voitures manque un virage et fait un tonneau. Elle est reconduite à l’usine mais ne pourra être réparée à temps. Elle sera remplacée sur la grille de départ par l’un des anciens prototypes qui d’ailleurs aura des problèmes de boites de vitesses après quelques tours de circuit seulement. Les deux autres voitures de l’équipe Aston Martin finissent 5ème et 6ème toutes catégories confondues, mais première et deuxième dans leur catégorie et, encore mieux, l’une des deux gagne le trophée « Index de performance » qui, à l’époque était très important.

Les deux voitures victorieuses rejoignent, en Angleterre, leur sœur jumelle maintenant réparée pour d’autres succès en course dans les années 1950. En particulier elles finiront aux places 1, 2 et 3, dans la catégorie des 3 litres, lors du Tourist Trophy à Dundrod en 1950.

Encouragée par ces succès, et à coté de la production des « DB2 », la firme anglaise se lance dans la construction de voitures de course pour la saison 1951. L’effort va porter sur l’allègement notamment au niveau du châssis par l’optimisation des composants et au niveau de la carrosserie réalisée entièrement en aluminium. L’objectif de gain de poids de 200 kg est atteint. Le moteur également va progresser et, alimenté par trois carburateurs Wéber il atteindra une puissance maxi de 138 cv. Aston martin est maintenait entré dans la cour des grands et fait partie des constructeurs avec qui il faudra compter sur les circuits pendants des décennies.

Les deux voitures présentées sont les deuxième et troisième voitures de l’équipe Aston Martin pour la saison 1950.

VMF 64 calandre jaune

C’est la seconde voiture du team. Conduite par Lance Macklin et George Abecassis, elle remporte la première place dans la catégorie 3 litres et l’ « Index de performance » aux 24 Heures du Mans 1950. L’année suivante elle remportera également des victoires dans sa catégorie lors des Mille Miglia ou des 24 Heures du Mans entre autres.

David Brown, qui considérait cette voiture comme mythique, a longtemps refusé de s’en séparer. Il finira par la vendre à un de ses amis Gerald Lascelles qui, lui aussi était un amoureux de la voiture et qui l’engagera dans quelques courses. Il la conservera jusqu’à sa mort. Son fils la mettra en vente lors des enchères RM de 2009 où elle trouvera un acheteur pour 550 000 Livres sterling. Le nouveau propriétaire l’a présentée au Concours d’Elégance Ville d’Este en 2010

VFM 65 calandre bleue

C’est la troisième voiture du team. Celle qui sera accidentée avant les 24 Heures du Mans de 1950. Elle participera à de nombreuses compétitions pilotée par d’illustres champions tels que Stirling Moss ou Peter Collins. Après sa vie sur les circuits elle retourne chez Aston Martin où elle reste jusqu’en 1955. Elle réapparait au Musée de l’Automobile du Mans entre 1966 et 1979. Après restauration elle sera finalement vendue aux enchères par Bonhams en 2010 et adjugée pour 513 000 Livres Sterling.

 

aston_martin_db2_team_car_1950_102.jpg

 

 

aston_martin_db2_team_car_1950_103.jpg

 

 

aston_martin_db2_team_car_1950_104.jpg

 

 

aston_martin_db2_team_car_1950_105.jpg

 

 

aston_martin_db2_team_car_1950_106.JPG

 

 

aston_martin_db2_team_car_1950_107.JPG

 

 

aston_martin_db2_team_car_1950_108.jpg

 

 

aston_martin_db2_team_car_1950_109.jpg

 

 

aston_martin_db2_team_car_1950_110.jpg

 

 

aston_martin_db2_team_car_1950_111.jpg

 

 

aston_martin_sb2_team_car_1950_112.jpg

 

 

 

Je recommande à tous les passionnés de l'automobile et de son histoire les remarquables sites (en anglais) cités ci-dessous. Ils présentent, outre des commentaires et données techniques très complètes, de magnifiques photos sur la production automobile mondiale

ultimatecarpage.com

supercar.net

swisscarsighting.com

mais il y a aussi un site en Hongrois sur lequel il faut se contenter de regarder les photos :

autogaleria.hu

 

Vous pouvez retrouver d'autres véhicules,  tout aussi exceptionnels,  dans la rubrique "VOITURES DE   LEGENDE" de ce blog  ou en vous inscrivant à la Newsletter (voir ci-contre)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens