Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2014 3 25 /06 /juin /2014 07:00

Benoit-Hamon-veut-revoir-les-notes-des-eleves.jpg

 

 

Le ministre de l'Education nationale, Benoît Hamon (photo), entend revoir le système d'évaluation des élèves pour rendre la notation plus bienveillante. Un vieux débat jamais tranché pour lequel on se demande d’ailleurs s’il est opportun de le rouvrir actuellement ? Il y a surement plus urgent à traiter à l’Education nationale mais au moins ce débat là ne fera pas descendre les syndicats enseignants dans la rue !..

Faut-il ou non noter les élèves? Notre système d'évaluation est-il décourageant? Y a-t-il d'autres manières d'évaluer le travail? Ces questions sont posées depuis plusieurs années par les différents acteurs de l'Education nationale sans trouver de réponses concrètes. Mardi, le ministre de l'Education nationale Benoît Hamon lance une "conférence nationale sur l'évaluation des élèves". Il espère parvenir d'ici à décembre à un "consensus" sur une notation plus bienveillante. "Aujourd'hui, notre système d'évaluation souligne les lacunes et les échecs des élèves, ce qui peut être très décourageant pour certains", explique le ministre dans un entretien paru mardi dans « Le Parisien/Aujourd'hui en France ».

Pour Benoît Hamon, "l'évaluation doit permettre aux enseignants et aux enfants de mesurer les progrès accomplis et ceux qui restent à accomplir. Il faut qu'elle soit plus exigeante, qu'elle en dise plus; qu'elle soit bienveillante et qu'elle stimule au lieu de décourager". En dictée par exemple, un élève qui progresse en syntaxe mais continue à faire trop de fautes en grammaire peut toujours être noté zéro. "Comment peut-il savoir qu'il a progressé?" demande-t-il. "La note doit être utilisée à bon escient. Elle est utile, mais quand elle paralyse, on doit lui substituer d'autres formes d'évaluation", prône-t-il.

Chatel très opposé à la suppression des notes

La question de la notation des élèves est un vieux débat. Déjà, en novembre 2010, vingt personnalités, dont Boris Cyrulnik, Daniel Pennac et Marcel Rufo, avaient signé un appel – lancé par l’Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev) - pour réclamer la suppression des notes à l’école élémentaire. Une mesure à laquelle s'était opposé le ministre de l'Education d'alors, Luc Chatel. "Il ne faut pas voir la note comme l’échec, comme le rejet, comme la sanction. C’est aussi l’évaluation d’un travail, ça peut être pour l’élève un objectif et ça peut être un projet de progression pour l’élève", arguait-il à ce moment-là. En mai 2011, l'Afev montait à nouveau au créneau en lançant une pétition pour la suppression des notes en primaire. Laquelle avait recueilli de nombreuses signatures. Luc Chatel s'y était une nouvelle fois opposé, recevant notamment le soutien de son prédécesseur à l'Education, Luc Ferry.

Une fois la gauche arrivée au pouvoir, le débat était une nouvelle fois posé. Peu de temps après son arrivée au ministère de l'Education nationale, Vincent Peillon plaidait à son tour pour une réforme du système de notation. Il se disait contre la suppression des notes mais favorable à leur évolution. "Je trouve que le débat est toujours intéressant, quand il n'est pas manichéen, pour ou contre les notes, et d'ailleurs ce n'est jamais comme cela qu'il a été posé, y compris par moi», expliquait le ministre de l'Education nationale.

Les arguments de Vincent Peillon étaient similaires à ceux utilisés par Benoît Hamon. Il faut "qu'il y ait une évolution de la façon dont nous notons, parce que la note doit pouvoir être aussi un encouragement et pas un découragement, parce que les élèves de France, à part les petits Japonais, sont les plus malheureux au monde", expliquait-il alors. "Donc il n'y a pas de suppressions des notes, il y a beaucoup de procédures (possibles), il faut faire évoluer notre façon de noter, cela vaut pour les élèves et pour les professeurs qui sont toujours notés comme les élèves", concluait-il.

Le principe de faire évoluer l'évaluation des élèves pour éviter une "notation-sanction" figure dans la loi de Refondation de l'école - adoptée en juin 2013 et défendue par Vincent Peillon, qui a quitté le gouvernement lors du dernier remaniement, en mars 2014. C'est à Benoît Hamon que revient la tâche de concrétiser cette ambition, son premier grand chantier.

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)



Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens