Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 08:00

paternotte-Juppe-gellar-imbroglio-UMP.jpg

 

 

Si copéistes et fillonistes ont accepté qu’Alain Juppé prenne la tête d’une médiation destinée à trancher les résultats de l’élection à la présidence de l’UMP, les deux camps sont en désaccord sur la façon dont l’instance devra travailler. On croyait bien,  jeudi 22 novembre dernier, que l’arrivée d’Alain Juppé, acceptée par les deux parties, allait permettre de résoudre les problèmes. Apparemment, il n’en est rien !...Et quand on y regarde de plus près il y a bon nombre de raisons pour lesquelles les deux camps sont dans l’impossibilité de trouver un accord…

Jean-François Copé a saisi la commission nationale des recours

La commission nationale des recours de l'UMP, que le président du parti Jean-François Copé a saisie jeudi 22 novembre sur les résultats proclamés lundi et contestés par le camp Fillon, est l'instance interne chargée de trancher les litiges électoraux, selon les statuts de l'UMP. Elle est composée, précise l'article 30 des statuts de l'UMP, de neuf membres, élus par le Conseil national de l'UMP (Parlement du parti). Son président est l'ancien député Yanick Paternotte (photo à gauche). Il semblait tout à fait normal que Jean-François Copé saisisse cette commission puisque cette possibilité est prévue dans les statuts de l’UMP.

Pourquoi cette commission est-elle contestée par le camp Fillon?

Les fillonistes remettent en cause la légitimité de cette commission, car ils estiment qu'elle est en "conflit d'intérêts" du fait que ses membres, à commencer par son président, sont en majorité pro-Copé. Ils pointent également du doigt les démêlés judiciaires de Yanick Paternotte, qui attend son jugement le 13 décembre dans une affaire d'abus de faiblesse pour laquelle le parquet de Nanterre a requis sa condamnation et une peine d'inéligibilité. "Je n'accepterai aucune des conclusions de la commission des recours", a prévenu François Fillon, vendredi sur RTL. "Les seules que j'accepterai sont celles d'Alain Juppé et de sa commission parce que c'est la seule en qui j'ai confiance", a dit l'ex-Premier ministre, assurant qu'il acceptera le verdict de ce dernier "quel qu'il soit".

Quel sera le statut de l’instance dirigée par Juppé?

Alain Juppé, président et fondateur de l'UMP, a proposé la création, sous sa présidence, d'une instance "extra-statutaire" et "collégiale" chargée de réexaminer dans les 10 jours les résultats du scrutin, "sur la base des conclusions de la Cocoe ainsi que de l'ensemble des remarques et contestations émises par les deux camps devant la commission nationale des recours" en vue de "proclamer un résultat fidèle à la décision" des adhérents.

Dans un communiqué, Alain Juppé a indiqué jeudi 22 novembre que la commission qu'il présidera sera composée de cinq membres : lui-même, un désigné par Jean-François Copé, un par François Fillon, et deux autres désignés par lui "en accord" avec les deux rivaux, qu'il "souhaite rencontrer ensemble dès la fin de cette semaine". La commission, a ajouté l'ancien Premier ministre, "livrera ses conclusions sous quinze jours". C’est donc une mission de conciliation qu’a accepté Alain Juppé. Mission qui n’est pas prévue dans les statuts de l’UMP mais que les deux adversaires semblaient avoir accepté..

Sur quelle base la « Commission Juppé » doit-elle travailler?

Le camp Fillon a aussitôt déclaré qu'il acceptait la proposition d’Alain Juppé. Le camp Copé s'est également dit "prêt à accepter le verdict" d'Alain Juppé, via son "échelon supérieur", mais sur la base de la commission de recours qui pourra examiner "l'ensemble des griefs" des uns et des autres, notamment les "turpitudes" des fillonistes dans les Alpes-Maritimes. Mais le camp Fillon refuse toutefois qu’Alain Juppé tranche sur la base des travaux de cette commission "remplie de membres copéistes" et réclame que la commission Juppé examine directement les cas litigieux. "C'est une solution que je n'accepte pas et qu'à mon sens, Alain Juppé ne peut pas accepter", a déclaré François Fillon au sujet de la proposition de Jean-François Copé. En réponse, l'entourage de ce dernier accuse le député de Paris de mettre à mal cette médiation.

Quel rôle pour la « Cocoe »?

Dans un communiqué publié jeudi 22 novembre, les responsables de la Cocoe (Commission de Contrôle des opérations électorales interne à l’UMP) ont indiqué qu’ils souhaitaient passer le relai à la commission des recours. "Les résultats ayant déjà été proclamés, les statuts de l'UMP ne permettent pas à la Cocoe de faire autre chose que le constat présent. Elle ne peut pas publier de nouveaux résultats, et ce d'autant moins qu'elle ne dispose toujours pas des procès-verbaux litigieux", précise le communiqué. Toutefois, Alain Juppé a lui affirmé dans son communiqué de jeudi souhaiter que l'instance qu’il dirigera auditionne le président de la Cocoe, Patrice Gélard (photo à droite), "pour apprécier les conditions dans lesquelles cette commission a proclamé les résultats".

Un jeu dangereux

Les protagonistes de cette « affaire » jouent un jeu très dangereux. Un jeu qui est même en train de dépasser les deux rivaux que sont Copé et Fillon. En fait l’UMP, qui n’est pas habituée du tout à la démocratie interne, se trouve emportée dans un tourbillon dans lequel les rancœurs politiques et personnelles des uns et des autres remontent à la surface et se projettent devant les micros et caméras de télévision. Et l’on découvre pèle mêle que des tricheries ont eu lieu ici ou là, que Rachida Dati règle ses comptes avec Fillon, que le Président de la commission suprême de règlement des litiges à l’UMP est sous le coup d’une condamnation.. Comme l’a bien dit Alain Juppé en début de semaine l’UMP joue sa survie politique dans les jours qui viennent…  

 

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens