Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 16:00

 

Ukraine-manifestation-Kiev.jpg

 

 

Le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, pourtant en «congé maladie» depuis jeudi 30 janvier dernier en raison d'un problème respiratoire, a officiellement abrogé ce vendredi les lois anti-manifestants entrées en vigueur la semaine dernière, et promulgué une loi d'amnistie, deux actes législatifs réclamés depuis plusieurs jours par l'opposition dans le cadre des négociations en vue d'une sortie de crise après deux mois d'insurrection.

Si le premier satisfait les détracteurs du pouvoir, le second en revanche est perçu comme un cadeau empoisonné. Le texte d'amnistie, adopté par le parlement en majorité pro-régime, sans les voix des élus de l'opposition, prévoit en effet de n'accorder l'amnistie aux insurgés qu'à condition que tous les lieux publics soient évacués d'ici 15 jours, «à l'exception de ceux sur lesquels des actions pacifiques se déroulent».

Maïdan toujours occupée

A priori, les manifestants pourront rester sur la Place de l'Indépendance, qui a vu naître le mouvement de contestation «Euro-Maïdan» au cœur de Kiev fin novembre. Ils étaient encore quelques-uns à y «monter la garde» ce vendredi 31 janvier malgré le froid glacial qui règne dans la capitale (-20°C), conformément aux recommandations d'Andriy Portnov, premier adjoint au chef de l'administration présidentielle ukrainienne, qui les autorisent à «y protester pacifiquement».

En revanche, il leur faudra quitter la mairie de Kiev et le siège des administrations régionales de plusieurs provinces, essentiellement dans l'Ouest nationaliste.

Menaces d'un groupe d'opposants radicaux

L'Ukraine, dont le gouvernement a démissionné mardi pour satisfaire l'opposition,  risque de tomber dans l'impasse politique et de voir éclater de nouvelles violences dans la rue. Un groupe d'opposants radicaux, Pravy Sektor, a d'ailleurs menacé de revenir à des actions violentes contre les forces de l'ordre et le pouvoir en place si les opposants incarcérés n'étaient pas libérés et si des négociations entre pouvoir et opposition ne reprenaient pas.

La tension est telle que les militaires ukrainiens, qui ont pourtant toujours refusé d'intervenir dans la crise que traverse le pays, sont sortis de leur réserve. Dans un communiqué du ministère de la Défense, l'armée a ainsi appelé «le chef suprême des armées», M. Ianoukovitch, à prendre des mesures d'urgence pour «stabiliser la situation dans le pays», soulignant que l'escalade de la contestation «menace l'intégrité territoriale» de l'Ukraine. Cela «ne signifie pas que les manifestants (...) vont être dispersés ou que l'état d'urgence va être décrété», a temporisé Vadym Karassev, à la tête de l'Institut des Stratégies mondiales de Kiev.

Kerry rencontrera l'opposition samedi

Sergueï Glaziev, un conseiller du président russe Vladimir Poutine, est venu mettre de l'huile sur le feu en réduisant le mouvement contestataire à un «coup d'Etat rampant» fomenté par les Etats-Unis et leurs alliés. Selon lui, Viktor Ianoukovitch doit «mater» la rébellion s'il ne veut pas perdre le pouvoir.

Côté américain, le secrétaire d'Etat John Kerry a prévu de se rendre à Kiev ce samedi pour rencontrer les leaders de l'opposition, dont l'ancien champion de boxe Vitali Klitschko et l'ex-ministre Arseni Iatseniouk, en marge de la Conférence sur la sécurité de Munich.

Un opposant retrouvé après 8 jours de disparition

Dmytro Boulatov, 35 ans, l'un des leaders d'Automaïdan, un mouvement de manifestants en voiture très actif contre le président Ianoukovitch, était porté disparu depuis le mercredi 22 janvier. Il a été retrouvé jeudi 30 janvier dernier dans une forêt de la banlieue de Kiev, où ses kidnappeurs l'avaient abandonné. Ces derniers l'avaient maintenu en captivité pendant huit longs jours dans une pièce obscure, où ils lui faisaient subir d'atroces tortures. «Ils m'ont crucifié, m'ont coupé une oreille et tailladé le visage, ils m'ont roué de coups sur tout le corps. Mais, Dieu merci, je suis vivant», a-t-il confié aux chaînes de télévision privées Kanal 5 et 1+1. Il se dit malheureusement incapable de reconnaître ses agresseurs, qu'il n'a jamais vus à la lumière du jour.

L'histoire de Boulatov, qui figure sur une liste de personnes recherchées par la police pour organisation de troubles massifs, n'est pas un cas isolé. Le 22 janvier, jour de sa disparition, un autre opposant, Iouri Verbitski, avait été découvert mort dans la banlieue de Kiev alors qu'il était porté disparu depuis la veille. Lui aussi portait des signes de tortures. Ses funérailles avaient rassemblé environ 10 000 personnes à Lviv le 24 janvier.

Une ONG a recensé 33 cas de disparitions d'opposants. La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, s'est dite profondément «consternée» par cette nouvelle affaire.

 

Source : LeParisien.fr  31 janvier 2014

 

 

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens