Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 07:00

Obama-Biden-le-congres-decidera-de-l-intervention-en-syrie.jpg

 

 

Barack Obama n’est pas « un va-t-en guerre ». Il a été élu, c’est lui-même qui le rappelle, pour désengager l’Amérique des deux guerres dans laquelle elle était enlisée : l’Irak et l’Afghanistan. Il a aussi, sans avoir d’ailleurs rien demandé, hérité du Prix Nobel de la Paix ce qui lui donne quelques obligations morales. Donc, il s’est empêtré dans ses histoires de « ligne rouge » dépassée puis oubliée. Hier il annonçait qu’il n’avait pas pris encore de décision à propos de la Syrie. Puis, dans une allocution prononcée samedi 31 août au soir, le président américain a annoncé sa décision de "prendre des actions militaires contre le pouvoir syrien". Barack Obama a également expliqué qu’il comptait demander son feu vert au Congrès rappelant, au passage que les Etats-Unis étaient la plus grande démocratie du monde et qu’il fallait laisser les élus s’exprimer. On ne peut que lui donner raison sur le fond mais enfin, si le Congrès exprime un vote négatif comme cela s’est passé à Londres les dictateurs arabes vont bien rigoler de cette escalade verbale qui se terminera en débandade..   

"Le régime d'Assad doit être puni pour son utilisation d'armes chimiques". C’est ce qu’a annoncé samedi 31 août au soir Barack Obama dans une allocution prononcée au sujet de la Syrie. "J’ai décidé que les Etats-Unis doivent prendre des actions militaires contre le pouvoir syrien", a-t-il encore expliqué. Le président américain a justifié son choix en évoquant l’utilisation d’armes chimiques par le pouvoir syrien contre des civils "gazés à mort par leur gouvernement".

"Les Etats-Unis doivent mener à bien une action militaire à l'encontre de cibles syriennes", a-t-il ajouté. "Il s'agit d'une action ciblée. Il n'y aura pas d'action dans la durée ni de soldats au sol", a encore précisé Barack Obama, expliquant que l'intervention pouvait "avoir lieu demain, la semaine prochaine ou dans un mois".

Un débat "pas avant le 9 septembre"

A la surprise des observateurs, Barack Obama a aussi annoncé qu'il allait demander le feu vert au Congrès pour cette intervention. "Un débat et un vote" seront organisés "dans les jours à venir", a-t-il précisé. Ce débat au Congrès sur une éventuelle intervention militaire américaine en Syrie ne débutera pas avant le 9 septembre, ont annoncé samedi les responsables républicains de la Chambre des représentants.

"Selon la Constitution, la responsabilité de déclarer la guerre dépend du Congrès. Nous sommes satisfaits que le président demande l'autorisation pour une intervention militaire en Syrie en réponse aux questions graves et substantielles qui sont soulevées", ont déclaré John Boehner, président de la Chambre, et les autres dirigeants républicains dans un communiqué. "En consultation avec le président, nous nous attendons à ce que la Chambre examine cette mesure la semaine du 9 septembre".

Une initiative peu fréquente

Peu de présidents des Etats-Unis se sont volontairement soumis à l'aval du Congrès pour déclencher des interventions militaires à l'étranger, a fortiori pour des frappes ponctuelles comme l'envisage Barack Obama en Syrie. Historiquement, la Constitution américaine donne au Congrès le pouvoir de "déclarer la guerre", mais la dernière fois qu'une telle déclaration formelle a été votée date de la Seconde guerre mondiale.

 

En pratique, les présidents américains ont évité cette procédure et lancé unilatéralement des opérations militaires ou des invasions terrestres des dizaines de fois, au nom de leur autorité constitutionnelle de commandant en chef. Barack Obama prend donc un grand risque politique : un vote négatif, qui n’est pas impossible, serait un véritable camouflet pour le Président américain comme cela l’a été pour David Cameron. Cela annulerait évidemment toute perspective d’intervention en Syrie par une coalition où ne seraient présente ni les USA ni la Grande-Bretagne. Cela va évidemment donner l’idée aux parlementaires français de faire la même chose à Paris : convocation du Congrès à Versailles et vote !.. Pendant ce temps là Poutine et Bachar el-Assad vont pouvoir se conforter dans l’idée que la Communauté internationale s’est bien affaiblie depuis quelques années et que les dictateurs ont encore de beaux jours devant eux !..

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)



Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens