Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 16:00








Le sommet annuel de la FAO - l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture - s'est ouvert lundi 16 novembre à Rome. Une rencontre qui ne figure dans aucun agenda des chefs d'Etat des pays du G8, exception faite de Silvio Berlusconi, dont le pays accueille la rencontre.

 

En juin 2008, les participants au sommet de la FAO - marqué par les terribles émeutes de la faim qui avaient secoué une trentaine de pays - s'engageaient à "éliminer la faim et à garantir la sécurité alimentaire pour tous". Et plus concrètement, à réduire de moitié le nombre de personnes souffrant de malnutrition d'ici à 2015. A Rome, Nicolas Sarkozy s'engageait, lui, à débourser un milliard d'euros sur cinq ans pour l'agriculture, le développement rural et la sécurité alimentaire en Afrique. Près d'un an et demi plus tard, les engagements tardent à se concrétiser. Et le sommet de Rome n'attire plus les foules. Aucun dirigeant du G8 - à l'exception de l'Italien Silvio Berlusconi, dont le pays accueille la rencontre, et dont la participation au sommet lui permet d'échapper à la réouverture d'un procès prévue le jour même à Milan - n'était présent à l'ouverture du sommet de la FAO lundi dans la capitale italienne. Parmi la soixantaine de chefs d'Etat et de gouvernement présents, figurent essentiellement des responsables venus d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine.

 

Pourtant, le constat est toujours aussi alarmant. Pire, la situation s'est aggravée. En juin 2008, 850 millions de personnes souffraient de la faim. Aujourd'hui, elles sont 1,02 milliard. Chiffre le plus marquant: toutes les six secondes, un enfant meurt de malnutrition dans le monde. Pourtant, le projet de déclaration finale – que la FAO doit approuver mercredi – comporte peu d'avancée. Aucun nouvel engagement chiffré n'y figure, alors même que l'organisation des Nations unies chiffre à 44 milliards de dollars annuels les investissements nécessaires dans le secteur agricole, contre seulement 8 milliards actuellement. En la matière, ce texte se contente de demander que "les engagements soient honorés", parmi lesquels l'enveloppe de 20 milliards de dollars sur trois ans décidée par les membres du G8 en juillet dernier. Seul point positif, l'annonce faite la semaine dernière par le ministre français de l'Agriculture, Bruno Le Maire, du lancement d'une initiative franco-brésilienne pour une régulation mondiale des marchés agricoles.

 

Appel à une grève de la faim solidaire


Plusieurs voix se sont tout de même élevées pour dénoncer la vacuité du texte. Selon Oxfam et ActionAid, ce sommet ne sera que "gaspillage de temps et d'argent". Médecins sans frontières a de son côté qualifié de "tragédie" l'absence des dirigeants du G8. Dans un rapport publié la semaine dernière, MSF estime que les aides destinées à la lutte contre la faim dans les pays pauvres ont quasiment stagné entre 2000 et 2007. Pour tenter de sensibiliser les opinions publiques à cette question, la FAO a lancé une pétition en ligne (www.1billionhungry.org). Son directeur-général, Jacques Diouf (photo), a même observé une grève de la faim de 24 heures, en signe de solidarité avec les personnes qui souffrent de malnutrition dans le monde. Il a appelé la planète à faire de même.

La FAO estime que les prix des produits alimentaires – qui ont diminué après l'envolée qui avait conduit aux émeutes de la faim en 2008 – restent trop élevés dans les pays en développement. L'organisation onusienne appelle la planète à accroître la production agricole de 70% pour pouvoir nourrir plus de 9 milliards d'habitants d'ici 2050. En dépit du contexte, Jacques Diouf, estime que "le combat contre la faim peut être remporté". En la matière, la FAO veut faire de ceux qu'elle nomme les "pays qui vont à contre-courant" un exemple, parmi lesquels l'Arménie, le Brésil, le Nigeria, le Vietnam, l'Algérie, le Malawi ou encore la Turquie, qui, en investissant particulièrement sur les populations rurales les plus faibles, sont en bonne voie d'atteindre l'objectif de 2015.

 

  
Source : lejdd.fr   16-11-2009          

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens