Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 07:00

gueant-fillon-securite-routiere.jpg

 

 

Pas question de revenir en arrière. "Je ne laisserai pas repartir le nombre de morts sur les routes à la hausse. Je ne cèderai pas sur cet objectif", avait martelé jeudi 20 mai dernier Nicolas Sarkozy, lors de l'inauguration d'une brigade de gendarmerie à La Londe-Les-Maures, dans le Var. Le président ne veut pas revenir sur la décision du gouvernement de supprimer les panneaux prévenant des radars fixes et d'interdire les avertisseurs électroniques, en dépit du tollé que suscitent ces idées chez les députés UMP. Car tout le monde le sait bien : un signe qui montre que l’on baisse la garde et les accidents repartent à la hausse.

"Il s'agit de sauver des vies et pas d'une affaire de politique", avait ajouté Claude Guéant, confirmant le retrait des panneaux prévenant de la présence de radars fixes. "Cela étant, le gouvernement a pleinement conscience qu'il (faut) faire de la pédagogie et accompagner cette mesure de moyens d'informations supplémentaires pour que l'automobiliste soit aidé à respecter les limites de vitesse", a toutefois ajouté le Ministre de l’Intérieur.

Et pourtant les députés UMP veulent à tout prix se faire entendre. Alors qu'une délégation – très réduite – est reçue mardi matin par le ministre de l'Intérieur Claude Guéant, 73 députés UMP ont écrit lundi à François Fillon pour lui faire part de la "profonde exaspération" exprimée, selon eux, par des "milliers" d'électeurs contre les nouvelles mesures prises récemment par le gouvernement pour lutter contre l'insécurité routière. "A l'heure où les yeux du monde sont braqués sur l'ancien directeur général du FMI, les Français semblent de plus en plus agacés du comportement de leurs élites et notamment des politiques". Il est vrai que les dernières mesures concernant la sécurité routière ont été prises un peu vite et que les français ont plus le sentiment, à tort ou à raison, qu’elles sont plus motivées par des raisons financières que par un souci de sécurité.

Devant la fronde des députés, le ministre de l'intérieur, Claude Guéant recule et annonce, mardi 24 mai, lors de la réunion hebdomadaire des députés UMP que le démontage en cours de ces panneaux était suspendu jusqu'à "une concertation locale" et qu'un "radar pédagogique", non pénalisant, remplacerait à terme chaque panneau. "Il y aura toujours un radar pédagogique avant un radar fixe mais il y aura aussi des radars pédagogiques qui ne seront pas suivis de radars fixes", a lancé le ministre de l'intérieur, sous les applaudissements des députés UMP réunis salle Colbert.

"Fillon a dû manger son chapeau". Les déclarations de Guéant ont été faites juste après le départ du premier ministre de la réunion hebdomadaire des députés de la majorité. Ce sont des propos qui semblaient se démarquer de celles de Fillon, qui avait lancé un peu plus tôt, à la même réunion : "Tous ceux qui ont des propositions en matière de sécurité routière doivent être entendus. Mais le gouvernement ne reviendra pas sur la fin de la signalisation systématique des radars." Immédiatement, l'entourage de Claude Guéant a indiqué qu'il n'y avait "aucune divergence" entre les positions du ministre de l'intérieur et celles de François Fillion sur ce sujet.

Claude Guéant s'est finalement expliqué à nouveau mardi soir sur France 2. Les panneaux seront bien enlevés et remplacés par des "radars pédagogiques", indiquant leur vitesse aux automobilistes. Ces derniers seront implantés "de façon aléatoire", soit en amont de radars fixes soit dans des endroits non équipés de radars fixes, a expliqué le ministre de l'Intérieur.

Les députés UMP se targuaient dans la journée d'avoir remporté leur bras de fer avec le gouvernement sur la sécurité routière en obtenant un moratoire sur le démontage des panneaux et le remplacement, à terme, de chaque panneau par un "radar pédagogique". Pour sauver la face, le ministre de l'Intérieur a indiqué mardi soir que les radars pédagogiques "ne seront pas implantés comme les panneaux qui signalent les radars fixes, aujourd'hui à distance fixe des dits radars fixes, c’est-à-dire 400 mètres". "Ils seront implantés de façon aléatoire, parfois à plusieurs kilomètres en amont, ils seront aussi en des endroits où il n'y a pas de radars", a-t-il précisé.

Affaire à suivre donc !.. Mais affaire bien compliquée qui montre un peu trop d’improvisation au niveau du gouvernement. La procédure pour traiter ce problème de sécurité routière est pour le moins bizarre. C’est déjà la fronde des députés UMP qui, il y a trois mois avait fait céder le gouvernement sur une réforme du permis à points qui n’avaient pas donné un très bon signal aux automobilistes.. La lutte contre les accidents de la route n’est surement pas une affaire à traiter avec des arrière-pensées électoralistes !..

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens