Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 12:00




Nicolas-Sarkozy-Salon-Agriculture-vache.jpg




Au cours de sa visite, tant attendue par les paysans, du Salon de l'agriculture, Nicolas Sarkozy a annoncé samedi 6 mars une rallonge de 800 millions d'euros à l'enveloppe de prêts bonifiés destinés à la consolidation des trésoreries des exploitants. Il a aussi critiqué les mesures environnementales dans le secteur. Pas sur que tout cela suffise à calmer le monde agricole qui aujourd'hui en a vraiment "ras le bol"

 


Il est arrivé discrètement. Une heure en avance sur l'horaire prévu, avant même l'ouverture du Salon. Les journalistes n'étaient pas encore arrivés sur place. Et donc, Nicolas Sarkozy a pu visiter, en prenant son temps, samedi matin, les allées de la plus grande ferme de France. Car le président de la République n'est pas comme ses prédécesseurs ou comme d'autres hommes politiques qui viennent Porte de Versailles pour "serrer les mains... embrasser une petite fille... goûter une pomme". "Ce n'est pas au nombre de mains serrées qu'on va régler le problème des agriculteurs", a-t-il expliqué. Résultat, le chef de l'Etat a pu contempler les vaches et autres animaux sans accroc, alors que le contexte de sa visite était relativement tendu. Subissant une baisse de revenu sans précédent, les agriculteurs étaient déçus que Nicolas Sarkozy ne viennent pas inaugurer le Salon. Samedi, pourtant, personne ne l'a pris à partie (sauf une dizaine de personnes, rapidement mises à l'écart) et il n'y a pas eu de pancartes "casse-toi pauv'con".

 

Mais le président est justement venu pour tenter de lever les doutes de la profession. "L'agriculture reste un secteur stratégique de l'économie française", a-t-il expliqué à la suite de sa visite et en introduction d'une table ronde avec des représentants syndicaux. Nicolas Sarkozy a donc annoncé une augmentation de 800 millions d'euros, pour la porter à 1,8 milliard d'euros, de l'enveloppe de prêts bonifiés destinés à la consolidation des trésoreries des exploitants. "L'argent sera là pour financer tout ce qui vous permettra de passer le gros de la crise", a-t-il dit à leur adresse. Pour rappel, l'annonce de l'enveloppe de prêts bonifiés avait été faite en octobre dernier dans le cadre d'un plan de soutien au secteur, qui traverse une grave crise marquée par la baisse l'an passé d'un tiers de ses revenus, qui avaient déjà reculé de 20% en 2008.

 

L'environnement, "ça commence à bien faire"


"Nous allons financer en complément la totalité des prêts bonifiés de trésorerie et de consolidation déposés dans les délais impartis. Personne ne restera en dehors, on prend tout", a-t-il ajouté. Il a indiqué d'autre part que les aides aux agriculteurs endettés pour les aider à rembourser leurs intérêts d'emprunts seraient portées de 100 à 150 millions d'euros. S'agissant d'une autre disposition du plan de soutien à l'agriculture, Nicolas Sarkozy a annoncé que les décrets sur la suppression des charges sociales pour les travailleurs saisonniers seraient signés d'ici la fin du mois.

 

Le chef de l'Etat n'a pas hésité également à mettre sur la table un sujet qui divise le monde agricole: "Je voudrais dire un mot sur toutes ces questions d'environnement, car là aussi, ça commence à bien faire", n'a-t-il pas hésité à lancer, précisant qu'il voulait que la France soit "au premier plan des pays, en matière d'économie durable et d'agriculture durable". "Mais il faut que nous changions notre méthode de mise en œuvre des mesures environnementales en agriculture […].Dès la semaine prochaine, un premier groupe de travail autour d’une nouvelle méthode d’analyse des mesures environnementales en agriculture" sera organisé par Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture et Michel Mercier, ministre de l'Espace rural et de l'aménagement du territoire.

 

Pour préciser sa pensée, Nicolas Sarkozy a déclaré: "Sur les normes environnementales, je souhaite qu'on montre l'exemple mais qu'on avance en regardant ce que font les autres, parce que sinon il n'y aura plus d'éleveurs de porcs bientôt chez nous", faisant ainsi référence au problème de l'algue verte en Bretagne. Sans rejeter les conclusions du Grenelle de l'environnement, le chef de l'Etat a fait tout de même de grandes concessions à l'esprit du texte.




Source le jdd.fr  06-03-2010 



Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article

Repost 0
Published by jp echavidre - dans FRANCE Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens