Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 11:00

 

mobilisation-du-19-octobre-retraites-greves-francois-fillon.jpg

 

 

 

Alors que la 6ème journée de manifestations se terminait les responsables syndicaux examinaient les chiffres à la loupe :  la CGT estime que 3,5 millions de manifestants ont défilé mardi 19 octobre contre le projet de réforme des retraites, soit autant que la dernière journée du genre en semaine, mardi dernier. François Fillon a, lui, parlé d'un "essoufflement". Difficile de se faire une idée précise : les grèves, même dans les entreprises les plus « dures » habituellement, comme SNCF et RATP, semblent un peu ralentir. Par contre d’autres catégories sont entrées dans les manifestations : les lycéens depuis deux ou trois jours, les étudiants depuis hier mais aussi les routiers et les aiguilleurs du ciel. Donc les mouvements se radicalisent, d’autant plus que des « casseurs » ont infiltré les cortèges de lycéens et provoqué, ici ou là, des émeutes..

Mais la vrai question à laquelle doivent maintenant répondre les leaders syndicaux est : quelle va être la suite à donner ? Le soutien de la population est toujours là mais qu’en sera-t-il quand la réforme sera définitivement votée par le Sénat jeudi ou vendredi soir ? Qu’adviendra-t-il de l’unité syndicale quasiment sans faille depuis deux mois ? Il est clair que le gouvernement parie sur le « pourrissement » de la situation et sur les divergences au niveau syndical. Pour gagner son pari il faudrait qu’il sache éviter les pièges des violences dans la rue ce qui ne sera pas facile. Il faudra aussi qu’il donne aux Français la conviction que le pays n’est pas en train de glisser lentement vers la « chienlit » avec des ordures qui s’entassent à Marseille, des stations services sans carburant et des avions cloués au sol..

La détermination du Premier Ministre semble plus forte que jamais, c’est au moins l’impression qu’il tente de donner. Dès le début de l’après midi, alors que le cortège parisien venait à peine de s’ébranler, il donnait ses impressions devant les députés à l’Assemblée nationale :  "Le mouvement social plafonne, il commence à s'essouffler. Il n'a jamais connu de progression significative. Il n'y a jamais eu plus d'un million de personnes dans les rues", a souligné le Premier ministre devant les députés de la majorité, selon des participants à cette réunion. Le ministère de l'Intérieur a livré ses estimations: 1,1 million de manifestants. La mobilisation serait alors en recul par rapport au 12 octobre (1,23 million). Samedi déjà, la police avait constaté un recul de la participation, alors que les syndicats parlaient d'un maintien. D'après les estimations du ministère du Travail diffusées en fin d'après-midi, 12,76% de fonctionnaires étaient en grève.

Mais les regards se tournent vers les conditions des défilés et les débordements possibles. Des heurts ont éclaté dans certaines villes, comme à Lyon ou Nanterre. A Paris, le cortège n'a connu que des incidents marginaux. La pression est aussi exercée sur le gouvernement par de blocage de l'approvisionnement en carburant. L'exécutif a promis d'améliorer la situation d'ici quatre à cinq jours.

Il faudra donc attendre les décisions de l’intersyndicale qui doit se réunir jeudi 21 octobre dans la soirée pour savoir quels seront les mouvements préconisés pour la suite. La CGT et SUD sont très déterminés à aller jusqu’au bout, la CFE-CGC a déjà annoncé son retrait quant à la CFDT elle ne sait pas très bien jusqu’où ses militants sont prêts à aller…

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens