Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 18:00

 

Martine-Aubry-retraites.jpg

 

Madame Aubry et son amie de trois mois Ségolène Royale ont toutes deux juré craché que si le Parti Socialiste revenait au pouvoir en 2012, ce qu’elles souhaitent évidemment, elles reviendraient sur la réforme des retraites qui fait tellement débat depuis plusieurs mois. En particulier elles se sont engagées à remettre l’âge de départ à 60 ans !.. Pressées de questions depuis lors, et notamment lors de son passage sur France 2, la semaine dernière, Martine Aubry a bien été obligée de donner quelques compléments d’explications. Pour ne pas paraître comme complètement fantaisiste elle a bien été obligée de dire que, bien sur, elle n’était pas opposée à l’allongement de la durée de cotisation.

Mais alors là, ça coince beaucoup à la gauche du PS : il y a des engagements qu'on n'est pas prêt à prendre. Et en tout premier lieu d’accepter sans rien dire l'allongement de la durée de cotisation à 41 ans et demi pour financer le système de retraites. Alors, lorsque Martine Aubry a cherché à clarifier la position du Parti socialiste sur la réforme des retraites, jeudi dernier sur France 2, en précisant que les socialistes y étaient favorables, la première secrétaire en a inquiété plus d'un. Les Benoit Hamon et Henri Emmanuelli ne sont pas franchement d’accord avec cette proposition !..

 

À les entendre, le message est mal perçu en pleine mobilisation sociale. «Avant, dans les manifestations, on n'entendait qu'un “Non à Dominique Strauss-Kahn”. Maintenant, on entend aussi “Non aux 41 ans et demi”», rapporte un membre du courant de Benoît Hamon. Cela grincerait donc. «L'électorat s'interroge sur notre volonté réelle à faire une autre réforme des retraites» que celle du gouvernement, poursuit-on. Le retour à un âge de départ à 60 ans serait une promesse inaccessible pour le plus grand nombre. Et en l’occurrence, le plus grand nombre a raison : car si l’on revient au fameux 60 ans sans allonger la durée de cotisation on condamne le système par répartition et cela tout le monde l’a bien compris. Si par contre on allonge la durée des cotisations alors l’âge de 60 ans devient purement symbolique car personne n’aura plus 41 ans et demi de cotisation à soixante ans. Donc cela revient à baisser les pensions !..

 

«Martine Aubry va dans le mur», s'alarme donc le maire du XIVe arrondissement de Paris, Pascal Cherki. «Affirmer une position sur les 41 ans et demi, c'est nous mettre en décalage avec la mobilisation sociale. Au moment du contrat première embauche, est-ce qu'on a dit qu'on était d'accord avec une partie du projet du gouvernement?» Dimanche 17 octobre dernier, il a publié sur son blog un message éloquent à destination de la première secrétaire, intitulé: «J'ai un doute». Dans l'entourage de Benoît Hamon, Razzy Hammadi, secrétaire national aux services publics, s'interroge aussi: «La différence avec la droite ne peut pas être une question de curseur.»

 

Aujourd'hui, la gauche du parti voudrait cependant voir le tir corrigé. Tenu par sa position de porte-parole, Benoît Hamon évite de s'engager. Si le PS a critiqué «l'absence de négociation» du gouvernement, il ne peut pas dire que sa propre réforme ne sera pas discutée, explique-t-il en substance. L'ancien ministre Henri Emmanuelli est plus explicite: «La durée de cotisation doit faire partie de la négociation avec les syndicats» en 2012, affirme-t-il. «Nous n'avons pas à décréter que ce sera comme ceci ou comme cela.» Pour le député des Landes, le PS doit rester en phase avec «les classes moyennes et les classes populaires».

 

Pour la Première secrétaire du Parti Socialiste qui nous annonçait, il y a quelques semaines, une avalanche de propositions constructives, l’affaire semble un peu ratée. Cela lui apprendra à être un peu plus claire sans ses « propositions » !.. Pour le PS qui veut donner des leçons de concertation à tout le monde cela fait tout de même vraiment désordre !...

 

 

 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article
Repost0

commentaires

valentini 20/10/2010 12:29


Leur démocratie n'est pas pour nous

En claironnant, par-dessus les manifestants, son intention de maintenir la retraite à 60 ans, pour la France qui a travaillé tôt et la France des métiers pénibles, (à l'exception de la profession
parlementaire, un métier pénible, néanmoins gratifiant), la gauche capitaliste a remis ses habits présidentiels, en vue du carnaval de 2012. Et l'ange médiatique aussitôt de sonner la retraite.
Tous aux pompes! Gare aux violences! Vive le Front Populaire de Libération du Pétrole! Ce retour du sérieux français, un mélange de volupté adolescente attardée et de volonté élyséenne bornée par
la nécessité mondiale, n'annonce pas qu'un retour au sérail du publicitaire et flamboyant Charente-poitou! Charente-Poitou! Il y a longtemps que la gauche réformée a donné son accord à un
allongement de la durée du travail, dont l'actuelle escroquerie d'état à la retraite est la clé de voûte. En réalité, tout déjà a été décidé, hors de France, loin des manifestations, à Barcelone
lors du sommet des chefs d'état ou de gouvernement de l'Union européenne (UE), en 2002. L'annus horribilis de la gauche française! Et cette chose-là, l'épine dans la rose, n'a rien à voir avec un
quelconque esprit de Munich, invoqué par un imbécile des services, vert de rage. Tout au contraire, si un ancien de l'Algérie française a pu, l'espace d'un moment, se pavaner sur la scène
présidentielle de 2002, la faute en revient exclusivement à la gauche et notamment aux socialistes qui ont joué la carte du populisme, contre la droite, avec le secret espoir de faire avaliser son
social-capitalisme. Il ne restait plus, après le non logique au référendum de 2005, qu'à un ancien de la place Beauvau, toujours identique à elle-même, à faire jouer sa différence, en jouant au
souverain captif, caïphe haï, le pauvre, on l'envie, on veut sa mort, et à décréter la révolution à refaire. Sous les feux du bordel médiatique, les vessies deviennent des lanternes.

Mais loin, très loin, en arrière de cette existence phénoménale, propre aux peuples-miniatures, où s'affrontent simili-tribuns de la plèbe et apôtres-nains de la liberté, il existe un programme
économique, commun à la droite et à la gauche. La France, en effet, n'est en réalité rien d'autre qu'un protectorat européen. C'est-à-dire, comme le dit l'imbécile des services, à lunette rose, une
économie sociale de marché capitaliste dont la gouvernance est décrétée trop technique pour être confiée à une masse qui ignorerait tout de la complexité du monde. C'est bien la preuve que Poutine
est en avance sur son temps et qu'ici, en « Occident », comme dit l'imbécile, dans sa tête, c'est le roi des cons qui gouverne. Mais l'Europe qui trotte! L'Europe qui galope! L'Europe et
hop, plus haut qu'une crotte! Eh bien, voici:

« Le Conseil européen invite le Conseil à continuer d'examiner la viabilité à long terme des finances publiques dans le cadre de son exercice annuel de surveillance, en particulier à la
lumière des défis que pose le vieillissement de la population en termes de budget... Les points prioritaires porteront sur la qualité et la viabilité des finances publiques, la poursuite des
réformes nécessaires pour les marchés des produits, des capitaux et du travail et la nécessité de veiller à la cohérence avec les politiques adoptées dans chaque domaine. Soucieux de relever le
défi que constitue le vieillissement de la population, le Conseil européen demande que la réforme des régimes de retraite soit accélérée en vue de garantir tant leur viabilité financière que la
réalisation de leurs objectifs au niveau social... Il convient de réduire les incitations individuelles à la retraite anticipée et la mise en place par les entreprises de systèmes de préretraite,
et d'intensifier les efforts destinés à offrir aux travailleurs âgés davantage de possibilités de rester sur le marché du travail, par exemple par des formules souples de retraite progressive et en
garantissant un véritable accès à l'éducation et à la formation tout au long de la vie. Il faudrait chercher d'ici 2010 à augmenter progressivement d'environ cinq ans l'âge moyen effectif auquel
cesse, dans l'Union européenne, l'activité professionnelle. Les progrès à cet égard seront examinés chaque année avant le Conseil européen de printemps ». Citations extraites des conclusions
du conseil européen de Barcelone des 15 et 16 mars 2002

La France vieillit, faisons la travailler plus longtemps pour qu'elle retrouve une seconde jeunesse, tel est le mot d'ordre de la saloperie capitaliste. Que cette dernière se porte à droite ou à
gauche, la différence est devenue si mince qu'elle n'est plus qu'affaire de conviction intime. L'ennui, pour la gauche des bancs et des couloirs, est que cette communauté de destin, de partage du
fromage, la droite réformée s'en bat ostensiblement les couilles. Pour la droite l'umpéniste, la gauche à proprement parler n'existe plus. Le syndicalisme négociateur et la gauche gouvernementale
n'ont donc plus d'espace politique propre pour se faire entendre. Mis à la rue, ces messieurs-dames de la justice sociale, qui visent à réconcilier travail et capital, à cause que ben, oui, le
monde a changé de base, faut être réaliste, espèrent se refaire, en surfant sur l'indignation massive suscitée par l'escroquerie aux retraites! Par ce déplacement « tactique » de droite à
gauche, de la gauche capitaliste, le non au référendum se trouve ainsi amplifié et confirmé. Mais cette fois, l'ancien ministre-photomaton ne peut plus jouer, à l'identique, de l'Europe contre la
France. Sauf à imaginer ce scénario à la fois étrange et familier: la dénonciation par l'état français d'une Europe trop allemande! Mais non! Qu'est-ce qu'on se figure! C'est qu'ils s'aiment, ces
deux-là! L'occupé aux retraites et l'économie occupante. Une éclatante victoire médiatique, reproduite sur un calendrier belge, brillamment coloré. Le fascisme européen a bel et bien gagné la paix.
D'ailleurs le populisme exprime des désirs d'avenir: faire ami-ami avec la droite d'affaires.

Expulsons de nos rangs, la gauche capitaliste, complice du capital!


Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens