Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 11:00

 

Nicolas-Sarkozy-Francois-Bayrou.jpg

 Après deux rencontres discrètes à l'Elysée ces dernières semaines, Nicolas Sarkozy a, dans le cadre d'un déplacement mardi dans la circonscription de François Bayrou, poursuivi en public son entreprise de rapprochement avec le leader centriste. Sans réel succès.

    

Fan de ballon rond, Nicolas Sarkozy avait pourtant bien mieux à faire ce mardi 22 juin qu'aller suivre l'enterrement de première classe de l'équipe de France en Afrique du Sud… En fin de matinée, le chef de l'Etat a préféré prendre la route des Pyrénées-Atlantiques, pour un drôle de match avec l'un de ses plus intimes rivaux, François Bayrou. A Bordes, sur les terres du leader centriste, le président de la République a poursuivi son entreprise de séduction du président du Modem, avec, comme objectif majeur, de recoller les morceaux dans l'optique de l'élection présidentielle de 2012. Une entreprise, qui, après une période de grand froid entre les deux hommes depuis 2007, avait été engagée suite aux élections régionales, sous la forme de deux rencontres discrètes à l'Elysée.

 

Mardi, Nicolas Sarkozy a donc passé la vitesse supérieure et honoré de sa présence l'inauguration de la nouvelle usine Turbomeca de Bordes, laquelle fabrique des turbines d'hélicoptères et a coûté la bagatelle de 100 millions d'euros aux collectivités locales. Présent lors de cette inauguration, le président socialiste de la région Aquitaine, Alain Rousset, a parlé du "plus bel investissement de prévention des délocalisations de France". Malheureusement pour lui, il n'était pas l'élu local vers qui tous les regards convergeaient ce mardi. Appelé à justifier sa présence sur le site aux côtés du président de la République, François Bayrou s'en est sorti par une pirouette. "C'est la plus grande usine qui va être inaugurée cette année en France et c'est la plus grand usine de moteurs d'hélicoptères du monde. Je ne serais pas dans mon rôle si je n'étais pas là", a déclaré à la presse le patron du Modem.

 

Bayrou: "Pas tombé de la dernière pluie"

 

Difficile pourtant de ne pas considérer le leader centriste pris au piège de l'initiative élyséenne du jour. "On ne peut pas dire non à une visite du président de la République sur son territoire…", concédait d'ailleurs Jean Lassalle, proche de François Bayrou, dans un entretien accordé au JDD.fr. Surtout quand Nicolas Sarkozy ne se prive pas, publiquement, de révéler les vrais raisons de sa présence au sein de l'usine Turbomeca. "Chacun d'entre vous a sa propre histoire, son propre parcours, ses propres sentiments et, pour nos compatriotes qui souffrent tant de la crise, c'est plutôt rassurant de voir des gens différents capables de s'additionner", a déclaré le président de la République à dessein. "Quand on tend la main à un autre, ce n'est pas une preuve de faiblesse, c'est au contraire une question de courage et de force. Je ne tire aucune conclusion définitive de votre présence dans cette assemblée", a-t-il ajouté un peu plus loin en cernant cette fois précisément son hôte du jour.

 

Lequel a tenté de se défaire comme il pouvait de l'étreinte. "Ce qui a été dit, et que j'approuve, c'est qu'il est des circonstances dans la vie d'un pays où, bien qu'étant en désaccord, et même en opposition, on a le devoir sur les grands sujets de réfléchir si on peut, ensemble, et de travailler, si on peut, ensemble pour faire avancer les choses", a-t-il dit répondu, d'abord beau joueur, à son hôte du jour, par presse interposée. Mais le ton s'est rapidement fait plus acrimonieux quand François Bayrou a souligné que son sévère "jugement de fond sur les orientations qui ont été suivies en termes de modèle de société en France depuis trois ans, sur l'absence de séparation des pouvoirs, sur les atteintes à l'indépendance de la justice, des médias (...) est intègre et intact". Enfin, alors qu'on prêtait à l'Elysée l'intention d'intégrer François Bayrou dans le cortège présidentiel dès la descente d'avion du chef de l'Etat, celui-ci a rué dans les brancards, non sans ironie: "Je leur ai dit que je ne suis pas tombé de la dernière pluie. Pour un pays rural, ils ne craignent pas les gros sabots"…

 

 

Source : lejdd.fr   22-06-2010 

 

 

Informations  MONTESQUIEU-VOLVESTRE, FRANCE, MONDE : Vous souhaitez être informé régulièrement sur les nouveautés mise en ligne sur ce Blog, inscrivez vous à la Newsletter (voir dans la colonne ci-contre)

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : VICTOR ASSOCIATION
  • : Le BLOG de Jean-Pierre ECHAVIDRE, Président de VICTOR ASSOCIATION Association d'information et de défense des intérêts des habitants de MONTESQUIEU-VOLVESTRE
  • Contact

Texte Libre

L'objet de ce blog est d'apporter aux habitants de Montesquieu-Volvestre une information régulière sur la vie de la cité, et de décrypter l'essentiel de l'actualité. Mais il a aussi pour but d'ouvrir un dialogue,  de discuter, de contester, ou de râler au besoin. Il faut que nous retrouvions dans notre village une convivialité, une solidarité qui sont en train de se perdre.

Rechercher

Pages

Liens